Archives du mot-clé Roman Noir

Fin de siècle de Sébastien Gendron

Editeur : Gallimard – Série Noire

Sébastien Gendron, voilà un auteur pas comme les autres. L’ayant découvert en 2008 avec Le tri sélectif des ordures, il a le talent de bâtir des intrigues légèrement décalées, d’accompagner son plat d’un humour cynique et de nous servir un plat acidulé sur notre société. Sébastien Gendron, c’est le cuisinier du polar. Son dernier roman, Fin de siècle, comporte déjà un titre totalement génial (à mon gout). Dès que j’ai appris sa sortie, j’ai guetté sa date de sortie pour l’acquérir.

A Roquebrune-Cap-Martin, Perdita Baron noie son ennui dans la dégustation de glaces Ben & Jerry’s Blondie Brownie. Elle entend un bruit mais n’a pas le temps de se retourner quand elle se prend un coup de poing dans le dos puis un couteau à lame crantée dans le ventre. Perdita perd la vie vers 1 heure du matin. Ses voisins Jonathan et Armel Koestler n’ont rien entendu, mais quand ils apprennent le fait divers, ils décident de fuir.

A Algarve, au Portugal, la foule se masse sur la plage pour apercevoir des mégalodons échoués. Ces gigantesques requins préhistoriques ont fait leur retour sur Terre de façon inexpliquée. Leur faim de viande fraîche a obligé les hommes à se protéger en installant aux limites de la Méditerranée des herses les empêchant de rentrer dans une zone où les plus riches peuvent se baigner, bronzer et s’épanouir. Sauf que la gestion de ces herses a été vendue plusieurs fois à des fonds de pension qui, pour augmenter leurs profits ont (légèrement) coupé dans le budget d’entretien.

Claude Carven est un « fils à papa » qui a dépensé une fortune, mais pas la sienne, pour construire son rêve : bâtir une fusée et devenir le premier homme à descendre en parachute de la mésosphère. 88 000 km de chute libre pour un pur plaisir … ou pour oublier sa vaine existence.

Laissez vous porter par ces chapitres qui chacun, raconte un personnage, une scène, une démonstration supplémentaire que le monde marche sur la tête. A partir d’un événement scientifique primordial, mettant en danger la population mondiale puisque les mégalodons adorent croquer les humains en apéritif, l’Homme a trouvé des réactions illogiques pour sauver les plus riches. Au début, ce fut la chasse aux requins à coups de bâtons de dynamite, puis on a créé des herses pour créer un espace convivial pour ceux qui peuvent payer.

Au premier degré, ce roman ressemble à une galerie de scènes mises bout à bout, toutes plus géniales les unes que les autres, mais ne brossant qu’une partie du tableau. En prenant du recul, cela donne une vision bien sombre de l’humanité car tous les personnages dans ce roman sont sains d’esprit mais totalement frappés. L’Homme est un animal qui cherche avant tout à tromper son ennui, à coups de milliards dépensés sur le pourtour de la Méditerranée, zone protégée qui vacille ; mais personne n’est au courant. Au second degré donc, c’est une superbe description de la futilité de l’Homme, dans toute sa grandeur et sa décadence.

Même si l’humour est peu présent, j’y ai trouvé des cotés réjouissants dans la façon qu’a l’auteur de décrire ces gens qui n’aspirent à rien si ce n’est leur bien-être. La cruauté devient non pas malsaine mais presque drôle, d’un humour noir grinçant. Et puis, j’y ai trouvé un coté inquiétant, cette impression tenace de lire un livre prémonitoire, une sorte de manuscrit retrouvé de Nostradamus, et ça fait peur.

Derrière ces sujets forts, il ne faut pas oublier les hommages littéraires, cinématographiques et musicaux qui prolifèrent dans ce roman. On y trouvera bien sur Steven Spielberg et Jaws, mais aussi La baleine scandaleuse de John Trinian (que j’ai lu récemment) sans oublier tous les romans parlant de faille temporelle ou les films parlant de voyage interstellaire. Car même s’il est parfois dur à suivre, Sébastien Gendron nous interpelle sur l’argent que l’on dépense pour nos plaisirs au lieu d’améliorer l’humanité. Un sacré roman !

Ne ratez pas les avis de Jean le Belge et Jean-Marc Lahérrère

 

Riposte de David Albertyn

Editeur : Harper & Collins

Traducteur : Karine Lalechère

Voici un premier roman dont on lit beaucoup de bien sur les blogs, et cet argument était suffisant pour me tenter. Même si la trame est classique, cet auteur a un vrai talent pour créer des scènes visuelles impressionnantes.

Il y a quinze ans, ils étaient les meilleurs amis du monde. Ils étaient quatre, Tyron, Keenan, Antoine et Naomi.

Tyron Shaw s’est engagé dans les Marines et a combattu en Irak. Il est de retour avec des cauchemars plein la tête.

Keenan est entré dans la police et vient de tuer une jeune noir, une bavure qui déclenche des manifestations, d’autant plus qu’il vient d’être innocenté. Il s’est recyclé depuis dans le service d’ordre du Reef, le casino de Las Vegas qui doit recevoir la soirée de boxe.

Naomi a toujours eu une forte carrure et a fait de la boxe avant de se tourner vers le Basketball. Ne pouvant passer professionnelle, elle est devenue entraîneuse d’une équipe féminine. Elle est mariée avec Keenan mais a eu un faible pour tous les trois.

Antoine a mal tourné, il a fait de la prison, ce qui lui a donné l’occasion de devenir boxeur professionnel. Ce soir, il va affronter Kolya Konystin, classé parmi les cinq meilleurs mondiaux que personne ne veut combattre, tant il a des poings en parpaing.

Cette journée va leur donner l’occasion de se retrouver.

Ce roman se déroule sur 24 heures. Presque rythmé minute par minute, c’est une intrigue qui va passer de l’un à l’autre des personnages, faisant avancer l’histoire vers un dénouement que l’on ne verra pas arriver, puisque l’auteur va nous en dévoiler les dessous au fur et à mesure. La construction en est juste parfaitement maîtrisée.

Si le roman est minuté, il bénéficie aussi d’un style direct et remarquablement visuel. Ce nouvel auteur a un vrai don pour brosser des scènes en quelques phrases. On citera par exemple les cauchemars de Tyron et surtout le combat de boxe incroyablement réaliste où on se sent sectateur à l’intérieur du ring. Et je ne vous parle pas des scènes finales. Je resterai un peu plus mesuré sur les dialogues, trop basiques.

Enfin, c’est aussi l’intrigue et la façon dont elle est menée qui sorte ce roman du lot : l’intrigue est maligne, fort bien amenée. Le passé des quatre amis se découvre au fur et à mesure et on comprend comment une vengeance implacable est mise en place pour aboutir à une conclusion digne des hard-boiled américain.

On apprend dans la biographie de l’auteur, qu’il est né en 1983 (seulement !) et qu’il a toujours voulu écrire des histoires depuis l’âge de 6 ans. Effectivement, on ressent une assurance, une volonté de partager une histoire. Ce roman s’avère une très belle réussite venant d’un auteur sud-africain qu’il va falloir suivre à l’avenir.

Déstockage : Cinq Polars du XXIème siècle

Editeur : Capricci

Au hasard de mes fouilles dans mes bibliothèques, je tombe sur des livres dont je ne savais même pas qu’ils étaient là. Voici un recueil de nouvelles très intéressantes, qui démontrent l’amoralité moderne de la société. Je dois ajouter que ces nouvelles sont agrémentées de très beaux dessins signés Adrien Demaint et Jean Harambat.

Mirage Hôtel d’Anne Bourrel :

Robert Henry Charles Lebœuf se fait appeler Roberto quand il arpente les bals privés. Il aperçoit Rita, une superbe femme qu’il invite à danser le tango. Cette danse, qu’ils maîtrisent tous les deux, les emporte sur les rives de la passion. Roberto est fauché, Rita riche d’un héritage qui lui permet de vivre dans des palaces. De la somptuosité du tango va naître une relation faite d’amour et de sang.

C’est bien la première fois que je lis une nouvelle chorale, laissant la parole alternativement à Roberto puis à Rita. C’est avec beaucoup de subtilité et de douceur que l’on s’enfonce doucement dans cette histoire, avant de plonger dans une noirceur à la couleur rouge et au gout de sang. Le jeu des couleurs et la souplesse des mouvements font de cette nouvelle une belle expérience de lecture. Belle comme une lame effilée.

Un chagrin d’amour de Sébastien Gendron :

« On n’aurait jamais dû retourner chez la veuve Kersan ce soir-là ». Deux jeunes gens de 18 ans vivent de fantasmes et de bières. Ils rêvent de se faire la vieille Kersan et le commandant Lorseau leur propose un marché : étant amant de Mme Kersan, ils doivent se débarrasser du mari avant de pouvoir profiter de la veuve.

Voilà une histoire racontée à la première personne du singulier et écrite avec beaucoup de fluidité. Le style est à l’opposé de cette histoire, qui va pencher vers le glauque voire l’horreur de la part de jeunes gens qui ne s’appliquent aucune limite, même les plus atroces. Rythmée par des musiques modernes, cette nouvelle ignoble dans ce qu’elle implique se conclut sur une chute amorale, à l’instar de toute l’histoire.

Taire de Frédéric Jaccaud :

Hervé a perdu l’audition à l’âge de 6 ans. Il a grandi chez Maman. Devenu adolescent, il s’est créé son monde, autour de jeux de stratégie, de sa copine Leila. Et puis, il y a la voisine, Mathilde …

Il est bien difficile de faire ressentir l’enfermement et l’isolement que peut ressentir un sourd. Frédéric Jaccaud s’en sort admirablement dans cette nouvelle, en nous narrant une histoire qui peut sembler cruelle, mais qui montre surtout un Hervé qui va atteindre le plaisir, tout simple et bien noir.

Tomatic de Hervé Commère :

Il sort de prison après 6 mois pour trafic de drogue. Il retrouve ses deux potes Gary et Pouic qui ont une idée géniale : retaper un vieux distributeur automatique qui ne fonctionne qu’avec des pièces de 2 francs. Sur l’étage du haut, ils mettront des barrettes de shit dans des emballages de Mars, et vendront les pièces à leurs clients. Mais tout ne va pas de passer comme cela était prévu.

Hervé Commère nous offre une petite nouvelle bien sympathique où le petit groupe des trois amis se rêvent inventeurs de génie, en renouvelant le trafic de drogue. Sur un ton léger et fort bien écrit, il nous refait la fable de la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf dans un contexte moderne, une sorte de démonstration grinçante du marketing moderne. Et cela est bien distrayant, cyniquement noir.

Mauvaise journée, hier de Sophie Loubière :

Emilie se réveille, la tête en vrac. Impossible de se rappeler ce qu’elle a fait hier ! Le réveil affiche 7H45. Il n’a pas sonné. Elle va pour réveiller Philippe, mais sa place dans le lit, à coté d’elle est vide. Elle se lève et fonce dans la chambre des deux petits pour les houspiller, sinon ils vont être en retard à l’école. Les deux petits lits ne sont même pas défaits. Mais que s’est-il donc passé entre hier et aujourd’hui ?

D’un mystère prenant comme base une situation quotidienne banale, Sophie nous plonge dans un questionnement qui montre Emilie à la fois coupable puis innocente puis victime puis … La simplicité de l’écriture mais aussi sa précision chirurgicale font de cette nouvelle un petit bijou noir. J’adore !

La défaite des idoles de Benjamin Dierstein

Editeur : Nouveau Monde

J’ai laissé passer le premier roman de Benjamin Dierstein, La sirène qui fume ; mais je ne pouvais pas rater son deuxième. Ce pavé de 634 pages denses est un roman à mi-chemin entre polar et roman politique, et c’est une sacrée découverte !

Jeudi 20 octobre 2011. Un militaire portant un tatouage de serpent dans le dos et le cou observe un immeuble à Syrte. Cet immeuble, le District 2, renferme les derniers dignitaires du régime libyen, Mouammar Kadhafi et sa garde rapprochée. Ils tentent une sortie avant d’être pris pour cible par des missiles. L’homme les suit, et se rapproche de la caverne où ils se sont terrés. Le peuple arrive à attraper Kadhafi après une interminable fusillade, le roue de coups. Alors, l’homme s’approche et lui tire deux balles dans la poitrine ; Kadhafi n’est plus.

Christian Kertesz, ancien lieutenant de la Brigade de Répression du Proxénétisme, sort libre, après trois mois d’incertitude. L’IGS a réussi à le faire virer mais pas emprisonner. Il va pouvoir reprendre les affaires. Sa première visite est pour Clotilde Le Maréchal, la victime de sa précédente enquête, enfermée à l’institut Robert Merle d’Aubigné spécialisé dans les appareillages suite à des amputations. Clotilde, cette jeune pute de 17 ans dont il est fou amoureux. Puis il rejoint Didier Cheron, qui après un passage aux RG, est à la tête de Noticia, une entreprise de sécurité et renseignement. Ses clients, Patrick Rougier et Elias Khoury veulent décrocher le contrat de construction d’un hôpital à Tripoli, donc il faut des informations croustillantes sur leur concurrent. Enfin, il finit sa soirée au Liberty, un club d’entraineuse tenu par les Corses les plus recherchés de France. Ils veulent revenir sur la marché de la drogue et lui proposent un plan.

Laurence Verhaeghen est une jeune capitaine de la Police judiciaire, ambitieuse et divorcée, mère d’une petite Océane. Elle se retrouve en charge d’un meurtre dans un hôtel en réfection et, à six mois de la présidentielle, a la libération de Kertesz à gérer ; car elle ne veut pas le laisser en liberté. Dominique Muller, la victime avait reçu des menaces, peut-être le rackettait-on ? Cet hôtel appartient au groupe Bessin, qui sert à blanchir l’argent de la mafia. Zimmerman, son directeur l’appelle. Bien qu’elle ne soit pas syndiquée, elle a beaucoup de relations, certaines haut placées, et elle pourrait jouer un rôle important dans la déstabilisation de la Gauche. Il lui demande de tout faire pour trouver des armes contre Flanby, François Hollande, le candidat de la Gauche.

Je n’ai pas lu La sirène qui fume, son premier roman ; et je peux vous dire que je vais le lire très vite. Ce roman est totalement bluffant, totalement surprenant, totalement addictif. Malgré ses 640 pages, je l’ai lu en à peine quatre jours, et c’est tellement passionnant que j’aurais pu en reprendre encore quelques centaines de pages. Pourquoi ? Parce que cela me rappelle les meilleurs moments de lectures de mes auteurs favoris.

Ce roman est à la fois un polar et à la fois un roman politique. Le contexte se situe entre l’assassinat de Kadhafi et l’élection présidentielle de François Hollande, un contexte fort pour tout ce qui concerne la police, surtout si on se rappelle que Nicolas Sarkozy a été Ministre de l’Intérieur et a toujours gardé une relation particulière avec les forces de l’ordre. On va y voir une vraie bataille entre les différents services de la police, que la nouvelle structure n’a pas su effacer. Cette bataille, c’est la droite contre la gauche, un syndicat contre l’autre, une guerre idéologique contre l’autre.

Mais c’est aussi une période trouble quant à la politique extérieure de la France, en Lybie tout d’abord, ce qui est au centre de ce roman, mais aussi ailleurs, avec l’avènement de l’état islamique, tout juste abordé dans le roman. Et quand le grand banditisme, la mafia corse, veut redorer son blason sur le marché de la drogue, elle se retrouve face à des clans bien plus cruels que ce qu’elle est capable de faire. Face aux Albanais ou aux libyens, c’est toute une machination qui rapporte des millions d’euros par mois que nous démontre ce roman.

Ce roman, c’est aussi l’itinéraire de deux personnages forts, ni gentils ni méchants. Ils sont tous deux d’un coté de la ligne jaune, mais pour autant, leurs méthodes sont les mêmes. De la manipulation au chantage, des interrogatoires musclés aux meurtres, tous les moyens sont bons pour arriver à leur objectif. Ils sont tous deux forts, impressionnants, inoubliables, mais ils ont aussi chacun leur point faible qui causera leur perte ou une partie de leur vie. Kertesz et Verhaeghen, ce sont l’illustration parfaite de deux faces d’une pièces qui n’est rien d’autre que la société française actuelle, aux mains des mafieux de tous bords.

Ce roman, c’est un style extraordinaire. Les phrases sont courtes, les rebondissements abondent, les événements se suivent à fond de train. Caryl Ferey disait du précédent : « Un putain de bon roman … du DOA sous amphets, précis, nerveux, sans fioritures ». Et je suis totalement d’accord avec lui. Je vais même en rajouter une couche. Car ça pulse à toutes les pages, ça fuse, ça va vite et je n’ai pu empêcher mon rythme cardiaque d’accélérer à chaque instant. Les dialogues sont toujours bien placés, et bigrement bien faits, justes. Ce roman rappelle DOA, certes, mais aussi Dominique Manotti (par le sujet, le style) sans oublier le Grand James Ellroy, celui du Grand-Nulle-Part. Impressionnant !

Avec sa construction, qui insère dans sa narration des extraits de programmes radiophoniques, l’auteur nous plonge dans l’époque (pas si lointaine), à laquelle l’auteur a décidé de consacrer une trilogie. Après la Sirène qui fume, La défaite des idoles en est le deuxième. Et je peux vous dire que je piaffe d’impatience à l’idée que je doive attendre un an avant de lire le troisième. Je termine juste par un conseil : Ne ratez pas ce roman, c’est de l’or en barre !

De mort lente de Michaël Mention

Editeur : Stéphane Marsan

Après le fracassant et extraordinaire Power, Michaël Mention, auteur que j’adore, revient avec un sujet d’actualité, contemporain, les substances chimiques qui nous empoisonnent. Dit comme ça, ce n’est pas bien tentant. Vous auriez tort de passer au travers tant ce roman est une véritable enquête à charge contre l’industrie chimique.

Avril 2009. Nabil et Marie habitent un petit village, à proximité d’un site de recyclage ChimTek. Il est caissier dans un supermarché, et doit abandonner le foyer familial pour aller travailler, non sans avoir donné le biberon du matin à Léonard, qui vient d’avoir deux ans et demi. D’ailleurs, Leonard semble perturbé depuis peu. Il faut dire que qu’abandonner les couches et bientôt entrer en maternelle, ça doit travailler. Alors qu’ils font des courses, Marie a un vertige. Des examens vont démontrer qu’elle souffre d’hypothyroïdie. Les réactions de Léonard deviennent impulsives et dictatoriales. Il faudra attendre l’école primaire pour qu’on lui diagnostique qu’il est autiste.

Janvier 2010. Philippe Fournier, directeur de recherche au CNRS, sort de la station Hôtel de Ville. Après son cours à Paris-6, il va déjeuner avec des collègues. C’est en sortant qu’il aperçoit une silhouette qu’il connait bien : Richard Delaubry, endocrinologue, chef de service des hôpitaux universitaires de Genève, son mentor. Richard lui de mande de rejoindre une commission européenne visant à créer une réglementation concernant les perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques présentes dans notre quotidien et qui, combinées peuvent occasionner de lourdes conséquences pour notre santé.

Mais les grands groupes chimiques, et au premier plan Meyer, qui engendrent des milliards de chiffre d’affaire et autant de bénéfice ne l’entendent pas de cette oreille. Car leur credo est de demander des preuves, des études certifiées qui peuvent démontrer factuellement l’impact de ces substances. Cela leur permettra de gagner du temps, des dizaines d’années, et de continuer à vendre leurs produits toxiques. Et ils ont la possibilité de faire pencher les résultats dans leur sens s’ils peuvent soudoyer quelques scientifiques …

Comme souvent avec Michaël Mention, ce roman raconte la lutte du pot de terre contre le pot de fer, avec une passion, une rage et une fureur que je ne trouve nulle part ailleurs dans la littérature policière. Et pour le coup, ce roman est un des meilleurs que l’auteur ait écrit en termes d’engagement pour plus de santé, plus d’humanité, bref pour une vie meilleure. Car l’intrigue va vous dévoiler les dessous d’une industrie prête à tout pour protéger son business, à n’importe quel prix.

La lutte du pot de terre contre le pot de fer, c’est ici un couple qui n’a rien demandé à personne. Nabil et Marie ne demandaient qu’une chose, vivre heureux. Ils vont tout faire pour comprendre, pour que le dommage soit non pas résolu, juste compensé. Ils vont faire appel à un journaliste du Monde, Franck Boyer, 34 ans, célibataire et passionné par son métier. Avec lui, Nabil, Marie et Philippe vont se lancer dans une lutte perdue d’avance contre une chimère aux ramifications internationales.

Car c’est bien de cela dont il s’agit : Ces grandes entreprises qui empoisonnent sciemment notre vie sont divisées en petites entreprises ce qui permet de noyer le poisson. Elles sont impliquées dans des associations et ONG pour mieux dorer leur blason, mais aussi mieux maîtriser les actions envisagées contre elle. Elles distribuent de l’argent à d’innombrables dirigeants d’études scientifiques pour mieux noyauter les résultats. Ces entreprises sont décrites comme des pieuvres, de véritables mafias parfaitement conscientes de ce qu’elles font, du mal qu’elles font.

Mais, comme le dit Michaël Mention en début de roman : « Toute ressemblance avec des personnes ou des institutions existantes ou ayant existé serait purement fortuite ». Ce roman nous présente des personnes simples st sympathiques qui luttent contre le grand méchant loup. Simple comme la vie. Ils vont subir un harcèlement incroyable, comme dans tout bon thriller. La conclusion sera amère, comme tout bon thriller.

Mais quand même ! On ne peut nier toute la documentation fournie dans le roman qui rappelle que l’on est au-delà de la simple fiction, que ce roman démontre les moyens gigantesques et les ramifications construites de telle façon qu’ils en deviennent inattaquables. Michaël Mention y met toute sa rage, toute sa foi, toute sa passion pour nous montrer cette situation. Car c’est en éveillant les consciences qu’on pourra un jour faire changer les choses, faire évoluer le monde vers un monde meilleur. Merci Monsieur Mention d’avoir écrit ce roman si important !

La fabrique de la terreur de Frédéric Paulin

Editeur : Agullo

Attention, coup de cœur !

Après La guerre est une ruse puis Prémices de la chute, voici donc le troisième et dernier tome consacré au terrorisme moderne et à Tedj Benlazar, agent de la DGSE ayant vécu les soubresauts mondiaux des années 90 à aujourd’hui. Avec ce roman, cette trilogie se clôt de façon grandiose, passant en revue le monde de 2010 à 2015, tant Frédéric Paulin atteint un sommet en terme de roman politique international.

Janvier 2011, Sidi Bouzid, Tunisie. Mohamed Bouazizi vit dans la misère et ce n’est pas les quelques fruits et légumes qu’il arrive à revendre qui l’aident à s’en sortir. A bout, refusant de payer un bakchich aux policiers, il décide de s’asperger d’essence et s’immole par le feu. Cet appel au secours va entraîner le soulèvement du peuple tunisien, demandant le départ de Ben Ali, leur président.

Mis à la retraite prématurément, Tedj Benlazar termine sa vie dans une maison à Pontempeyrat. Mais il est hanté par ses cauchemars, et par les soucis que lui occasionne sa fille Vanessa, reporter international, qui veut couvrir la révolution du Printemps arabe qui s’annonce. Et il voit trop peu Laureline Fell, sa compagne, devenue commandant à la DCRI de Toulouse, nouvellement créée par Nicolas Sarkozy.

Vanessa Benlazar voit que le monde arabe est en train de basculer. Elle est de plus en plus absente, pour des voyages à l’étranger, et délaisse sa vie de famille, ses deux enfants Achille et Arthur, mais aussi son mari Reif, professeur de collège. Celui-ci décide d’ailleurs d’accepter une mutation dans le sud de la France à Lunel, proche de Montpellier, où le taux de chômage est dramatique.

Simon habite Lunel et il sait bien que travailler à l’école ne va le destiner qu’à gonfler le nombre de chômeurs. Et puis, il ne se reconnait pas dans la direction que prend cette société. Son copain Huseyin lui fait rencontrer Hasib, qui voyage au Maghreb et porte la bonne parole, celle de défendre leurs frères. Simon finit par se convertir à l’Islam, à regarder des videos de propagande sur Youtube, à écouter les discours religieux puis à rejoindre la Syrie pour défendre les croyants contre les haram.

J’ai déjà tout le bien que je pense de cette trilogie et tout le talent de conteur de son auteur Frédéric Paulin. Je ne vais pas vous dire que ce roman est comme les deux précédents, juste qu’il clôt de façon magistrale une trilogie sur notre Histoire contemporaine de façon énorme, gigantesque. Ce roman est d’une intelligence et d’une force telles que l’on ne peut qu’être ébahi devant cette œuvre.

Quelle force dans la construction ! Passant d’un personnage à l’autre, sans que nous, lecteurs ne soyons perdus, Frédéric Paulin plonge dans le cœur de l’histoire contemporaine pour nous montrer les mécanismes qui aboutissent aux actes terroristes qui nous ont tant marqués. Il mélange faits historiques et scènes inventées avec une maestria qui le fait rejoindre les plus grands auteurs du genre.

Quelle force dans les personnages ! Car ce sont eux qui sont au premier plan. Ce sont eux qui sont menés par leurs propres objectifs, que ce soit Vanessa poussée par sa volonté d’informer, Laureline par sa volonté de protéger les populations ou Simon par sa volonté de suivre ses croyances. Frédéric Paulin évite de faire de ses personnages des caricatures pour creuser leurs motivations et leur psychologie. C’est grand !

Quelle force dans l’histoire ! En ne prenant pas position, en plaçant ses personnages au premier plan, Frédéric Paulin arrive à nous écrire l’histoire de ce 21ème siècle sanglant. Il nous explique les rouages, les clans qui se créent et qui se combattent. Il n’accuse personne si ce n’est les gouvernements qui ont laissé le désespoir s’installer, le chômage grossir et la recherche d’un monde meilleur comme seul et unique but dans la vie ; ces gouvernements qui ont minimiser les risques et favorisé l’éclosion de la technologie, celle-là même qui permettra aux terroristes de frapper au cœur même des pays.

Quelle force dans le style ! Jamais dans le livre, on ne se dit que Frédéric Paulin en fait trop. Jamais on ne se dit que tel événement ou scène a été rajoutée pour les besoins de l’intrigue globale. Tout y est d’une évidence rare et ce roman démontre une nouvelle fois que Frédéric Paulin est un conteur hors pair, que l’on est prêt à suivre n’importe où, quelque soit l’histoire qu’il nous raconte.

Quelle force dans l’évocation et dans les émotions ! Car il ya  quelque chose d’inéluctable dans ce roman : c’est que nous savons ce qui va arriver. Comme dans Prémices de la chute, nous savons que cela va se terminer par le massacre du Bataclan. Et nous avançons comme des soldats sur le front, en sachant qu’au bout, la Mort nous attend. Et malgré cette absence de suspense, le roman nous réserve des rebondissements d’une force émotionnelle qu’on en ressort bouleversé, le cœur serré.

Ce roman est un grand roman, cette trilogie est une grande trilogie. Elle permet, grâce à ces personnages formidablement vivants, de nous montrer les rouages d’une série meurtrière, voire même de nous expliquer la situation actuelle … car ce n’est pas fini, hélas ! Le monde continue de tourner, et les décisions politiques sont telles qu’elles créent de plus en plus de réactions violentes. Magistral !

Coup de cœur !

Ne ratez pas les avis de Quatre sans Quatre, Yves ou Velda

Santa Muerte de Gabino Iglesias

Editeur : Sonatine

Traducteur : Pierre Szczeciner

Si on ne me l’avait pas conseillé, notamment par les billets de Yan, Jean-Marc, Velda ou LauLo, mais aussi par mon dealer de livres Coco, je n’aurais pas dépassé le premier chapitre. Car c’est à partir du deuxième (chapitre), que j’ai été pris dans la tornade.

Pour Fernando, tout a commencé à déraper dans une boite de Mexico, El Colmillo. Quand il reçoit un appel d’Isabel, sa sœur, qu’elle lui raconte qu’un type l’a pelotée, il répond à sa loi de protéger sa famille plus que tout. Il embarque aux toilettes le type avec ses deux complices, Javi et Luis. Sauf que trois autres gars armés arrivent et c’est la fusillade. Luis reste sur le carreau, et Javi emmène Fernando parmi les petites ruelles de Mexico. Quelques jours après, Javi est assassiné dans les mêmes toilettes à coups de tesson de bouteille dans le cou. Fernando apprend qu’il a descendu un mec du cartel de Sinaloa. A force de prier Santa Muerte, il a réussi à sauver sa peau, mais maintenant il doit fuir aux Etats Désunis.

A Austin, Julio lui trouve un boulot dans de plongeur dans une pizzeria. En vidant les poubelles, il voit Collin, le gérant essayer de violer une serveuse. Il s’interpose et le tabasse. Là aussi, il est grillé. On lui propose de travailler pour Guillermo et de devenir dealer avec Nestor. Cinq ans plus tard, il est kidnappé et se retrouve dans un hangar. Nestor est attaché, vivant, pour le moment. Le gang fait partie de la Salvatrucha et exige l’exclusivité du commerce en centre-ville, entre l’I35 et l’autoroute 1. En guise de bonne foi, ils coupent les doigts de Nestor et finissent par le décapiter, avant de le laisser partir. Fernando va devoir prier longtemps la Santa Muerte pour s’en sortir.

Après un premier chapitre violent, très violent, l’auteur entre dans son sujet : montrer à travers la vie de Fernando, le quotidien des immigrés aux Etats Unis. Il sort donc du lot des romans noirs démonstratifs par sa faculté à nous plonger dans la psychologie du personnage, et surtout, il a un vrai talent de conteur qui nous donne l’impression que l’on écoute une histoire, la vie d’un jeune homme lâche.

Lâche, il l’est et ne se le cache pas. Quand on n’a pas de diplômes, qu’on n’a pas d’éducation, on cherche à survivre. On est prêt à accepter des studios sales pour avoir la chance de voir se lever le soleil le lendemain. Et quand il se retrouve face à un gang ultra-violent qui veut reprendre le commerce de la drogue, il cherche une main protectrice. Fernando, c’est le bébé qui cherche la protection de ses parents, un bébé qui n’a pas grandi. Et il ne lui reste plus que la croyance en cette sainte, Santa Muerte,

Il faut dire que la situation aux Etats-Unis ne fait rien pour aider les immigrés. C’est même grâce à cela qu’ils ont des salaires bas. Le chapitre 6 est à cet égard remarquable, car il nous interpelle dans notre culture française sociale. D’ailleurs, l’auteur nous prend à témoin, il nous tutoie, nous montre son quotidien qui devient le nôtre. C’est un chapitre remarquable qui participe à notre immersion dans cet environnement.

Avec toutes ces qualités, il serait bien dommage de passer au travers de ce roman, de cette nouvelle voix du polar, qu’il va falloir suivre à l’avenir. Il y a une vraie personnalité, un vrai ton, une vraie originalité en même temps qu’une véracité dans ce qu’il raconte, sans en rajouter. Et dans la description de l’environnement, les personnages secondaires y sont pour beaucoup et ils sont tous très réussis. D’ailleurs, le seul reproche que l’on pourrait lui faire, c’est la longueur du roman. En tournant la dernière page, on regrette aussitôt que ce soit déjà fini. C’est un très bon signe.