Archives du mot-clé Russie

Le dossier Anténora de LFJ Muracciole

Editeur : Toucan

Le nom de l’auteur (en fait il s’agit d’auteurs au pluriel) est mystérieux. La quatrième de couverture est bien tentante. Et la présentation de l’éditeur (que je vous recopie ci-après) dans le dossier de presse édifiant. Ce cocktail donne un polar fantastique.

La présentation de l’éditeur cite un personnage :

« Ce récit relate une série d’événements demeurés trop longtemps ignorés. Pendant le mois de mai fut réalisé à Paris le plus grand casse de l’histoire. Au même moment, le programme lunaire américain faillit capoter par la défection d’un astronaute, tandis qu’un réseau soviétique parvint à s’emparer des plans français de la bombe H.

Les protagonistes de ces affaires n’auraient jamais dû se rencontrer. Ils furent pourtant réunis et, sans aucune violence, ils réussirent à déstabiliser le système monétaire international.

Le temps a fait son œuvre et je suis aujourd’hui le dernier survivant de l’aventure. Il m’a paru qu’il était temps de témoigner. Si la trame est romancée, les faits sont bien réels, y compris pour les histoires d’amour qui ont parcouru l’intrigue. »

Le mercredi 24 avril 1968, un homme est retrouvé mort à l’aéroport d’Orly, vraisemblablement victime d’une crise cardiaque. Il s’agit du professeur Jacques Lacroix, éminent expert nucléaire du centre d’études de Saclay.

Le jeudi 25 avril 1968, le commandant Jim Clyde et son copilote Pete Young réalisent l’un des derniers essais sur le module lunaire Appolo. Plus tard dans la journée, Jim Clyde est convoqué. On lui annonce que ses résultats sanguins font état de prise d’alcool et de drogues. La NASA l’envoie à Paris avec sa femme, tous frais payés pour se reposer.

Le jeudi 25 avril 1968, à Vincennes, une Citroën DS se gare devant une agence de la BNP. Deux hommes en sortent et réalisent un casse sans blesser personne, emportant plus de 100 000 francs. Le gang des DS a encore frappé.

Le vendredi 26 avril 1968, Etienne Lemonnier, patron de la DST reçoit une information primordiale : Le Borgne, bien connu comme étant le plus grand espion soviétique actif en France, vient de sortir de l’ambassade russe. Lemonnier le fait suivre.

Il ne reste que quelques mois au commissaire Pujaud avant de profiter d’une retraite bien méritée. Âgé de 65 ans, il apprend qu’il va bientôt être grand-père. Il apprend aussi que plusieurs affaires vont avoir besoin de ses talents.

Ce roman, c’est du pur plaisir. A la frontière du roman policier, du roman d’espionnage et du roman d’aventures, il comprend toutes les qualités que l’on peut demander à un vrai bon polar populaire. A tel point que l’on a du mal à déterminer où se finit la réalité et où commence la fiction. A tel point que l’on se demande si ce roman est réellement une uchronie ou s’il se propose d’illustrer des moments peu connus de notre histoire. C’en est vraiment saisissant.

La construction, comme tout le roman, est d’une ambition folle : faire revivre la France au mois de mai 1968, non pas du coté des manifestations, mais sur les enquêtes que doit suivre en parallèle le commissaire Pujaud. Ce ne sont pas moins d’une douzaine de personnages qui vont animer cette intrigue, dans plusieurs lieux situés dans trois pays principaux, la France, Les Etats-Unis et la Russie.

L’une des principales énigmes du roman se situe autour de La divine comédie de Dante Alighieri, dont une nouvelle traduction doit voir le jour. Le roman est donc construit autour de trois grandes parties, L’Enfer, le Purgatoire et le Paradis, et va dérouler cette histoire avec une passion peu commune. Avec ses chapitres ne dépassant que rarement les quatre pages, il se lit vite, très vite, malgré ses 574 pages, parce que nous sommes pris dans ce Paris du siècle dernier, par cette intrigue et le devenir de ses personnages.

Car les personnages sont brossés, et on n’y trouvera aucune description détaillée. On imagine bien de grands acteurs derrière ces figures et chaque scène ferait une fantastique trame pour un film ou une série. Malgré le grand nombre de personnages, on s’y retrouve facilement, pris par les nombreux soubresauts et meurtres qui vont émailler cette histoire. C’en est juste bluffant.

On y retrouve des énigmes policières, des courses poursuites, des espions, des barbouzes, des dirigeants, des banquiers, des jeunes gens innocents, des scientifiques, et tous vont se retrouver emportés par la furie de cette époque. D’ailleurs, les manifestations apparaissent rarement, de temps en temps, pour nous rappeler le contexte d’un monde sous haute tension. Et on y trouvera de-ci de-là quelques allusions à des habitudes d’alors, ainsi que quelques coups d’œil envers notre époque d’aujourd’hui.

Au final, c’est un régal, le genre de roman qui rappelle qu’avec une bonne histoire, d’excellents personnages et un excellent sens du rythme, on arrive avec beaucoup de talent à passionner le lecteur et surtout à semer le doute. Car, tout ce qui est raconté ici est-il vrai ou faux ? Tout est fait pour semer le doute et cela marche à fond.

On ne sait que peu de choses des auteurs, qui sont (a-priori) un couple Lucie et Jean-François Muracciole, mais je peux vous dire qu’on ne sent jamais qu’il s’agit d’une écriture à quatre mains et que l’ambition de ce roman est formidablement réussie. Sans aucun doute, je serai au rendez-vous de leur prochain roman. Que du plaisir, du vrai bon plaisir, que de lire un excellent polar populaire !

Donbass de Benoît Vitkine

Editeur : Les Arènes – Equinox

Comme vous le savez, je picore les suggestions de lecture chez les collègues blogueurs. Comme il s’agit d’un premier roman, je me devais de tenter ce Donbass de Benoît Vitkine, qui nous emmène dans une région dont on ne parle pas assez : l’Ukraine.

Sacha Zourabov est un petit garçon de 6 ans, qui vit pour le moment chez sa grand-mère. Depuis quelques nuits, il entend des camions se garer dans la cour de son immeuble, et charger des sac de jute et de grosses caisses. Il se rappelle que son oncle lui avait raconté que ces sacs servaient à transporter du charbon. En les observant par la fenêtre, il voit un sac tomber d’un camion, sans le virage. S’il allait le récupérer, cela pourrait leur permettre de se chauffer un peu mieux ?

Henrik Kavadze a la cinquantaine bien frappée. Colonel issu de l’armée russe, il est revenu au pays pour prendre une place dans la police d’Avdiivka, dans le Donbass. Cette région, c’est celle où il veut terminer sa vie, avec Anna sa femme, surtout depuis qu’ils ont perdu leur fille 12 ans plus tôt.

Depuis 2014, cette région est secouée par les bombes dans cette guerre Russo-ukrainienne qui n’intéresse plus personne. Lors de la révolution ukrainienne, le président qui a pris le pouvoir n’a pas fait long feu, vite renversé par des pro-européens. Différentes factions locales et nationales, séparatistes ou rebelles, se sont créées dont beaucoup sont armées par la Russie, en sous-main. Depuis, la guerre continue, à coups de canons et d’explosions incessantes, démolissant les rares immeubles encore debout.

Alors qu’il doit préparer la visite du ministre, qui doit rassurer la population sur la sécurité dans le Donbass, en tant que chef de la police locale, mais aussi vétéran de la guerre d’Afghanistan, on le demande au téléphone : Un cadavre vient d’être découvert dans le quartier de la gare. Quand il apprend qu’il s’agit d’un jeune garçon, poignardé, Henrik décide de laisser tomber le ministre.

Pour un premier roman, Benoît Vitkine frappe fort. En se plaçant sur le terrain du polar, il se permet d’aborder le thème qui lui tient à cœur, en ayant créé un personnage de flic certes classique, désabusé, bourru, mais éminemment sympathique. On y trouve un drame familial (la perte de sa fille), un drame personnel (Henrik est un ancien d’Afghanistan), un meurtre horrible (la mort du garçon), et des clans tous plus malfaisants les uns que les autres, des politiques à la police, de l’armée aux mafiosos. Et puis, il y a le décor.

Le décor, c’est Avdiivka. Alors que la ville d’Avdiivka n’est pas débordée par les crimes, qu’elle ressemble à un lieu paisible pour une retraite tranquille, elle se retrouve au centre des affrontements entre l’armée ukrainienne, les séparatistes pro-russes et les rebelles. Cette guerre qui implique officieusement la Russie, est vite oubliée par les pays occidentaux. Et pourtant, des populations souffrent tous les jours, les bombes tombent sans relâche, des femmes et des hommes vivent reclus dans les caves.

D’une plume volontairement simple et fluide, Benoît Vitkine construit une intrigue forte pour mieux rappeler au monde que l’on ne veut pas se mêler de ce conflit par peur de représailles du voisin russe. La communauté européenne a fait le pantin, puis elle a tourné la page, car elle leur a semblé trop sanglante et trop dangereuse. L’auteur nous montre des populations qui souffrent, qui meurent, et nous laissons faire parce que … parce que c’est trop dangereux … vous comprenez ?

J’ai été totalement bluffé par ce roman, et j’ai énormément appris sur la vie dans cette région du globe, sur les gens de ce coin abandonné de tous, et sur ce conflit qui dure. Sans être hautain, Benoît Vitkine nous parle d’un sujet qui lui tient à cœur et qu’il connait bien et il nous passe le relais pour que nous en parlions. Alors, respectons son engagement, lisons le et parlons-en.

Tu entreras dans le silence de Maurice Gouiran

Editeur : Jigal

A la suite de trois lectures décevantes (voire plus), je suis revenu à mes basiques : prendre un roman édité chez Jigal. Et quoi de mieux que de lire le dernier roman de Maurice Gouiran en date, son trentième, qui nous plonge en plein milieu de la première guerre mondiale. Voilà un roman qui me réconcilie avec l’Histoire.

Décembre 1915. Alors que le conflit ne devait durer que quelques semaines, les armées s’embourbent et les défaillances se font sentir. Lors de la visite du sénateur Paul Doumer à Petrograd en Russie, les deux pays se lient par un pacte : La Russie a des hommes mais pas de fusil ; la France a des fusils mais plus d’hommes (680 000 morts en moins de deux ans). Alors, la Russie enverra 44000 hommes en France. Pour chaque homme fourni, il y aura un fusil Lebel.

Nota : Sachez que j’utilise ces termes volontairement tant ce marché est incroyable, ignoble  et inhumain.

Jeudi 20 avril 1916. La première brigade commandée par le général Lokhvitski débarque à Marseille, après trois semaines de voyage dantesque. Parmi eux, Kolya est un jeune homme intelligent, qui parle français et est envieux de la réputation de révolutionnaire qu’a la France. Son ami, Slava, est un cambrioleur qui a tué un riche bourgeois lors d’un casse. Rotislav vient juste de se fiancer et a été enrôlé par l’armée avant son mariage. Et puis, il y a Iouri qui cherche l’assassin de sa sœur et poursuit sa vengeance.

Les troupes arrivent et c’est la liesse dans la cité phocéenne. Pour tous, l’arrivée des soldats russes, tout inexpérimentés qu’ils soient est synonyme de victoire proche. Pour Kolya, c’est une découverte de cette ville quelconque au premier abord mais attachante et chatoyante grâce à ses habitants. Pour Slava, hors de question de monter au front avant d’avoir fait l’amour à une femme. Il embarque Kolya dans cette aventure et les deux comparses débarquent au Bar des Colonies. A la suite de cette nuit, Slava va disparaitre.

Pour son trentième roman aux éditions Jigal, Maurice Gouiran abandonne son personnage fétiche et récurrent Clovis Narigou pour nous plonger dans l’horreur de la première guerre mondiale. A travers le destin de ces jeunes Russes dont certains ne savaient même pas tirer, il nous montre tout d’abord les lignes arrière, puis le front avant de revenir à Marseille pour une conclusion formidable.

Car cette histoire est maîtrisée de bout en bout, en utilisant le principe d’une narration à plusieurs personnages en mettant en avant la psychologie de chacun. Car on ne peut pas dire qu’ils aient une motivation à rencontrer leur mort aussi tôt. Maurice Gouiran évite donc de nous asséner des scènes horribles de guerre, et il l’utilise comme décor, derrière ces jeunes gens.

Pendant qu’ils sont sur le front, la révolution russe va se déclencher et la vie de ces jeunes gens va être remise en cause puisqu’ils se retrouvent avec un nouvel espoir et un nouveau pays à reconstruire. Et c’est avec cette histoire que Maurice Gouiran nous délivre son message, que pendant que des jeunes meurent pour une guerre qu’ils n’ont pas voulu, de grands dirigeants avancent leurs pions et manipulent des marionnettes.

Maurice Gouiran nous montre de grande manière tout son art, et confirme qu’il est le grand conteur de l’histoire moderne. Et si j’avais eu un professeur d’histoire comme Maurice Gouiran, c’est une matière qui m’aurait passionné, alors qu’elle me manque tellement. Alors je voulais par ce billet remercier de nous écrire de tels romans, de nous conter de telles petites histoires humaines inscrites dans la grande Histoire.

Déstockage : Neva de Patrick K.Dewdney

Editeurs : Les contrebandiers

Cette lecture entre complètement dans le cadre de ma chronique Déstockage, puisque j’ai choisi ce roman totalement par hasard. Si l’auteur ne m’est pas inconnu, puisque j’ai Écume dans mes bibliothèques, je n’ai jamais lu un de ses romans.

Saint Petersbourg. Le gros Gorbavitch est un magouilleur qui exporte des produits volés. Dimitri et Piotr travaillent pour lui, et ce jour-là, ils se font engueuler parce qu’ils ont ramené une cargaison de fours micro-ondes Bosch au lieu de Moulinex. Résultat, ils touchent moins d’argent que prévu, ce qui ne les arrange pas.

Car entre le loyer de leur minable appartement, le fait qu’Anya (la petite amie de Dimitri) vienne loger avec eux et la drogue de Dimitri, il faut dire que l’argent leur file entre les doigts. Quand Gorbavitch leur propose de réaliser d’autres activités mieux rémunérées pour lui, les deux amis hésitent, car ce ne sont pas des va-t’en guerre mais ils finissent par accepter.

Leur première mission consiste à se débarrasser des frères Ramirez. Pour cela, ils vont se faire aider par Petra, une tueuse à gages professionnelle.

Bienvenue dans les bas-fonds de Saint-Petersbourg, ses rues crades, ses petits trafics, ses grosses magouilles et ses assassinats. A travers la vie de deux malfrats de faible envergure, nous avons droit à une visite guidée du côté sombre de cette ville russe, où par besoin d’argent, nos deux personnages vont plonger dans une violence à laquelle ils ne s’attendaient pas.

Avec un style franc et direct, l’auteur ne rentre pas dans les détails géographiques et préfère se placer en retrait, comme s’il avait une caméra à l’épaule et nous montrait un reportage. On a l’habitude, en France, de supporter les faibles, alors on a de la sympathie pour Piotr, qui est le narrateur de cette histoire. Et cela même si ce ne sont que des voleurs à la petite semaine, comme on dit.

Si la Neva n’est qu’un élément de décor silencieux, elle est l’image de la beauté que Piotr n’atteindra pas. Malgré l’absence de dialogues, la Neva donne lieu à des passages teintés d’une poésie, noire, mélancolique et désenchantée. Ce qui nous montre aussi que derrière le masque des tueurs, il y a une once d’humanité. Voilà un bel exercice de style à découvrir, de la part d’un auteur peu connu.

Hiver rouge de Dan Smith (Cherche Midi)

Après Le village, son premier roman publié en France l’année dernière, et qui a fait sensation, voici donc le deuxième roman de cet auteur britannique. J’ai hésité avant de lire ce roman, car le sujet me semblait identique au Village. Je ne peux que conseiller ce roman qui fouille d’autres thèmes, malgré un contexte semblable. Car cet auteur a un talent fou pour écrire des romans d’aventures se passant dans de grands espaces.

Un homme se dirige vers un petit village, au milieu d’un paysage désolé. Nous sommes en 1920, la révolution rouge bat son plein, et la chasse aux sorcières décime le pays. Cet homme seul tire un cheval, Kashtan, sur lequel est allongé le corps d’un homme. Cet homme se nomme Nikolaï Levitski. Il a juré de ramener son frère Alek dans leur village ; finalement, c’est là qu’il l’enterrera. Quand il arrive, le village est vide, silencieux, mort. Il retrouve sa maison, mais il n’y a personne. Quand il entre, il voit les manteaux de sa femme Marianna et de ses deux fils.

La route a été longue, il décide de prendre un peu de repos avant d’enterrer son frère le lendemain. Le fait que sa femme et ses enfants Micha et Pavel soient partis sans leur manteaux, l’intrigue, surtout que l’hiver approche à grands pas. Au milieu de la nuit, un bruit le réveille. Quelqu’un est dans la maison. Une vieille femme est là, elle le confond avec Alek. Elle se nomme Galina et était l’amie de la mère de Nikolaï. Dans son délire, elle lui explique qu’une armée a tué les hommes dans la forêt et emmené les femmes et les enfants. A la tête de cette troupe, un homme se fait appeler Kochtcheï l’Immortel, du nom d’un personnage de contes pour enfants. Fatiguée de vivre sans son mari, elle lui demande de retrouver les prisonniers et décide de se noyer dans le lac.

Le lendemain, il va enterrer son frère. Dans l’église, deux femmes le mettent en joue. Elles ne sont pas du village, elles croient qu’il a tué Alek. Tania et Ludmila sont à la poursuite d’un assassin et Nikolaï leur raconte l’histoire de la vieille dame. Pour prouver ses dires, il les emmène sur le lieu du drame où Kochtcheï a massacré les hommes du village, en pleine forêt. Ils ont une étoile à 5 branches gravée sur le front. Ils se rendent compte qu’ils vont poursuivre le même homme. La poursuite commence, motivée pour l’un par la recherche de sa famille et pour les autres par la vengeance.

Inévitablement, on ne peut s’empêcher de comparer Le Village à cet Hiver Rouge. Le contexte étant le même, l’époque étant semblable, le sujet étant similaire, forcément, on peut se demander pourquoi lire un roman qui pourrait sembler une resucée du précédent. Et pourtant, malgré toutes ces ressemblances, le traitement est bien différent, et je m’explique : Nous avons bien à faire avec un homme qui poursuit quelqu’un car il a kidnappé sa famille. Mais autant dans Le Village, le personnage principal fait la route avec ses fils qu’il découvre à travers son aventure, autant on peut assimiler cette aventure à un duel entre le tueur et lui, autant ici, nous avons un homme au passé sombre, trouble, qui court après le seul espoir qui lui reste. Autant, comme je l’ai dit, nous avions un duel, autant ici, il s’agit d’un homme qui poursuit un monstre et qui est poursuivi par des hommes ou autre chose.

Il y a bien un coté angoissant dans ce livre ; il y a bien des personnages troubles, qui oscillent entre la lumière et le coté obscur, qui flirtent entre le bien et le mal. Il y a bien cette dualité présente sur ce conflit, cette chasse aux sorcières qui est sensée libérer le peuple de son joug, et qui en réalité le punit. Il y a bien un homme qui a perdu tout espoir et qui cherche à se raccrocher à une étoile, revoir sa famille.

De ce roman, je dirai qu’il est encore plus maitrisé que le précédent. Alors qu’on aurait pu reprocher quelques scènes un peu longuettes dans le précédent, la maitrise de la narration est remarquable. Il nous peint une campagne russe perdue, avec juste ce qu’il faut de détails. Les personnages rencontrés sont d’une justesse incroyable. Les dialogues sont sensationnels, et les scènes d’action époustouflantes. Surtout, tout au long de cette traque, il y a ce mystère omniprésent, cette tension qui alterne entre réalité sanglante et peur du surnaturel qui tient le lecteur en haleine. Et puis, même si ce n’est pas un chef d’œuvre, on referme ce livre avec un réel plaisir d’avoir parcouru des centaines de kilomètres dans une campagne russe avec cette amère conclusion que, quelque soit la révolution, c’est toujours le peuple qui paie les pots cassés.

A noter que son précédent roman Le village vient de sortir en format poche aux éditions 10/18.

Le village de Dan Smith (Cherche Midi)

Le village est le premier roman traduit et publié en France de cet auteur anglo-saxon, résidant à Newcastle. Ne vous arrêtez pas au titre, sachez juste que c’est un des romans impressionnants de cette rentrée littéraire 2014.

Le petit village de Vyrif, en Ukraine, est perdu au milieu des bois. Il n’a pas encore été envahi par les armées révolutionnaires russes, à la recherche de main d’œuvre pour les camps de travail. En cette année 1930, l’hiver est particulièrement rigoureux. Le paysage est d’un blanc immaculé et les gens survivent de la chasse en attendant que les températures remontent.

Luka, le narrateur, est un ancien soldat russe. Il a combattu dans les armées impériales avant de rejoindre la révolution et de se battre aux cotés des armées rouges. Puis, il s’est exilé en Ukraine, s’est marié avec Natalia où il élève ses deux fils jumeaux Petro et Viktor et sa fille Lara. Même si sa vie de paysan l’occupe, son instinct de chasseur, de tireur d’élite est toujours présent en lui.

Alors qu’ils étaient partis à la chasse, Luka et ses fils trouvent un traineau dans lequel ils trouvent un homme mourant et deux enfants morts. Il s’avère que la cuisse de la fillette a été découpée comme un morceau de viande par un boucher. Luka décide de ramener le traineau mais les habitants du village sont inquiets qu’il ait ramené un tueur d’enfants parmi eux. Dimitri, le beau-frère de Luka fait partie de ceux qui veulent lyncher le nouveau venu. La foule s’excite tant et si bien qu’elle finit par pendre le pauvre homme. Luka, en fouillant dans ses affaires, s’aperçoit que les villageois ont pendu un innocent. Peut-être traquait-il l’assassin de ses enfants ? Quand Dariya, la fille de Dimitri et nièce de Luka disparait, Dimitri, Luka Petro et Viktor partent à la poursuite du ravisseur d’enfants.

La première chose qui frappe dans ce roman, c’est la fluidité du style de l’auteur. Et j’en profite pour saluer le travail du traducteur, Hubert Tezenas, qui a su retranscrire aussi bien le talent de l’auteur. Car dès le départ, on est plongé dans la vie des ces gens, dans un petit village perdu au milieu de nulle part, isolé au milieu des steppes enneigées, comme un petit point noir au centre d’une feuille de papier immaculé.

Le talent de cet auteur ne s’arrête pas là, car dès les premières pages, il nous plonge dans la psychologie d’un homme qui a changé de vie, devenant paysan pour fuir les horreurs de la guerre, mais dont la nature est d’être et de rester un soldat. Dans tous les gestes de tous les jours, dans sa façon d’observer et d’analyser les gens qui sont autour de lui, il agit comme un chasseur, à la poursuite de sa proie. Il est tout le temps en train de prévoir les réactions des gens de son entourage.

De ce fait, par le contexte et par le personnage de Luka, le rythme de l’intrigue est lent. Mais c’est tellement bien écrit que tout est passionnant, et tellement réaliste. Mais c’est surtout très stressant. On se retrouve, après une centaine de pages dans le village, en plein milieu de forêts enneigées, traquant un tueur, mais surtout dans une situation où les proies deviennent tour à tour chasseur puis chassé. Le roman, dans les dernières pages, devient beaucoup plus violent et plus cruel. Et pour autant, dans toutes ces péripéties, l’auteur est toujours aussi à l’aise pour nous placer au centre des événements.

On peut avoir l’impression que l’intrigue est touffue, voire mal maitrisée, mais en fait Dan Smith nous présente l’itinéraire d’un homme, soldat dans l’âme, qui va découvrir les autres, et en particulier ses fils. A la fois roman d’aventures, thriller, roman dramatique, ce roman remarquable du début jusqu’à la fin est aussi et surtout la découverte d’un auteur dont il va falloir suivre les prochaines publications. Pour finir de vous décider à le lire, j’ai eu l’impression à sa lecture de retrouver un style de narration proche de Seul le silence de Roger Jon Ellory, que j’ai adoré.