Archives du mot-clé Roman Noir

Avant les diamants de Dominique Maisons

Editeur : Editions de la Martinière

Attention, coup de cœur !

Après toutes les bonnes critiques parues sur ce roman, je me joins aux autres … avec un peu de retard … pour vous inciter à acquérir et à dévorer ce roman qui nous plonge dans le monde d’Hollywood de 1953. Le plaisir et l’immersion sont totaux.

17 mars 1953, Nevada Test Site, Mercury, Comté de Nye. Plusieurs invités viennent assister à la démonstration de force organisée par l’armée américaine. La bombe Annie vient confirmer la prédominance des Etats-Unis dans la course aux armes atomiques. Convoqué par le général Trautman, le major Chance Buckman se voit confier une mission de la plus haute importance : Comme le Maccarthisme s’essouffle, l’armée doit subventionner des producteurs indépendants des grands studios qui diffuseront des messages démontrant la grandeur de l’Amérique. A l’avenir, chaque pays aura deux cultures : la sienne et la culture américaine. Pour cette mission, il sera secondé par l’agent Annie Morrisson.

17 mars 1953, Lone Pine, Comté d’Inyo, Californie Larkin Moffat, producteur maniable de westerns à petits budgets, travaille au bouclage de son dernier film en date, avec une figure vieillissante du cinéma américain, Wild Johnny Savage. Il est obligé d’aller chercher la star dans sa roulotte car le tournage des scènes va bientôt démarrer. Il découvre un acteur épuisé, endormi dans ses vapeurs de drogue. Sans hésiter, le producteur sans scrupules appelle un docteur pour qu’il lui injecte un remontant pas tout à fait légal, de quoi lui faire tourner les scènes du jour. Puis il va passer ses nerfs sur sa compagne, Didi, à coups de ceinturons, avant de la violer. C’est le prix à payer pour devenir une Star.

17 mars 1953, Little Church of the West, Las Vegas, Nevada. Le père Santino Starace a réussi à faire fructifier son église et devient incontournable au sein de la Legion of Decency,  une ligue de vertu donnant des étiquettes de visionnage très strictes aux films pour préserver la morale du peuple américain. Ayant terminé sa journée, il retrouve son amant Juanito, qui a la moitié de son âge et qui rêve de devenir acteur. Quand Buckman et Morrisson le contactent, il accepte de faire l’intermédiaire avec Jack Dragna, qui gère les affaires du mafioso Mickey Cohen, incarcéré depuis peu pour évasion fiscale. En échange, le père Starace négocie des papiers en règle pour Jancinto. Dragna y voit l’occasion de diversifier les investissements de la mafia et la possibilité d’un rendement extraordinaire.

Je ne sais pas ce qu’il en est de vous, mais je suis passionné par le cinéma américain d’après-guerre. C’est aussi le cas de Dominique Maisons, dont chaque ligne de ce roman est écrite avec passion. Et c’est un vrai grand beau roman noir auquel on a droit avec ce pavé de 500 pages, comme une sorte de voyage enchanté dans un monde féérique, mais aussi superficiel et irrémédiablement violent.

La comparaison en quatrième de couverture avec les grands auteurs contemporains est flatteuse (James Ellroy, Robert Littell ou Don Winslow) et ce roman n’a pas besoin de ces références pour se situer au-dessus du lot. Ce roman formidablement évocateur, possède sa propre identité et se place parmi les meilleurs romans évocateurs de cette période. Car, avec une plume érudite et une puissance évocatrice, le lecteur que je suis a fait un voyage dans le temps, et découvert l’envers du décor imprimé sur la toile de cinéma.

L’auteur n’avait pas besoin de parsemer son histoire de personnages illustres (on y croise entre autres Errol Flynn, Clark Gable, Gary Cooper, Franck Sinatra, ou HedyLamarr) pour sonner vrai. Et pourtant, ils sont tellement bien utilisés dans l’intrigue qu’ils se fondent dans le décor. On y sent l’odeur de la peinture fraiche, on y entend les caméras tourner, on y voit des acteurs ou actrices malades se transformer dès qu’on entend le mot « Moteur ».

Et puis, derrière les fastes exhibés devant la caméra, l’ambiance tourne au scénario le plus noir que l’on puisse imaginer. Des luttes d’influence aux relations entre l’armée, le cinéma et la mafia, des actions violentes perpétrées pour assouvir un besoin sexuel, ou une envie de meurtre ou juste un besoin de vengeance, quand ce n’est pas pour éliminer une concurrente, ce roman ne nous épargne rien, tout en restant en retrait, factuel comme un témoin de cette époque apparemment idéale mais en réalité si cruelle et immonde.

Pour illustrer ces aspects, des personnages fictifs vont émailler cette intrigue, Didi, Liz, Juanito, Buckman, Annie, Moffat, Storance, et tous sont justes, vrais, psychologiquement impeccables, tout au long de cette année 1953 que parcourt cette histoire. Ils vont tous être tour à tour innocents, coupables, bourreau et victimes. Hollywood vend du rêve mais l’envers du décor ressemble plutôt à une machine à broyer des êtres humains.

Avec son scenario en béton, sans oublier sa fin apocalyptique, avec ses personnages formidables, avec sa puissance d’évocation, et son style si fluide et hypnotique, Dominique Maisons a écrit un grand livre, que je ne suis pas prêt d’oublier. Il a aussi garder sa passion intacte, ne jamais faiblir tout au long des 500 pages, et nous offrir un grand moment de littérature, tout simplement.

Coup de cœur !

Si j’ai lu (dévoré) ce roman, c’est surtout grâce aux billets de Laulo et Yvan

Paperboy de Pete Dexter

Editeur : Editions de l’Olivier (Grand Format) ; Points (Format Poche)

Traduction : Brice Matthieussent.

En cette année 2020, nous allons fêter les 50 années d’existence de la collection Points, et les 40 ans de Points Policier. 

Ce mois-ci, j’ai décidé de mettre à l’honneur un grand auteur de romans noirs dont on ne parle pas assez à mon goût. Lisez , relisez Pete Dexter.

L’auteur :

Pete Dexter, né le 22 juillet 1943 à Pontiac dans le Michigan, est un écrivain, journaliste et scénariste américain. Il a reçu le National Book Award en 1988 pour son livre Paris Trout (Cotton Point en France).

Il travaille comme journaliste d’investigation, chroniqueur et éditorialiste pour le Philadelphia Daily News de Philadelphie, le The Sacramento Bee de Sacramento et le Sun Sentinel de Fort Lauderdale avant de se consacrer à l’écriture. Il débute comme romancier en 1984 avec le roman noir God’s Pocket. Il obtient le National Book Award en 1988 pour le roman Paris Trout (Cotton Point en France).

Pete Dexter travaille également comme scénariste, il participe notamment aux adaptations de ses romans. Stephen Gyllenhaal réalise Paris Trout d’après le roman éponyme en 1991, Walter Hill se base sur Deadwood pour réaliser Wild Bill en 1995 et Lee Daniels réalise The Paperboy en 2012 d’après le roman du même nom.

Il a par ailleurs collaboré à l’écriture des films Rush, Les Hommes de l’ombre, Michael et Sexy Devil.

Pour la création de la série télévisée Deadwood, David Milch s’est inspiré du roman Deadwood.

Quatrième de couverture :

Dans une cellule de la prison de MoatCounty, en Floride, Hillary Van Wetter attend la mort. I lest accusé d’avoir assassiné – ou plus exactement éventré – le shérif local. Pendant ce temps, une certaine Charlotte Bless adresse une lettre au Miami Times, expliquant que le condamné va être exécuté pour un crime qu’il n’a pas commis. Flairant une affaire juteuse, le journal décide d’envoyer ses deux meilleurs reporters, James et Acheman, enquêter sur place.

Mon avis :

A Lately, dans le Comté de Moat, Hillary Van Wetter croupit en prison dans l’attente de son procès pour meurtre. Il est accusé d’avoir tué le shérif Thurmond Call, après que celui-ci ait tué à coups de pieds Jérôme Van Wetter, lors d’une arrestation. Le shérif Call n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il a déjà tué seize jeunes noirs en trente-quatre ans d’exercice.

Jack James est le fils du propriétaire du MoatCounty Tribune. Son frère Ward a pris son envol et est devenu une star du Miami Times, avec son acolyte YardleyAcheman. Le procès de Hillary est l’occasion pour Jack de retrouver son frère puisqu’il va être embauché comme chauffeur pour lui. Une dénommée Charlotte Bless, serveuse et nymphomane de son état, leur demande de prouver l’innocence de son futur fiancé …

Jack va nous raconter cette enquête vue du côté des journalistes comme s’il déposait en tant que témoin dans un procès. Il va donc décrire chaque scène et le roman va avancer par de petites scènes ne dépassant que rarement deux pages. On ne peut qu’être ébahi par l’imagination de l’auteur mais aussi par la rigueur qu’il montre dans le déroulement de l’intrigue. Et on peut se dire que Pete Dexter a décidé de se ranger derrière son histoire, mais ce serait mal connaitre ce grand auteur.

Petit à petit, les scènes fortes vont se dévoiler, montrant les largesses de la justice, l’impunité des shérifs qui ont tous les droits et l’aveuglement et la culpabilité des policiers et de la population. Je pensais lire une charge contre la peine de mort, et je trouve une charge contre le système américain, avec au premier plan la façon dont on (mal) traite les journalistes, seuls êtres impartiaux, à la recherche de la vérité dans un système pourri jusqu’à la moelle.

Dès lors, la critique de la société américaine se fait autant acerbe que subtile, par petites touches, à travers des anecdotes à première vue anodines. J’en veux la réaction de la gouvernante noire du père du narrateur qui n’apprécie pas que ce dernier affiche sa sympathie envers les gens de couleur ; ou bien quand Ward devenu journaliste à succès a tout le temps d’étudier le lieu d’un accident d’avion de ligne, de compter le nombre de victimes, parce que les secours avaient une mission plus urgente : intervenir sur un incident d’un avion privé.

Décidément, ce roman s’avère plus subtil, plus intéressant que ce qu’il peut paraitre au premier abord. Et puis, si je peux vous donner un dernier conseil, en plus de celui de lire tous les romans de Pete Dexter. N’allez pas voir le film qui n’a retenu que les scènes trash pour totalement gommer l’aspect progressiste du roman.

Buveurs de vent de Franck Bouysse

Editeur : Albin Michel

Après son transfuge de La Manufacture de livres à Albin Michel, ce roman était attendu avec beaucoup d’impatience mais aussi d’inquiétude. On retrouve dans ce roman toutes les qualités qui nous font craquer pour la plume magique de Franck Bouysse.

Au lieu-dit Le Gour Noir, la légende dit qu’un jour, un homme et une femme sont arrivés avec un enfant. Toujours est-il qu’Elie et Lina Volny furent parmi les premiers à habiter ce coin perdu, surmonté par un viaduc, laissant passer la voie ferrée. Les drames n’ont pas épargné cette famille ; Lina est morte trop rapidement et Elie fut amputé d’une jambe suite à un accident de travail à la centrale électrique. Alors, Elie essaya d’élever sa fille Martha du mieux qu’il put.

Martin est revenu de la guerre et il rencontre Martha dans un bal. Elle est sure qu’ils sont faits l’un pour l’autre. De leur union naît quatre enfants, Marc, Matthieu, Mabel et Luc. Chaque enfant va trouver un moyen d’échapper à ce lieu qui ressemble à une prison : Marc s’évade dans la lecture, Matthieu s’échappe dans la nature environnante, Mabel découvre les premiers plaisirs adolescents et Luc voyage dans sa tête plus lentement et est considéré comme un simplet.

Nul ne sait quand Joyce est arrivé au Gour Noir. Immensément riche, il a donné libre cours à son ambition, sa folie de possession. Il a racheté petit à petit tout le village, renommant les rues à son nom, et bâti la carrière, le barrage et la centrale électrique qui emploie tous les hommes du coin. Joyce est entouré d’hommes de main, Double et Snake, violents et sans morale ; même la police en la personne de Lynch lui rend des comptes.

Les quatre enfants, unis comme les doigts de la main, se réunissent au viaduc, et utilisent une corde attachée au viaduc pour prendre de la hauteur par rapport à la noirceur ambiante. De là-haut, ils voient la nature telle qu’elle est, la faune et la flore intouchées et intouchable, le vent ébouriffant leurs cheveux. Un drame va bouleverser la famille Volny et par voie de conséquence, le village.

Après l’extraordinaire Né d’aucune femme, on pouvait être inquiet quand à la suite qu’allait donner Franck Bouysse à son œuvre littéraire. Dès les premières phrases, on s’aperçoit vite qu’il a choisi de rester dans un environnement rural, dans le Massif Central, en pleine nature. Et la grande nouveauté est que nous avons là un roman avec de multiples personnages, ce qui va donner l’occasion de présenter beaucoup de thématiques.

Evidemment, grâce ou à cause de son précédent roman, beaucoup de lecteurs vont voir dans Mabel le personnage principal, et vont ressentir une certaine frustration quand ils vont voir défiler les autres personnes. Et pourtant, tous ont bien le même poids dans cette intrigue dramatique, qu’ils soient du coté des gentils ou des méchants. Et on a l’impression que c’est plus la vie du village qui intéresse l’auteur, que l’itinéraire de ses personnages.

Franck Bouysse va nous parler de fraternité, de loyauté, de l’adolescence et de la difficulté de passer à l’âge adulte, de la difficulté d’être parent, de lutte des classes, de la beauté de la nature, de la pureté des sentiments. J’ai plutôt eu l’impression que Franck Bouysse voulait nous raconter un conte, pour adulte certes, avec ce qu’il faut de magie dans les images, les décors, les événements, un conte moderne dans un monde intemporel. Et c’est toujours un plaisir immense de se laisser bercer par le style incomparable aussi subtil que poétique, digne des plus grands auteurs contemporains. J’en veux ce passage d’une simplicité évidente et d’une justesse

« La beauté est une humaine conception. Seule la grâce peut traduire le divin. La beauté peut s’expliquer, pas la grâce. La beauté parade sur la terre ferme, la grâce flotte dans l’air, invisible. La grâce est un sacrement, la beauté, le simple couronnement d’un règne passager. »

Si certains peuvent reprocher la dualité Gentils / Méchants, je l’explique surtout par la forme voulue de l’auteur de narrer un conte. Et dans cet exercice là, Franck Bouysse est un conteur hors pair. Seule la fin m’a laissé dubitatif, tant elle est en décalage par rapport à l’histoire et à la morale éventuelle qu’il a voulu mettre dans son histoire. Cela reste tout de même un roman à lire, comme tous les romans de Franck Bouysse.

L’étoile jaune de L’inspecteur Sadorski de Romain Slocombe

Editeur : Robert Laffont (Grand Format) ; Points (Format poche)

Après L’affaire Léon Sadorski, Romain Slocombe revient avec ce deuxième tome de la vie de cet Inspecteur Principal Adjoint affecté aux affaires juives. Ce deuxième tome m’a paru encore plus fascinant que le premier.

Depuis le 6 juin 1942, les juifs doivent arborer une étoile jaune, solidement cousue sur leur vêtement. L’inspecteur Sadorski, qui n’oublie jamais un visage, suit une jeune fille qu’il a déjà aperçue lors de l’attentat dans un café du Boulevard du Palais. Il est en arrêt maladie pour quelques jours encore, suite à sa blessure lors de cette explosion. Mais ce qui l’importe aujourd’hui n’est pas de suivre des juifs.

Attablé à une terrasse dans un accoutrement de plombier, il attend sa protégée, Julie Odwak, sa jeune voisine juive pour qui il a ressent une affection malsaine. Il a déjà fait arrêter sa mère, a ajouté la mention communiste sur son dossier, et continue à avancer ses pions pour la séduire, en lui faisant croire qu’il est un espion pour Londres. Aujourd’hui, le 8 juin, c’est son anniversaire et Léon Sadorski lui offre un magnifique stylo.

Le lendemain, il prévoit une balade en vélo avec Yvette, sa femme. Ils font une pause dans un café en bord de Marne, discutent avec le patron qui affectionne les émissions émises par Radio Londres. Léon Sadorski en profite pour écrire une lettre anonyme le dénonçant. Puis ils repartent et s’installent pour le pique-nique. Là Léon Sadorski découvre le corps d’une femme assassinée. Après son retour au bureau, c’est lui qui sera chargé de l’enquête.

Plus ignoble que jamais, le personnage de Léon Sadorski prend de l’ampleur dans cette intrigue aux multiples facettes qui fait suite à la fin du premier tome. On le découvre nationaliste jusqu’au bout des ongles, et apprécie l’occupation allemande en ce qu’elle apporte une rigueur et une sécurité face aux terroristes. Il abonde dans les théories contre les juifs, et n’hésite pas à faire son travail proprement, dénoncer ceux qui ne sont pas de bons français ou ceux qui ne portent pas leur étoile jaune.

Pour autant, il n’est pas sans de nombreuses contradictions, ce qui le rend encore plus réaliste. Il est amoureux de sa voisine juive alors qu’il est sensé les traquer. Il fait preuve d’une pitié étonnante quand il découvre les conditions d’enfermement, mais peut être d’une haine et d’une implacable férocité. Et il s’arrange toujours pour utiliser les événements à son avantage quitte à travestir la vérité et franchir la ligne jaune de la légalité, ce que sa carte d’Inspecteur lui permet.

Comme dans le premier tome, l’immersion dans la vie de tous les jours sous l’occupation allemande est énorme, parsemée de petits détails, ou même décrite par le détail dans des scènes énormes. J’en veux pour exemple cette séance de cinéma où Léon Sadorski invite Julie et où l’auteur nous décrit le reportage qui est projeté avant le film et qui se révèle une propagande ignoble pour justifier la traque des juifs.

Enfin, le gros du sujet revient sur la rafle du Vélodrome d’hiver. Là encore, la nouveauté est de nous montrer comment elle a été orchestrée et les conditions de vie (de survie plutôt) que les femmes et les enfants ont subi en attendant d’être déportés. Ces scènes glauques sont dégoûtantes et d’une vérité saisissante, et elles apportent un éclairage inédit, je crois, sur cette horreur.

A la fin du roman, l’auteur nous décrit ses nombreuses sources d’information, mais il nous explique aussi que son personnage principal a vraiment existé. Avec cette conclusion, on comprend mieux le travail de mémoire qu’a entamé Romain Slocombe, en nous rappelant en introduction du roman : Ni l’auteur, ni l’éditeur ne cautionnent les propos tenus par le personnage principal de ce livre. Mais ils sont le reflet de son époque, tout comme ils peuvent présager celles qui nous attendent. Car « le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde ».  A ce titre, ces romans sont évidemment à lire, à ne pas rater.

Trouver l’enfant de Rene Denfeld

Editeur : Rivages Noir

Traducteur : Pierre Bondil

Il est des romans qui, dès les premières pages, vous éblouissent. Il est des romans qui, dès les premiers chapitres, vous emportent. Il est des romans qui, dès la dernière page tournée, vous impressionnent, pour lesquels vous êtes sûrs de ne jamais les oublier. Trouver l’enfant de Rene Denfeld est de ceux-là.

« C’était une petite maison jaune donnant sur une rue déserte. Elle dégageait une impression de découragement, mais de cela, Naomi avait l’habitude. La jeune mère qui ouvrit la porte était frêle et paraissait beaucoup plus âgée qu’elle ne l’était. Ses traits semblaient tirés et fatigués. »

Naomi Cottle se présente chez les Culver, au pied des montagnes enneigées de l’Oregon. Madison, leur petite fille de cinq ans a disparu depuis trois ans, trois longues années durant lesquelles leur vie s’est liquéfiée mais l’espoir est resté caché en eux comme une ombre. Les nombreuses battues dans les bois, les avis des médiums n’ont eu aucun effet.

Naomi est une détective spécialisée dans la recherche d’enfants perdus et a acquis une notoriété grâce à quelques affaires qui ont fait grand bruit. Elle demande à voir la chambre de la petite, d’une tristesse infinie par l’absence qu’elle implique. Ils étaient partis chercher leur sapin de Noël dans le hameau de Stubbed Toe Creek. Le temps de scier le tronc, Madison avait disparu. Naomi les prévient que Madison est peut-être morte, ou du moins que si elle revient, elle sera différente. Puis elle se rend sur place …

La fille de la Neige se rappelle de sa naissance, au milieu d’un paysage neigeux. L’homme l’avait portée sur ses épaules, des peaux de bêtes pendaient à sa ceinture. Elle se réveilla dans le noir, un espace clos qui lui faisait peur. Alors elle appela Papa et Maman mais l’homme s’en alla. Petit à petit, elle se prit à imaginer des contes merveilleux, des histoires lumineuses pour éclairer son quotidien.

Trouver l’enfant est un roman qui l’on lit lentement pour se laisser prendre sans ses filets, avec un style expressif et un ton résolument original, capable de vous coucher dans une ouate poétique alors que le sujet est éminemment dur et violent. Deux points de vue vont se compléter en faisant avancer l’intrigue, celui de Madison, petite fille rêveuse qui s’invente un monde féerique et Naomi plongée dans le réel et hantée par son passé.

Naomi va revivre des passages de sa propre histoire passée et s’immerger dans un présent mystérieux au milieu des forêts enneigées, pour rencontrer les habitants d’un village renfermé sur lui-même, tous plus inquiétants les uns que les autres. Madison va être élevée comme un animal de compagnie par l’homme qui s’appelle B et va fuir son présent dans des histoires qu’elle va s’inventer, des contes de fées lui permettant de survivre.

Si l’intrigue ne réserve pas ou peu de surprises quant à l’identité du geôlier, c’est bien par ce mélange de poésie et de violence, magnifié par un style toujours juste et minimaliste qui rend sa lecture addictive et nous ouvre les yeux par sa beauté poétique et sa justesse émotionnelle de tout instant. Ce roman est le premier d’une série dont le deuxième tome La fille aux papillons vient de sortir et il est impossible de résister à l’attrait de lire la deuxième enquête de Naomi tant le plaisir fut grand. Trouver l’enfant fut pour moi une découverte inoubliable.

Il serait injuste de ne pas citer l’avis qui m’a donné envie de lire ce roman, à savoir celui de Jeanne Desaubry

Oldies : La place du mort de Pascal Garnier

Editeur : Fleuve Noir (1997) ; Zulma (2010) ; Points (2013)

En cette année 2020, nous allons fêter les 50 années d’existence de la collection Points, et les 40 ans de Points Policier. Et quoi de mieux que de se rappeler d’un auteur de romans noirs bien trop méconnu mais tant regretté, Pascal Garnier.

L’auteur :

Pascal Garnier est un écrivain français né le 4 juillet 1949 dans le 14e arrondissement de Paris et mort le 5 mars 2010 à Cornas (Ardèche). Son œuvre se partage entre le roman policier et les ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse.

Après une vie d’errance et de petits boulots, et un passage éclair par le rock ‘n’ roll, il a décidé à 35 ans de se lancer dans l’écriture. Son œuvre, abondante et multiforme, publiée chez plusieurs éditeurs, dont P.O.L, Flammarion, Nathan jeunesse et Zulma, oscille entre le roman noir et des ouvrages plus tendres destinés à la jeunesse. Ses romans policiers – dans la lignée des Simenon, Hardellet, Bove ou Calet auxquels on l’a souvent affilié – sont marqués par un humour grinçant.

Depuis 2000, les éditions Zulma ont entamé la publication de ses œuvres complètes dans une nouvelle collection.

En 2001, il obtient le prix du festival Polar dans la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines pour « Nul n’est à l’abri du succès » et, en 2006, le Grand Prix de l’humour noir avec Flux.

Quatrième de couverture :

De retour d’un week-end chez son père, Fabien Delorme, jusque-là monsieur Tout-le-Monde, apprend que sa femme est morte dans un accident de voiture. Le veuf esseulé se découvre du même coup mari trompé : sa chère Sylvie était sur le siège passager aux côtés de son amant, le temps d’une escapade romantique en Bourgogne. Sonné, Fabien échafaude sa vengeance… à titre posthume : il se met à la recherche de la veuve du défunt, résolu à séduire la femme de l’homme qui a séduit la sienne. Mais c’est sans compter une série de réactions en chaîne totalement incontrôlables, dans lesquelles les victimes ne sont pas toujours celles qu’on croit…

Dans la Place du mort, Pascal Garnier, en génial ethnologue de la dégringolade à la française, nous offre une fois encore l’émouvant portrait de ces héros ordinaires qu’il affectionne tant, de ces vies minuscules qu’il amplifie avec une tendresse et un humour inégalés.

Mon avis :

Fabien passe le week-end avec son père à vider le grenier, pour la brocante du village. Quand il rentre, personne n’est là ; Sylvie, sa femme, est probablement allée au cinéma avec son amie. Un message sur le répondeur lui annonce de contacter le CHU de Dijon : Sylvie est morte dans un accident de voiture. Se rendant sur place, il apprend qu’elle voyageait avec un homme, son amant. Il arrive à noter l’adresse du malotru. Mais ce n’est qu’un peu plus tard, chez son ami Gilles qu’il se décide à gagner le cœur de la veuve du défunt.

D’une situation banale et non dénuée d’humour, Pascal Garnier nous présente une situation qui, petit à petit, va verser dans le noir ultime, dans un roman qui ne dépasse pas les 150 pages. Il va donc, comme à son habitude, centrer son intrigue sur Fabien et enchainer les situations avec une imagination sans bornes. C’est aussi et surtout la vie de couple qu’il étrille avec un cynisme certain.

Car le couple formé de Fabien et Sylvie n’en est plus un depuis longtemps. Le temps a érodé les sentiments et le coup de grâce a été porté suite à l’IVG qu’elle a subi. A partir de ce moment là, ce couple est devenu deux êtres, deux fantômes vivant cote à cote mais sans vivre ensemble. Fabien, qui n’a jamais supporter de vivre seul, va donc se chercher non pas une compagne mais présence capable de le rassurer, lui. Car il n’y a que lui qui l’intéresse, les autres faisant partie du décor.

Portrait au vitriol de la vie moderne, de couples qui n’en sont pas, du besoin sentimental qui se transforme en présence utile, Pascal Garnier dit beaucoup de choses sur le couple et la vie moderne, dénuée de la moindre passion. On prend, on utilise et on jette les gens comme des mouchoirs en papier. L’économie de mots est la marque de fabrique de cet auteur et son talent éclate dans ce court roman en même temps qu’on y sent un plaisir jubilatoire à torturer ses personnages qui n’ont rien compris à la vie.

Ne ratez pas le formidable avis de La Petite Souris.

Marseille 73 de Dominique Manotti

Editeur : Les arènes – Equinox

Après Or noir, Dominique Manotti continue son exploration de la situation de la côte d’Azur en 1973, à travers son personnage récurrent de Théodore Daquin, plus jeune commissaire de France et homosexuel caché, car cela ferait tâche d’huile dans la police marseillaise. Retour donc sur une période noire de notre histoire contemporaine où l’on assassinait impunément les Algériens.

La situation est explosive à Marseille pendant cet été 1973. De nombreux assassinats de ressortissants algériens ont lieu dans la cité phocéenne et ses environs et la police locale, la Sureté, classe systématiquement ces affaires en non-lieu ou en « règlement de comptes entre bandes rivales ». Il faut dire que l’amnistie de l’OAS de 1968 a permis de réintégrer certains de ses membres dans la police. De son côté, la résistance algérienne s’organise pour lever des fonds pour renverser Houari Boumediene. Et depuis juin 1973, les étrangers doivent justifier d’un contrat de travail et d’un logement décent pour obtenir un titre de séjour.

Le commissaire Théodore Daquin est chargé de la permanence au bureau de la Police Judiciaire, pendant ce week-end du 15 août, dans l’attente du nouveau patron. On déplore encore un mort et un blessé lors d’une rixe ; algériens, bien sûr. Alors qu’il reçoit son amant Vincent, avocat, Daquin apprend que cette affaire se terminera par une légitime défense, lors d’une rixe entre un français et trois algériens.

Le lundi 20 août, le commissaire principal Percheron débarque, avec l’assurance d’une armoire à glace. Il charge Daquin et son équipe de se rapprocher de l’antenne de Toulon qui enquête sur l’UFRA, l’Union des Français Repliés d’Algérie, qui pourrait ouvrir des centres d’entrainement et ainsi préparer des attentats contre les « traîtres français » qui ont abandonné l’Algérie et les ennemis algériens.

Le dimanche 26 août, un déséquilibré va égorger le conducteur d’un bus et poignarder quatre passagers, avant d’être maitrisé. Ceci va entraîner une grève des traminots. Le mardi 28 août, Malek, un jeune homme de 17 ans attend sa petite amie. Deux voitures passent, repassent puis s’arrêtent. Les armes sortent, il est abattu de sang froid de trois balles. Daquin et son équipe se rendent sur place. Leur rapport est contradictoire avec celui de l’équipe de la Sureté passée juste avant.

Dominique Manotti prouve encore une fois sa valeur dans le paysage du polar français. Cette grande Dame du Noir utilise sa formation d’historienne et illustre une situation actuelle à l’aide d’un événement passé, fût-il du passé récent. Elle démontre combien l’étude de l’histoire est une science importante qui peut nous éviter de refaire les mêmes erreurs. Je pense qu’il est inutile que j’illustre plus avant mes arguments.

Parler de la situation de l’Après-Guerre d’Algérie, positionner cette histoire dans un contexte éminemment compliqué et le rendre fluide au lecteur, c’était un pari qu’il fallait oser relever. Car comme à son habitude, elle entoure son personnage central (Théodore Daquin) d’une multitude de gens au second plan, qui mériteraient presque de figurer sur le devant de la scène. Ce qui est inédit à Marseille, c’est que la Sureté et la PJ se partagent un même local, appelé l’Évêché, d’où des relations et connivences entre les deux services aux hiérarchies différentes et souvent concurrentes.

La plus grande partie de l’intrigue se situe dans les services de police, et ils sont pléthore à Marseille. Pour bien commencer la lecture et positionner chacun à son poste, je conseillerai presque de lire la postface qui décrit les différences entre la Police Urbaine (de proximité), la Sureté (chargée des crimes locaux) et la Police Judiciaire (chargée des crimes nationaux ou de grande envergure).

Dominique Manotti va donc planter le décor dans un endroit où la situation est particulièrement tendue, voire explosive même si les exactions décrites dans le roman ont eu lieu partout en France. Ponctuant ses chapitres (courts, c’est une marque de fabrique made in Manotti) d’extraits de journaux, alimentant son histoire de faits divers et de personnages réels, l’effet n’en devient que plus immersif et passionnant.

Pour autant, je ne pense pas que l’auteure ait voulu pointer du doigt les violences policières, mais plutôt la faculté française à accuser les étrangers, ceux qui sont différents, de tous nos maux ; même si la situation à l’époque était particulière. Elle montre aussi l’aveuglement des politiques, l’asservissement des journalistes et les liaisons troubles entre la justice et la police. Elle nous démontre aussi d’une grande manière le racisme commun, celui que l’on entend tous les jours au coin de la rue.

Alors que le roman commence doucement, il faudra attendre une cinquantaine de pages et l’assassinat de Malek pour voir l’intrigue décoller. A ce moment-là, on voit les pièces de puzzle se mettre en place, la tension monter dans un suspense insoutenable. Car on ne sait pas si cela va se terminer bien ou mal, étant donné le nombre de crimes impunis dont on nous a parlé auparavant.

Autant vous dire que c’est tout de même un sacré pavé, 380 pages et que pour vingt euros, on en a pour son argent. Il faudra juste s’accrocher un peu avec le grand nombre de personnages que l’on suit, et prévoir plus d’une heure de lecture à la fin, car elle est haletante et il est impossible de faire une pause dans sa lecture. Avec ce nouveau roman, Dominique Manotti tient son rang et nous apprend un pan de notre histoire, qui nous appartient aussi, et qu’il nous faudrait bien remâcher pour éviter de faire les mêmes erreurs et répéter les mêmes crimes.

L’affaire Silling de Stéphane Keller

Editeur : Toucan

Après Rouge parallèle qui revisitait les années 60 et Telstar qui nous emmenait en pleine guerre d’Algérie dans les années 50, L’affaire Silling vient clore la trilogie consacrée à Norbert Lentz, ex-flic devenu barbouze assassin pour la république. Nous le retrouvons quelques semaines avant l’élection de François Mitterrand en 1981.

3 mars 1981, Paris. Sa fille Cécile arrive vingt minutes en retard à leur rendez-vous au restaurant ; Norbert Lentz cache dans sa poche le cadeau qu’il lui destine, les clés d’une Renault 5. Il serait prêt à tout pour sa fille mais surtout pas en mémoire de sa mère Denise, volage et morte vingt ans auparavant. Leur entrevue se termine mal et Lentz décide de passer sa nuit à boire. Ses excès violents envers des passants seront noyés dans les souvenirs de l’alcool.

Le lendemain matin, le téléphone le réveille. Le colonel Préville qu’il a connu à son retour d’Algérie le convoque. La mission est habituelle pour un tueur comme lui mais étonnante quant à son objectif. Il doit retrouver Nicolas Lovat, la star du cinéma français car ce dernier a en sa possession des photographies compromettantes pour tout un pan de la société française, de tous les domaines. Ces images auraient été prises par le majordome Paolo de Sisti.

Paolo de Sisti aurait été logé près de Menton. Lentz doit s’y rendre immédiatement afin qu’un contact lui contacte où dénicher sa proie. C’est finalement à Gênes qu’il doit se rendre, dans un hôtel de luxe où le majordome chercherait à négocier à bon pris les photographies compromettantes. La mission se révèle un cuisant échec : Le beau Paolo rentre trop tôt, Lentz est obligé de le tuer et il repart sans trouver la moindre photographie. Préville lui donne 48 heures pour les trouver. Lentz va se diriger vers la somptueuse villa de Lovat. Mais s’il trouve les photographies, il sera l’homme à abattre.

Voici donc le dernier tome de la trilogie consacrée à ce tueur des services secrets français, ex-flic revenu de tout et sans aucun état d’âme. Dans ce roman, Lentz a vieilli, il n’a plus la même vitesse d’exécution, plus la même déduction, mais il a gardé la même hargne, la même rage. Il est devenu une bête inarrêtable qui est capable de tuer n’importe qui parce qu’il n’a plus peur des conséquences.

Il va tomber sur une histoire des plus sordides et, de chasseur, il va devenir chassé, devenant l’homme à abattre pour avoir vu des images qui ne doivent pas ressortir au grand jour. Et pour être ignobles, elles sont ignobles. Sauf que Lentz, même chassé, passe toujours à l’attaque. Ce genre d’histoire, même s’il a déjà été abordé dans d’autres romans est bigrement haletant dans ce cas-ci pour beaucoup de raisons.

Tout d’abord, comme pour ses deux premiers romans, l’époque est bien rendue : on y parle de la peur de l’arrivée au pouvoir de Mitterrand avec dans ses bagages les communistes. La peur du rouge en devient terrible à tel point que de nombreux riches ou bourgeois partent déjà vers la Suisse ou le Luxembourg. La défaite de Giscard d’Estaing n’est plus une surprise mais une évidence et il s’agit de mettre à l’abri son argent.

Ensuite, ce personnage de Lentz est incroyable, je n’ai jamais lu un tel personnage dur, intraitable, meurtrier dans le polar français. Et le style de ce roman, sec, sans fioritures, dur, va s’adapter à l’histoire ce qui est un grand changement par rapport aux deux autres histoires, Rouge Parallèle et Telstar. Du coup, le roman est plus court, il se lit vite et va vite puisque les événements s’enchainent à un rythme d’enfer.

Stéphane Keller ne laisse pas de coté ni l’immersion dans cette époque de changements pour le peuple, abordé par de petites touches, ni la psychologie des personnages secondaires, dont il se débarrasse quand il n’en a pas besoin. Et finalement, on est pleinement satisfait après avoir tourné la dernière page d’avoir voyagé dans ce polar noir avec ce personnage hors-norme. Comme pour ses deux premiers romans, Stéphane Keller nous surprend à nouveau avec cette histoire noire et rouge sang.

Le canard siffleur mexicain de James Crumley

Editeur : Gallmeister

Traducteur : Jacques Mailhos

Illustrateur : Rabaté

Après Le dernier baiser, James Crumley revient avec son personnage de détective privé CW.Sughrue pour une aventure des plus déjantées. Sorti tout d’abord chez Gallimard dans la Série Noire, puis chez Folio, Gallmeister nous donne l’occasion de redécouvrir ce roman dans une nouvelle traduction et agrémenté d’illustrations en noir et blanc de toute beauté.

CW Sughrue a abandonné son métier de détective privé pour devenir tenancier au Hell Roaring Liquor Store à Meriwether. Parce que les agents de maintenance ont viré Hank Snow, il décide de se débarrasser de l’engin sur la voie de chemin de fer. Qu’elle aille au diable, cette machine ! Quand Sughrue est poursuivi par une horde d’avocats, ceux du cheminot, du juke-box, de la société de chemins de fer, et de sa femme, il laisse tomber l’affaire et trouve refuge chez Solly.

Solly, c’est Solomon Rainbolt, avocat impitoyable dans les affaires de drogues, craint de tous les procureurs, mais aussi trafiquant de substances illicites. Sughrue et lui se sont connus au Vietnam, où Solly a perdu une jambe mais gagné quelques kilos de médailles ainsi que des contacts chez des producteurs de drogue. Solly accepte de loger Sughrue dans son sous-sol, et lui trouve même une affaire pour se remplumer.

Sughrue se rend donc chez les Dhalgren, frères jumeaux que l’on n’arrive pas à distinguer tant ils se ressemblent. Ils veulent récupérer un poisson tropical qui vaut 5000 dollars et dont ils font commerce chez un client qui leur a fait un chèque en bois. L’argent ne les intéresse pas, ils veulent le poisson. Le seul problème réside dans l’identité du client malotru et mauvais payeur : Norman Hazelbrook.

Norman Hazelbrook, dont le surnom est l’Anormal, est le Président Directeur Général d’un gang de bikers appelé les Snowdrifters. Avec lui, on ne discute pas, on se prend du plomb dans la couenne. Coup de chance, les Dhalgren sont prêts à aider Sughrue en lui prêtant un char Sherman. Finalement, après une bataille mémorable, une entente est trouvée entre les frères jumeaux et la fiancée de Norman, Mary. Mais tout a un prix : il devra retrouver la mère de Norman pour son futur mariage, mère qui est recherchée par toutes les polies et le FBI et la CIA et que personne ne retrouve …

Voilà pour les 50 premières pages ! C’est vous dire combien les événements s’enchainent vite. Après, le rythme se calme, redescend, ce qui permet à James Crumley de parler du passé de Sughrue, au Vietnam, mais aussi de ses rencontres passées. Au passage, il ne se gêne pas pour égratigner les Américains, leur police, leur FBI … bref, tout le monde y passe, avec une bonne fessée.

Si j’emploie cette boutade, c’est bien parce qu’on a l’impression d’écouter parler Sughrue, ce détective à moitié raté, qui se laisse mener par les indices qui lui tombent dessus, à moitié saoul, à moitié drogué, à moitié déjanté. Et puis, il nous sert des scènes d’un visuel incroyable dans des décors hallucinants, avant de nous raconter une bonne blague à laquelle il n’est pas possible de ne pas rire.

En fait, même si ce roman n’est pas le meilleur de cet auteur, il y a sa patte incomparable, cet équilibre fort maîtrisé entre action et pause humoristique, entre retour vers le passé et description décalée. Et sous ces dehors pas très sérieux, il en ressort une société aux mains des pires salopards que l’on puisse imaginer, qui dérive vers sa propre destruction, à l’inverse de Sughrue qui se retrouve avec un bambin. Mais ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus, courez le lire.

Deux balles de Gérard Lecas

D’après une idée originale de Gérard Lecas et Jean-Pierre Pozzi

Editeur : Jigal

Je ne me rappelle pas avoir lu un roman de Gérard Lecas, donc ce sera une découverte d’un nouvel auteur. Deux balles, c’est le genre de polar coup de poing, qui va droit aux tripes, efficace à souhait.

Afghanistan, Vallée de la Kapisa, janvier 2013. Vincent Castillo et Willy se sont tous les deux engagés et sont devenus amis, inséparables pour la vie. Willy est réunionnais et sa compagne Marion l’attend là-bas. Leur rêve est d’ouvrir une cantine ambulante, c’est tellement simple, il faut juste acheter et aménager une camionnette. Mais ce jour est maudit et la troupe tombe dans un traquenard. Willy se prend deux balles, qui vont le laisser paralysé du bas du corps. Deux balles qui vont changer deux vies.

Après deux engagements de quatre ans, Vincent décide de ne pas rempiler. Il rend visite à Willy, pensionnaire d’une clinique où il doit apprendre à marcher avec des jambes mécaniques. Mais Vincent n’a pas oublié leur rêve et il va faire tout ce qui en son pouvoir pour remonter le moral en berne de son ami.

Et puis, c’est le retour dans la famille. Le père de Vincent tient un hôtel, dans lequel logent des migrants. Cela ramène plus d’argent. Il retrouve aussi ses deux frères, Denis et Jordan, qui subsistent de petits trafics. Tout est bon pour ramener du beurre dans les épinards. Vincent va les aider jusqu’à ce qu’il soit impliqué trop loin, dans une situation qu’il n’a pas voulu. Le retour à la vraie vie s’apparente à une spirale descendant vers les enfers.

Une fois le décor et les personnages plantés, Gérard Lecas déroule son intrigue avec une assurance digne des meilleurs auteurs de polar noir. Cette lecture est d’ailleurs étonnante devient l’économie des mots aussi bien dans les descriptions que dans les dialogues, ce qui en fait une lecture rapide et efficace. Et au fur et à mesure que l’intrigue avance, la spirale nous enfonce vers une conclusion noire et dramatique.

Outre les magouilles et petits trafics que sont obligés de faire pour survivre, Gérard Lecas va surtout insister sur le sort des migrants, que le gouvernement accueille, que les services gouvernementaux contrôlent, que les associations aident mais dont personne ne se soucie. A partir de ce moment-là, il n’est pas étonnant d’inventer le fond de cette histoire totalement révoltante de façon à dénoncer les contradictions et les injustices qui en découlent.

Si le parti-pris de l’auteur est d’aller au fond du sujet, son style est à réserver à ceux (dont moi) qui apprécient les styles efficaces que l’on trouve souvent chez les Américains et parfois chez les auteurs français. Ce style froid et clinique, distant et direct est d’autant plus frappant quand arrive la conclusion comme un chapitre qui se referme, une boucle que l’on termine de dessiner. Personnellement, j’ai pris deux balles dans le corps, et ça fait mal.

Ne ratez pas le formidable avis de Jean le Belge