Archives du mot-clé Racines

Et toujours les forêts de Sandrine Collette

Editeur : Jean-Claude Lattès

Sandrine Collette est une auteure que je suis depuis son premier roman, Des nœuds d’acier, coup de cœur Black Novel. C’est déjà son huitième roman et pour l’occasion, elle passe chez un nouvel éditeur après Denoël, Jean-Claude Lattès. Pour autant, ce n’est pas un changement de direction littéraire. C’est toujours aussi impressionnant.

Marie est une jeune femme comme les autres. Sauf qu’elle est amoureuse de deux garçons, Jérémie et Marc et qu’elle est enceinte du mauvais, celui qu’elle aime le moins. Alors, cet enfant à venir, elle ne pouvait pas le désirer, ne pouvait pas l’aimer. Elle a tout fait pour le perdre mais il est né, le petit Corentin. Elle l’a délaissé, le laissant crier quand elle partait toute la journée travailler, le laissant pleurer la nuit.

Et puis, vers cinq ans, elle n’en peut plus, veut partir. Elle laisse le petit dans les forêts qui entourent le village, à proximité de la maison d’Augustine, l’arrière-grand-mère de Corentin. Il ne la reverra plus. Il va avoir du mal, mais va apprendre à vivre sans sa mère, et va apprendre de la vieille Augustine qui va l’élever comme un enfant de sa famille. Il va aller à l’école, et poursuivre ses études à la Ville, laissant Augustine derrière lui, le cœur gros.

Là-bas, ce sont la joie, la jeunesse, l’insouciance, les amis, les lumières, les fêtes. Il se retrouve vite parmi un groupe de douze gamins, et se retrouvent dans les catacombes. Ils s’en moquent de la température qui augmente, ils s’amusent. Jusqu’à ce qu’un souffle chaud balaie toute vie sur Terre. Les douze se séparent, et Corentin sait ce qu’il doit faire : retourner à ses racines et retrouver Augustine.

Après avoir ancré ses romans dans le monde d’aujourd’hui, Sandrine Collette parle du monde de demain à l’occasion de son changement d’éditeur. En effet, elle passe de Denoël à Jean-Claude Lattès, de la collection Sueurs Froides à la littérature blanche. Mais cela n’a en rien changé sa façon de raconter une histoire ni son talent de parler des hommes ou femmes placés dans un contexte noir.

Annoncé comme post-apocalyptique, ce roman parle de l’après catastrophe, d’une vague de chaleur anéantissant tout sur Terre, brûlant les biens et les gens. Evidemment, Sandrine Collette n’a jamais fait dans le gigantisme, dans des scènes époustouflantes de fin du monde. Elle va s’intéresser à la psychologie humaine, à la poursuite d’un objectif quand on a tout perdu, à la recherche de nos racines, de nos familles et à la survie.

On se retrouve donc avec un roman au rythme lent, centré sur le personnage de Corentin, et Sandrine Collette va fouiller ses sensations, ses sentiments, ses pensées, dans un paysage gris, noir, totalement brûlé, détruit. Elle va nous montrer la hargne, la rage de vivre, en mettant en avant la nécessité de survivre, même quand il arrive à destination et commence à reconstruire de quoi vivre.

Il y a donc très peu de dialogues, juste de beaux moments d’introspection, aidés en cela par LE style Sandrine Collette : des chapitres courts, des paragraphes courts, des phrases courtes, des morceaux de sensations emplis de justesse, des répétitions de mots pour mieux s’imprégner de l’ambiance de fin d’humanité. Sandrine Collette ne porte jamais le même costume, celui-ci est noir, à la fois désespéré et plein d’espoir. Et même si la fin est noire et brutale, on gardera longtemps en mémoire le parcours hors du commun de Corentin, emporté par une plume rare.

L’accident de l’A35 de Graeme Macray Burnet

Editeur : Sonatine

Traducteur : Julie Sibony

J’avais découvert Graeme Macray Burnet avec son roman précédent, La disparition d’Adèle Bedeau, et j’en avais gardé un très bon souvenir. Ceux qui ont aimé ce roman vont adorer celui-ci puisqu’il use des mêmes qualités.

C’est un accident tragiquement banal qui a amené l’inspecteur Georges Gorski sur l’Autoroute A35, entre Strasbourg et Saint Louis. A quelques kilomètres près, ce sont les officiers de la police de Strasbourg qui se serait occupée de cette affaire. A priori, le conducteur s’est endormi au volant, et a quitté la route, venant s’encastrer dans un arbre. Gorski remarque tout juste des rayures sur le coté droit qui ne semblent pas liées à l’accident.

C’est lui qui se retrouve avec la mission d’annoncer la mauvaise nouvelle à la femme de Bertrand Barthelme, Lucette. Il est accueilli froidement par Thérèse la bonne puis annonce l’accident le plus calmement possible. Étonnamment, Lucette reste froide, ne montrant aucune émotion, comme si cet événement ne la touchait pas, ou ne la concernait pas. Puis, il annonce la nouvelle à son fils, Raymond, qui lisait Sartre dans sa chambre ou du moins semblait le lire.

L’identification du corps doit avoir lieu quelques jours plus tard. Lucette et Raymond se présentent à la morgue et reconnaissent bien le corps du défunt. Lucette, toujours aussi belle dans son malheur, éblouit Gorski. Avant de partir, elle fait part à l’inspecteur de son étonnement : son mari devait dîner avec des collègues de travail et des amis. Que faisait-il donc sur l’autoroute de Strasbourg ?

Ceux qui pensent avoir affaire à une enquête trépidante ont totalement tort. Car la grande qualité des romans de Graeme Macray Burnet est de créer des romans psychologiques. N’allez donc pas y cherche de l’action à tout va, ni de scènes emplies d’hémoglobine ! Par contre, si vous êtes adeptes de personnages complexes, de déroulements réfléchis, et de scènes extrêmement détaillées et dévoilant un aspect important de la solution.

Deux personnages vont donc dérouler l’intrigue par chapitre alterné, Gorski et Raymond. Gorski est toujours séparé de sa femme, et cela lui pèse. D’un naturel timide, taciturne, il est aussi redoutablement rigoureux dans son cheminement intellectuel, ne privilégiant aucune hypothèse mais gardant toujours à l’esprit toutes les possibilités. Etant aussi effacé, il va découvrir la solution de cette énigme (de ces énigmes car il va y avoir un assassinat à Strasbourg) mais ne va pas pour autant se battre pour faire jaillir la vérité. C’est un peu une victoire personnelle contre la vérité, un challenge contre les faits étrangers.

De l’autre coté, nous avons un jeune adolescent qui découvre la vie et l’amour. Il n’est pas plus choqué que sa mère par la mort de son père mais il veut découvrir ses mystères. Il va donc suivre son enquête à partir d’un morceau de papier trouvé dans son bureau et découvrir bien plus qu’il ne le voudrait. Ces chapitres sont remarquables de justesse, très émouvants, malgré le style froid et distant. Et jamais ce personnage de Raymond ne semble plus faible que Gorski, bien au contraire. Raymond est l’enquêteur factuel, Gorski est son pendant intuitif.

Si l’intrigue est bien différente de son précédent roman, on y trouve les mêmes qualités quant à la psychologie des personnages. C’est surtout son style très détaillé, à l’extrême parfois, sa méticulosité dans la peinture des décors, mais aussi tous les raisonnements des enquêteurs qui en font un roman psychologique passionnant. Et puis, l’auteur ne s’en cache pas, c’est un gigantesque hommage à Georges Simenon et Claude Chabrol, dans sa volonté de montrer par le détail la vie des gens normaux. D’ailleurs, la rue Saint Fiacre y joue un rôle très important (clin d’œil à Simenon, bien sur) et la légende que l’auteur créé autour de ce roman est autant un trait humoristique que des cris d’amour à ces grands auteurs.

Vous les femmes …

J’ai de plus en plus envie de regrouper (quand cela est possible) mes avis par thèmes. J’hésitais pour le titre de ce billet, entre faire honneur aux femmes, héroïnes de ces deux romans, et Les conseils de la Petite Souris, puisque ces deux romans là m’ont été chaudement recommandés par mon frère de pages du Sud. Si ces deux romans sont dans des genres différents, écrits différemment, ils mettent en avant des personnages formidables, vrais, vivants. Honneur aux femmes, donc …

Oyana d’Eric Plamondon

Editeur : Quidam éditeur

8 mai 2018, Canada. Elle s’appelle Oyona et écrit une lettre à son compagnon Xavier. Leur vie s’est construite sur tant de mensonges. Pour la première fois, elle va dire la vérité, tout dévoiler. Elle a pris cette décision, quand elle a appris la dissolution de l’E.T.A. le 2 mai 2018. Elle est née le 20 décembre 1973 au pays basque, le même jour que l’attentat à l’explosif qui a fait un mort, Lluis Carrero Blanco, premier ministre et n°2 du pays espagnol derrière Franco. Puis elle s’est exilée pour le Mexique avant d’arriver au Canada.

Voilà un formidable roman, un formidable portrait de femme, tout en nuances, tout en subtilité d’une femme en fuite. Petit à petit, comme si elle improvisait, jetait ses idées sur le papier au fur et à mesure qu’elles lui venaient, elle va fouiller, analyser et détailler son parcours, mais aussi celui d’un pays déchiré par une lutte intestine ayant fait plusieurs milliers de morts.

Il n’est pas question pour Eric Plamondon de faire le procès d’une organisation terroriste ou des exactions d’un gouvernement dictatorial, mais bien de montrer une jeune femme déracinée, perdue dans des pays qui ne sont pas les siens, éloignée de sa famille et de ses liens du sang avec ceux qu’elle aime. Et à travers le drame de chaque instant de cette femme, derrière chaque souffrance, il y a celle d’un pays qui agonise sous les coups d’un gouvernement qui impose la violence comme seule loi.

Alors, oui, ce roman est court. Mais chaque phrase est un coup de fouet, un ouragan qui vous balaie par sa simplicité et sa justesse. De chaque mot, il y a des larmes qui coulent, de la souffrance à fleur de peau, et petit à petit, l’histoire d’Oyana se dessine, dramatiquement réaliste avec ses liens passés jusqu’à son dénouement présent. Eric Plamondon sonne juste, tout le temps, et écrit là un formidable roman, qui me donne furieusement envie de lire son précédent roman Taqawan que j’ai malencontreusement raté. Ne ratez pas ce roman, vous pourriez passer à coté d’un des grands romans de 2019 !

Les mafieuses de Pascale Dietrich

Editeur : Liana Levi

Grenoble de nos jours. Leone Acampora est un vieux parrain de la mafia qui vient de plonger dans le coma. Atteint de la maladie d’Alzheimer, il y a peu d’espoir pour lui. Michèle, sa femme, n’a pas toujours été fidèle mais elle a été une épouse et une mère irréprochable. Ses deux filles Dina et Alessia ont réussi leur vie. La première travaille pour des ONG tandis que la deuxième tient une pharmacie, ce qui lui permet d’couler en douce de la drogue. Tout est chamboulé quand Michèle apprend que Leone a lancé un contrat contre elle pour qu’elle l’accompagne dans l’au-delà, afin d’être réunis pour l’éternité.

Ce sont donc trois femmes qui vont tenir le devant de la scène, dans un scénario de dingue où on ne s’ennuie pas une seconde, trois femmes de tête, qui malgré leur position théoriquement effacée dans la mafia, s’avèrent tenir les rênes. Michèle fait montre d’un sang froid, grâce à son expérience. Alessia est déjà prête à reprendre le flambeau de son père et à faire face aux mafias africaines qui débarquent sur Grenoble. Quant à Dina, elle préfère mener sa vie honnêtement et donner sa vie aux démunis.

Alors que les chapitres alternent entre chacune d’entre elles, le rythme est soutenu par les nombreux rebondissements jusqu’à un dénouement que l’on ne voit pas venir et qui est comme le reste du livre : humoristiquement sarcastique. Car au travers de l’itinéraires de nos trois égéries, l’auteure se permet de faire des remarques acerbes sur la vie de tous les jours, venant de personnes qui voient le monde d’en haut, ou juste à coté, en marge de la légalité.

Pascale Dietrich joue donc avec les codes de romans de mafieux, en mettant les femmes au premier plan. Elle ajoute donc des scènes liées à leur position de mères de famille, mais ne croyez pas qu’elles sont moins cruelles que leurs homologues masculins. Et puis, il y a une assurance, une maîtrise dans la narration qui fait que l’on ne s’ennuie pas une seconde, et que l’on n’a pas envie de lâcher le livre avant la fin. Cela n’aurait pu être qu’un simple divertissement, c’est un excellent roman noir.

Privé d’origine de Jérémy Bouquin

Editeur : French Pulp

Je suis un ardent défenseur de Jérémy Bouquin, et vous qui êtes un fidèle de cet humble blog, vous devez le savoir. Ce roman est sorti en fin d’année dernière, dans un anonymat que je qualifierais de scandaleux. Lisez Jérémy Bouquin !

Kloé, avril 2014. Elle est bassiste dans le groupe de rock Vynille Rondelle. Après des mois de tournée, le groupe est enfin récompensé de succès. Il n’y a qu’à entendre les vivats du public du printemps de Bourges, qui en redemande ! Du vrai punk ! En sortant de scène, elle a un message. Jasper Zenderro lui annonce qu’il a des informations sur son père. Cela fait deux ans maintenant qu’elle est partie à la recherche de ses origines, elle qui est une enfant abandonnée à la naissance.

Rota, avril 1979. Depuis 1969, les brigades rouges sèment la terreur en Italie. Le commissaire Rota est appelé sur une scène de crime, le casse d’une bijouterie qui a mal tourné, puisque le propriétaire a été abattu. Si les armes utilisées fait penser à l’organisation d’extrême gauche, Rota pense que le bijoutier a voulu se défendre avec une arme et l’a payé de sa vie. La présence de sang sur le trottoir laisse à penser qu’un des voleurs a été blessé.

KLoé, avril 2014. Elle prend rendez- vous avec Zenderro, dans un petit bar de Mehun-sur-Yèvre. Il annonce avoir cherché du coté de l’hôpital où Kloé est née. Elle voit son vrai prénom écrit : Chloé. Zenderro n’en sait pas plus sur sa mère. En ce qui concerne sa mère, des amis « bien placés » lui ont conseillé d’abandonner. Ils ont été tellement persuasifs qu’il a décidé d’abandonner l’affaire, qui flirte avec des dossiers de terrorisme international.

Tony Marretti, avril 1979. Après le casse manqué, les camarades ont porté Tony, blessé, dans la voiture. Tony a perdu beaucoup de sang ; Giuseppe lui tient la main, lui parle. Il plonge dans le coma, se réveille sur un bateau, replonge, puis se retrouve en Corse chez un docteur … enfin, un vétérinaire, Peyo. Tony va devoir tout abandonner, sa vie, son identité, et fuir pour éviter de se retrouver en prison.

J’ai plutôt l’habitude de retrouver Jérémy Bouquin dans des intrigues bien ancrées dans notre quotidien. Il a l’habitude de prendre des personnages marginaux, et de grossir le trait dans un style direct et redoutablement évocateur. Et dans tous les cas, on retrouve sa patte, sa façon de peindre les décors et d’éviter les morales à deux balles pour offrir du vrai bon polar populaire (dans le bon sens du terme).

Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai ouvert ce roman ! La narration fait des allers retours entre aujourd’hui et les années 80. Entre la recherche de Kloé sur ses racines et les groupes terroristes d’il y a 30 ans, on a droit à la fois à des moments d’émotion pure, d’action, de mystère, et de découvertes. Jérémy Bouquin s’est surpassé pour nous fournir un roman plein, documenté juste comme il faut pour ne pas alourdir l’histoire, et des rebondissements qui vont nous retourner jusqu’à la dernière page (ou au moins jusqu’au dernier chapitre).

Avec ce roman là, Jérémy Bouquin a densifié ses personnages, qu’ils soient au premier plan ou pas, les a multipliés aussi, s’est évertué à construire une grande intrigue, en prenant son temps tout en restant passionnant. Il n’est pas question de juger les uns ou les autres, juste de se mettre au service de l’histoire. Jérémy Bouquin n’a pas monté une marche, il a grimpé un étage d’un coup, et a écrit avec ce roman son meilleur à ce jour. Enfin, c’est mon avis. J’ai adoré.

Ne ratez pas les avis de Laulo, Mel, et Garoupe.

Gymnopédie pour une disparue de Ahmed Tiab

Editeur : Editions de l’Aube

Découvert avec Le Français de Roseville, je dois dire que cet auteur m’interpelle par sa façon de construire ses intrigues et par son style très personnel. Avec ce roman, il confirme qu’il est un auteur à part et surtout un auteur à ne pas rater.

Boualem est un jeune homme qui veut faire business man pour s’en sortir. Sa première affaire, c’était la vente d’une paire de basket qu’il avait trouvée dans le hall d’un immeuble. Alors que l’Algérie s’enfonce dans les émeutes, le quartier d’Oran où il habite reste encore calme. Mais il se rend bien compte qu’il va devoir rejoindre la France pour poursuivre sa carrière.

Boris habite un petit appartement à Paris qu’il a hérité de Tante Rose, une amie de sa mère. Laure Sieger, sa mère, l’a abandonné alors qu’il avait 8 ans, et aujourd’hui en 2013, il s’en sort grâce à son emploi à la mairie. Il n’a pas de contacts avec les autres, si ce n’est une liaison avec Gino, le fils de la gardienne. Par hasard, il rencontre Oussama, qui lui montre une photographie de jeunes gens djihadistes, partis s’entraîner en Syrie. Sur la Photo, l’un des jeunes semble être le sosie de Boris. Serait-il son frère caché ?

Aujourd’hui, Kemal Fadil est chef de la police d’un quartier d’Oran. Son affaire en cours porte sur une série de meurtres dont les corps sont étrangement disposés. Quand on découvre le cadavre d’une femme supposée d’adonner à la sorcellerie, il suit la piste de rituels ancestraux, depuis longtemps abandonnés dans cette société qui s’est donnée toute entière à la modernité.

Indéniablement, Ahmed Tiab fait partie de ces tous nouveaux auteurs dont il faut suivre la trace. Car tout, dans ses romans, est fait avec originalité. Il y apporte sa propre touche aussi bien dans la construction que dans le style. Et il nous permet aussi d’approcher les difficultés de l’Algérie balancée entre modernité et histoire, entre politique et terrorisme. Mais tout cela n’est pas fait avec de gros sabots, et n’a pas pour but d’écrire des brûlots. Ahmed Tiab préfère prendre les faits et exposer une situation comme le ferait le meilleur des journalistes. S’il aborde le sujet du Djihadisme, ce n’est pas le sujet principal du livre, qui nous parle plutôt de la recherche de ses racines et des questions que tout un chacun se pose sur ses origines.

Ce que j’aime c’est Ahmed Tiab, c’est cette façon, l’air de rien, de construire ses personnages, et de ne jamais les juger. Il les présente dans leurs faits de tous les jours et avec une telle tendresse que l’on finit par non seulement adhérer, mais aussi s’attacher à eux. Ces trois personnages vont former une histoire qui va se culminer vers une fin non pas dramatique mais qui va répondre à bien des questions.

D’ailleurs, la construction aussi est originale. D’autres auteurs auraient alterné les chapitres passant de l’un à l’autre. Ici, Boualem aura droit à une première partie, Boris à deux parties puis nous finirons par Kemal avant d’aboutir à la conclusion. On peut avoir l’impression de lire trois histoires différentes, trois nouvelles accolées. Mais c’est sans compter sur le talent de l’auteur qui réunit le tout dans un ensemble parfaitement cohérent.

Quand je vous dis que cet auteur, vraiment à part, est à suivre, c’est aussi avec ce rythme de la narration, qui pourrait laisser penser à de la nonchalance. Mais après quelques pages, cela en devient hypnotique et on devient accroché à cette plume réellement unique et d’une simplicité que beaucoup peuvent lui envier. Je suis sur qu’après ce roman, Ahmed Tiab va nous sortir un grand livre et qu’il sera enfin reconnu. Je ne suis pas pressé, je suis patient !

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude.

Les sentiers de la nuit de Gilles Vidal (Jasmin noir)

Le dernier roman en date de Gilles Vidal a un titre qui peut étonner, et une couverture qui ne reflète pas tout à fait ce qu’il contient. Mais qu’importe, ne vous arrêtez pas à vos a priori. Je vous propose de plonger dans l’aventure de Harry Pitman et Paul Massat.

Harry Pirman est un américain d’une trentaine d’années habitant Santa Barbara. Il a créé une start-up à la sortie de l’université et est devenu riche en millions quand il l’a revendu. A priori, il n’avait aucune raison de faire cela, si ce n’est la mort de sa mère, si ce n’est la remise en cause de ses certitudes. Sa mère lui apprend, en effet, que son père n’est pas son père … mais elle meurt avant de lui donner son nom. Il demande une analyse ADN qui vient confirmer la sentence. A la recherche de ses racines, comme à la recherche de sa vie, Harry va se jeter à corps perdu dans son enquête.

Paul Massat est lieutenant de police à Solieu. Devenu responsable du commissariat pour cause de vacances, on l’appelle pour une affaire classique. Le corps d’un homme vient d’être retrouvé, vraisemblablement mort d’une crise cardiaque. Le problème est qu’on retrouve le malheureux dans un squat où on y trouve des trafics de drogue, et que le bonhomme n’a pas l’air d’être un client … trop bien habillé. Paul Massat va quand même creuser cette affaire, surtout pour oublier sa vie personnelle, sa séparation avec sa femme Carla et le fait qu’elle veuille s’éloigner pour qu’il ne voit plus son fils Armand.

Si le début du roman saute de personnages en personnages, ce qui peut un petit peu déstabiliser, on en vient rapidement aux deux piliers principaux : Harry et Paul. Ils vont suivre le cours de leur vie, avec chacun leur motivation, chacun leurs problèmes, chacun leurs objectifs. Et ces objectifs vont être particulièrement personnels puisqu’ils vont chacun être chahutés dans leurs croyances, dans leur stabilité familiale.

Harry est le plus emblématique de cet état de fait, puisque sur son lit de mort, sa mère lui annonce que son père n’est pas son père. Lui qui a eu une vie emplie d’illusions et de divertissements faciles depuis le succès de sa Start-up, il se retrouve obligé de remettre en cause sa famille. Paul, de son coté, s’obstine dans cette enquête qui n’en est pas une, comme une sorte d’exutoire pour oublier l’absence de son fils et l’agressivité de son ex-femme. Il doit aussi gérer sa liaison avec son père, auteur de romans de Science Fiction qui vit seul dans une maison isolée. Son père est d’ailleurs le troisième personnage d’importance dans ce roman, même s’il arrive tardivement dans l’intrigue. Il nous offre des scènes intimistes d’une grande sensibilité.

Et c’est d’ailleurs le point fort de ce roman, et la raison pour laquelle je l’adore. On n’a pas l’impression de suivre une histoire, mais plutôt d’être plongé dans plusieurs histoires, dans plusieurs vies. On ne suit pas ces personnages, on vit avec eux. Et comme dans la vraie vie, il n’y a pas de grands moments, mais plusieurs petits moments qui construisent nos vies. On n’y trouvera pas de grands moments d’action, mais plein de petites scènes toutes formidablement réussies. Gilles Vidal nous offre là un roman écrit au fil de l’eau, comme une improvisation, sans esbroufe, mais avec talent et éclat, tout en subtilité et en sensibilité, un roman empli d’émotions.

Et si la fin du roman laisse autant de question, et donne bien peu de réponses, c’est bien parce que la vie est rarement comme dans les romans. Et de ces expériences rencontrées dans les itinéraires de ces personnages, on cherchera un sens de la vie, on se posera bien des questions sur nos actes et leurs conséquences. Et ce roman m’aura un peu plus éclairé sur ce qui est important dans la vie … Merci Monsieur Vidal.

Ne ratez pas le mot de l’auteur sur l’excellent site Livresque du Noir

Ne ratez pas aussi les avis des amis Claude et Oncle Paul