Archives du mot-clé Province

Viandes et légumes de Guillaume Gonzalès (Editions Kyklos)

Ah la la ! Quel plaisir la vie en province par rapport à la vie parisienne ! Pas de problèmes de bouchons sur les routes, pas de problèmes de grève dans les transports en commun, les gens y sont détendus, sympathiques. Et puis, il y a cette nature … rien à voir avec ces barres en béton !

Prenez Galaad. Ce jeune homme va quitter la grande ville pour rejoindre la province et la petite de Brou. Mais au fait, où est-ce que ça se situe, Brou ? Voici ce que j’ai trouvé sur Internet : Située entre Beauce et Perche, Brou est une ville de quelque 3800 habitants. Commune à dimension humaine, Brou offre un cadre de vie paisible avec tous les services. A 1H30 de Paris et 40 Km de Chartres, la ville de Brou offre un cadre champêtre propice aux ballades et randonnées.

Que disais-je ? Ah oui, Galaad. Il va donc venir s’installer à Brou pour reprendre le bar de son frère Arthur. En effet, Arthur est mort dans une fusillade et une de ses employées est dans le coma. J’ai oublié de vous dire ? Arthur était le propriétaire de Viandes et Légumes, le célèbre bar à putes. Bref, par loyauté familiale, il va donc reprendre son bar.

Le souci, c’est qu’un mafieux accessoirement légèrement caïd local, a débauché ses employées accessoirement effeuilleuses et attraction principale de bar. Ce mafieux, Demetrius, associé à son sbire chien fidèle, n’hésite pas à utiliser des arguments frappants contre lesquels il est bien difficile de se dresser. Si on ajoute une mystérieuse mallette recherchée par un dénommé Moulin et qu’Arthur aurait eu en sa possession, un tableau de Fragonard, et des amis de Galaad peu recommandables de Paris, cela donne une jolie peinture de la vie provinciale tranquille et paisible.

Vous l’aurez compris ! Rien n’est sérieux là dedans. La narration à la première personne apporte le décalage suffisant, les phrases humoristiques, les situations délirantes. Un exemple, le sbire de Demetrius donne des notes aux blagues de son chef. Tout est trop, les personnages, les réactions, les dialogues. Ça part dans tous les sens, c’est animé, relevé, et je dois dire que si je n’ai pas trouvé cela génial, ce roman est très divertissant.

On est loin des romans noirs avec des détectives privés alcooliques. On est loin des flics aux prises avec des serials killers. On est loin des psychologues qui viennent en soutien des forces de police. On a affaire à un pauvre type, qui est ballotté comme une balle de flipper entre des frappés, des fous et des dingues et qui cherche à s’en sortir. Et quant à la fin, elle vous promettra cinquante dernières pages de dégoût à tous points de vue.

Ah ! C’est le pied, la vie en province, je vous le dis ! Et encore plus quand c’est raconté avec autant d’allant et de plaisir. D’ailleurs, c’est aussi pour ça que l’on s’amuse autant dans ce roman : L’auteur a du s’amuser à l’écrire, il a bien du s’éclater, et il fait passer sa folie dans son écriture. Guillaume Gonzalès est un écrivain que je vais suivre à l’avenir.

Un grand merci en tous cas à Holden de Unwalkers, qui a rédigé la quatrième de couverture et qui m’a permis de lire ce livre. A signaler que l’auteur s’excuse auprès des habitants de Brou pour les avoir maltraités, belle marque de politesse.

L’armée furieuse de Fred Vargas (Viviane Hamy)

Cela faisait un bout de temps que je n’avais pas fait d’incursion dans le monde de Fred Vargas. La sortie de son dernier roman en date, L’armée furieuse, au titre alléchant m’a permis de constater que Fred Vargas n’a rien perdu de son talent, bien au contraire.

Le commissaire Adamsberg doit résoudre une affaire pour le moins étrange. Un retraité, Julien Tuilot, contacte à propos de la mort de sa femme. Celui-ci accuse les rats d’avoir tué sa femme. Ce sont deux rats qui s’appellent Toni et Marie, qui cohabitent avec la famille Tuilot. Adamsberg dénoue bien vite les fils de cette histoire et découvre que ce retraité a étouffé sa femme en lui enfonçant de la mie de pain dans la gorge.

Revenu au commissariat, Valentine Vendermot, une vieille dame l’attend. Celle-ci vient lui apprendre qu’elle a vu l’Armée Furieuse du seigneur Hellequin. C’est une vision de morts vivants qui apparaît de temps en temps, avec dans ses filets des visages de gens qui vont bientôt mourir. A la suite de cette vision, les morts commencent à tomber à Ordebec dans le Calvados.

En parallèle, Adamsberg doit apprendre à être père, puisque son fils Zerk vient de débarquer, résoudre une affaire où une Mercedes a brûlé dans laquelle Antoine Clermont-Brasseur, grand ponte de l’industrie française est retrouvé mort, et trouver qui s’amuse à attacher les pattes des pigeons pour les faire mourir à petit feu. Autant dire que Adamsberg et son équipe ont du pain sur la planche.

Quoi de neuf, depuis que j’ai délaissé Fred Vargas ? Eh bien, l’histoire part dans tous les sens sans que le lecteur se sente perdu, le style est d’une fluidité exemplaire avec des dialogues très bien faits, ça se lit à une vitesse foudroyante parce qu’on n’a pas envie de lâcher ce bouquin, les fausses pistes sont multiples et les déductions du commissaire inénarrables.

Et puis, il y a les qualités que j’adore chez Vargas : cet humour froid, distant et légèrement décalé, ces quiproquos qui viennent vous arracher un sourire, cette absence de violence et ces personnages sympathiques que l’on abandonne avec tant de regrets. Fred Vargas a du succès ? Eh bien c’est non seulement normal mais mérité. Sans vraiment me surprendre, j’ai passé, avec ce roman, un très bon moment avec Adamsberg, comme des retrouvailles entre vieux amis. Ce roman donne un vrai plaisir de lecture et le seul reproche que je ferais, c’est que ça se lit trop vite malgré ses 425 pages.