Archives du mot-clé Peur

Peur de Dirk Kurbjuweit

Editeur : Delcourt

Traducteur : Denis Michelis

Voilà un roman conseillé par mon ami Richard le Concierge Masqué, que j’avais l’intention de lire … mais pas tout de suite. Il faut dire que la couverture me faisait penser à un thriller et j’avais peur que cela soit sanglant … mais pas du tout. C’est un pur roman psychologique.

Randolf Tiefenthaler va rendre visite à son père en prison, qui a dépassé les soixante dix ans. Il vient d’en prendre pour 7 ans, pour avoir tué Dieter Tiberius, le voisin de Randolf. Randolf va le voir avec toute la famille, sa mère, sa femme, ses enfants. Ils ne se disent pas grand-chose, ils ne se sont jamais beaucoup parlé. Randolf considère qu’il a eu une enfance heureuse, mais il a toujours eu peur.

Son père était fan d’armes à feu. Il les collectionnait, s’entrainait dans un centre de tir, et apprenait à ses enfants à tirer. Randolf en a conçu une peur, celle que son père puisse le tuer. Sa réaction a été de se construire une vie confortable à l’abri des dangers. Il est devenu architecte, a épousé une femme belle et intelligente, a de beaux enfants, a acheté l’appartement de ses rêves. Mais ses rêves deviennent bientôt un cauchemar quand son voisin du dessous commence à les menacer par lettre interposée d’actes ignobles qu’ils n’ont pas fait.

Comme je le disais plus haut, il s’agit d’un pur roman psychologique, voire d’un roman entre littérature blanche et littérature noire. C’est le genre de roman qui peur réconcilier les lecteurs de tout bord, à condition d’aimer le genre en question. Car le sujet s’avère être bien dérangeant, poussant les limites de la morale grâce à un scénario bigrement bien fait et surtout bigrement vicieux. Ce qui est sur, c’est qu’il nous met dans une position bien inconfortable, et que cela ne peut que marquer les responsables de famille que nous sommes.

Si le roman commence par une visite en prison, le narrateur va vite tenter d’expliquer au lecteur comment sa vie de famille a pu arriver à un tel désastre. Il va revenir sur sa jeunesse, sur la passion de son père pour les armes à feu, et sa peur de la figure paternelle. Cette absence de vraie relation paternelle va engendrer une peur de la vie, des autres. Il va donc consacrer sa vie à se créer une zone de confort.

Son confort, il le trouve dans son métier d’architecte et dans son appartement cossu. Il se marie avec une femme belle et intelligente, a deux beaux enfants et trouve dans sa vie de famille la sphère de repos à laquelle il a toujours rêvé. Jusqu’à ce que son voisin de dessous en vienne à exercer un chantage affectif, un harcèlement moral à base de lettre de dénonciation, à propos desquels il ne peut rien.

Autant vous le dire, l’histoire est racontée par le narrateur et il n’y a aucun dialogue ou presque. Mais le narrateur fait preuve d’une justesse et d’une lucidité rares quand il se décrit, à base de retours vers le passé. A force de nous raconter ses souvenirs, à chercher les causes de son malheur, il arrive à nous mettre dans sa position, celle d’un homme aux prises à un problème où tous les choix qui s’offrent à lui ne sont des bonnes solutions.

Et cette position est bigrement inconfortable, voire insupportable. Il n’y pas vraiment de suspense, même si nous avons accès à la vérité à la fin du roman, mais il y a une vraie mise en position, d’un mari qui veut protéger sa famille et ne sait pas quoi faire. En tant que légaliste, c’est révoltant, mais en tant qu’homme, c’est marquant. Parce qu’on se retrouve pris entre deux feux, ne sachant finalement pas quoi faire … comme le narrateur. Vous l’avez compris, ce roman est dérangeant, et m’a bien marqué.

Adieu demain de Michael Mention (Rivages Noir)

Revoilà Michael Mention, en pleine forme en plus. Ce n’est un secret pour personne que j’adore cet auteur. On retrouve dans ce roman les thématiques chères à cet auteur de grand talent, qui nous montre une nouvelle fois que l’on peut écrire un roman policier / thriller qui fait réfléchir. Pour le coup, ce roman est une grande réussite que j’ai avalée en deux jours !

Adieu demain se veut le deuxième tome d’une trilogie, consacrée à l’Angleterre contemporaine, post Thatcher. L’argument de vente de dire qu’il y est fait allusion à l’éventreur de Yorkshire est en fait mensonger. Tout juste y verra-t-on des gens qui ont connu le début des années 80 et la psychose autour de ces meurtres. Ou même y rencontrera-t-on des policiers ayant trempé dans cette affaire. L’auteur annonce au début du roman qu’il s’est inspiré de Stephen Griffiths, le tueur à l’arbalète, en précisant qu’il a modifié le nombre de victimes. Si je fais ce préambule, c’est surtout pour vous dire que ce roman est une œuvre de fiction et que c’est un putain de bon bouquin.

Jim et Moira sont un couple comme un autre qui va avoir un enfant. Il s’appellera Peter. Il va subir la pauvreté de ses parents, l’alcoolisme de son père, les violences conjugales. Il va essayer de protéger son frère et sa sœur de ces atrocités. Alors qu’il passe un week-end chez le grand-père, il se découvre une phobie envers les araignées, qui le rend fou dès qu’il en voit une. Une sensation incontrôlable.

Peter approche de la majorité. Il n’en peut plus de l’ambiance pourrie de la maison et s’en va vivre en ville. Il s’en sort de petits boulots en petits boulots. Puis, alors qu’il invite une fille chez lui, la vue d’une araignée le rend fou. Il descend chez l’épicier du coin mais a oublié son argent. L’épicier lui refuse de faire crédit, alors il devient fou et le tape, le frappe, juste pour obtenir le vaporisateur anti-araignée. La police l’arrête et il passera quelques années en prison, où il rencontrera brièvement Peter Sutcliffe, l’éventreur du Yorkshire. A sa sortie de prison, il choisit de faire des études de criminologie.

En ville, les meurtres s’accumulent. Des femmes sont tuées à l’aide d’une arbalète, puis sont atrocement mutilées, découpées. Mark Burstyn, que l’on a rencontré dans Sale temps pour le pays, est devenu superintendant et est en charge de cette affaire. Il s’use la santé, se donnant à fond pour cette affaire. Il va identifier un jeune enquêteur de son équipe, Clarence Coper, dont la passion peut le servir. Il va lui demander de s’introduire dans un cabinet de psychologie spécialisé dans la maitrise des peurs, tenu par le docteur Kraven.

Dans ce roman, Michael Mention prend beaucoup de libertés par rapport aux codes du polar. De la vie de Peter, il passe ensuite à l’enquête pour mettre en avant deux inspecteurs en charge de l’enquête. Et encore une fois, il fait fort dans sa description des psychologies, il fait fort dans ses situations, il fait fort dans ses dialogues, il fait fort dans ses thématiques. Car on a bien du mal à classer ce roman, si tant est que j’en ai envie, à la fois roman policier, thriller, roman psychologie, brulot démonstratif de dérives sur la manipulation des masses.

Des personnages d’abord, d’une vraisemblance sans failles, je retiens Peter, sorte de prisonnier de ses peurs, mais aussi personnages commun qui vit de petits boulots, qui a envie de s’en sortir, et qui est soumis à un dilemme entre son envie d’avancer et sa peur des araignées qui le rend totalement fou. De Mark Burstyn, on retrouve une évolution du personnage que l’on n’aurait pas deviné. On l’avait laissé fort comme un roc, indéboulonnable, prêt à abattre des murs ; on le retrouve toujours aussi motivé mais un peu perdu, car ayant peur d’une nouvelle affaire comme celle du Yorkshire. On le trouve aussi redoutablement manipulateur envers Clarence Cooper. Et quelle trouvaille que ce personnage de Clarence, un jeunot qui est hyper motivé et qui fait une confiance aveugle à son supérieur, qui accepte au détriment de sa vie, de s’infiltrer parmi des malades de toutes sortes. Et Michael Mention s’en donne à cœur joie pour décrire la descente de cet homme qui s’invente une peur et qui tombe dans un abime sans fond.

Dans ce roman, Michael Mention a grandi, jusqu’à devenir grand. Sa façon de mener son intrigue tout au long des 375 pages force le respect, car toutes les scènes s’enchainent avec une logique que l’on suit avec un plaisir malsain, on se retrouve plongé dedans grâce à cette fluidité qui nous emprisonne jusqu’à la dernière page. Il y a aussi cette façon de créer des scènes incroyables, de les mettre en scène, et de les rendre inoubliable. Je pense, en particulier, à cette scène de plongée sous-marine où Clarence en vient à révéler la peur qu’il s’est lui-même inventée. Une scène d’une force, d’une tension incroyable et qui est un petit chef d’œuvre. Enfin, Michael Mention s’est débarrassé de ses effets de style, ne les ajoutant que quand c’est strictement nécessaire. Et puis surtout, quels dialogues, placés comme il faut, et tellement expressifs.

Le sujet enfin, car avec Michael Mention, il y a toujours un sujet de fond que sert l’intrigue du roman. La peur, celle qui est incontrôlable, celle qui peut vous faire péter un boulon, celle qui vous fait dérailler, est réellement le sujet principal. Et quand il nous montre comment on utilise les peurs des gens pour mieux les manipuler, pour mieux les contrôler, pour mieux les diriger, pour mieux les gérer, ce roman devient à ce moment là d’un tout autre niveau. L’illustration qu’il en donne par petites touches tout au long du roman ne fait que démontrer que cet auteur, en dehors du fait qu’il sait mener une intrigue, a aussi une acuité et un recul tel qu’il nous ouvre les yeux sur des choses dont on n’a même plus conscience. La peur du chômage, la peur du nucléaire, la peur des autres, la peur pour nos enfants, toutes les communications aujourd’hui tournent autour de ces thématiques pour mieux nous contrôler.

Je ne dirai qu’une chose pour conclure : Lisez ce livre, dégustez-le, asseyez-vous et réfléchissez !

 Ne ratez sous aucun prétexte l’interview chez notre concierge masqué ici.