Archives du mot-clé Nord

A minuit les chiens cessent d’aboyer de Michaël Moslonka

Editeur : RDG

Paru initialement aux défuntes éditions du Riffle, ce polar qui raconte la vie dans une petite ville du Nord a le droit à une seconde vie. Et c’est tant mieux.

Auchel est une petite ville du Nord de la France qui a eu droit à une mention dans le palmarès des villes les plus violentes dans le Figaro : « Auchel est le mauvais élève avec essentiellement des violences intrafamiliales. » Pour le capitaine Virgile David Blacke, cette violence serait plutôt contre les chiens, de l’autre coté de la rue, qui hurlent de 22H à minuit. Alors, il est obligé de quitter son appartement pour se diriger vers le Joker.

Au Joker, on y fume comme des pompiers, malgré l’interdiction légale, on y devise de choses et d’autres, et surtout on crache sur les autres, les étrangers dont il faudrait se débarrasser, à coups de ballons de vin, et peu importe la couleur. Il est pourtant minuit quand son téléphone sonne, et il décroche. Il doit rejoindre la lieutenante Amélie Laribi, une beurette, sur le lieu d’un crime.

Il est étonnant de trouver ce genre de débris sur le parking d’un McDo. Et pourtant, un corps y repose, criblé d’une dizaine de coups de couteau. Un Opinel repose juste à coté ; peut-être l’arme du crime ? La victime, Dylan Druelles, membre du Front National, a la trentaine et découvre dans sa main, un morceau de langue. Puis, Blacke ouvre le blouson du jeune homme pour découvrir un tatouage sur son pectoral droit : une croix gammée avec les initiales FDL.

La personne qui a découvert le corps travaille au McDo, comme esclave. France Tarjesky est rejointe par Blacke et Laribi, au milieu des menus tous plus appétissants les uns que les autres, et agrémentés de noms anglais, ce qui les rend plus attirables. Après un entretien de trente secondes chrono, ils tombent sur Valery Bullitt de la Voix du Nord. Blacke accepte de lui donner toutes les informations, puisque le meurtrier a perpétré son crime dans un lieu public pour que tout le monde sache.

Blacke et Laribi vont avoir fort à faire pour trouver le ou les coupables.

Avec ce roman, on plonge directement dans un décor qui n’a rien à envier les reportages télévisés. L’ambiance est triste, le taux de chômage record, et on apprend plus de choses dans les bars que lors d’interrogatoires. Si on a déjà lu tout cela auparavant il faut reconnaitre que tout transpire la vérité, les petites discussions en douce, les piliers de bar qui savent tout mais ne disent rien, qui critiquent la façon de mener l’enquête, qui se plaignent de la violence. Car des meurtres vont pleuvoir à l’instar de la pluie qui tombe sans arrêt en, ce mois de février 2010.

Si le personnage de Blacke tient le devant de la scène, c’est qu’il le mérite : personnage ténébreux, en guerre contre tout le monde, fatigué à quelques années de la retraite, il n’est pas particulièrement doué. On peut même dire qu’il avance à coups d’hypothèses, vraies ou fausses énoncées un peu au hasard. Par contre, il a son franc parler et dit tout haut des vérités qui sont encore aujourd’hui d’actualité.

A coté de Blacke, deux autres enquêteurs vont faire avancer cette affaire, dont la jeune Laribi, formidable personnage féminin qui tire sa force de la volonté de lutter contre les préjugés, et Valery Bullitt (comme le film avec Steve McQueen), journaliste de seconde zone qui possède la qualité de savoir faire parler les gens. Ces trois-là participent au coté reportage de ce roman.

Mais ce roman ne serait qu’un roman de plus s’il n’y avait pas cette gouaille, cette verve, ces phrases courtes et cette volonté de prendre un peu de recul pour regarder ce petit monde avec de l’humour. Il suffit de voir les surnoms des témoins pour s’en persuader. Et, ce qui n’est pas pour me déplaire, l’humour s’avère noir, tirant sur le cynisme de bon aloi. Bref, voilà un bon polar que vous devriez découvrir.

Deux polars chez deux petits éditeurs

Je vous propose deux polars édités par de petits éditeurs qui sont des lectures divertissantes, avec tous les codes nécessaires pour attirer l’œil du lecteur à la recherche de polars classiques. Pour ce faire, je vous recopie les quatrièmes de couverture avec mon avis en suivant.

Punk Friction de Jess Kaan

Editeur : Lajouanie

Quatrième de couverture :

Auchel, nord de la France. Le corps d’un jeune marginal brûle au petit matin dans le cimetière municipal. Acte gratuit, vengeance, meurtre ? La police ne sait quelle hypothèse privilégier, d’autant qu’on découvre très vite un nouveau cadavre, celui d’une étudiante, sauvagement assassinée.

La population aimerait croire que le coupable se cache parmi la bande de punks squattant dans les environs…

Le capitaine Demeyer, quadragénaire revenu de tout, et le lieutenant Lisziak, frais émoulu de l’école de police, du SRPJ de Lille sont chargés de cette enquête qui s’annonce particulièrement sordide. Une jeune lieutenant, en poste dans la cité, ne veut pas lâcher l’affaire et s’impose à ce duo pour le moins hétéroclite.

Mon avis :

D’un corps calciné retrouvé dans un cimetière, Jess Kaan nous convie à un polar somme toute assez classique où les personnages vont s’engluer dans une intrigue au dénouement bien retors. D’un coté on a le conflit générationnel Ancien / Jeune avec le couple de la PJ de Lille, de l’autre on a le conflit entre la PJ et la police municipale.

Le fait de situer l’intrigue dans un petit village du Nord de la France permet de montrer les relations entre la police et la politique. Cela permet aussi de mettre en valeur les gens de cette ville et leur vie de tous les jours, ravagée par le chômage. Dès lors, ils se retournent contre ceux qui ne vivent pas comme eux, en l’occurrence des punks.

Jess Kaan arrive à montrer des services de police en prise avec une affaire étrange, sans aucune piste, et comment ils arrivent à s’en sortir. Si l’intrigue est fort bien menée, et est l’atout majeur de ce livre, le contexte pesant en est aussi un point à souligner. En suivant scrupuleusement les codes du polar, ce roman s’avère assez classique et permet de passer un bon moment de lecture.

La cité de l’ange noir de Harlan Wolff

Editeur : Gope Editions

Traducteur : Marie Armelle Terrien-Biotteau

Quatrième de couverture :

À Bangkok, un tueur en série enlève des jeunes filles et se livre à un abominable rituel sadique. Les autorités n’ont aucun indice.

Carl Engel est une énigme, même pour ses proches. Pendant trente ans, ce Londonien au caractère entier a réussi à se forger une carrière de détective privé malgré les soubresauts de la vie politique thaïlandaise. Luttant contre le vieillissement, l’alcoolisme et une charge de travail décroissante, il est contacté par un Américain âgé qui, moyennant un cachet exceptionnellement élevé, le charge de retrouver son frère disparu.

L’enquête nous fait descendre dans le monde sordide du tueur en série et dans les bas-fonds de Bangkok, avec un petit détour par les tables de jeux de Macao, sur fond de luttes de pouvoir remontant à la guerre du Vietnam.

Assisté d’amis fidèles (ex-CIA, journaliste, chauffeur de taxi, colonel et quelques figures du monde interlope des bars de nuit), Carl aura pour seule priorité de rester en vie et de débusquer le tueur.

Mon avis :

Prenez un détective privé qui exerce à Bangkok depuis une trentaine d’années. Même si ce métier n’est pas bien vu en Thaïlande, il arrive à s’en sortir. Il connait tout le monde, parle la langue, et décroche de petites affaires, comme celle de retrouver le frère de Frank Inman, qui pourrait être accusé à tort des meurtres de jeunes filles qui défraient la chronique. Avec son esprit efficace et le désespoir collé à la peau, il va faire jouer ses contacts.

Si le personnage et l’intrigue peuvent paraitre classiques, la première partie est surtout l’occasion pour le lecteur de rencontrer des personnages variés ainsi que beaucoup de quartiers de Bangkok. En cela, l’auteur nous offre une visite pour pas cher, et montre son attrait pour cette ville et son mode de vie. Puis, dans la deuxième moitié, le jeu du chat et de la souris s’inverse puisque Carl va être poursuivi et le stress va s’installer.

Pour un premier roman, c’est plutôt convaincant, même si l’auteur n’a pas voulu en rajouter et a écrit son roman avec beaucoup de retenue. Et rien que pour la visite des quartiers de Bangkok, des palais aux rizières, des palaces aux ruelles sombres, ce roman vaut le détour.

Les salauds devront payer de Emmanuel Grand (Liana Levi)

Terminus Belz, le premier roman d’Emmanuel Grand, fut une belle découverte. Outre le fait que cela soit remarquablement écrit, il y avait un souci de montrer la vie des pêcheurs et leurs difficultés, voire même d’approcher le sujet de l’immigration clandestine. Si ce roman est bien différent, car il change de région, je trouve, pour ma part que c’est un roman très mature qui vaut plus que le détour.

Wollaing est une petite ville des environs de Valenciennes. Comme beaucoup de villes du Nord, elle est ravagée par le chômage. Il y eut par le passé une usine de plomb et de zinc qui, faute d’investissements, a connu de plus en plus d’accidents de travail. Si l’on ajoute à cela la vétusté de l’outil industriel et les grèves à répétition, l’issue devint inéluctable et l’usine ferma en 1983.

On retrouve de nos jours, une génération plus tard, toute une galerie de personnages ayant subi cette situation. Les anciens se rappellent les 10000 personnes que faisait vivre l’usine, les jeunes n’ont connu que le chômage et les fins de mois difficiles. D’autres ont profité de cette femreture pour ouvrir leur commerce, mais à part un bar, bien peu d’entre eux ont survécu.

En l’absence d’aide de l’état ou des banques, si on veut s’en sortir, il faut emprunter de l’argent auprès d’organismes douteux ayant pignon sur Internet. Et quand on oublie une mensualité, la société en question fait appel à des gros bras pour se faire payer par la force. C’est le cas de Pauline Leroy, une jeune femme douée d’une force de caractère peu commune. Depuis qu’elle est tombée amoureuse de Serge Maes, elle décide d’emprunter 50000 euros pour partir loin de la France. Quand Pauline est retrouvée morte dans un terrain vague, l’enquête fait place à peu de doute. Mais le commandant Buchmeyer et la lieutenante Saliha Bouazem vont avoir à faire avec une intrigue redoutablement retorse.

Habituellement, je fais un résumé des 100 premières pages pour donner un ordre d’idées du contenu d’un roman. Pour celui-ci, il m’aura fallu aller plus loin dans la lecture, non pas parce que le roman a un rythme lent, mais parce que l’auteur installe tranquillement le contexte avant que nous nous trouvions en présence du corps de Pauline. Jugez en plutôt : Les 50 premières pages m’ont plongé dans l’horreur de la guerre d’Indochine, puis d’Algérie, en compagnie de 4 soldats, livrés à eux-mêmes. Puis, nous faisons un saut dans le temps, jusqu’à aujourd’hui, et nous rencontrons une galerie de personnages habitant tous Wollaing, pour nous présenter le contexte.

Ne croyez pas que ce roman est long à lire, c’est tout le contraire : il est passionnant, vivant, véridique, écrit dans un style hypnotique. Il fait partie de ces romans qui vous plongent dans une ambiance et que l’on stoppe avec regret, en étant pressés d’y revenir. J’ai adoré tous les personnages, la minutie que l’auteur a mise à décrire leur quotidien, la subtilité qu’il a employée pour nous décrire la situation passée, pour nous montrer les conséquences sur la vie d’aujourd’hui.

On y trouve de tout : ceux qui ont réussi en ouvrant qui un bar, qui une salle de musculation ; ceux qui survivent en réalisant de petits boulots ; ceux qui ont échoué. Et a coté de cela, il y a ces jeunes, nés dans le chômage et n’ayant qu’un seul espoir : partir le plus loin d’ici. Ce roman montre aussi comment une région ravagée et sans avenir se tourne vers le trafic de drogue ou la prostitution car pour eux, c’est un moyen comme un autre de gagner de l’argent.

Ce roman est passionnant car tout sonne vrai, et malgré le nombre de personnages, on s’y retrouve aisément. Il faut dire qu’Emmanuel Grand a eu une sacrée idée d’associer deux flics à l’esprit totalement opposé : Buchmeyer étant plus bordélique et faisant confiance à son intuition, Saliha étant extrêmement factuelle. Et si on ne lira pas forcément ce livre pour son intrigue, le contexte et les personnages prenant toute la page, celle-ci (l’intrigue) est tout de même fort bien trouvée et sa résolution absolument pas tirée par les cheveux.

S’il faut comparer ce roman avec quelques références, Claude Le Nocher, dans une réponse à son billet, parle de Aux animaux la guerre de Nicolas Mathieu. J’ajouterai pour ma part qu’il y a du Martyn Waites dans sa façon de faire une autopsie d’une société qui va dans le mur, consciencieusement, en laissant à l’abandon des régions entières, des gens honnêtes qui ne demandent finalement pas grand-chose d’autre que de pouvoir vivre décemment.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

L’armée furieuse de Fred Vargas (Viviane Hamy)

Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas fait d’incursion dans le monde de Fred Vargas. La sortie de son dernier roman en date, L’armée furieuse, au titre alléchant m’a permis de constater que Fred Vargas n’a rien perdu de son talent, bien au contraire.

Le commissaire Adamsberg doit résoudre une affaire pour le moins étrange. Un retraité, Julien Tuilot, contacte à propos de la mort de sa femme. Celui-ci accuse les rats d’avoir tué sa femme. Ce sont deux rats qui s’appellent Toni et Marie, qui cohabitent avec la famille Tuilot. Adamsberg dénoue bien vite les fils de cette histoire et découvre que ce retraité a étouffé sa femme en lui enfonçant de la mie de pain dans la gorge.

Revenu au commissariat, Valentine Vendermot, une vieille dame l’attend. Celle-ci vient lui apprendre qu’elle a vu l’Armée Furieuse du seigneur Hellequin. C’est une vision de morts vivants qui apparaît de temps en temps, avec dans ses filets des visages de gens qui vont bientôt mourir. A la suite de cette vision, les morts commencent à tomber à Ordebec dans le Calvados.

En parallèle, Adamsberg doit apprendre à être père, puisque son fils Zerk vient de débarquer, résoudre une affaire où une Mercedes a brûlé dans laquelle Antoine Clermont-Brasseur, grand ponte de l’industrie française est retrouvé mort, et trouver qui s’amuse à attacher les pattes des pigeons pour les faire mourir à petit feu. Autant dire que Adamsberg et son équipe ont du pain sur la planche.

Quoi de neuf, depuis que j’ai délaissé Fred Vargas ? Eh bien, l’histoire part dans tous les sens sans que le lecteur se sente perdu, le style est d’une fluidité exemplaire avec des dialogues très bien faits, ça se lit à une vitesse foudroyante parce qu’on n’a pas envie de lâcher ce bouquin, les fausses pistes sont multiples et les déductions du commissaire inénarrables.

Et puis, il y a les qualités que j’adore chez Vargas : cet humour froid, distant et légèrement décalé, ces quiproquos qui viennent vous arracher un sourire, cette absence de violence et ces personnages sympathiques que l’on abandonne avec tant de regrets. Fred Vargas a du succès ? Eh bien c’est non seulement normal mais mérité. Sans vraiment me surprendre, j’ai passé, avec ce roman, un très bon moment avec Adamsberg, comme des retrouvailles entre vieux amis. Ce roman donne un vrai plaisir de lecture et le seul reproche que je ferais, c’est que ça se lit trop vite malgré ses 425 pages.