Archives du mot-clé Pays Basque

Ils ont voulu nous civiliser de Marin Ledun

Editeur : Flammarion

Marin Ledun fait partie des meilleurs auteurs français de polar social, du moins c’est mon avis, et ce n’est pas son dernier en date qui va me faire changer d’avis. Marin Ledun nous convie donc au pays basque pendant la tempête de 2009.

Thomas Ferrer est un escroc à la petite semaine, vivant de petits larcins. Il se contente de vols de volailles et les revend à Baxter pour quelques centaines d’euros. C’est sa façon à lui de survivre, surtout depuis qu’il est sorti de ses quelques mois de prison. Baxter est officiellement fournisseur de matériel de surf, sport pour lequel il voue une passion sans bornes. Ses activités de receleur lui permettent d’augmenter ses fonds. Ce jour-là, Ferrer rapporte des canards dérobés dans une ferme des environs. Baxter lui propose la moitié de l’argent qu’il avait promis. Ferrer devient furieux et laisse Baxter pour mort en emportant le contenu du tiroir de bureau de Baxter soit 112 000 euros dans une enveloppe.

Ferrer prend la fuite dans sa voiture pourrie, et a bien du mal à rester sur la route tant les vents sont violents. Il s’aperçoit un peu plus loin qu’il est suivi par Baxter, accompagné des deux frères Corral et Villeneuve, deux complices réputés pour être des tueurs sans pitié. La voiture de Ferrer finit dans le fossé quand celle de Baxter est écrasé par un arbre. Ferrer s’enfonce dans la forêt de pins et cherche refuge dans une maison isolée.

Cette maison perdue au fond des pinèdes est habitée par un vieil homme, bucheron de son état. Tout le monde l’appelle Alezan. Car il a fait la guerre d’Algérie, a connu l’horreur, la peur de tous les instants et en est venu à détester tout le monde. C’est pour cela qu’il ne sort jamais sans son pistolet et que son fusil est toujours à portée de main dans la cuisine. Ferrer et Alezan vont devoir s’allier pour faire face aux assauts de leurs poursuivants dans un décor d’apocalypse.

Ceux qui connaissent la plume de Marin Ledun ne seront pas surpris, tant le style s’avère sec et sans concession. Si je ne parlerai pas d’efficacité, il n’en reste pas moins qu’il y a une réelle volonté de n’écrire que ce qui est utile au propos. De ce coté là, on est en territoire connu et on retrouve le même plaisir à lire ce livre, puisque notre imagination remplit les vides que l’auteur ne veut pas remplir.

Par contre, là où d’habitude il place les personnages au devant de la scène, l’auteur prend son temps pour peindre son décor, un décor bien particulier puisque les forces de la nature se déchainent tout au long du livre. De ce point de vue là, le style minimaliste remplit son aoeuvre puisque l’on s’imagine les arbres tombés, les maisons transformées en ruine et un paysage dévasté.

Une nouvelle fois, les personnages sont très bien campés : outre Baxter et les frères qui sont les truands cinglés de l’histoire, il dessine Ferrer comme un marginal créé par la société et Alezan comme une victime collatérale de la guerre d’Algérie. De tout cela, on retrouve le thème cher à Marin Ledun qui est que la société maltraite les gens alors qu’elle devrait œuvrer pour leur bien. Pour autant, comme d’habitude, il ne prend pas position, laissant le lecteur se faire sa propre opinion.

Je pourrais conclure ce billet en vous disant que comme d’habitude, le nouveau Marin Ledun est formidable, s’il n’y avait cette thématique de fond, qui n’arrête pas de me hanter. Marin Ledun confronte ses personnages fous furieux à la folie de la nature. Il n’y aura pas de gagnant, que des perdants, mais il restera de cette lecture une question : Est-ce la nature qui rend les hommes fous ou les hommes qui la rendent folle ? Ils ont voulu nous civiliser est une nouvelle fois une grande réussite.

Ne ratez pas l’avis des amis Claude, Yan,  et Fred

Au fer rouge de Marin Ledun (Ombres noires)

Après L’homme qui a vu l’homme, Marin Ledun nous offre à nouveau avec ce roman une histoire speedée, qui se passe dans le pays basque. Même si ce n’en est pas réellement la suite, Au fer rouge fait référence à ce qui se passe dans le précédent roman. Et cela tombe bien, L’homme qui a vu l’homme vient de sortir en format poche. Donc, un conseil : Achetez les deux romans … et lisez les l’un à la suite de l’autre.

Le type est jeune ; c’est son anniversaire aujourd’hui. Alors, avec cette affaire, il va se faire du pognon et pouvoir fêter ça en grandes pompes à Madrid. Le type est espagnol, et, avec ses deux potes, roule en direction de la France, avec à bord de la Mondeo une centaine de kilos de cocaïne. Sauf qu’à l’arrivée, ils sont accueillis par quatre types cagoulés, qui vont récupérer la drogue et garder le fric pour eux. Lui finira dans une valise comme ses potes, jetés en pleine mer.

Sur les 3 valises, une seule est rejetée par la mer et retrouvée par la police. L’équipe de Meyer est chargée de l’enquête. Avec la lieutenante Emma Lefebvre et le lieutenant Garnier, ils vont démêler le sac de nœuds de cette histoire fictive mais pas trop. Car Le lieutenant Garnier est un flic qui a participé à l’assassinat des trois jeunes ; il sait que la moitié de la cocaïne a disparu ; il sait qui est à la tête du gang. La lieutenante Emma Lefebvre, quant à elle, a été une victime rescapée des attentats de Madrid en 2004 et est très motivée à l’idée de découvrir des terroristes de l’ETA.

En parallèle de cette affaire, nous suivons l’itinéraire de Javier Cruz, ancien membre de la cellule anti-terroriste espagnole, et en posté en France. La distance est faible entre le bien et le mal. Il sait que l’on peut se faire beaucoup d’argent avec la drogue et par la même occasion museler les velléités d’indépendance en inondant le pays basque de cocaïne. Il va utiliser ces 50 kilos à cette fin, en même temps qu’il va investir dans l’immobilier, aidé en cela par de grands pontes français.

Si vous avez lu, si vous avez aimé L’homme qui a vu l’homme, alors vous allez adorer Au fer rouge. Car si ce roman ne se veut pas une suite, il s’inscrit tout de même dans la continuité, dans les mêmes lieux géographiques, dans la même bourbe. Et vers le milieu du livre, on reparle des deux journalistes du précédent opus en dévoilant la fin. Surtout, je trouve que Marin Ledun a trouvé un style, une façon de couper ses intrigues, de pousser ses personnages, de décrire leur psychologie qui fait que ses romans sont passionnants.

Avec ses chapitres courts, cela va vite. C’est un roman d’enquête et malgré cela, cela court à une vitesse folle. Il y a une petite dizaine de personnages et malgré cela, on suit chacun d’entre eux avec une facilité déconcertante. Et surtout, Marin Ledun n’en rajoute pas, son style est d’une efficacité prenante, et on a l’impression que chaque phrase apporte quelque chose à l’intrigue. Bref, il est impossible de lâcher ce roman !

Et puis, même si Au fer rouge semble être une suite, pour moi, c’est surtout le roman où Marin Ledun enfonce le clou. Il va plus loin dans l’intrigue, il va plus loin dans la dénonciation, il va plus loin dans l’horreur. Tous les personnages sont tous bipolaires, flirtant avec les limites, oscillant entre le bien et le mal. Avec Marin Ledun, il n’y a pas d’innocents, seulement des victimes qui, à la fin, sont perdantes. Il clame haut et fort pourquoi et comment dans un pays en guerre la ligne de démarcation entre le bien et le mal a disparu. Et il le fait d’une excellente manière !

J’écrivais sur son précédent roman : « D’ailleurs, de tous ceux que j’ai lus de cet auteur, L’homme qui a vu l’homme est incontestablement le meilleur de son auteur … jusqu’au prochain. » Avec Au fer rouge, Marin Ledun semble avoir trouvé son style, son rythme, son sujet, sa croix. S’il est plus ou moins la suite du précédent, Au fer rouge enfonce le clou de belle manière. C’est passionnant en mieux. Mais où Marin Ledun va-t-il s’arrêter ?

Je me dois de signaler un article que j’ai trouvé sur le Net qui est passionnant chez Eklektika : http://www.eklektika.fr/au-fer-rouge-entretien-avec-marin-ledun-il-suffit-dimaginer-le-pire/