Archives du mot-clé Théodore Daquin

Marseille 73 de Dominique Manotti

Editeur : Les arènes – Equinox

Après Or noir, Dominique Manotti continue son exploration de la situation de la côte d’Azur en 1973, à travers son personnage récurrent de Théodore Daquin, plus jeune commissaire de France et homosexuel caché, car cela ferait tâche d’huile dans la police marseillaise. Retour donc sur une période noire de notre histoire contemporaine où l’on assassinait impunément les Algériens.

La situation est explosive à Marseille pendant cet été 1973. De nombreux assassinats de ressortissants algériens ont lieu dans la cité phocéenne et ses environs et la police locale, la Sureté, classe systématiquement ces affaires en non-lieu ou en « règlement de comptes entre bandes rivales ». Il faut dire que l’amnistie de l’OAS de 1968 a permis de réintégrer certains de ses membres dans la police. De son côté, la résistance algérienne s’organise pour lever des fonds pour renverser Houari Boumediene. Et depuis juin 1973, les étrangers doivent justifier d’un contrat de travail et d’un logement décent pour obtenir un titre de séjour.

Le commissaire Théodore Daquin est chargé de la permanence au bureau de la Police Judiciaire, pendant ce week-end du 15 août, dans l’attente du nouveau patron. On déplore encore un mort et un blessé lors d’une rixe ; algériens, bien sûr. Alors qu’il reçoit son amant Vincent, avocat, Daquin apprend que cette affaire se terminera par une légitime défense, lors d’une rixe entre un français et trois algériens.

Le lundi 20 août, le commissaire principal Percheron débarque, avec l’assurance d’une armoire à glace. Il charge Daquin et son équipe de se rapprocher de l’antenne de Toulon qui enquête sur l’UFRA, l’Union des Français Repliés d’Algérie, qui pourrait ouvrir des centres d’entrainement et ainsi préparer des attentats contre les « traîtres français » qui ont abandonné l’Algérie et les ennemis algériens.

Le dimanche 26 août, un déséquilibré va égorger le conducteur d’un bus et poignarder quatre passagers, avant d’être maitrisé. Ceci va entraîner une grève des traminots. Le mardi 28 août, Malek, un jeune homme de 17 ans attend sa petite amie. Deux voitures passent, repassent puis s’arrêtent. Les armes sortent, il est abattu de sang froid de trois balles. Daquin et son équipe se rendent sur place. Leur rapport est contradictoire avec celui de l’équipe de la Sureté passée juste avant.

Dominique Manotti prouve encore une fois sa valeur dans le paysage du polar français. Cette grande Dame du Noir utilise sa formation d’historienne et illustre une situation actuelle à l’aide d’un événement passé, fût-il du passé récent. Elle démontre combien l’étude de l’histoire est une science importante qui peut nous éviter de refaire les mêmes erreurs. Je pense qu’il est inutile que j’illustre plus avant mes arguments.

Parler de la situation de l’Après-Guerre d’Algérie, positionner cette histoire dans un contexte éminemment compliqué et le rendre fluide au lecteur, c’était un pari qu’il fallait oser relever. Car comme à son habitude, elle entoure son personnage central (Théodore Daquin) d’une multitude de gens au second plan, qui mériteraient presque de figurer sur le devant de la scène. Ce qui est inédit à Marseille, c’est que la Sureté et la PJ se partagent un même local, appelé l’Évêché, d’où des relations et connivences entre les deux services aux hiérarchies différentes et souvent concurrentes.

La plus grande partie de l’intrigue se situe dans les services de police, et ils sont pléthore à Marseille. Pour bien commencer la lecture et positionner chacun à son poste, je conseillerai presque de lire la postface qui décrit les différences entre la Police Urbaine (de proximité), la Sureté (chargée des crimes locaux) et la Police Judiciaire (chargée des crimes nationaux ou de grande envergure).

Dominique Manotti va donc planter le décor dans un endroit où la situation est particulièrement tendue, voire explosive même si les exactions décrites dans le roman ont eu lieu partout en France. Ponctuant ses chapitres (courts, c’est une marque de fabrique made in Manotti) d’extraits de journaux, alimentant son histoire de faits divers et de personnages réels, l’effet n’en devient que plus immersif et passionnant.

Pour autant, je ne pense pas que l’auteure ait voulu pointer du doigt les violences policières, mais plutôt la faculté française à accuser les étrangers, ceux qui sont différents, de tous nos maux ; même si la situation à l’époque était particulière. Elle montre aussi l’aveuglement des politiques, l’asservissement des journalistes et les liaisons troubles entre la justice et la police. Elle nous démontre aussi d’une grande manière le racisme commun, celui que l’on entend tous les jours au coin de la rue.

Alors que le roman commence doucement, il faudra attendre une cinquantaine de pages et l’assassinat de Malek pour voir l’intrigue décoller. A ce moment-là, on voit les pièces de puzzle se mettre en place, la tension monter dans un suspense insoutenable. Car on ne sait pas si cela va se terminer bien ou mal, étant donné le nombre de crimes impunis dont on nous a parlé auparavant.

Autant vous dire que c’est tout de même un sacré pavé, 380 pages et que pour vingt euros, on en a pour son argent. Il faudra juste s’accrocher un peu avec le grand nombre de personnages que l’on suit, et prévoir plus d’une heure de lecture à la fin, car elle est haletante et il est impossible de faire une pause dans sa lecture. Avec ce nouveau roman, Dominique Manotti tient son rang et nous apprend un pan de notre histoire, qui nous appartient aussi, et qu’il nous faudrait bien remâcher pour éviter de faire les mêmes erreurs et répéter les mêmes crimes.

Or noir de Dominique Manotti (Gallimard Série Noire)

Les anglo-saxons appellent ça un prequel. Théodore Daquin, policier que l’on a adoré dans Sombre sentier, À nos chevaux ! et Kop (tous disponibles chez Rivages Noir), revient dans une enquête époustouflante. Forcément, il est plus jeune, il a 27 ans et plein d’illusions.

Ce roman se déroule entre le 11 mars et le 1er avril 1973. Théodore Daquin débarque dans une ville qu’il ne connait pas, Marseille. Quand il se présente au commissariat, on l’envoie sur une fusillade qui a eu lieu à la Belle de Mai. Il faut dire que depuis la chute de Guerrini, les morts tombent comme des mouches. L’un des morts s’appelle Marcel Ceccaldi, c’est l’un des hommes de Francis le Belge. C’est donc à nouveau un règlement de comptes.

Mardi 13 mars 1973, 3 heures du matin. Un couple sort du casino de Palais de la Méditerranée. Il a la cinquantaine, elle a la trentaine. Il lui remet le châle sur ses épaules. Une moto arrive, s’arrête. Un révolver est brandi, un coup de feu éclate, puis deux, puis cinq, puis dix. L’homme qui accompagnait la jeune femme vient d’être abattu de dix balles sans que celle-ci ne soit touchée. La moto repart.

La jeune femme est américaine et s’appelle Emily Frickx. C’est l’épouse de Michael Frickx, le directeur de la succursale européenne de CoTrade, l’une des entreprises de trading des matières premières. Le mort s’appelle Maxime Pieri. Ancien résistant, il a participé à la mise en place de l’Héroïne pour le clan Guerrini, puis s’est rangé pour créer une société de transport maritime. Alors que tout le monde veut faire passer ce meurtre pour un règlement de comptes, Daquin va mettre le doigt dans une affaire bien plus importante : le commerce du pétrole à quelques jours de la crise pétrolière.

Dominique nous démontre tout son savoir faire dans ce roman. Il n’y a strictement rien à dire du coté de l’intrigue, qui part d’un meurtre dans la ville de Nice, dans un contexte de guerre des gangs pour le trafic de drogue. Et déjà là, Dominique Manotti nous explique les dessous de ce trafic, avec les parrains qui sont des anciens de la résistance et qui ont pu développer leur marché avec la bénédiction des politiques. Jusqu’à ce que la CIA ne décide de financer ses opérations par la drogue. A ce moment là, la plateforme française fait tache d’huile, et c’est la chute de la French Connection.

Mais encore une fois, ce n’est pas là le sujet. Les chapitres alternent entre Daquin et Michael Frickx, ce dernier personnage nous dévoilant les dessous de la crise pétrolière et la décision de l’Iran à sortir de l’OPEP et à vendre par elle-même son pétrole. Dominique Manotti nous prend par la main et nous montre tout, sans exception : l’implication des politiques de certains pays, les services de police qui ferment les yeux à certaines exactions, les tankers pirates, le détournement d’argent, les montages financiers des sociétés et les paradis fiscaux. Et tout cela est connu mais on ferme les yeux puisque Pieri est une figure de la réussite des entreprises marseillaises.

Il serait injuste de réduire ce roman à un cours. C’est bel et bien un polar, un super polar bien construit, avec plein de personnages secondaires qui ne le sont pas. A la limite, on aurait aimé que Daquin soit plus convaincant pour que ce roman soit un coup de cœur. Ceci dit, un roman qui vous apprend plein de choses, en plus d’être un très bon polar, ça ne court pas forcément les rues. Merci Madame Manotti.

Ne ratez pas les avis de Lesièclebleu, et des amis Yan et Jean-Marc