Archives du mot-clé Novella

Nous allons mourir ce soir de Gillian Flynn

Editeur : Sonatine

Traducteur : Héloïse Esquié

Après avoir enchanté nombre de lecteurs avec des romans psychologiques de haute qualité comme Les lieux sombres ou Les apparences, Gillian Flynn nous offre une nouvelle d’une cinquantaine de pages parfaite.

Quatrième de couverture :

Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d’expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il de donner des conseils à des âmes en peine. Lorsqu’elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle lui propose de l’aider. Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor, une vieille demeure inquiétante, marquée par une violente histoire vieille de cent ans. Sur place, la narratrice rencontre Miles, le beau-fils de sa cliente, un adolescent au comportement étrange et glaçant. Saura-t-elle découvrir toute la vérité sur Carterhook Manor et la famille qui l’habite désormais ?

Si une bonne nouvelle se reconnaît à la puissance de sa chute, Gillian Flynn nous livre ici un véritable morceau d’anthologie. En quelques pages, elle dessine des personnages inoubliables, construit une histoire haletante, qu’elle mène à une conclusion proprement sidérante. Mordant, noir, machiavélique et ironique : tout l’univers de l’auteur, experte incomparable en manipulation et rebondissements, se trouve concentré ici.

Mon avis :

En une cinquantaine de pages, Gillian Flynn, qui a remporté le Prix Edgar Allan Poe en 2015 pour cette nouvelle, démontre tout son talent en à peine 60 pages ! A un tel point que j’en suis resté baba devant tout ce talent.

On peut décomposer cette nouvelle en trois parties : La première est la présentation de la narratrice dont le travail est de masturber les hommes en manque de sexe dans une maison close. Dans cette partie, on sourit et on rit tant c’est écrit avec beaucoup d’humour et de dérision.

Puis dans la deuxième partie, elle change de sujet pour nous montrer les talents psychologiques de la narratrice et son arnaque en s’inventant « Intuitive psychologique », capable de ressentir les mauvaises vibrations. A partir de là, on entre dans un nouveau domaine, celui de l’angoisse. Gillian Flynn nous décrit cette famille et sa famille d’une façon tellement claire et efficace que Stephen King n’aurait pu renier certaines scènes. C’en est tout simplement impressionnant.

Puis arrive le dénouement, et ce final fantastique qui fait osciller le lecteur d’un coté, puis de l’autre, pour le secouer à nouveau. Et la fin se révèle mystérieuse juste comme il faut. Bref, c’est du grand art, et pour une fois, je ne peux qu’être d’accord avec les éditeurs quand ils disent que « Gillian Flynn nous livre ici un véritable morceau d’anthologie ».

A 7 euros, avec une jolie couverture cartonnée, cette nouvelle ressemble à un joli cadeau de Noel que Sonatine fait à ses lecteurs car je peux vous dire qu’une fois lue, vous ne serez pas prêts de l’oublier. C’est du pur plaisir, de très haut de gamme. Fantastique !

Publicités

Encore et toujours des novellas …

Je vous propose deux romans, 2 novellas comme on les appelle, écrites par 2 auteurs que j’adore. Faites vous plaisir !

C:/Users/Utilisateur/Dropbox/AA_HORSAIN/GABARIT COUV N D S.sla

Mortelle sultane de Marek Corbel

Editeur : Horsain

Quatrième de couverture :

12 janvier 2015. Le lendemain de la manifestation « Charlie », Sihem, une jeune célibataire en difficulté, issue des cités du 93, entame une longue cavale. Accompagnée par deux improbables complices, Diane et Laurence, elle revisite durant cette fuite les dernières heures précédant le forfait dont elle est complice.

Une semaine plus tôt, le capitaine Belkacem, sous la protection paternelle de son vieil ami Francis Duval, se remet doucement en selle à la brigade financière où il vient d’être affecté. Aux dires d’un de ses indics, un braquage tout en douceur est prévu prochainement dans un magasin de luxe. Une course-poursuite s’amorce, dans un Paris pétrifié par les attentats du mois de janvier.

Né dans le Finistère, Marek Corbel travaille, dans le civil, comme juriste pour le ministère de l’Éducation Nationale, Paris. Il évolue entre le roman noir à coloration politico-historique, et le polar régional, plus classique. Ses influences en matière d’écriture sont diverses puisqu’elles proviennent aussi bien de « Un Pays à l’aube » (Dennis Lehane) que des auteurs du néo-polar français.

Mon avis :

Dans cette novella, nous allons suivre alternativement un capitaine de police avant l’attentat de Charlie, puis la cavale de Sihem qui vient de commettre un vol. Si les chapitres sont courts et confèrent un rythme à l’intrigue, il vaut mieux avoir lu la quatrième de couverture pour le savoir. Car j’ai trouvé que cette lecture demande une certaine concentration et un certain effort pour comprendre comment ces 2 trajectoires s’emmêlent (ou pas).

Si cette nouvelle n’est pas parfaite, on peut y apprécier l’ambition de cet auteur, et son art d’user et d’abuser du style direct et des non-dits. Chaque chapitre est d’une efficacité redoutable, et c’est aussi le reproche que je ferai à cette nouvelle : A trop abuser de style direct et de ne pas être explicite, on y perd le lecteur. Du coup, je me suis retrouvé avec une somme de scènes qui, prises une à une, sont très bien faites mais qui mises ensemble, manque de liant, d’un début et d’une fin. En gros, j’aurais aimé quelques dizaines de pages en plus !

Ceci dit, c’est une excellente occasion pour vous lecteur curieux de découvrir un nouvel auteur, prometteur en devenir ; du moins, c’est mon avis. Allez lire aussi celui de l’oncle Paul.

CAT 215

CAT 215 d’Antonin Varenne

Editeur : Manufacture de livres

Quatrième de couverture :

Un jeune mécanicien, Marc, « qui répare des choses inutiles depuis toujours », accepte de quitter la métropole et sa compagne Stef, pour rejoindre en Guyane son ancien patron, Julo. Celui-ci a un projet dément : devenu orpailleur, trafiquant d’or, il doit changer le moteur d’une monstrueuse pelle Caterpillar 215 qu’il a entrepris de faire convoyer par un ancien légionnaire Jo et un mystérieux Brésilien qui l’assiste dans cet enfer vert. La machine, après avoir avalé des kilomètres, est immobilisée au milieu de la forêt, loin de la mine sauvage. Aidé d’un piroguier, Marc rejoint les deux hommes et va s’atteler à réparer la bête d’acier et de feu au milieu du paysage dans lequel l’engin s’est frayé un passage en luttant contre la jungle à la fois fragile et menaçante. Les hommes vont alors se battre bardage contre leur propre folie, contre cette nature qui les fait souffrir et qu’ils torturent en vain au pied de la pelleteuse, plantée au milieu de la forêt, à la fois imposante et ridicule. Enorme quand ils se tiennent à côté, ridicule face à ce qui l’entoure.

Antonin Varenne, alpiniste du bâtiment, charpentier, a travaillé en Islande, en Guyane et aux Etats-Unis. Avec Fakirs, il reçoit le grand prix Sang d’encre, le prix Michel-Lebrun et le prix du meilleur polar des lecteurs de Points. Le Mur, le Kabyle et le Marin a reçu le prix des lecteurs Quais du polar/20 Minutes, le prix du polar francophone et le prix Amila-Meckert. Il vient de publier Battues à la Manufacture de livres et Trois mille chevaux vapeur chez Albin Michel (Le Livre de Poche)

Mon avis :

J’ai retrouvé dans cette novella toutes les raisons pour lesquelles j’adore Antonin Varenne. Je le connaissais excellent dans le polar et le roman noir (xxx). Il m’avait époustouflé dans le roman d’aventures (xxx). Eh bien cet auteur est aussi génial dans des nouvelles. Sur un format aussi court, et avec une histoire aussi simple, Antonin Varenne nous passionne pour ce mécanicien qui part au bout du monde travailler pour de l’argent. Il abandonne famille et patrie et se lance vers l’inconnu … ou presque puisqu’il a déjà effectué ce genre de mission par le passé.

Avec une économie remarquable de mots, de phrases, l’auteur arrive à nous passionner, à nous faire vivre au milieu de la jungle, à voir les gouttes de sueur sur les fronts, à sentir la moisissure de la jungle, à entendre des bruits étranges venant du fin fond de la forêt menaçante. On sent que l’auteur s’est amusé à écrire cette nouvelle, et le plaisir est communicatif pour un voyage dans une contrée inconnue.

Ne ratez pas l’excellent avis de l’ami Yvan

Novellas chez Ombres Noires

Depuis quelque temps, Ombres Noires publie des novellas, dont les thèmes sont centrés sur les livres, en général. En voici quelques uns :

 Mythe Isaac Becker

Le mythe d’Isaac Becker de Reed Farrel Coleman

Traducteur : Pierre Brévignon

Quatrième de couverture :

1944, camp de concentration de Birkenau. Les destins de Jacob et d’Isaac se trouvent scellés quand le carnet de ce dernier est confisqué par le sous-lieutenant Kleinmann. Chronique des activités criminelles du camp et des victimes des chambres à gaz, son Livre des Morts peut les conduire à leur perte. Les deux hommes tentent de récupérer le précieux objet mais, surpris par Kleinmann, Isaac est tué. Le carnet semble définitivement perdu.

Mais que sait-on réellement de Jacob et d’Isaac ? Sont-ils vraiment les héros que l’on croit ? Et si Le Livre des Morts venait à ressurgir, que dévoilerait-il ?

Mon avis :

Voilà une belle histoire, celle d’un homme déporté à Birkenau qui s’invente une histoire pour pourvoir émigrer aux Etats Unis. A travers des chapitres courts, nous allons voir comment cet homme va voir sa vie bouleversée par son premier mensonge, un soi-disant acte héroïque pour sauver un compagnon prisonnier qui avait écrit un mystérieux livre.

Cette illustration de l’histoire dans l’Histoire , des arrangements avec la vérité et la poids des mensonges est avant tout une belle histoire. Car si le style est, ou du moins m’a paru simple voire simpliste, le format court de cette nouvelle me laisse surtout sur ma faim, puisque j’aurais aimé que plusieurs situations et personnages soient développés. Du coup, c’est plutôt un sentiment de déception qui ressort de cette lecture.

Journal du parrain

Le journal du Parrain – Une enquête de Mike Hammer de Mickey Spillane & Max Allan Collins

Traducteur : Claire-Marie Clévy

Quatrième de couverture :

Lorsque le vieux Don Nicholas Giraldi décède, c’est la panique à New York. Selon la rumeur, le Parrain tenait un registre de toutes ses manoeuvres et transactions crapuleuses, qu’il voulait léguer à une personne de confiance. Parce qu’il a travaillé à plusieurs reprises pour le Don, le célèbre détective privé Mike Hammer est approché par des personnes ayant tout intérêt à récupérer le précieux document.

Véritable arme de pouvoir, ce carnet pourrait mettre bien des carrières politiques en péril… Et être décisif dans l’implacable guerre des clans qui fait rage parmi les différentes familles de la mafia.

Mon avis :

C’est mon premier Mickey Spillane et je dois dire que ce polar pur jus est sympathique … sans plus. Même si cette histoire a été terminée après la mort de l’auteur par son meilleur ami, le style d’écriture semble avoir été respecté. C’est une bonne histoire, racontée grâce à six ou sept scènes, dans un style efficace où on décrit les personnages en une phrase. Il y a beaucoup de dialogue, droles avec de la répartie. Si le mode de narration a un peu vieilli, le format court permet de donner un bon rythme à l’ensemble. Pour moi, ce fut une bonne lecture, mais qui ne sera pas inoubliable. Cette novella aura au moins le mérite d’avoir suscité chez moi la curiosité de lire d’autres romans de cet auteur.

Quelques pas de solitude de Pascal Dessaint

Editeur : Editions La contre-allée

J’ai rencontré trois ou quatre fois Pascal Dessaint lors de salons, en particulier à Paris et à Lyon en avril dernier. Evidemment, je ne lui ai rien acheté puisque j’ai tous ses livres à la maison. Je me rappelle la première fois que je l’ai vu, je lui ai expliqué que j’avais tous ses livres puisque je collectionne les Rivages Noir, et j’ai ajouté comme un con que j’avais les 500 premiers Rivages Noir. Il a du prendre ça comme une vantardise de ma part, et il m’a rétorqué qu’il les avait tous ou presque. En fait, je voulais juste lui dire que j’aimais ce qu’il écrivait. Mais c’est parfois compliqué de dire simplement les choses simples.

Depuis, à chaque fois que je le rencontre, c’est-à-dire une fois par an environ, on parle de son dernier roman en date. Je lui dis franchement ce que j’en pense, si j’ai aimé ou pas. Je pense qu’il apprécie, je l’espère en tous cas. Je lui ai dit combien Le chemin s’arrêtera là m’avait déprimé. Il m’a expliqué qu’il n’y aurait pas eu ce roman là, s’il n’y avait pas eu auparavant Les derniers jours d’un homme, roman que j’ai aussi adoré.

Et puis, il m’a montré un tout petit roman à la couverture sobre, verte et bleue, en me disant : « Celui-ci, tu ne dois pas l’avoir. J’espère que tu aimeras. » Il ne m’a pas dit : « J’espère que tu en parleras sur ton blog. » C’est bête, mais j’ai apprécié cette phrase, sa justesse, son honnêteté. Après coup, je me suis dit qu’effectivement, avant d’être un blogueur, je suis un lecteur, et que, ce qui est important pour un lecteur, c’est d’éprouver du plaisir à la lecture, et pour un auteur, d’avoir un retour sur les sensations et les avis de ses lecteurs.

C’est pour cela que j’ai décidé d’en parler. Quelques pas de solitude est une nouvelle en cinq parties. Dans ce roman, Pascal Dessaint ne raconte pas d’histoire, ne nous raconte pas une histoire, mais se raconte son histoire. Les parties alternent entre ses balades dans la forêt et ses souvenirs personnels et douloureux, dramatiques.

De ses balades, on retrouve son amour pour la nature, ce plaisir simple de s’arrêter au milieu de nulle part pour écouter le chant des oiseaux. Ou bien, de regarder une tortue traverser une rue. A la fois simple dans le propos, mais difficile sur le fond, Pascal Dessaint arrive à nous faire ressentir à la fois l’environnement qu’il sent mais aussi son plaisir à communiquer silencieusement avec la nature.

De ses souvenirs, écrits tout en finesse, il n’y a pas de pleurs, pas de volonté de s’étaler. Il parle du suicide de son frère, simplement, comme un événement qui l’a marqué, qui l’a façonné, qu’il a eu du mal à digérer mais qu’il a accepté comme faisant partie de sa personnalité. Ces passages sont poignants car écrits avec beaucoup de respect et de retenue. On a aussi l’impression de le connaitre un peu mieux, ou du moins de l’apprécier un peu plus, grâce à ces phrases si simples et si subtiles.

Après ces quelques 25 pages, on a l’impression d’entendre Pascal Dessaint nous dire : « Voilà, c’est moi. Ce n’est pas plus compliqué que cela. » Et même si le prix de 6 euros peut vous sembler cher, sachez que ce qui est dedans vaut au moins dix fois plus.

Ne ratez pas l’avis de Gilles Vidal

Les novellas d’Ombres Noires

Depuis quelques temps, les éditions Ombres Noires nous donnent à lire des romans courts, appelés Novellas d’auteurs connus et reconnus. En voici deux parmi les dernières parues :

 Chatié par le feu

Châtié par le feu de Jeffery Deaver :

Quatrième de couverture :

Hermosillo, Mexique. Alonso Maria Carillo, dit aussi Cuchillo, « le Couteau », jouit d’une réputation de parrain cruel et très efficace. On ne lui connaît qu’un seul vice : une passion pour les livres rares. Il en possède des milliers, qu’il collectionne compulsivement et conserve avec amour.

Aussi, lorsque Carillo est visé par un contrat, les deux hommes chargés de l’assassiner, Evans et Díaz, pensent que ce sera un jeu d’enfant. Un bel autodafé devrait remettre Cuchillo dans le droit chemin. C’était oublier qu’un parrain se laisse rarement déposséder de son bien.

Mon avis :

D’un coté un homme immensément riche enfermé dans sa luxueuse propriété et que l’on soupçonne d’être un trafiquant et un assassin. De l’autre, deux hommes chargés de le tuer. C’est donc un duel à distance auquel on va assister. Il n’y a aucun spectacle, si ce n’est le pur plaisir de lire un scenario impeccable, servi par des dialogues d’une efficacité rare. Si l’on ajoute à cela un final en forme de clin d’œil, ainsi que le plaisir de l’auteur à écrire cette histoire que l’on ressent à chaque ligne, on se retrouve là avec 110 pages de pur plaisir. A déguster.

Cavale étranger

La cavale de l’étranger de David Bell :

Quatrième de couverture :

Jusqu’à sa mort, le père de Don Kurtwood avait la réputation d’être un homme sans histoire : époux fidèle, père aimant et lecteur compulsif. Le jour de ses funérailles, un vendeur de livres rares, Lou Caledonia, se présente à Don. Il en sait beaucoup sur M. Kurtwood, et il doit en parler. Rendez-vous est pris pour le lendemain. Mais à son arrivée à la boutique, c’est un cadavre que Don découvre. Quelles révélations s’apprêtait à faire Lou Caledonia ? Comment expliquer que Don en sache si peu sur son père ? Avec ce roman à l’écriture limpide et envoûtante, David Bell s’interroge sur ce lien unique et ténu qui tisse les relations père-fils.

Mon avis :

Comment créer une histoire, donner pleins d’espoirs au lecteur, et faire retomber le soufflé ? C’est un peu comme cela que je pourrais résumer mon avis. Avec un démarrage plein de promesses, le narrateur va chercher à connaitre son père. De fil en aiguille, il découvre qu’il fut un auteur de roman, d’un seul roman, un western. Sauf que, on attend surtout que l’histoire décolle …

Et non ! L’auteur, en ébauchant des thèmes qui auraient pu être forts, s’enferme dans la simple description de son intrigue. Et du coup, le manque de sentiments, le manque d’émotions devient flagrant … et on se prend à regretter qu’avec un sujet pareil, on n’ait entre les mains qu’un bon scenario de téléfilm. Quelle déception !

Pouy à l’Atelier In8

Depuis quelque temps maintenant, les éditions Atelier In8 sortent des novellas en moyen format. Nous avons l’occasion, dans cette collection Polaroid, dirigée par Marc Villard, de lire des textes écrits par nos plus grands auteurs français. Honneur à Jean Bernard Pouy qui a écrit deux titres parmi la quinzaine de titres disponibles à ce jour :

Calibre 16mm :

Calibre 16mm

Quatrième de couverture :

Vincent apprend qu’il hérite de Matilda Rosken, excentrique américaine installée en France. Il pense d’abord à une farce, mais les boîtes de pellicule que lui lègue la mamie le renvoient à sa jeunesse de cinéphile adepte des films expérimentaux. La flamme se rallume. Des noms de réalisateurs oubliés dansent la sarabande sous ses yeux : Gérard Malanga, Tony Conrad, Michaël Snow, Bruce Conner, Paul Sharitz. Quand des malfaisants cherchent à s’emparer de son héritage, il ne s’inquiète pas trop. Sauf que la menace se précise.

Que peut bien écrire l’inénarrable et prolifique Jean-Bernard Pouy lorsqu’il choisit d’ouvrir son jardin secret et d’initier le lecteur à ses obscures passions ? L’amateur de bons vins nous avait offert le gouleyant Bar parfait, lecture canaille, hédoniste, sautillante. Cette fois, Pouy joue la partie à 100% car il nous révèle une marotte bien moins partagée, volontiers taxée d’élitiste, celle du cinéma expérimental. Titulaire d’un DEA d’histoire de l’art en cinéma, il nous cornaque dans les milieux arty des années 70, jusqu’à la Factory de Warhol, mais avec humour, potacherie, insolence, toujours, et conclut cette nouvelle noire par une farce, outrancière à souhait.

Mon avis :

Il n’y a pas grand’ chose à ajouter à propos de ce roman. Jean Bernard est un grand auteur de polar, et encore une fois, il nous montre l’étendue de son talent, à travers cette histoire simple. Dès le départ, les personnages sont posés, l’histoire se suit avec une facilité déconcertante, et quand on a commencé le livre, on le finit avec avidité. Il nous décrit aussi des films issus de la période expérimentale des années 70 à 80, que lui seul probablement a vu, il nous montre son amour pour ce cinéma hors du commun, plein d’humour noir et de dérisoire. C’est une histoire simple et malgré ses 60 pages, il n’est pas sur qu’on l’oublie facilement. Encore une fois, Jean Bernard Pouy remplit son objectif de nous divertir intelligemment et ça fait du bien.

Le bar parfait :

Bar parfait

Quatrième de couverture :

Un marathonien du Blanc hante les rues de Paris à la recherche du bistrot parfait. Celui qui proposera mieux que Cabernet ou Sauvignon. Les établissements se succèdent et ne se ressemblent pas. Dans sa quête, il utilise un jeu de Monopoly et découvre ainsi des quartiers qu’il avait jusque-là négligés. Pendant ce temps, un groupe de tueurs prépare une descente dans un vieux rade.

Le Bar parfait est une balade au pays de l’alcool chaleureux, des éblouissements autour du zinc, des ivresses des arrière-salles enfumées. On marche dans la lumière sourde des bar-tabacs en compagnie d’un narrateur qui ressemble terriblement à un Jean-Bernard Pouy.

Mon avis :

C’est pratique, les RTT. Le narrateur se met à chercher le bar parfait. Et, en commençant à 10 heures du matin, il faut trouver le vin blanc. C’est parti pour une vadrouille à Paris, en suivant les cases du Monopoly, trouvé dans un vide-grenier.

Qui d’autre que Jean-Bernard Pouy peut prendre un sujet aussi simple et en faire une novella jouissive ? Quel plaisir d’arpenter les rues de Paris et d’assister à des discussions toutes aussi décalées les unes que les autres. Et même si les passages avec les tueurs à gages sont moins convaincants, ce petit roman reste un moment à part que seul un auteur comme lui peut mener à bien. Et si vous voulez savoir si le narrateur trouve le bar parfait, ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler la fin, et encore moins l’adresse. Il ne vous reste plus qu’à acheter ce Bar Parfait.

Novella : Le 6 coups de minuit de Antoine Léger (Paul & Mike)

Voici une novella, un petit roman de 133 pages qu’il serait bien dommage de ne pas lire, car vous pourriez bien passer à coté d’un auteur dont le style est d’une subtilité rare. Quand en plus, cela s’ajoute à une intrigue … intrigante, et bine trouvée, cela donne une excellente surprise comme je les aime.

Commençons par le début, et ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler toute l’intrigue, pas seulement à cause du faible nombre de pages, mais surtout à cause du dernier rebondissement de la dernière page. Le début donc, c’est une préface de Claude Mesplède, notre expert en littérature policière. Claude nous présente ce jeune auteur, et nous parle de sa passion, de sa volonté, de son travail pour construire son style. C’est simple, et surtout cela donne envie.

Moscou, Russie, de nos jours. Le roman s’ouvre sur un homme qui s’installe dans un couloir du métro Kiyevskaya. Les gens passent devant lui, sans plus le voir. « Le propre d’un mendiant, c’est de disparaitre deux fois, d’abord dans le regard des autres, avant de mourir, un jour, comme tout le monde. ». Il s’appelle Vlad, a quarante deux ans, et se balade toujours avec un petit carnet, où il y note des mots, des phrases. Vlad quitte le métro et se dirige vers le sous-sol du CCIM Moskova City, le célèbre centre international d’affaires. C’est là qu’il a rendez vous avec son destin.

Elle est née en Russie. Comme toute nouvelle née, elle ne sait pas où elle est, ni où elle va, ni ce qu’elle va devenir. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle est née dans une usine et que son avenir s’ouvre devant elle … mais quel avenir ?

Nous allons donc suivre ces deux itinéraires, ces deux vies, jusqu’à leur rencontre. En effet, Antoine Léger nous raconte la vie de Vlad, de façon non linéaire, mais de façon suffisamment explicite pour qu’on le suive avec intérêt. Le style de Antoine Léger est très plaisant, subtil, imagé, avec une précision dans les mots, une tendresse dans les phrases que l’on a l’impression de vivre dans une atmosphère cotonneuse. Et d’ailleurs, la vie de Vlad sera emplie de drames avec très peu de moments gais, entre la mort de son père très jeune et sa naturelle solitude, il va nous parler de ses rêves, de ses pensées, des jeux video auxquels il joue. Tout confère à lui faire oublier le réel de sa vie, la monotonie de sa famille, l’inéluctabilité de son destin.

Elle, cette jeune personne mystérieuse, va s’intercaler entre les chapitres consacrés à Vlad. Elle nous livre ses pensées, qui ne dépassent pas une page (ou rarement), et il semble qu’elle a suivi la vie de Vlad depuis sa plus petite enfance. Elle le connait bien, cherche à le connaitre mieux …

Plus le livre avance, plus on est accroché par ce mystère, mais plus on est pris de sympathie pour Vlad. Nous savons que cela va vite se terminer, mais cela va-t-il se terminer bien ou mal ? Car on a beau se laisser bercer par les mots de Antoine Léger, on cherche tout de même à savoir. La dernière page arrive, juste après un chapitre terrible, révoltant, dégueulasse, mais écrit sans violence, avec beaucoup de recul, et c’est d’autant plus frappant. La dernière page arrive et tout le livre devient éminemment logique, bien vu, bien construit, comme un exercice de style, mais aussi comme une démonstration et surtout comme une histoire bien construite. Le 6 coups de minuit est une sacrée découverte.