Archives du mot-clé Parodie

Oldies : Le Grossium de Stanley G.Crawford

Editeur : Gallimard – Série Noire

Traducteur : Marcel Duhamel

Attention, Coup de cœur !

Tous les billets de ma rubrique Oldies de 2019 seront dédiés à Claude Mesplède

Claude Mesplède écrivait des rubriques dans une revue consacrée au polar qui s’appelait Alibi, dans laquelle il proposait des polars édités par la Série Noire qui sortaient de l’ordinaire. C’est comme cela que je me suis procuré ce petit chef d’œuvre de comédie policière.

L’auteur :

Stanley G. Crawford, né le 2 octobre 1937 à San Diego en Californie, est un écrivain américain de roman policier.

Il fait ses études à l’université de Chicago, puis à la Sorbonne à Paris. Il devient professeur d’anglais au Northbranch College de Santa Cruz. Il rédige également plusieurs articles pour la presse (New York Times, Los Angeles Times, Country Living…) et est l’auteur de cinq romans et de deux mémoires.

Son premier titre, Le Grossium, publié à la Série noire en 1969, raconte les aventures de Gascogne, un magnat de l’alimentaire qui tient sous son emprise l’ensemble de la ville et dont la domination se voit remise en cause par un individu anonyme. Ce roman, un excellent pastiche du roman noir d’alors, offre une virulente critique de l’économie américaine et de sa notion de libre entreprise.

Les autres romans de Crawford n’appartiennent pas au genre policier. Carnet de bord (1971), par exemple, est le récit poétique et humoristique des mésaventures d’un couple qui met les voiles sur un chaland chargé d’ordures ménagères pour un périple de quarante ans sur toutes les mers du globe.

(Source : Wikipedia)

Quatrième de couverture :

« Le téléphone sans fil sonne : « Gascogne ? fait une voix pas du tout familière. – Qui voulez-vous que ce soit ? Et vous qui êtes-vous ? – Peu importe. Rufus Raffa vient de prendre une balle entre les deux yeux. – Pas possible ? Et pourquoi me le dire à moi ? – Je croyais que vous étiez… » Là-dessus, il raccroche. La mort de Raffa, en être le premier ou le dernier informé, c’est du kif, car personne n’ira se rincer le canal lacrymal à cette nouvelle. Surtout pas moi. »

Mon avis :

Attention, coup de cœur !

Comme je le disais, ce roman est un petit chef d’œuvre de comédie policière. Jugez-en plutôt avec ce bref résumé du début de l’intrigue :

Gascogne est dans sa voiture quand on l’informe par un coup de fil anonyme de la mort de Raffa, truand renommé du coin. Immédiatement, il appelle Raffa et celui-ci va bien, puisqu’il lui répond. Si on lui a annoncé la mort en avant-première, Gascogne y voit la chance de se faire du fric. En arrivant chez Raffa, il voit la voiture du commissaire O’Mallolloly, et son chauffeur qui fume la pipe. Quand il fait le tour de la maison, il voit Nadine, la femme de Raffa qui part suivie de Dimitri le chauffeur de Raffa. Puis c’est au tour de Nancy, la maîtresse de Raffa, de fuir le navire à poil ; soudain, un homme déguisé en Ours des Cocotiers Géants descend du balcon au bout d’un drap enroulé en forme de liane. Il repart, passe un coup de fil à son standardiste / homme à tout faire Chester. Celui-ci lui annonce qu’on vient de découvrir Raffa, mort d’une balle dans la tête. Décidément, il se passe des choses pas nettes dans sa ville …

Si vous croyez que mon bref résumé est fou, sachez que ce n’est rien à côté du reste du roman. Ce roman est d’une drôlerie irrésistible, burlesque d’un bout à l’autre, avec des dialogues savoureux et une intrigue énorme ! Et le gros attrait de ce roman est son rythme effréné, mené tambour battant par un Gascogne qui court (au volant de sa voiture) d’un endroit à l’autre.

Le personnage de Gascogne est clairement un pur joyau, empreint d’un mystère que l’on va voir se lever petit à petit au long de l’intrigue. Tout d’abord, on croit qu’il est détective privé, puis qu’il est au service de truands tels que Raffa. Puis on se rend compte qu’il tient beaucoup de gens au creux de sa main, par chantage ou prêt d’argent. On finit par se rendre compte qu’il est propriétaire (au moins en partie) d’un nombre incalculable de boutiques de sa ville et que le maire ne peut rien lui refuser. Finalement, il s’avère être le roi de cette ville, un roi caché qui gère en sous-main toutes ses affaires. Le roman se déroulant sur 2 jours, Gascogne vit une vie de fou, gérant ses affaires sur son téléphone sans fil (je vous rappelle que le roman a été écrit en 1965 !) et mène la vie dure à ses employés, ne leur laissant aucun répit.

Enfin, derrière son histoire foldingue, Stanley G. Crawford décrit une Amérique en proie à la consommation à outrance. Il y a des publicités partout pour forcer les gens à acheter, les noms des boutiques sont eux-mêmes de véritables pubs (hilarantes au passage) et on propose aux gens d’acheter n’importe quoi, même des souris miniatures qui se reproduisent à une vitesse phénoménale (ce qui démontre une nouvelle fois un côté visionnaire si on pense aux manipulations génétiques d’aujourd’hui).

Je vous le dis, je vous le répète, ce roman, c’est un chef d’œuvre d’humour, une comédie policière immanquable et pas seulement une parodie du genre ! Coup de cœur !

Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes

Editeur : Baker Street

Traducteurs : Isabelle D. Philippe, Laure Joanin, Martine Leroy-Battistelli, Jean-Luc Piningre, Julie Maillard-Pujos et Yves Sarda.

Le personnage de Sherlock Holmes est tout de même inédit dans la littérature. Créé par Sir Arthur Conan Doyle, il est devenu si connu que beaucoup de gens croient qu’il a existé. Rien que pour ça, il est passé à la postérité ! Evidemment, cela peut irriter ou amuser certains auteurs. Par conséquent, de nombreuses nouvelles prenant pour personnage principal Sherlock Holmes sont sorties de tout temps. Ce recueil de nouvelles en regroupe un certain nombre, balayant une période allant de 1892 à 2012. Elles sont toutes écrites par des auteurs reconnus et optent pour une parodie du grand détective, chaque auteur y amenant son style humoristique propre. Plus qu’une curiosité, c’est un drôle de divertissement drôle que les éditions Baker Street nous offrent.

Le grand mystère de Pegram de Robert Barr :

Sherlaw Kombs s’ennuie chez lui et reçoit la visite de son ami Whatson. Un journaliste débarque et lui demande son aide pour résoudre le mystère de Pegram : Un homme a été retrouvé assassiné dans un train et on lui a dérobé tout son argent. Alors que le début de l’histoire montre toute la logique du grand maitre, la fin se termine par un grand éclat de rire cynique et cruel. Comme quoi, l’humilité, ça peut servir !

L’aventure des deux collaborateurs de James M.Barrie :

Sherlock Holmes devine qui sont les deux hommes qui viennent le voir sans les connaitre. Heureusement qu’il y a un paragraphe avant la nouvelle proprement dite, pour nous expliquer le contexte. Cette nouvelle est en fait une Private Joke que Sir Arthur Conan Doyle adorait.

La kermesse du terrain de cricket de Sir Arthur Conan Doyle :

C’est une nouvelle ne mettant en scène Sherlock Holmes et le Docteur Watson où l’auteur se moque de son héros. Sherlock arrive à deviner la teneur d’une lettre que Watson vient de recevoir.

Le cambriolage d’Umbrosa de R.C.Lehmann :

Invités dans la demeure du gouverneur John Silver, Picklock Holes et le docteur Potsonvont déjouer un cambriolage avant qu’il ait lieu. Fort bien écrite (et traduite), cette nouvelle flirte avec l’absurde. Je me suis beaucoup amusé.

Le vol du coffret à cigares de Bret Harte :

Le grand Hemlock Jones a été victime d’un vol : on lui a dérobé son coffret à cigares, que l’ambassadeur de Turquie lui avait offert. C’est une nouvelle hilarante où l’auteur se moque ouvertement de Sherlock Holmes … même si la chute est triste.

Scotland Yard de R.C.Lehmann :

Picklock Holes s’amuse à piéger l’inspecteur Lumpkin de Scotland Yard avec la complicité de son compares Potson. C’est une nouvelle qui flirte avec le burlesque, une sorte d’illustration de l’arroseur arrosé.

La beauté secourue de William B.Kahn :

Une nouvelle fois, l’humour absurde fait mouche dans cette nouvelle où Combs se transforme en bureau des renseignements.

Herlock Sholmes arrive trop tard de Maurice Leblanc :

Le créateur d’Arsène Lupin a parfois utilisé Herlock Sholmès dans le but de créer un duel entre les deux fantastiques personnages. Ici, en une trentaine de pages, nous allons visiter le château de Thibermesnil, faire la rencontre d’illustres personnages, assister à un vol audacieux, tomber amoureux de miss Nelly, et voir Sholmès résoudre le mystère du passage secret. Une grande nouvelle.

D’un cheveu de Jean Giraudoux :

« Je sortais des bras de Madame Sherlock Holmes, quand je tombais, voilà ma veine, sur son époux. ». Le docteur Watson va assister à l’esprit infaillible de logique de son ami, dans cette nouvelle qui m’a tiré un bel éclat de rire.

Arthur Conan Dyle de Jack London :

Jack London, dans un extrait de sa biographie, écrit sa fascination pour l’auteur de Sherlock Holmes et sa volonté de le rencontrer. Passionnant.

L’aventure de l’éditeur de livres d’art assassiné de Frederic Dorr Steele :

Le célèbre illustrateur des enquêtes de Sherlock Holmes écrit, dans cette nouvelle, une charge contre les éditeurs malhonnêtes. S’il n’y a pas de déduction logique, cette nouvelle permet à l’auteur de vider son sac.

Le meurtre de la cathédrale de Canterbury de Frederic Arnold Kummer :

Vous y croyez, vous, à Holmes et Watson en version féminine ? C’est bien ce que nous propose cette nouvelle, en mettant en scène la fille du grand Sherlock. Apparemment, la fille a les mêmes qualités que son père, sans les défauts. Cette nouvelle est tout simplement excellente, et probablement une des meilleures de ce recueil (à mon humble avis).

La plus grande machination du siècle de René Reouven :

Nous allons enfin découvrir la vérité sur la mort de Sherlock Holmes, à travers un éditorial écrit par le colonel Moriarty, le soi-disant frère du Professeur qui a poussé le détective dans le vide. Une autre façon de détourner le mythe.

Epinglé au mur de Peter G.Ashman :

L’auteur nous propose un recueil de lettres restées sans réponse et adressées à Sherlock Holmes après sa mort. Très drôle.

L’aventure de l’héboniste chronique de Ely M.Liebow :

Un Sherlock Holmes mâtiné à la sauce Humour juif.

L’autre défenestration de Pargue de Jacques Fortier :

Les deux dernières nouvelles (celle-ci et la suivante) sont plus récentes. Pour autant, cette défenestration, si elle est moins ironique, est remarquable par la logique déployée par le génial détective.

L’aventure du banquier pervers de Bernard Oudin :

Même si cette nouvelle n’a rien à voir avec l’affaire du Sofitel de New York de DSK, c’est avec à la fois beaucoup d’humour et de sérieux que l’auteur reprend une affaire similaire pour démontrer tout le génie de Sherlock Holmes. De quoi le regretter !

Ne ratez pas l’avis de l’Oncle Paul