Archives du mot-clé Moutons électriques

Le club de Michel Pagel

Editeur : Les moutons électriques

Je pense qu’un grand nombre d’entre nous, adeptes aujourd’hui de polars, a passé un grand nombre d’heures à lire les aventures du Club des Cinq d’Enyd Blyton. C’est le challenge que relève Michel Pagel, en imaginant nos quatre amis revenir aujourd’hui, adultes. Le résultat s’avère autant intéressant que déconcertant.

Quatrième de couverture :

Longtemps, ils avaient été CINQ.

François, Claude, Mick, Annie et Dagobert, quatre enfants et un chien, ont autrefois formé un Club et vécu bien des aventures extraordinaires. Trente ans plus tard, le chien est mort depuis longtemps quand trois membres du Club, devenus adultes, séparés par la vie, sont invités par le quatrième à l’endroit même où ils passaient leurs vacances dans leur enfance.

Bientôt, alors que la maison est isolée par d’importantes chutes de neige, la vieille mère de Claude est assassinée… Mick est-il le responsable, comme semble le penser François ? À moins qu’un assassin se dissimule dans les environs enneigés ? Et pourquoi Claude se retrouve-t-elle régulièrement projetée sur un rivage anglais, à la rencontre d’enfants et d’un chien ressemblant singulièrement à ceux qu’ils étaient autrefois, elle et ses cousins ?

Dans un huis clos étouffant, écrit comme un thriller, une fable magistrale sur l’imaginaire de l’enfance, nos peurs, nos doutes.

Mon avis :

Hasard de mes lectures, c’est au moment où ma fille commençait un roman du club des cinq que je me suis attaqué à ce roman de Michel Pagel, que j’ai acheté rien qu’en lisant la quatrième de couverture. Car un flot de nostalgie m’a inondé en repensant aux romans que j’achetais dans les bouquineries proches de la gare du Nord, pour 1 Franc à l’époque. Et donc, j’ai lu toutes les aventures du club des cinq avant de passer à Bob Morane puis Agatha Christie. J’ai tellement aimé ces aventures à l’époque, que je me demande ce que je pourrais en penser aujourd’hui.

Finalement, Michel Pagel reprend le flambeau et nous présente des quarantenaires qui se retrouvent dans le château de leur enfance. Dans une première partie, l’auteur va nous présenter ce qu’ils sont devenus, et franchement, leur vie a connu bien des drames. Et l’auteur a respecté toute la psychologie de nos 4 héros. Puis, au milieu du roman, nous avons quelques chapitres qui montrent le club aux prises avec leur passage à l’adolescence et en particulier, les premières règles de Claude et Annie. C’est tellement bien écrit que l’on se croirait revenu 40 ans en arrière, à lire un roman du club des cinq.

Puis nous attaquons la dernière partie, avec le meurtre de la mère de Claude. A partir de ce moment là, l’auteur fait un parallèle entre les héros de la vraie vie d’aujourd’hui qui se mélangent avec nos héros d’hier.  Les personnages se mélangent, les époques fusionnent si bien qu’on ne sait plus si on est dans le présent ou dans un imaginaire, fut-il celui de l’un de nos personnages. Si la réflexion est intéressante, comme a pu nous l’offrir Woody Allen par exemple (Dans La rose pourpre du Caire), la lecture s’avère déconcertante. Et comme c’est très bien écrit, j’ai accepté ce jeu, m’amusant finalement jusqu’au bout de ce roman, mais sans vraiment en comprendre ni la conclusion ni la fin.

Ne ratez pas l’avis de L’Oncle Paul