Archives du mot-clé Roman policier

Coup de projecteur sur les éditions Cairn

Les éditions Cairn sont une petite maison d’édition du Sud Ouest qui a déjà plus de vingt années d’existence. Elle promeut des livres issus du sud ouest de la France. Une collection est dédiée au polar ; elle s’appelle Du Noir au Sud. Je vous propose deux titres récemment édités dans le cadre de cette collection.

Erreurs d’aiguillage de Philippe Beutin

Vendredi 31 octobre 2014. Le nouveau chef de SRPJ de Toulouse, le capitaine Gilles Pillière doit débarquer le lundi suivant. Mais ce qui importe à Jérôme Carvi, « le Chinoir », c’est de retrouver Audrey dont il est amoureux depuis sa précédente enquête relatée dans Jeux de dames. Le lundi suivant, le nouveau capitaine annonce la couleur, il fera régner l’ordre dans son service, d’une poigne de fer.

Mercredi 1er avril 2015. Un homme est retrouvé mort sur les voies sortant de l’entrepôt de maintenance de la SNCF. Selon le conducteur, le type était mort avant qu’il roule dessus. A priori, il a été électrocuté avant de tomber sur les rails. Il s’avère que c’était un électronicien, Lionel Martin, qui travaillait à l’autre bout des entrepôts. En plus, il ne portait pas ses EPI (Equipements de Protection individuelle).

Avec ce roman, nous allons découvrir une partie des services qui gravitent autour d’un train. Et cela permet d’en apprendre beaucoup, de la part d’un ancien de la SNCF. Il nous présente avec humour les acronymes incompréhensibles, l’organisation, et surtout l’obsession de l’entreprise pour la sécurité. Pour Jérôme, il va lui falloir s’adapter pour découvrir qu’il a à faire avec un mystère et que cette mort pourrait bien cacher un meurtre. Le doute n’est plus permis quand les morts s’amoncellent.

Je dois dire que ce roman est très bien mené, et que s’il est de facture plutôt classique, c’est un vrai plaisir à lire, malgré le grand nombre de personnages. Si le personnage principal est bien le Chinoir, fou amoureux mais tenace dans son travail, les autres ne font pas figure de décoration. Après Jeux de dames que j’avais adoré, voilà un roman policier qui confirme les grandes qualités de Philippe Beutin pour construire des intrigues complexes.

Ils vont tous mourir de Raphaël Grangier 

Ça aurait du être des vacances formidables pour la famille Rougier, en cet été de 1986. Christophe, conseiller financier au Crédit Agricole, est au volant, aux cotés de sa femme Véronique, institutrice. A l’arrière de la Renault 14, la petite Emilie écoute Madonna sur son walkman et le petit Thomas attend avec impatience l’arrivée au camping du Château Le Verdoyer dans le Périgord. Mais alors qu’ils prévoient de faire des randonnées en pleine nature, les enfants du camping vont bientôt disparaître les uns après les autres. Le jeune commandant de police Guillaume Dubreuil va avoir fort à faire.

Ce roman commence tout doucement, par nous présenter la région et le contexte du camping. On sent dans ce début tout l’amour que porte l’auteur à cette région. Et c’est un vrai plaisir à suivre ce guide, d’autant plus que le style est très littéraire et très plaisant. C’est avec la disparition du premier enfant, puis du deuxième que va monter l’inquiétude puis la tension jusqu’à devenir un stress insoutenable.

Et le roman que j’avais cru être un roman policier va se transformer en thriller avec l’apparition d’un tueur en série enfermé dans un hôpital psychiatrique. L’auteur va utiliser les ficelles lues et vues dans le Silence des agneaux ou Seven et se les approprier pour nous offrir un roman surprenant par son ambition et d’une concision fort appréciable. Au final, on passe un bon moment, que dis-je un excellent moment avec des scènes difficilement oubliable dans un décor de rêve.

Retenez bien ce nom : Raphaël Grangier est un auteur au talent indéniable qui n’a pas fini de nous surprendre. Je serai au rendez-vous de son prochain roman, pour sur !

Publicités

Hôtel du Grand Cerf de Franz Bartelt

Editeur : Seuil (Grand format); Seuil (Format poche)

Cela faisait un bon moment que je n’avais pas lu de roman de Franz Bartelt. Comme ce roman est parmi les finalistes du trophée 813, voilà une bonne occasion de renouer avec de l’humour bien cynique.

Reugny est un charmant petit village à la frontière franco-belge, qui mériterait d’être plus connu. La seul fait remarquable dans l’histoire du coin fut le tournage d’un film Le village oublié, 50 ans plus tôt dans la région, où apparaissait la star romantique Rosa Gulingen. Ce fut d’ailleurs son dernier film, puisqu’elle mourut dans la baignoire de l’Hôtel du Grand-Cerf. C’est cet anniversaire qui donne l’idée au producteur de seconde zone Charles Raviotini de réaliser un documentaire sur la star et sa mort mystérieuse. Pour préparer le terrain, il demande à son homme à tout faire Nicolas Tèque d’aller enquêter.

L’Hôtel du Grand Cerf, justement, est un honorable établissement tenu de grand-mère en mère en fille. Léontine Londroit, la grand-mère règne en reine mère depuis son fauteuil roulant, capable de savoir, rien qu’avec son ouïe, combien on sert de bière en bas. Thérèse, sa fille, est aux petits soins pour sa mère et fait tourner l’hôtel presque toute seule. Sophie enfin, rêve de partir ailleurs et attend que la grand-mère passe l’arme à gauche pour hériter d’un peu d’argent et se faire la malle.

A coté de Reugny, se trouve un établissement particulier : le centre de motivation de l’entreprise Bating, dont le siège social est situé à Antwerpen. Dirigé par Richard Lépine, ce centre s’occupe de réunir les cadres de ce conglomérat belge pour leur offrir des jeux de rôles ou des activités sensées leur redonner un coup de piston au moral. Surtout qu’en ce moment, certaines usines du groupe s’ont en grève …

Anne-Sophie, ce matin-là s’en va en direction du centre bourg, sur sa mobylette, et salue Brice Meyer, l’idiot du village, qui lui donne un message énigmatique. Puis, elle rencontre Jeff Rousselet, douanier à la retraite qui a la particularité de détester tout le monde. Sa disparition fera partie d’un des événements qui vont secouer Reugny, avec l’incendie et le meurtre du douanier et celui de l’idiot. Vertigo Kulbertus, humble inspecteur à deux semaines de la retraite va être dépêché sur place.

Nous allons suivre tous ces personnages pendant sept chapitres, comme autant de jours que va durer cette enquête, ou plutôt devrais-je dire ces enquêtes. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ni Vertigo Kulbertus ni Nicolas Tèque ne vont être les personnages principaux de ce roman. Ils vont apparaître, disparaître, et leurs enquêtes vont se croiser, se décroiser, s’entrecroiser avant de se rejoindre … quoique.

J’ai retrouvé avec grand plaisir toute la verve de la plume de Franz Bartelt. Le ton y est volontairement et ouvertement sarcastique, autant envers les situations que les personnages. On est très proches de la caricature, et quand elle atteint ce niveau, c’est forcément drôle, excellemment drôle. Franz Bartelt nous montre surtout qu’on peut être caustique, cynique sans pour autant être méchant. On obtient un petit bijou d’humour noir, qui se lit comme du petit lait.

Que ce soient les personnages, hauts en couleurs, ou l’intrigue, tout y est gros (et je ne parle pas de Vertigo Kulbertus qui ressemble à un mammouth). Mais tout le monde en prend pour son grade, des aubergistes qui comptent leurs sous aux producteurs de documentaires prêts à inventer n’importe quoi, des douaniers hargneux d’avoir perdu leur travail et par là même leur pouvoir aux syndicats prônant une grève dure pour … euh … on ne sait pas, de l’idiot du village, vraiment idiot mais pas longtemps au directeur du centre de motivation dictatorial, et tous prêtent à rire. L’intrigue aussi est drôle, surtout dans la façon qu’a Vertigo Kulbertus de mener son enquête et surtout, surtout de la conclure. Je vous le dis : ce roman est un vrai bijou noir, hilarant, à ne pas rater.

Des poches pleines de poches

Suite de cette nouvelle rubrique dans Black Novel, consacrée aux livres de poche. La précédente était là.

Entre deux romans grand format, je lis aussi des romans au format de poche et je ne prends jamais le temps d’en parler. D’où ce titre énigmatique qui répertorie des romans de plus court format qui sont aussi bien des novellas que des romans.

Pyromane de Wojciech Chmielarz

Editeur : Livre de poche (Grand format : Agullo)

Traducteur : Erik Veaux

Le fait que cet hiver soit aussi froid à Varsovie arrange plutôt le criminel qui va mettre le feu à une maison bourgeoise de la banlieue de Varsovie. Il va trouver une échelle dans le jardin, et balancer son cocktail Molotov par la cheminée. A l’intérieur, Klaudia Kameron, ancienne star de la chanson s’efforce de sortir du dressing dans lequel elle est bloquée. Elle arrivera à sortir avec de nombreuses blessures en sautant par la fenêtre alors que son mari, l’industriel Jan Kameron, finira carbonisé.

L’inspecteur Jakub Mortka, dit le Kub, est chargé de l’enquête et se rend sur le site avec son adjoint Kochan. Le responsable des pompiers demande à le voir : l’aspirant Marcin Kowalski lui confirme l’origine criminelle de l’incendie par la présence de morceaux de verre et l’odeur d’essence. Kowalski annonce ensuite au Kub qu’il s’agit du troisième incendie de ce type, les deux autres n’ayant pas fait de victimes.

Premier roman de Wojciech Chmielarz et premier roman d’une série mettant en scène le Kub, cette lecture constitue une très belle découverte. Elle permet en tous, au travers d’une enquête policière que je qualifierai de classique, d’avoir une bonne vision de la société polonaise, pays qui connait des températures extrêmes en hiver. C’est l’un des aspects très intéressant de ce roman, avec le personnage du Kub, rustre et solitaire, divorcé et loin des enquêteurs doués que l’on connait, puisque l’on découvre un policier travailleur et acharné, aimant aller au bout des choses avec obstination.

L’autre aspect de ce roman est de montrer un peuple mystérieux et taiseux, où certains hommes frappent leur femme, où la pègre est bien implantée et a mis la main sur les industriels, où les travailleurs subissent le règne de l’argent volé par les mafias. Le dernier aspect qui va vous décider à lire ce livre est bien l’intrigue, qui malgré quelques longueurs est remarquablement bien menée et qui réserve une surprise de taille dans le dernier chapitre. Décidément, c’est un premier roman qui donne envie de lire la suite, qui est déjà sortie chez Agullo, qui s’appelle La ferme des poupées et dont je devrais vous parler très bientôt.

La dernière expérience d’Annelie Wendeberg

Editeur : 10/18 (Grand format : Presses de la cité)

Traductrice : Mélanie Blanc-Jouveaux

Après une première enquête menée avec Sherlock Holmes (voir Le Diable de la Tamise), Anna Kronberg s’est retirée dans son cottage du Sussex. La jeune femme médecin pensait qu’elle et son célèbre coéquipier étaient parvenus à annihiler une organisation secrète qui expérimentait des bactéries pour en faire des armes de guerre. Mais le professeur Moriarty, véritable dirigeant de l’organisation, a survécu.

Et il a décidé d’utiliser Anna pour entamer des recherches sur la peste… Pour arriver à ses fins, Moriarty kidnappe Anna ainsi que son père. Si la jeune femme veut revoir ce dernier en vie, elle devra obéir. Vivant désormais sous haute surveillance entre la demeure luxueuse de son geôlier à Londres et un entrepôt où elle réalise ses expériences, Anna tente de trouver un moyen pour prendre contact avec Holmes.

Alors qu’elle fomente le meurtre de Moriarty, une relation ambiguë s’instaure avec cet homme violent, manipulateur et effrayant.

Ceux qui ont lu Le Diable de la Tamise vont se jeter sur cette deuxième aventure d’Anna Kronberg, cette jeune femme brillante qui s’est déguisée en homme pour obtenir son diplôme de médecin dans l’Angleterre victorienne. Ceux qui ne l’ont pas lu devront le faire avant de lire celui-ci car l’auteure dévoile beaucoup de choses de l’intrigue de la précédente aventure.

C’est un roman de séquestration auquel Annelie Wenderberg nous convie, et donc on n’y trouvera point d’enquêtes. Tout juste y verra-t-on l’esprit brillant de la jeune chercheuse à l’œuvre pour en déduire où elle est, et son aptitude à monter des stratagèmes pour s’en sortir. Il est tout de même intéressant de voir comment Anna est écartelée entre le professeur Moriarty à la fois brillant et violent et entre son désir de lutter contre la manœuvre maléfique basée sur une guerre bactériologique.

Construit de façon chronologique, égrenant les jours les uns après les autres, nous allons suivre Anna dans un roman très psychologique, avec peu d’action mais beaucoup de détails quant à ses recherches qu’elle est obligée de mener sous peine de voir son père assassiné. Sherlock Holmes fera quelques apparitions comme quelqu’un qui agit dans l’ombre et la fin appelle un tome supplémentaire qui promet, je ne vous dis que ça. Ce roman est tout de même à réserver aux aficionados du grand enquêteur anglais.

Ne ratez pas l’avis de la Belette, grande spécialiste de Sherlock Holmes et de l’ami Claude

Passage des ombres d’Arnaldur Indridason

Editeur : Métailié

Traducteur : Eric Boury

Voici donc le dernier tome de la trilogie des ombres, qui revient sur l’histoire de l’Islande pendant la deuxième guerre mondiale au travers de deux personnages : Flovent qui est un flic islandais et Thorston, de la police militaire canadienne qui a des origines islandaises. Autant le premier tome Dans l’ombre, m’avait plu, autant le deuxième La femme de l’ombre m’avait paru fade, bien trop fade et mal fichu. Ce troisième tome m’a enthousiasmé.

De nos jours, dans un petit immeuble de Reykjavik. Une vieille dame s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles de son voisin depuis plusieurs jours. Elle appelle le commissariat et les policiers dépêchés sur place font appel à un serrurier. Le corps du voisin, Stephan Thordarson, est allongé sur son lit. Apparemment il est mort paisiblement dans son sommeil. Mais l’autopsie révèle des fibres synthétiques dans sa gorge, issues de son coussin. Le vieil homme a donc été étouffé pendant son sommeil. La commissaire fait appel à Konrad, policier à la retraite qui se rend sur les lieux. Sur place, Konrad découvre des coupures de presse relatant la découverte du corps d’une jeune femme retrouvé sous des cartons dans une ruelle proche du Théâtre National, le Passage des Ombres.

Cette affaire date de 1944. A l’époque, un militaire américain Paul Karoll flirtait avec une jeune Islandaise. Elle voulait lui annoncer un événement quand il découvrit le corps. Plutôt que de prévenir la police, il s’enfuit et elle fut interrogée par deux inspecteurs : Flovent, de la brigade criminelle islandaise et Thorson de la police américaine.

Konrad est tout de suite intéressé par cette affaire : il faut dire que son père était un charlatan, faisant des séances de spiritisme auprès de gens crédules. Konrad se rappelle que l’on avait consulté son père à propos de cette affaire. Il va mener l’enquête.

Arnaldur Indridason va, dans ce roman, alterner l’enquête de Flovent et Thorson en 1944 avec celle de Konrad. Et je dois dire que ce troisième tome de la trilogie est de loin mon préféré. On retrouve tout l’art du maître scandinave pour nous passionner dans une enquête où, comme d’habitude, le rythme y est lent. Il a l’art de parsemer ses intrigues de petits détails, sur les décors, sur le contexte qui nous font découvrir son pays sans jamais en faire trop. Avec ce roman, je me suis retrouvé à avaler les 300 pages sans jamais avoir eu envie de poser le livre.

Mais il n’y a pas que cela : Arnaldur Indridason relève plusieurs challenges dans ce roman : Il alterne les chapitres consacrés à 1944 avec ceux des années 2000 sans jamais insérer en tête de chapitre la période concernée. Il suffit juste d’un petit détail pour que le lecteur comprenne où il est. C’est un sacré coup de force. De même, il mène la même enquête à 60 ans de différence sans jamais se répéter, en faisant avancer deux trajectoires qui vont arriver à al même conclusion. C’en est impressionnant.

Enfin, l’auteur qui nous serinait tout le Mal que les envahisseurs américains avaient apporté à son pays adopte ici un ton plus mesuré. Après avoir décrit l’arrivée des drogues, de la prostitution et du règne de l’argent auprès d’un peuple paysan pauvre et innocent, il verse de l’eau dans son vin en nous parlant de l’émancipation des femmes et de l’indépendance de son pays, l’Islande, vis-à-vis du Danemark. Comme quoi, dans tout passage dans les ombres, il y a des lueurs à retenir. Et puis, nous nous sommes tant attachés à tous ces personnages que la fin en devient poignante. Si Passage des Ombres est indéniablement le meilleur tome de la trilogie, c’est aussi un des très bons romans de cet auteur islandais incomparable.

Ne ratez pas les avis de Christophe Laurent et Anaïs

La nouvelle saison de River Falls

Alexis Aubenque s’est fait connaitre en 2008 (10 ans déjà !) avec une première trilogie se déroulant à River Falls, petite ville des Rocheuses. On y suit les enquêtes de Mike Logan le shérif et de Liz Hurley, profileuse du FBI. Alexis Aubenque, auteur prolifique puisqu’il écrit deux romans par an et créatif, s’est un peu éloigné de cet univers, nous proposant des enquêtes policières dans d’autres villes des Etats Unis.

La série River Falls continue et nous revient chez Bragelonne dans deux de leurs collections de poche avec Retour à River Falls (chez Milady Thriller) et Des larmes sur River Falls (Chez Bragelonne Thriller). Sachez que vous pouvez lire cette nouvelle série sans avoir lu la précédente trilogie mais que ces deux romans se suivent de quelques mois et qu’il vaut mieux les lire à la suite. Notez aussi sur vos tablettes que 7 jours à River Falls, le premier de la série sortira en octobre de cette année.

Retour à River Falls d’Alexis Aubenque

Editeur : Milady Thriller

Le titre parle de retour à River Falls et c’est le cas des deux principaux protagonistes de cette histoire. Mike Logan est de retour aux commandes après avoir été élu shérif à plus de 90% et Stephen Callahan, journaliste reporter de guerre y revient après 13 années d’absence. Mike Logan aspire à une vie tranquille, rêvant de protéger sa ville dans la sérénité et Stephen Callahan va habiter chez sa sœur pour faire une pause après des années de tumulte et de danger.

Alors que le Big Circus vient s’installer en ville, le corps d’une jeune fille est découvert dans une grotte par des campeurs. Mike Logan d’un coté et Stephen Callahan de l’autre vont mener chacun leur enquête pour tenter de découvrir l’auteur de cette macabre mise en scène. Evidemment, la présence du cirque et ses athlètes étrangers font figure de coupables idéaux.

La force d’Alexis Aubenque est bien de savoir raconter simplement des histoires complexes. Il nous place dans le décor de River Falls, nous explique simplement les relations entre tous les personnages et démarre son roman en suivant une ligne directrice totalement logique. Il arrive aussi à donner autant d’importance aux relations familiales qu’à l’enquête elle-même, et agrémente tout cela par des dialogues formidablement réussis.

Dans ce roman policier, les fausses pistes vont s’amonceler, et la concurrence entre le journaliste et le policier faire rage pour aboutir à une scène finale d’anthologie dans la plus pure tradition du roman populaire. Alexis Aubenque déploie tout son talent pour nous offrir une histoire passionnante où tous les personnages présentent chacun des failles, et où la rupture n’est pas loin. Un retour à River Falls très réussi.

Ne ratez pas l’avis de l’Oncle Paul

Des larmes sur River Falls d’Alexis Aubenque

Editeur : Bragelonne Thriller

Deux mois après l’affaire du Big Circus, l’automne arrive tranquillement, jusqu’à ce jour du lundi 4 septembre où on appelle le shérif Mike Logan pour une affaire bien singulière : Dans une ferme isolée de la ville, le corps du propriétaire est découvert crucifié à coté de sa grange, avec un panneau accroché autour du cou où est inscrit la phrase : « Là est ta place ».

Stephen Callahan, devenu reporter pour la ville de River Falls, va s’intéresser à cette enquête, d’autant plus qu’il a espoir d’avoir des infos de premier ordre grâce à Lindsay Wyatt. Liz Hurley doit quant à elle se rendre à Seattle pour une autre enquête et Mike Logan a à cœur de résoudre seul cette affaire. Mais le nombre de pistes est nombreux et les bouleversements familiaux éprouvants.

Il est inutile de vous dire qu’il vaut mieux avoir lu le précédent volume pour apprécier celui-ci. C’est une nouvelle fois une enquête à multiples rebondissements à laquelle nous allons avoir à faire, dans laquelle on trouve un Mike Logan un peu perdu devant cette affaire horrible. Sans en rajouter dans le gore alors que les meurtres sont sanglants, Alexis Aubenque prend le parti pris de faire avancer son enquête avec de nombreux dialogues et des événements qui vont remettre en cause la stabilité des protagonistes.

Et que dire du scénario qui nous emmène dans toutes les directions, d’une complexité exemplaire avec un dénouement pour le moins surprenant, à tel point que je me suis demandé comment cet auteur pouvait créer de telles intrigues et les raconter aussi simplement, avec son style si fluide et évident. Dire qu’il va falloir attendre l’année prochaine pour lire le dernier tome de cette nouvelle saison ! Un roman énorme et passionnant.

Ne ratez pas l’avis de l’Oncle Paul

Artifices de Didier Fossey

Editeur : Flamant Noir

Après le choc du précédent roman de Didier Fossey, Burn-out, son petit dernier faisait office de lecture obligatoire pour moi. Nous retrouvons donc Boris Le Guenn et son équipe pour une nouvelle enquête compliquée à souhait.

Ce roman s’appuie sur trois piliers, trois histoires qui petit à petit vont se rejoindre. La première concerne un tueur qui a été jugé non responsable de ses actes et qui se retrouve enfermé dans un asile psychiatrique. De 2013 à 2015, il va fomenter sa sortie en montrant aux docteurs qu’il est guéri, alors qu’il ne prend plus les pilules qu’on lui prescrit. Mais son objectif reste toujours le même : se venger.

La deuxième histoire concerne une jeune fille de 8 ans de la DDASS, qui est placée dans une famille qui habite un petit village. Plusieurs fois par semaine, elle doit aller chercher des œufs et du lait à la ferme d’à coté. Le propriétaire de la ferme voit bien l’intérêt de recevoir cette gamine et il l’emmène rapidement dans sa grange où il va abuser d’elle, et ce durant plusieurs années sans que personne ne dise rien.

Boris Le Guenn est appelé sur une scène de meurtre bien particulière. En plein milieu d’une forêt, un jogger découvre une voiture carbonisée et un corps explosé (au premier sens du terme). L’homme a été attaché à un arbre à l’aide d’un film plastique et on a déposé des explosifs entre ses jambes. Bien vite, Boris Le Guenn va diriger son enquête dans le domaine des artificiers, d’autant plus que les cadavres continuent de s’accumuler.

On ne peut pas dire que Didier Fossey ait choisi la facilité dans la construction de son histoire. A défaut de prendre une structure inédite, il alterne les chapitres entre les différentes histoires pour nous narrer trois histoires sans lien apparent. Heureusement, il y a des repères qui nous guident, soit des dates en tête de chapitre, soit la fonte du texte qui est différente. Et on a hâte de savoir de quoi il retourne.

Là aussi, on est surpris par le parti-pris de l’auteur de nous en dire beaucoup dès le début de l’histoire. Nous savons dès le début que l’assassin est une femme, et qu’elle maîtrise les feux d’artifice. L’auteur nous fait apparaître une experte en explosifs qui vient semer le trouble, mais le fait qu’il y ait des zones d’ombres interpelle. En fait, on continue la lecture voracement pour connaitre le fin mot de l’histoire, c’est-à-dire dans notre cas : comment Boris Le Guenn et son équipe vont-ils pouvoir démêler cette pelote de laine ?

C’est bien la fluidité de l’écriture et cette alternance de chapitres courts qui rendent cette lecture addictive. Certes, on a déjà lu des polars avec cette structure, on a déjà lu des histoires de vengeance, mais quand c’est bien fait, c’est passionnant. Et avec ce roman, qui peut se lire indépendamment des précédents opus, Didier Fossey nous offre là un roman policier costaud sans tomber dans une empathie facile envers la vraie victime de cette histoire. Chapeau !

Ne ratez pas les avis de Val et Lord Arsenik

Un homme seul d’Antonio Manzini

Editeur : Denoël – Sueurs Froides

Traducteur : Samuel Sfez

Un homme seul est la quatrième enquête du sous-préfet Schiavone. Quand on a lu Piste noire, on tombe obligatoirement amoureux de ce personnage citadin, ancien policier romain exilé à Aoste en plein milieu des montagnes. On ne sait pas grand-chose de son passé, si ce n’est qu’une de ses enquêtes a gêné des personnages haut placé. C’est surtout Schiavone qui tient à bout de bras toute l’intrigue, avec son cynisme et sa méchanceté, et probablement son amertume aussi d’avoir été muté en province.

Froid comme la mort venait confirmer mon impression, et Maudit printemps se présentait comme un roman policier plus classique, avec une course poursuite sur la fin pour retrouver une jeune femme enlevée. Un homme seul est la suite immédiate de Maudit printemps, puisque les toutes dernières pages nous plongeait devant un événement dramatique et émotionnellement très fort. Si vous n’avez pas lu Maudit printemps, arrêtez votre lecture … maintenant.

Depuis l’assassinat de la fiancée de son meilleur ami chez lui, le sous-préfet Rocco Schiavone a quitté son domicile et se cache. Il n’a pas démissionné mais se terre dans un hôtel et ne se rend plus à son travail. Il faut dire qu’il était la cible du ou des tueurs et qu’Adèle Talamonti a été abattue de 8 balles de revolver à sa place. Mais ce n’est pas le genre à se laisser abattre (!). Le sous préfet Rocco Schiavone va donc rameuter tous ses contacts à Rome pour faire la liste de ceux qu’il aurait enfermé dans son poste précédent. Il va donc avoir une liste de coupables potentiels pour cet assassinat.

A la prison de Varallo, une rixe se déclenche entre prisonniers, pour une question de commerce à l’intérieur de la prison. Quand les gardiens écartent les protagonistes, ils découvrent un homme mort, assassiné : Mimmo Cuntrera. C’est justement l’homme que Rocco Schiavone vient de faire arrêter dans une gigantesque affaire de corruption par la mafia calabraise pour l’obtention du marché de construction du nouvel hôpital. Le juge Baldi va donc faire rechercher Schiavone car il a besoin de lui.

A jouer avec le feu, on se brûle; à flirter avec le diable, on franchit la ligne jaune. Schiavone est l’homme à abattre et s’il se terre, ce n’est pas tant pour sauver sa peau que pour trouver le ou les coupables. Il va donc être obligé de revenir pour trouver les coupables du meurtre de Mimmo Cuntrera et cela va lui permettre de poursuivre son enquête sur la mort d’Adèle.

Mais c’est un homme seul que l’on retrouve, comme l’indique le titre, qui va se refermer sur lui-même. N’ayant plus confiance en personne, ne voulant pas impliquer ses proches par risque de représailles, il va éviter tout contact. Et pour ceux qui ont lu les précédentes enquêtes, c’est amusant que la seule personne avec qui il travaille soit le juge Baldi, alors que Schiavone lui-même n’est pas bien propre !

Si on retrouve les qualités d’enquêteur de Schiavone, en particulier pour résoudre le meurtre de la prison, le ton est plutôt morose voire désespéré. L’auteur va s’intéresser à la psychologie de son personnage et en profiter pour nous faire visiter les rues d’Aoste. Mais il va aussi continuer à creuser la moelle de la société italienne, atteinte d’un cancer, celui de la ‘ndranguetta, la mafia calabraise.

Il y a donc moins de raisons de rire des réparties cinglantes de Schiavone envers ses subordonnés, même si on a droit à un beau couple de cons au commissariat. Le ton devient tout de même plus sérieux avec un final qui appelle une suite. Pour ma part, c’est un épisode moins passionnant, un ton en dessous des précédents,  mais, pour autant je continuerai à suivre les enquêtes de Schiavone.