Archives du mot-clé Mitterrand

L’affaire Silling de Stéphane Keller

Editeur : Toucan

Après Rouge parallèle qui revisitait les années 60 et Telstar qui nous emmenait en pleine guerre d’Algérie dans les années 50, L’affaire Silling vient clore la trilogie consacrée à Norbert Lentz, ex-flic devenu barbouze assassin pour la république. Nous le retrouvons quelques semaines avant l’élection de François Mitterrand en 1981.

3 mars 1981, Paris. Sa fille Cécile arrive vingt minutes en retard à leur rendez-vous au restaurant ; Norbert Lentz cache dans sa poche le cadeau qu’il lui destine, les clés d’une Renault 5. Il serait prêt à tout pour sa fille mais surtout pas en mémoire de sa mère Denise, volage et morte vingt ans auparavant. Leur entrevue se termine mal et Lentz décide de passer sa nuit à boire. Ses excès violents envers des passants seront noyés dans les souvenirs de l’alcool.

Le lendemain matin, le téléphone le réveille. Le colonel Préville qu’il a connu à son retour d’Algérie le convoque. La mission est habituelle pour un tueur comme lui mais étonnante quant à son objectif. Il doit retrouver Nicolas Lovat, la star du cinéma français car ce dernier a en sa possession des photographies compromettantes pour tout un pan de la société française, de tous les domaines. Ces images auraient été prises par le majordome Paolo de Sisti.

Paolo de Sisti aurait été logé près de Menton. Lentz doit s’y rendre immédiatement afin qu’un contact lui contacte où dénicher sa proie. C’est finalement à Gênes qu’il doit se rendre, dans un hôtel de luxe où le majordome chercherait à négocier à bon pris les photographies compromettantes. La mission se révèle un cuisant échec : Le beau Paolo rentre trop tôt, Lentz est obligé de le tuer et il repart sans trouver la moindre photographie. Préville lui donne 48 heures pour les trouver. Lentz va se diriger vers la somptueuse villa de Lovat. Mais s’il trouve les photographies, il sera l’homme à abattre.

Voici donc le dernier tome de la trilogie consacrée à ce tueur des services secrets français, ex-flic revenu de tout et sans aucun état d’âme. Dans ce roman, Lentz a vieilli, il n’a plus la même vitesse d’exécution, plus la même déduction, mais il a gardé la même hargne, la même rage. Il est devenu une bête inarrêtable qui est capable de tuer n’importe qui parce qu’il n’a plus peur des conséquences.

Il va tomber sur une histoire des plus sordides et, de chasseur, il va devenir chassé, devenant l’homme à abattre pour avoir vu des images qui ne doivent pas ressortir au grand jour. Et pour être ignobles, elles sont ignobles. Sauf que Lentz, même chassé, passe toujours à l’attaque. Ce genre d’histoire, même s’il a déjà été abordé dans d’autres romans est bigrement haletant dans ce cas-ci pour beaucoup de raisons.

Tout d’abord, comme pour ses deux premiers romans, l’époque est bien rendue : on y parle de la peur de l’arrivée au pouvoir de Mitterrand avec dans ses bagages les communistes. La peur du rouge en devient terrible à tel point que de nombreux riches ou bourgeois partent déjà vers la Suisse ou le Luxembourg. La défaite de Giscard d’Estaing n’est plus une surprise mais une évidence et il s’agit de mettre à l’abri son argent.

Ensuite, ce personnage de Lentz est incroyable, je n’ai jamais lu un tel personnage dur, intraitable, meurtrier dans le polar français. Et le style de ce roman, sec, sans fioritures, dur, va s’adapter à l’histoire ce qui est un grand changement par rapport aux deux autres histoires, Rouge Parallèle et Telstar. Du coup, le roman est plus court, il se lit vite et va vite puisque les événements s’enchainent à un rythme d’enfer.

Stéphane Keller ne laisse pas de coté ni l’immersion dans cette époque de changements pour le peuple, abordé par de petites touches, ni la psychologie des personnages secondaires, dont il se débarrasse quand il n’en a pas besoin. Et finalement, on est pleinement satisfait après avoir tourné la dernière page d’avoir voyagé dans ce polar noir avec ce personnage hors-norme. Comme pour ses deux premiers romans, Stéphane Keller nous surprend à nouveau avec cette histoire noire et rouge sang.