Archives du mot-clé Professeur

Le rouge et le vert de Jean-Bernard Pouy

Editeur : Gallimard Folio

Rien de tel qu’un roman de Jean-Bernard Pouy pour se redonner le sourire, même si dans le cas présent, il peut sembler décousu.

Adrien, surnommé Averell par sa compagne Violette, a l’inconvénient d’être daltonien et l’avantage d’être un nez. Cela lui permet de travailler en indépendant auprès des grands créateurs de parfum et d’avoir du temps libre, beaucoup de temps libre, pour apprécier les romans noirs, dont il est friand et d’observer notre monde.

Violette est invitée chez son responsable, Bernard, chercheur en sociologie au CNRS, pour un diner. Adrien sait qu’il ne doit pas faire d’impair, mais devant l’attitude hautaine et bavarde du maître de maison, il intervient et répond du tac au tac. Il s’invente orphelin puis riche héritier par pure provocation.

La discussion vire bientôt sur les romans d’enquête, seuls romans ouverts sur le monde, et Bernard le prend au mot. Il est prêt à l’embaucher afin qu’il enquête. La seule contrainte, c’est qu’Adrien devra trouver le sujet de son enquête. Le provocateur provoqué va se lancer à corps perdu dans la recherche d’une intrigue qui n’existe pas.

Avez-vous déjà lu un polar, un roman à enquête, sans meurtre, sans suspense, sans mystère ? c’est le pari relevé par Jean-Bernard Pouy, qui nous a habitué à ces romans sortis de nulle part. Ce sera l’occasion pour l’auteur de nous montrer l’importance d’observer les gens, pour mieux les comprendre.

Sans en avoir l’air, il construit donc un microcosme autour du « nez », et lui laisse la parole pour nous parler du temps, des informations, du monde mais surtout des gens, leurs habitudes, leurs travers mais aussi leurs qualités. D’un hommage pour le roman noir, il en tire une leçon de vie, provoquant parfois, critiquant souvent mais surtout montrant un esprit d’ouverture plein de bon sens.

Libéré d’une intrigue toute faite, mathématiquement construite, il nous bouscule avec humour dans ce récit débridé, provocateur comme son personnage, mais aussi questionneur sans donner de leçons. A force de courir sans savoir sa destination, le monde tourne de moins en moins rond et c’est peut-être bien la leçon à retenir de cette fable, à déguster pour peu que l’on apprécie les récits décousus.

Publicité

Des poches pleines de poches

C’est déjà la 11ème rubrique consacrée aux livres de poches, avec deux auteurs que j’affectionne particulièrement : Luis Alfredo et Jérémy Bouquin

Divin Toulouse de Luis Alfredo

Editeur : Cairn éditions

Depuis quelque temps, la ville de Toulouse connait une série d’actes odieux qui adviennent tous les mardis. Tous ces actes, du vandalisme d’un cimetière à l’agression violente de personnes (prostituées ou homosexuel) vont atteindre leur apogée pendant le carnaval où l’explosion d’un char va tuer une vieille femme. Le groupe s’appellerait Groupe Divin-Marquis en faisant référence au Marquis de Sade.

Le compagnon d’une des victimes va demander au détective privé Juan Nadal de trouver les coupables, ne faisant que peu confiance à la police pour résoudre un tel cas. Il va prendre contact avec son ami René-Charles de Villemur (que l’on connait par ailleurs dans la série Itinéraire d’un flic du même auteur) et faire la rencontre de sa voisine Juliette, elle aussi victime du groupe pour ses activités de prostituée.

On retrouve dans ce roman ce style si littéraire que j’adore qui convient parfaitement à cette histoire, surtout quand on fait appel au Marquis de Sade. Ecrit à la première personne, on va découvrir Juan Nadal et ses centres d’intérêt (surtout les belles femmes). Le scenario va respecter tous les codes du genre, des interrogations de l’enquêteur aux interrogatoires des intervenants, des scènes d’action aux scènes de sexe.

Il est amusant d’avoir voulu, de la part de l’auteur, entrer dans cette histoire et proposer au lecteur (et donc à Juan aussi) une énigme inextricable et impossible à résoudre. Le déroulement en ressort aussi fortement appréciable mais surtout remarquablement retors, en nous ayant manipulé tout au long de ces 300 pages, sans oublier l’humour doucement cynique qui relève l’intérêt. Du très bon polar.

Tableau noir du malheur de Jérémy Bouquin :

Editeur : Editions du Caïman

Céline débarque dans sa nouvelle maison de banlieue avec son adolescent Ghislain. Elle va prendre en charge une classe de CM2 et on lui a réservé la classe des « durs ». Pour elle, il s’agit surtout de tourner la page d’un passé douloureux, avec la mort de son mari dans un accident de la route et une belle famille qui veut exercer son droit de visite (voire plus) sur leur petit fils.

« La nostalgie a le goût de l’amertume. La mélancolie, celui d’un relent de bière. » (Page 178)

Après la journée d’intégration des professeurs des écoles, elle découvre sa classe et commence par évaluer leur niveau. Elle se rend vite compte des énormes lacunes qu’ils ont, et fait connaissance avec le noyau dur, au fond de la classe : Kevin, Tanguy et surtout Gary. Et quand elle s’épanche auprès du directeur de ses observations, on lui rétorque que l’année prochaine, ils auront quitté l’école élémentaire et cesseront donc de gêner les autres ici.

Ce roman fait partie des romans de l’auteur qui vont faire un constat sur la vie des « petites » gens à travers une intrigue qui se veut autant sociale que noire. Céline veut faire son travail de la meilleure façon qui soit, parce qu’elle croit en son métier. Elle s’aperçoit vite que tout le monde a jeté l’éponge et songe plus à se débarrasser des éléments gênants, plutôt qu’à remplir leur fonction.

On le voit tous les jours, on le subit tous les jours et on ne fait rien quant à l’éducation de nos enfants. Face à ce constat sans appel, Jérémy Bouquin y ajoute une intrigue qui montre une jeune femme poussée à bout et qui petit à petit va perdre pied, aussi bien dans sa sphère personnelle que son environnement professionnel. A partir de là, il ne faudra pas attendre une issue positive et on en ressort avec un goût amer dans la bouche.

Les fils de la poussière d’Arnaldur Indridason

Editeur : Métailié (Grand Format) ; Points (Format poche)

Traducteur : EricBoury

Il me reste peu de romans mettant en scène le commissaire Erlendur Sveinsson à lire. Les éditions Métailié ont décidé de traduire les deux premiers romans, à savoir Les fils de la poussière et Les roses de la nuit. Les fils de la poussière a été publié en 1997 et est donc le premier roman où apparait notre commissaire préféré. Pour autant, Erlendur a déjà derrière lui une bonne dizaine d’années derrière lui dans ce roman.

Palmi, jeune libraire, rend visite à son demi-frère Daniel, qui est interné dans un asile psychiatrique depuis des années pour schizophrénie aigüe. Daniel semble anormalement agité, à tel point que les surveillants évacuent la salle commune. Daniel reconnait son frère, lui parle des autres élèves de sa classe d’école et l’informe que c’est en ce moment que la Terre est la plus proche du Soleil. Puis il se suicide en se jetant par la fenêtre du sixième étage dans une chute fatale.

Lors de la même nuit, Halldor, un ancien professeur tout juste à la retraite, est assis au milieu de son salon, la tête basse. Il est ligoté sur une chaise, et les effluves d’essence dont on l’a aspergé agressent son odorat. Pour autant, il ne songe pas à se défendre, et accepte son destin, comme une sorte de châtiment. Une main craque une allumette et la jette sur une rigole inflammable. Rapidement, la petite maison prend feu et le criminel jette son bidon d’essence dans le jardin environnant.

La mort de Daniel plonge Palmi dans un abime de questions. Il va tout d’abord questionner les infirmiers, savoir pourquoi il était si agité. Puis, Palmi apprend qu’un vieil homme rendait visite à son frère. Quand il apprend que c’était Halldor, les deux morts simultanées l’intriguent. De leur côté, Erlendur Sveinsson et Sigurdur Oli sont persuadés que le criminel a agi comme une personne ne craignant pas d’être identifié.

Pour les fans d’Erlendur, et ils sont nombreux, ce roman apparaitra avant tout comme une curiosité, puisqu’on voit comment l’auteur a voulu construire son personnage. A ce titre, cette intrigue peut comprendre, tant la psychologie d’Erlendur va s’épaissir, se construire, se complexifier au fur et à mesure de ses enquêtes. A ce titre, ce roman n’est pas le meilleur de la série mais il est intéressant.

Erlendur apparait comme un ancien du commissariat, plus en colère ouverte que bourru. Il n’est pas rare de le voir pousser un coup de gueule alors que dans ses futures enquêtes, on le sent plus taiseux, et psychologiquement plus intelligent et fin. En duo avec Sigurdur Oli, on le voit aussi en conflit ouvert comme une guerre de générations. Et on sent Erlendur moins touché par la disparition de son frère, ce qui formera l’une des trames à venir.

Ce roman ressemble beaucoup à un exercice appliqué où Arnaldur Indridason respecte les codes du roman policier, mené sur deux fronts en parallèle. Les pistes se multiplient, les potentiels coupables aussi et des chapitres sont insérés mettant en scène les vrais potentiels coupables.

Pour autant, il est intéressant quand il parle du système éducatif islandais, où on triait les élèves en fonction de leur niveau, où on fournissait aux élèves en classe des pilules mystérieuses, où la violence apparait dans une société auparavant bien calme et sereine dès les années de collège et même les mauvais traitements exercés dans les asiles psychiatriques. Par cet aspect-là, Arnaldur Indridason est conforme à son rôle, celui d’être un témoin de l’évolution de sa société.

L’auréole des condamnés de Lionel Behra (Rebelle)

Deuxième roman de Lionel Behra, L’auréole des condamnés s’avère une très bonne surprise. A travers une intrigue relativement simple, avec quelques personnages, l’auteur se permet de nous surprendre à chaque chapitre.

Nous sommes le 2 avril, dans les environs de Nancy. Ludovic Bergerac est un professeur de droit pénal à l’université. Avec les nombreux exemples qu’il donne, il arrive à passionner ses élèves. Dans sa classe, on y trouve en particulier Stéphanie Louvière, fille de bonne famille, Aurélie Martin, la meilleure amie de Stéphanie, et Jordan Carnot, un jeune garçon toujours mal habillé mais remarquablement doué, à l’attitude dédaigneuse et hautaine.

Le soir même, Jordan attend dans le froid devant la gigantesque demeure des Louvière. Il se régale à l’avance à l’idée de passer la nuit avec Stéphanie mais attend que les Louvière partent pour une soirée. Jordan est sur qu’elle va avoir du plaisir, qu’elle le veuille ou non. Les parents s’en vont et Jordan pénètre dans la maison par une fenêtre. Le lendemain, Stéphanie a disparu.

Laura Maréchal est lieutenant de police. Son travail lui fait faire des cauchemars, qui lui rappelle son passé, et en particulier la mort de son compagnon, tué d’une balle lors d’une affaire. Elle arrive au commissariat et est confrontée aux Louvière qui viennent déclarer la disparition de leur fille. C’est le troisième cas de disparition de jeunes filles en peu de temps. Les deux autres ont été découvertes tuées.

Ce roman se déroule sur 8 jours, qui constituent chacun un chapitre. Et chaque chapitre est décomposé en passages de trois pages maximum. C’est dire que la volonté de l’auteur est d’offrir un livre qui va vite … et ça va vite. Pour autant, j’ai plus eu l’impression de lire un roman policier qu’un thriller. Mais comme je n’aime pas poser des étiquettes, je dirai donc que c’est un polar speedé.

J’ai été franchement emballé par le début du roman. Car, en présentant les personnages principaux de cette intrigue, l’auteur termine chacun de ses passages par une surprise, qui remet en cause toutes nos certitudes. En cela, j’ai retrouvé une volonté proche de certains romans de Hervé Commère, celle de partir d’une intrigue simple, et d’imaginer de nombreux rebondissements. Et c’est bigrement agréable.

La deuxième partie m’a paru plus classique, et on a même droit à l’identité du tueur (ou de la tueuse, je ne vais quand même pas tout vous dire) quelques dizaines de pages avant la fin. Certes, les dernières pages montrent comment il (ou elle) a mené en bateau tout le monde. Sachez juste que, comme le roman fait 200 pages environ, vous aurez vite envie de savoir de quoi il en retourne.

Finalement, pour un deuxième roman, c’est quand même très bon, car l’auteur arrive à tenir son suspense et son mystère jusqu’au bout. Et comme le style est très simple lui aussi, ce roman s’avère un bon divertissement. Par contre, les amateurs de Whodunit seront déçus, ceux qui cherchent du gore aussi. Sachez juste qu’il n’y a pas de violence inutile et que ce livre remplit son rôle de nous proposer une bonne histoire à tiroirs. A vous de déterminer qui ouvre les tiroirs ?