Archives du mot-clé Stéphane Keller

Telstar de Stéphane Keller

Editeur : Toucan

J’avais été très impressionné par le premier roman de Stéphane Keller, l’année dernière, Rouge Parallèle, par son intrigue qui s’appuie sur trois personnages forts et par sa faculté à nous immerger dans une autre époque, les années 60. Telstar sort moins d’un an après et reprend les mêmes personnages.

Une suite ? Non, plutôt une explication du parcours des policiers et militaires rencontrés dans Rouge Parallèle. Les anglo-saxons appellent cela un pre-quel ; moi j’appelle ça un « Revenons en arrière » ! Original, non ? Et donc, pour bien appréhender les Lentz et Holliman, quoi de mieux que de les envoyer dans les années 50, plus précisément 1956, en Algérie.

Alger, 24 décembre 1956. Le corps d’une jeune fille est retrouvé. Elle a été violée puis étranglée ; il lui manque une socquette. Pour l’inspecteur principal Brochard, ce n’est qu’une horreur de plus dans un pays de plus en plus ensanglanté. Depuis le début du mois, ce sont plus de 120 attentats mortels qui ont déferlé, dont la responsabilité incombe au FLN, le Front de Libération Nationale. Son adjoint, Joanin ne s’est pas encore remis d’un massacre dans une petite ferme du coin. Sa mère leur donne son nom : la petite s’appelait Henriette Pellegrini. Quelques témoins font état d’une voiture américaine de couleur, avec à son bord un homme blond. Cela n’arrange pas Brochard qui viserait plutôt les fellaghas.

Chypre, 24 décembre 1956. L’armée franco-britannique a remporté la victoire du Canal de Suez face à Nasser mais a dû faire marche arrière sous la pression des Américains et des Russes. Alors l’état major leur ordonne de rallier Alger, pour sécuriser la situation. La 10ème DP, accompagnée du capitaine Jourdan allait s’atteler à cette mission. Ils avaient carte blanche. La chasse au FLN débutera dès le 26 décembre, date de leur arrivée sur place. Par contre, Jourdan devra se coltiner la colonel Stuart Hollyman, observateur américain sur place.

Sainte Marthe, 25 décembre 1956. Norbert Lentz est un simple soldat, dont l’objectif et la motivation tiennent en quelques mots : faire la chasse aux communistes. Et il est sur d’en trouver à la pelle en Algérie. Direction donc Marseille, pour embarquer vers cette colonie qui a la prétention de revendiquer son indépendance. Il va leur faire passer cette envie, aux communistes …

Que c’est dur de faire un résumé du contexte de ce roman, environ les 50 premières pages, alors que la situation est inextricable. Après Rouge parallèle, l’auteur m’avait indiqué qu’il envisageait de traiter cette période sanglante pour y placer quelques uns de ses personnages, et expliquer leur histoire. Alors, si je dois vous conseiller quelque chose, c’est de lire celui-ci avant Rouge parallèle … ou pas. En fait, je pense que l’on peut suivre un déroulement chronologique mais on peut aussi lire Telstar en premier. En aucun cas, vous ne serez gêné dans votre lecture.

Passé cette introduction, je retrouve la puissance d’évocation de cette période, la sensation de danger permanent alors que le style de l’auteur est plutôt descriptif. Stéphane Keller nous montre la difficulté de cette situation qui ne peut que dégénérer, où les différents camps en présence se livrent à une guerre mortelle sans aucun état d’âme. Aux attentats aveugles, la police française y répond par des meurtres sans enquête pour boucler ses dossiers et l’armée se livre à des tortures qu’on a du mal à imaginer.

En fait, Stéphane Keller arrive à atteindre le juste équilibre entre personnages et contexte, entre action décrite et dialogues réduits au strict minimum. Et surtout, il réussit la gageure, en s’appuyant sur une documentation sans faille mais pas lourdingue, à nous montrer toute l’inhumanité des hommes quand ils sont persuadés de leurs actes. Il n’est pas étonnant que l’on ait vu aussi peu de romans traitant ce sujet et il semble bien que les vannes de l’imagination littéraire s’ouvrent depuis peu. Et c’est finalement une bonne chose pour l’Histoire.

Quant à Stéphane Keller, il passe haut la main le risque du deuxième roman en gardant le même thème. Et ça, c’était un sacré pari, un pari qu’il a formidablement transformé. Enfin, le titre, il s’agit d’un titre des Tornadoes, sorte de musique désenchantée, qui tourne en rond comme si les hommes refaisaient tout le temps les mêmes erreurs.

Ne ratez pas les avis de Wollanup

Le chouchou du mois de novembre 2018

Le mois de novembre a été pour moi le mois des découvertes : découverte de nouvelles maisons d’édition ou bien découvertes de nouveaux auteurs. Ne tenez pas compte de l’ordre d’apparition, j’ai fait l’effort de les classer par ordre alphabétique des auteurs. Jugez-en plutôt :

J’aurais chroniqué les 5 fascicules et 10 nouvelles de la saison 2 de Double Noir, édité par l’association Nèfle Noir. On y trouve beaucoup de pépites parmi celles de Guy de MAUPASSANT, Jack MOFFITT, Alexandre DUMAS, Georges J.ARNAUD, Louis PERGAUD, Marin LEDUN, Prosper MÉRIMÉE, Max OBIONE, Jean-François COATMEUR et Claude MESPLÈDE lui-même. N’hésitez plus, le détail est ici.

L’autre nouveauté pour moi aura été de lire des romans électroniques dont Max de Jérémy Bouquin (Ska), un polar annoncé pour adolescent mais qui peut plaire à toute la famille à partir de 15-16 ans ; et Ma vie sera pire que la tienne de Williams Exbrayat, roman auto-édité, divisé en trois parties toutes différentes les unes des autres, original et décalé, à découvrir.

Je ne savais pas que les éditions In8 publiaient des romans, et encore moins des polars. Amère Méditerranée de Philippe Georget (Editions In8) fut une superbe lecture pour moi, car il correspond tout à fait à l’humanisme qui me porte. Si l’intrigue porte sur la recherche de ce qui s’est passé sur un chalutier qui a pris feu, elle aborde un sujet sensible, placé au niveau de ceux qui subissent ce trafic d’humains.

La disparition d’Adèle Bedeau de Graeme MacRae Burnet (Sonatine) est le premier roman de l’auteur et le premier que je lis de lui. Ce roman à réserver aux amateurs de roman psychologique est à ranger juste à coté des romans de Simenon, et c’est une vraie réussite. Présenté comme un duel à distance entre les deux personnages, c’est fascinant de justesse.

Encore un premier roman avec Dégradation de Benjamin Myers (Seuil), qui est plutôt à classer dans les romans noirs. S’il faut s’habituer au style de l’auteur, et accepter certaines scènes dures, le constat qu’il dévoile est démontré sans concession, d’un groupe d’hommes dépourvu de toute humanité et qui sait se mettre à l’abri des lois grâce aux petits arrangements entre amis. Eloquent et éblouissement.

Les damnés ne meurent jamais de Jim Nisbet (Rivages Noir) aura été l’occasion pour moi de découvrir un extraordinaire auteur de polar, qui déroule son histoire en suivant tous les codes mais en les détournant avec beaucoup d’humour. Nul doute que je vais revenir bientôt fouiller dans sa bibliographie.

Don Winslow, j’adore. L’auteur de La griffe du chien et de Cartel revient avec Corruption de Don Winslow (Harper & Collins), un roman coup de poing qui dénonce la corruption (d’où son titre !) à tous les étages, de la polie en passant par la justice en passant par les politiques. Le roman est inlâchable et le seul bémol que j’y ai trouvé est sa similitude avec la série télévisée The Shield, que j’adore. C’est un roman extraordinaire qui sera sans nul doute au pied de beaucoup de sapins.

Double découverte avec Le loup d’Hiroshima de Yuko Yusuki (Atelier Akatombo), celle d’une toute nouvelle maison d’édition et celle d’un auteur. Yuko Yusuki nous montre l’arrivée d’un jeune policier, coaché par un ancien bien intégré parmi les gangs de Yakuzas. C’est l’occasion de détailler les codes qui régissent ces mafias à travers un scénario fort bien mené. A découvrir pour le dépaysement mais aussi pour la qualité de la narration.

Le titre du chouchou du mois revient donc à Rouge parallèle de Stéphane Keller (Toucan) qui m’a tout simplement envoûté. La plongée dans les années 60, la description des itinéraires de deux personnages forts font de ce roman un moment de lecture et de plaisir intenses, que l’on a bien du mal à lâcher, et que l’on a beaucoup de peine à oublier. C’est le premier roman de l’auteur et je peux vous dire que j’attends le prochain avec grande impatience.

J’espère que ces avis vous seront utiles dans vos choix de lecture. Je vous donne rendez-vous le mois prochain, pour le bilan de cette année 2018. Quant à moi, je vais consacrer mon mois de décembre aux romans que j’ai mis de coté au long de cette année et à la sélection des balais d’or. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Rouge parallèle de Stéphane Keller

Editeur : Toucan

J’ai un peu de mal à croire, après avoir tourné la dernière page de ce roman, qu’il s’agit d’un premier roman. Certes, l’auteur est un scénariste chevronné, pour la télévision et le cinéma. Mais de là à écrire un tel roman, il y a un pas. Et vous savez mon aversion vis-à-vis des films contemporains. Nous sommes dans un roman, un vrai roman, un grand roman, qui nous fait revivre les années 60 et en particulier l’année 1963.

3 janvier 1963. Son passeport le désigne comme un Corse, nommé Vincent Cipriani. Ancien di 1er REP, clandestin de l’OAS, il se nomme en réalité Etienne Jourdan. Il est accoudé au comptoir du café de la Tour de Nesle, dans l’anonymat le plus complet et est recherché par toutes polices de France. Son premier meurtre, ce fut un soldat allemand, le jour de ses 17 ans. Entré dans la maquis, il a participé à la libération, puis partit en Indochine, puis passerait par l’Algérie.

En sortant du café, il tombe sur deux jeunes flics. En fuyant, l’un d’eux, Norbert Lentz, glisse sur un toit, se retient à une gouttière. Jourdan va le sauver, mais va se faire arrêter. Après son interrogatoire, il va être transférer par fourgon, et un groupe de soldats va organiser son évasion. Le groupe est dirigé par un américain, le colonel Hollyman, qui fait officiellement partie de la CIA. Hollyman va fuir la France avec Jourdan, après s’être assuré qu’il accomplirait la mission secrète qu’il a à lui confier.

Hollyman est ce qu’on pourrait qualifier de pédophile psychopathe. Il a toujours eu des problèmes avec les femmes. Pour autant, il n’aime pas les hommes non plus. Il a toujours aimé les jeunes filles. Alors qu’il était soldat dans l’armée, détaché en Allemagne, il avait tué et violé une jeune fille de 12 ans, et avait connu sa plus grande jouissance. Mais personne ne connait sa part sombre, et on lui confie toujours des opérations délicates.

Norbert Lentz, le jeune policier, est âgé de 23 ans. Marié, père d’un bébé, il vit une vie tranquille avec sa femme Denise. Lors d’une de leur sortie au cinéma, elle est bousculée par un beau jeune homme, de type italien, et leur complicité est immédiate. Ils s’enferment dans les toilettes et font l’amour debout. Denise aime le sexe avec les inconnus et Norbert ne se rend compte de rien. Mais ce beau jeune homme pourrait changer leur vie à tous les deux.

Ah, les années 60 ! Les années bonheur, les années folles, les années yé-yé. Vu d’aujourd’hui, on peut éprouver de la nostalgie pour une époque où il y avait le plein emploi, où les gens savaient s’amuser et où les seuls souvenirs qui nous arrivent sont peuplés de fleurs et de sourires. Je ne vous cache pas que ce n’est pas complètement ce que Stéphane Keller nous décrit ici. Rouge parallèle, c’est la couleur du sang, qui va servir de trace de deux itinéraires, celui de Jourdan et celui de Lentz.

Dès le début du roman, le ton est donné et le parti-pris de l’auteur clairement affiché. Nous allons avoir la description d’une société qui n’a pas oublié la deuxième guerre mondiale et qui est embringuée dans des conflits locaux qui impliquent les plus grandes puissances mondiales. A travers ces deux personnages, Hollyman étant un peu en retrait comme un catalyseur, Stéphane Keller nous décrit deux pays en proie aux ressentiments et aux alliances de circonstance, aux grandes trahisons et aux grands mensonges.

Avec une belle lucidité, la France est montrée comme une nation dirigée par un personnage omnipotent, régnant sur la politique, la police et la presse, passant au travers d’attentats et ayant construit son pouvoir entre fascisme et communisme, en piochant un peu de ci, un peu de là. Les Etats Unis en sont au même point, ayant mis au pouvoir un homme porté par l’argent de la mafia et tournant le dos aux agences gouvernementales pour afficher son grand sourire devant les médias.

Deux hommes vont traverser cette période charnière, cette année 1963 qui va changer le monde, qui va faire atterrir le peuple et lui rappeler que nous ne vivons pas dans un monde de Bisounours. Ces deux hommes ont perdu leurs illusions et avancent comme des spectres, semant les cadavres comme autant d’appels au secours du monde. Je ne suis pas en train de défendre ces deux figures qui vont tenir le roman au bout de leurs armes, mais juste essayer de vous donner envie de lire ce formidable roman.

Passant de Jourdan à Lentz, sans avoir de schéma établi, Stéphane Keller écrit là un roman qui doit lui tenir à cœur tant il y a mis de la passion, une passion qu’il nous transmet au travers de ces presque 400 pages, sans que l’on n’y ressente une once de lassitude. L’histoire est racontée avec une telle évidence, avec une telle fluidité qu’on ne peut qu’être ébahi devant le talent brut et époustouflé par cette histoire dans l’Histoire. S’il y avait sur Black Novel une palme du meilleur premier roman 2018, Rouge parallèle l’obtiendrait haut la main.

L’ami Claude a donné un coup de cœur à ce roman. Ne ratez pas son avis ici