Archives du mot-clé Roman policier

Rebonds de Roland Sadaune

Editeur : Editions Sydney Laurent

J’avais plutôt l’habitude, depuis quelques années, de lire de la part de Roland Sadaune, des romans noirs et sociaux, montrant des facettes de la société des aspects peu montrés et peu montrables. Il nous revient cette fois ci avec un pur roman policier.

La finale de l’Euro 2016 vient de se terminer. La France a été battue chez elle, par le Portugal. A la sortie du stade, les supporters sortent du stade, les uns heureux, fous de joie, les autres déçus. Il y a bien quelques échauffourées, mais il y a toujours dans ces cas-là des gens qui cherchent la bagarre.

Quelques jours plus tard, on découvre dans le canal de Saint Denis un filet de ballons de football, dans lequel est emprisonnée une tête d’homme. Marie Layne, qui est journaliste culturelle, est d’un journal régional à un journal local. Elle doit aussi faire face aux congés de ses collègues et se retrouve missionnée pour faire un article sur le sujet. Elle apprend par un collègue Philippe Myros que c’est un SDF Yvon qui a fait cette macabre découverte. Elle va donc partir à sa recherche et tombe sur un autre SDF, avec un surnom amusant : La Barbouille.

De son coté, le lieutenant Frédéric Lacoste est confronté à un sacré problème : trouver l’identité du mort et trouver le reste du corps. A part la tête, la brigade fluviale n’a rien trouvé d’autre. Apparemment, la décapitation a eu lieu ailleurs, c’est tout ce qu’il peut en déduire. Le légiste lui annonce que la tête est restée une dizain d’heures dans l’eau. Alors qu’il rentre chez lui, il trouve sur sa voiture un flyer avec un portrait annonçant la disparition d’un homme.

Comme je le disais, Roland Sadaune change de registre, du moins pour ce que je connais de ses romans, et nous livre un roman policier classique dans la forme et dans les portraits des personnages. Nous avons deux personnages principaux, une journaliste et un lieutenant de police, entourés par pléthore de personnages secondaires. On y trouve aussi des chapitres, en italique, mettant en scène un personnage étrange dont on devine qu’il va être impliqué dans cette affaire. De même, le style se fait moins violent, moins direct et plus fluide, comme s’il fallait se fondre dans l’enquête.

On a droit tout de même à quelques visites de quartiers du 9-3, qui une nouvelle fois s’avère dans leur approche d’une réalité criante. On y voit les SDF coucher dans des maisons en carton (heureusement, nous sommes en juillet et ils ne souffrent pas du froid), on y voit des parents délaisser leur rôle de parents, et nombre de trafiquants faisant leur commerce sans être inquiétés. Mais cela ne reste qu’un décor.

Par contre, le scénario est très bien fait, nous plongeant dans un sacré brouillard, à tel point que je me suis demandé qui pouvait être le coupable. Et pendant ce temps là, les cadavres continuaient à s’accumuler. Même s’il y a un ou deux indices voyants, on passe un bon moment. Et je rassure les futurs lecteurs : non, ce roman n’est pas un roman anti-supporter de foot … quoique. Ce sera à vous de le découvrir.

Au même moment, je tiens à vous informer que Roland Sadaune est un peintre de talent et qu’il sort un recueil de ses œuvres, ciblées sur le polar. Un bien beau petit livre avec de superbes toiles. Cela s’appelle Seul dans la nuit, et c’est édité par Val d’Oise Editions.

Ne ratez pas l’avis de L’oncle Paul

Publicités

Au 5ème étage de la faculté de droit de Christos Markogiannakis

Editeur : Albin Michel

Traducteur : Anne-Laure Brisac

Ce roman fait partie de la sélection 2019 du Grand Prix des Balais d’Or. C’est pour la raison que je me suis penché dessus et c’est encore un choix judicieux qu’a fait mon ami Richard, avec ce roman policier respectant à la lettre les codes du genre.

Lundi 13 février. Il est plus de 23 heures quand Anghelos Kondylis, doctorant de 29 ans, arrive à la faculté de droit de l’université d’Athènes. Il vient de Paris où il a réalisé des études pour sa thèse. Quand il sort de l’ascenseur au 5ème étage, il a du mal à se repérer à cause de l’éclairage défaillant. Au bout du couloir, il bute sur quelque chose, et s’aperçoit que c’est un corps. Il se penche, puis sent un mouvement. Quand il relève la tête, il se retrouve face au canon d’un révolver. Quelques secondes après, il est mort.

Christophoros Markou a brillamment suivi ses études à la faculté de droit d’Athènes avant d’entrer dans la police. C’est lui qui va être en charge de cette affaire de double meurtre et est bien placé puisqu’il connait bien les lieux. Outre le doctorant, l’autre victime se nomme Irini Siomou, professeure et maître de conférence, surnommée la Vipère pour sa sévérité et son humeur agressive. Il semblerait qu’Anghelos Kondylis soit une victime collatérale dans cette affaire.

Très organisé, Christophoros Markou s’organise pour ses interrogatoires. Il passera donc en revue La professeure Danéli, directrice de la thèse de Kondylis, Ioannis Vellis dit le Bouddha, professeur émérite, Nikolaos Mavridis maître de conférence et Nikoleta Strobakoou la secrétaire du département. Christophoros Markou va donc avoir beaucoup de travail pour démêler les fils de cette affaire.

Les amateurs de romans policiers dans la plus pure tradition vont prendre leur pied avec ce roman. Basé sur la psychologie des personnages, avançant grâce à des interrogatoires, ce roman est divisé en trois parties : la première est la prise de connaissance du contexte, la deuxième va nous fournir différents scénarii avant de conclure cette affaire par une réunion regroupant tous les protagonistes.

D’une lecture facile et très agréable, ce roman est écrit et construit avec beaucoup d’application. Et cette lecture s’avère passionnante par son efficacité et la justesse dans la description des psychologies. On en vient à plaindre le pauvre Christophoros Markou car il va devoir passer de nombreuses nuits blanches pour essayer de comprendre ce qui s’est passé cette nuit là.

Ce roman n’est donc ni révolutionnaire, ni extraordinaire (au sens qui sort de l’ordinaire), mais il comblera les amateurs d’Agatha Christie ou de Sir Arthur Conan Doyle pour son intrigue, sa construction et le plaisir qu’il procure à sa lecture.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

La nuit des écluses de Bernard-Marie Garreau

Editeur : Envolume

Je vous propose la découverte d’un nouvel auteur et d’une petite maison d’édition, à travers un roman dont la trame est policière, et la forme littéraire. Amis de la littérature, ce roman est pour vous. Voici donc Un flic en soutane saison 3, le sous-titre de ce roman.

Nous sommes en 1969, à Sarveilles. Le père Jean est en pleine séance sportive : Sophie est en train de le menotter au lit. Le téléphone sonne et le réveille. Mais qui donc vient lui enlever un rêve aussi sympathique ? Une voix étouffée par un mouchoir lui annonce qu’il doit se rendre du coté de l’écluse et qu’il y trouvera des victimes de meurtre. Ayant fait durer l’appel plus de trois minutes, il va pouvoir demander à son ami le commissaire Marcel Durand de tracer l’appel.

En guide de victimes, ce sont bien deux corps qui attendent le Père Jean et le commissaire Marcel, un couple uni dans la mort, tué par balles. Juste à coté, il y a une cabane où habite un ivrogne du nom de Kaizer. Celui-ci, bien aviné, assure n’avoir rien entendu. L’autopsie des corps les laisse perplexe : les deux jeunes gens n’ont pas été tués au même moment, mais avec quelques heures d’écart.

Le titre pourrait faire penser à un épisode des Mystères de l’Ouest. Le personnage principal pourrait rappeler celui de Stanislas Petroski, Requiem. Et dans la présentation du livre, il y est fait mention de San Antonio. Il faut être clair, ce roman n’est pas un western, et si le personnage est bien un abbé, il est moins porté sur la gaudriole que Requiem. Enfin, en ce qui concerne la référence à San Antonio, la plume de l’auteur montre un véritable amour de la langue française et de l’argot.

L’une des grandes forces de ce roman, c’est de nous faire découvrir une enquête avec des personnages qui ont déjà connu deux épisodes précédents sans que l’on soit gêné ou déboussolé. On entre vite dans le vif du sujet et on a l’impression d’avoir toujours connu le Père Jean et Marcel. Quant à l’intrigue, elle est linéaire, faite d’allers-retours au gré des rencontre des personnages secondaires tous aussi farfelus les uns que les autres. Le final, avec les aveux du coupable donne un ton suranné à l’ambiance générale.

Pour les fans de romans policiers purs et durs, le scénario paraîtra léger. Par contre les amoureux de la langue française y trouveront leur compte. Cet auteur a une plume littéraire et très érudite. Il a l’art de parler culture, littérature et philosophie avec le recul et la dérision qu’il faut pour instruire en amusant. Agrémenté de mots d’argot, mais pas trop, cela donne une ambiance années 60-70 agréable. J’ai trouvé dans ce roman une filiation avec Franz Bartelt dans l’art de peindre des personnages décalés avec une plume explicite.

En termes d’érudition, nous allons croiser l’évocation d’Albert Camus, René Char, Paul Claudel ou même Astérix le Gaulois. Il y a des scènes de digression qui sont juste hilarantes, dont celle du cours de lettres qui tourne à la philosophie sur la vie. On y trouvera peu d’anticléricaux à Sarveilles, mais plutôt des originaux, qui vont faire avancer en vivant leur vie. Plus que pour l’intrigue, ce roman est destiné aux amoureux de la langue française.

Un diplôme d’assassin- un Flic en Soutane Saison 1

Litanies pour des Salauds – un Flic en Soutane Saison 2

 

Des poches pleines de poches

Pour ce nouvel épisode consacré aux livres de poche, j’ai choisi d’être éclectique, de mélanger un livre ancien et un livre récent.

Noyade en eau douce de Ross MacDonald

Editeur : Gallmeister

Traducteur : Jacques Mailhos

Une jeune femme se présente au bureau de Lew Archer. Maude Slocum apparaît choquée, arguant que quelqu’un cherche à détruire sa famille. Elle a, en effet, surpris une lettre dans le courrier de son mari annonçant qu’il était cocu. La lettre a été posté juste à côté de là où ils habitent. James son mari travaille dans le théâtre en tant qu’acteur et n’est pas riche, au contraire de sa mère, qui est très riche. Mais quand Lew Archer débarque lors d’une réception donnée par la “reine” mère, un meurtre va très vite changer la donne.

Dès le début, Ross MacDonald nous prend à froid, nous mettant de suite dans le feu de l’action, avec son humour cinglant qui accroche immédiatement. Et après ce premier chapitre, on s’attend à un roman d’enquête standard, avec un détective privé qui plonge ses yeux dans ceux d’une femme fatale, mais qui va trouver la solution après maintes péripéties, cascades et tutti quanti.

Que Nenni ! on retrouve le thème favori de l’auteur, à savoir la famille et ses différentes ramifications, et surtout les traîtrises. L’intrigue se révèle particulièrement nébuleuse et malgré cela, terriblement simple à suivre. C’en est impressionnant. Les dialogues sont d’une intelligence rare, alternant entre humour et indice caché, quand ce n’est pas l’évocation d’un trait psychologique.

Et puis, il y a ce dénouement que je n’avais pas vu venir, qui montre qu’encore une fois, Lew Archer arrive à s’en sortir dans un monde d’apparences et de menteurs. De ci de là, j’ai lu que ce roman était le meilleur de l’auteur. Je confirme : c’est un excellent polar, un classique du genre, à lire, relire ou découvrir.

Mauvais genre d’Isabelle Villain

Editeur : Taurnada

1993. Hugo Nicollini est un jeune garçon de 12 ans qui n’est bien qu’en présence de sa mère. Il subit les railleries de ses camarades de classe et il n’est pas rare qu’il rentre à la maison en pleurant. Quand son père revient du travail saoul, une dispute éclate entre ses parents et son père frappe sa mère … comme d’habitude. Mais cette fois-ci, les coups seront mortels.

2016. Rebecca de Lost est commandant à la police judiciaire. Elle a perdu son mari, assassiné par un psychopathe et s’est jurée de ne plus tomber amoureuse. Mais Tom, capitaine dans un autre service l’a fait craquer. Ce matin là, ils sont appelés sur le lieu d’un meurtre : une jeune femme a été poignardée chez elle. Tout semble orienter les recherches vers son entourage proche jusqu’à ce qu’ils s’aperçoivent que la jeune fille est en fait une transexuelle. Angélique Lesueur, la victime, se nomme en réalité Hugo Nicollini.

A la lecture de ce roman, on sent bien que l’auteure a assimilé et appliqué les codes du polar. C’est donc un roman policier de facture classique auquel on a droit, bien écrit avec des chapitres ne dépassant pas les 10 pages, ce qui donne une lecture agréable. Dans la première partie, on y parle des transsexuels et de leur difficulté à vivre avec un sexe qui n’est pas en adéquation avec ce qu’ils ressentent. Cette partie là est remarquablement bien faite et peu traitée dans le polar.

A la moitié du roman, apparaît une deuxième affaire, liée à une enquête précédente. Le déroulement du scénario devient plus classique, avec une accélération du rythme. Mais l’intrigue est redoutablement bien déroulée. C’est un vrai plaisir à lire, Et là où on pense que tout se terminerait bien, l’auteure se permet une fin noire et bien énigmatique.

C’est donc une belle découverte pour moi. Malgré le fait que je n’ai pas lu les précédentes enquêtes du groupe de Lost, je ne me suis jamais senti perdu et ce roman policier, même s’il n’innove pas dans la forme, s’avère intéressant dans le fond tout en réservant quelques heures de bon divertissement.

Le Loup d’Hiroshima de Yuko Yusuki

Editeur : Atelier Akatombo

Traducteurs : Dominique et Frank Sylvain

Une toute nouvelle maison d’édition a vu le jour cet été. L’Atelier Akatombo nous propose de découvrir la littérature de genre japonaise. Le premier roman sorti cet été nous propose une plongée dans le monde des Yakuzas. J’ai oublié de vous dire, que ce roman fait partie des titres présélectionnés pour le Grand Prix des Balais d’Or 2019.

Le jeune lieutenant Hioka débarque au commissariat de Kurehara, située dans la banlieue de Hiroshima. Pour une première affectation, il va lui falloir apprendre les règles de base. Avec le commandant Ôgami, il va être servi. Dès les premières heures de cohabitation, Ôgami n’hésite pas à lui donner des tapes sur la tête comme on le ferait à un enfant qui ne veut pas comprendre. De même, il doit toujours avoir à disposition un briquet pour allumer les cigarettes du commandant, ou passer devant pour ouvrir les portes.

Il n’est pas que le commandant Ôgami soit content d’avoir un jeune collé à ses basques. Aussi commence-t-il par le mettre à l’épreuve, quitte à pousser un garde du corps yakuza à le provoquer en duel. Comme Hioka s’en sort bien, il peut envisager de lui en dire plus, un tout petit plus sur la réalité du terrain. Car si le commandant Ôgami est détesté par ses chefs, c’est parce qu’il est bien intégré dans la sphère Yakuza.

Et pour être bien intégré, le commandant Ôgami est bien intégré ! D’ailleurs, ils ont rendez vous dans un bar, qui n’est autre que le Quartier Général du clan yakuza Odani, l’un des trois gangs de Hiroshima. Pour Hioka, son chef est traité comme un hôte de marque. D’ailleurs, Moritaka, l’un des dirigeants Odani, le charge de retrouver Junko Uesawa, son comptable qui a disparu.

Ce roman est à la fois un roman d’éducation, d’initiation et un roman social. A travers cette histoire, Hioka va découvrir un nouveau monde, qui vit en parallèle du sien. L’auteure va, au travers de scènes simples, nous montrer la différence qui existe entre ces deux mondes et les différentes règles de bienséance. Il est amusant de voir par exemple que la majorité des règles de morale ou sociale sont exactement inversées. Et pour autant, le monde des yakuzas est loin d’être anarchique, car bien que violent et sans pitié, il y règne une loyauté et un respect des uns envers les autres.

Le déroulement de l’intrigue est relativement linéaire et classique. On y voit le commandant Ôgami passer d’un clan à l’autre avec la même facilité ; il utilise beaucoup les bras de levier qui sont à sa disposition, sous forme de chantage masqué. Il est clairement à l’aise comme un poisson dans l’eau, on sait qu’il sait beaucoup de choses, mais on ne sait jamais quoi ni comment il le sait. Et Hioka a un rôle majeur dans cette intrigue : écouter, voir, et apprendre. S’il est compétent, alors peut-être pourra-t-il grandir. Pour autant, on n’y sent aucune menace dans toutes ces relations entre les mafieux et la police. Quand quelqu’un va trop loin dans son attitude, alors il se met en danger de mort … et meurt, tout simplement.

J’ai trouvé le scénario très américanisé, dans sa façon de le conduire et aussi dans son final. Le style est détaillé, très agréable à lire et la traduction m’a paru par moments littérale. Par contre, chaque chapitre commence par les notes que prend Hioka pendant son séjour au commissariat. Ce qui permet de suivre ce qu’il retient. Certains passages sont raturés ; Allez savoir pourquoi ! Moi, je ne vous le dirai pas, il va vous falloir lire ce roman. Et franchement vous ne perdrez pas votre temps, car c’est un excellent polar.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

Et si on parlait de l’Afrique …

Je vous propose deux romans dont le contexte, au moins en partie, parle de l’Afrique. Deux romans courts qui logent dans une poche, certes, mais deux romans émotionnellement forts et deux romans édités par deux petits éditeurs. Comme quoi, il faut aller chercher les pépites ailleurs que sur les étals de supermarchés.

African Queens de Patrice Montagu-Williams

Editeur : Les chemins du hasard

Ayaan a décidé de quitter la Somalie après la mort de sa sœur survenue lors de son excision et quand son père lui a présenté un vieil homme comme son futur mari. Avec son autre sœur Zohra, elle a connu tous les déboires que connaissent les migrants, les voyages en bateau, en camion, les passeurs insistants et même le manque de nourriture. Elle arrive à Barbès et tombe dans un réseau de prostitution géré par la Hyène.

Boris Samarcande est commissaire dans le 18ème arrondissement, à la tête d’une cinquantaine de policiers. Il aime son quartier, même s’il a affaire à tous les trafics en tous genres. Lors d’un contrôle de papiers anodin, une de ses équipes tombe sur un homme transportant des organes humains.

Annoncé comme le premier roman d’une série de quatre, African Queens mérite amplement le détour, pour peu que vous ne soyez pas trop sensibles. Et je vais vous expliquer mon ressenti. Tout d’abord, les chapitres sont très courts et les dialogues réduits au strict minimum. Cela donne une impression d’urgence et permet d’avoir beaucoup de scènes. Ce roman est donc à réserver à ceux qui aiment ce style « coup de poing », dont je fais partie.

En parlant de style, il est plutôt à classer du coté des behavioristes, c’est-à-dire que l’auteur ne s’étend jamais sur les sentiments des uns ou des autres, mais préfère rester en retrait et laisser les actes de ses protagonistes parler pour eux-mêmes. En cela, African Queens est plus proche d’un reportage réalité, qui aurait pour titre « Bienvenue dans l’enfer de Barbès ».

Et ce style clinique, voire chirurgical rend la lecture émotionnellement pénible, pour moi en tous cas. Car je me suis attaché à Ayaan, je l’ai suivi dans son périple, dans sa nouvelle vie. Et lire ce qui va lui arriver, sans une goutte de sang, je tiens à le préciser, dans des scènes où il n’y a pas un brin d’émotions, cela reste tout de même un sacré morceau à avaler pour un être humain normalement constitué, c’est-à-dire avec une petite dose d’humanité. Je ne veux pas dire que l’auteur va trop loin, mais il a décidé d’être franc, de montrer une certaine réalité et il vaut mieux être prévenu que la réalité n’est pas belle à lire.

Ne ratez pas l’avis de l’Oncle Paul

La dernière chance d’Abdelilah Hamdouchi

Editeur : Nouveau monde

Traductrice : Valentine Leys

Sophia Beaumarché a 73 ans et a toujours aimé les jeunes hommes. Elle s’est mariée à un Marocain qui l’a persuadée d’ouvrir un restaurant au Maroc, Chez Sophia. Depuis, elle est à la tête d’un lieu où tout le monde s’arrache les places pour déguster de bons plats. Cinq ans auparavant, elle a découvert que son mari la trompait et s’est remariée avec Othmane, un jeune juriste de 30 ans au chômage. Mais Othmane a fait cela pour avoir de l’argent. Il a en fait une amante Namia bien plus jeune que la septuagénaire.

Alors qu’ils rentrent après le service du soir, dans la villa Sophia, Othmane déclare aller promener leur chien. En réalité, c’est pour retrouver son amante Namia. Quand il revient, il trouve Sophia avec un couteau planté dans le ventre. Sous le coup de l’émotion, il enlève le couteau et appelle la police. Comme il est le bénéficiaire du testament, Othmane fait figure de coupable idéal.

C’est le premier roman policier marocain que je lis et c’est une belle surprise. Certes, pour les habitués du genre, ce roman va passer pour un modèle du genre. L’auteur y respecte en effet tous les codes et réussit à enchaîner les scènes avec une logique très plaisante. On peut même dire que l’auteur a écrit ce roman avec beaucoup d’application, de respect et d’amour pour le genre policier. Cela n’empêche pas de faire preuve de créativité dans le déroulement de l’intrigue, bien au contraire. Car on y retrouve un excellent équilibre entre la narration et les dialogues.

On va donc suivre deux personnages principaux puis trois, mais je ne vous parlerai que d’Othmane et d’Alwar, l’avocat arrivant plus tard dans le roman. Othmane est un jeune qui veut se sortir de la mouise et voit qu’il peut profiter de l’argent d’une septuagénaire pour survivre. Alwar est l’inspecteur chargé de l’enquête et on découvre un personnage extrêmement rigoureux et appliqué dans son travail. Dans les deux cas, les psychologies des personnages, bien que simples, sont remarquablement bien faites.

Ne croyez pas que ce roman se contente d’avoir une intrigue policière, aussi bien construite soit-elle. Abdelilah Hamdouchi ne va pas s’étendre sur les pauvres qui vont vendre leur corps aux riches des pays « civilisés » mais plutôt sur l’omnipotence de la police, du fait qu’ils ont tous les droits et qu’ils peuvent tout se permettre. Et je vous passe les détails sur la façon dont ils parlent aux gens, et en particulier aux femmes qui n’ont pas droit à la parole. Finalement c’est un roman très intéressant.

Tout corps plongé … de Lionel Fintoni

Editeur : Editions de l’Aube

Il semblerait que Lionel Fintoni ait choisi de prendre pour ses titres de livres des citations, ou du moins des phrases qui y ressemblent fort. Après Il ne faut jamais faire le mal à demi, son premier roman, voici Tout corps plongé … extrait d’une citation d’Archimède, le célèbre auteur du principe du même nom, celui grâce à qui nous bénéficions des bouées l’été à la mer.

Maxime Vial travaille dans une société de sécurité Med Data Consulting. Cette société est chargée de gérer la confidentialité de données que les gens comme vous et moi n’avons pas le droit de consulter. Maxime doit faire une présentation dans un congrès, et comme il est toujours en retard, il copie sa présentation sur une clé USB et fonce au Palais des Congrès. Il explique au régisseur quel fichier il doit prendre et assure sa prestation. Lors du cocktail qui suit, il rencontre une jeune femme, Clara, avec qui il va passer la nuit. Quand il se réveille, Clara a disparu avec sa clé USB et son ordinateur.

Chez MDC, Serge Lasseube, responsable de la cybersécurité, reçoit un message sur son téléphone portable. Quelqu’un a eu accès à un fichier ultra sensible présent sur la clé USB. Il appelle de suite le PDG Vincent Deluise pour cette affaire urgente.

La chef de section de la police judiciaire Marie-Ange Jeopardi est en train de relire les dossiers qui ornent son bureau. Ce matin, elle doit recevoir deux nouveaux : Alain Dormeuil et Maurice Bassague. Selon leur dossier, ce sont deux policiers compétents qui ont du mal à respecter les règles. Elle n’accepte pas la moindre entorse au règlement et va leur signifier, dans une entrevue musclée.

Au même moment, on leur signale le corps d’une jeune femme assassinée, dont on a retrouvé le corps dans un bras de la Marne. Le corps a été vidé ailleurs de son sang, et attaché à des branches dans une mise en scène littéraire : cela rappelle en effet Hamlet de Shakespeare et la mort d’Ophélie. Quand ils font quelques recherches, d’autres meurtres ont eu lieu avec des mises en scène en lien avec de l’eau.

Autant on aurait pu trouver le début de son premier roman un peu lent, et c’est ce que je pensais, autant on ne peut pas dire ça de ce roman-ci. Le bref résumé que je viens de vous concocter couvre à peine les 40 premières pages. Et je ne peux qu’être d’accord avec la phrase de l’éditeur en quatrième de couverture : “Ce polar, mené sur un rythme d’enfer, ne nous laisse aucun répit, pour notre plus grand plaisir.”

Ce roman, qui n’est que le deuxième de l’auteur, confirme qu’il aime les intrigues multiples et manipuler de nombreux personnages. Ici encore, nous allons suivre plusieurs personnages, qu’ils fassent partie de MDC, de la police ou même de petits truands receleurs, sans oublier bien entendu le Tueur de l’eau. Lionel Fintoni confirme son talent pour les rendre suffisamment marquants et ne pas nous perdre en chemin.

Enfin, et surtout, il y a ces chapitres courts, ces scènes qui s’enchaînent avec une célérité et une créativité qui font envie. Car, je vous le dis, une fois commencé, il est difficile d’arrêter sa lecture. Alors, Lionel Fintoni nous met en garde contre les hackers, capables de faire absolument tout ce qu’ils veulent avec nos ordinateurs. Mais c’est un sujet qui passe, en ce qui me concerne, bien en dessous de la qualité de l’intrigue et de la façon dont elle se déroule.

D’ailleurs, j’ai trouvé bien peu d’avis sur Internet à propos de ce roman, et c’est une réelle injustice, car c’est un excellent divertissement. Je vous le dis : Il y a beaucoup de jeunes talents en France, et Lionel Fintoni vient d’inscrire son nom parmi les jeunes auteurs dont il faut suivre les prochaines publications. Trop fort !