Archives du mot-clé Torture

Béton rouge de Simone Buchholz

Editeur : L’Atalante – Fusion

Traducteur : Claudine Layre

Oyé, oyé ! Chastity Riley est de retour dans une nouvelle enquête, l’occasion de profiter de belles heures de polar, fouiller un autre pan de la société moderne et de partager sa vie et ses soucis de femme moderne. Après Quartier Rouge, Nuit Bleue, Simone Buchholz nous en fait voir de toutes les couleurs, retour dans le rouge avec Béton Rouge.

Alors qu’elle sort de chez elle, elle découvre une jeune cycliste qui vient de se faire renverser par une voiture. La police délimite le lieu de l’accident et elle se présente en tant que procureure. De toute évidence, il s’agit d’un délit de fuite. Elle ne peut rien faire de plus, la police judiciaire va bientôt arriver, alors elle rentre chez elle, sous l’œil morne de la lune.

La procureure générale Kolb l’appelle en plein milieu d’un café. Riley doit se rendre au pied de l’immeuble Mohn & Wolff, le plus gros groupe de presse de Hambourg, où on signale un homme enfermé dans une cage. Arrivé sur place, elle découvre un home en mauvais état, torturé et enfermé dans des cages dans lesquelles on met plutôt de gros chiens, avant de les emmener chez le vétérinaire.

Les flics qui protègent le périmètre indiquent que les gens crachaient sur l’homme. Riley va devoir faire équipe avec Ivo Stepanovic, du Département Affaires Spéciales. La victime se nomme Tobias Rösch, DRH de groupe de presse. Le mystère à résoudre ressemble à un choix : s’agit-il d’un acte sadomasochiste ou bien d’une vengeance ? Acte professionnel ou personnel ? Quand une deuxième victime est retrouvée et qu’il s’agit d’un directeur de groupe de presse, Riley et Ivo vont enquêter sur ce groupe.

Les personnages féminins récurrents ne sont pas nombreux dans la paysage du polar et pourtant, c’est toujours un grand plaisir de suivre leurs enquêtes ou aventures. Je citerai, pour celles que je connais, bien entendu Ingrid Diesel de Dominique Sylvain, Lisa Heslin de Jacques Saussey, Léanne Vallauri de Pierre Pouchairet. Ou le lieutenant Ferreira chez Eva Dolan.

Mais quand on lit un roman de Simone Buchholz, on pense tout de suite à sa cousine de caractère Ghjulia Diou Boccanera de Michèle Pedinielli. On retrouve cette même attitude de profiter de la vie, cette humanité envers les autres et cette ténacité dans les résolutions des enquêtes. On retrouve aussi cette même complexité chez ces deux jeunes femmes, qui ont besoin d’un mentor et de rencontres fortuites avec les membres du sexe opposé.

Tout cela pour vous dire que si vous avez aimé les romans précédents de Simone Buchholz, vous allez aimer celui-là. L’auteure a réussi à créer un personnage avec lequel on a une vraie intimité, un plaisir à la côtoyer ; Chastity devient une proche dont on partage le dégout du monde individualiste moderne et actuel. Et cette enquête lui donne l’occasion de plonger dans le monde des grandes entreprises et des licenciements pour faire plus de profit.

On retrouve donc les mêmes recettes que dans les précédents romans, et donc la même joie jouissive de parcourir ces 200 pages. Chastity va découvrir une issue inattendue à son enquête et subira même des déceptions voire des trahisons qui vont nous donner lieu à des aventures à venir encore plus passionnantes, professionnellement et personnellement parlant. Vous l’avez compris, je ne peux vous en dire plus, sous peine de déflorer l’intrigue. Donc il ne vous reste plus qu’une seule option : courir acheter le livre et le dévorer.

Et même si ce livre peut se lire indépendamment des autres, je vous conseille de lire Nuit Bleue auparavant.

Broyé de Cédric Cham

Editeur : Jigal

J’avais bien aimé Le fruit de mes entrailles, son précédent roman. Il me fallait découvrir une autre facette du talent de ce jeune auteur, dont on a tant parlé sur la toile. N’hésitez pas une seconde, courez acheter ce roman brutal.

Christo est un homme taiseux, solitaire qui traîne sa colère comme un boulet. N’étant pas particulièrement intelligent ni cultivé, il se contente de se taire pour ne pas utiliser de mauvais termes. Il a la chance de trouver un emploi dans une casse automobile. Cela lui permet de travailler sans être obligé de fréquenter qui que ce soit. Un soir, il rencontre des jeunes qui transportent à l’arrière d’une voiture un chien torturé. Après une discussion animée (c’est le moins que l’on puisse dire), il le sauve d’une mort certaine. Il l’appellera Ringo et deviendra son unique et fidèle compagnon. Puis il rencontre Salomé …

Mathias a 14 ans quand il décide de faire une fugue, pour éviter les coups assénés par ses parents. Il se réveille dans une cage minuscule après un kidnapping dont il a du mal à se rappeler. Un homme à la taille démesurée lui donne à manger et à boire, juste de quoi subsister. Puis, il lui annonce qu’il va le dresser. Petit à petit, Mathias va devenir une bête aux ordres de son maître. Petit à petit, jour après jour, il va devoir mériter sa pitance, jusqu’à entrevoir un bout du tunnel : la raison pour laquelle il est enfermé là.

Si on retrouve le style factuel et haché de Cédric Cham, la progression par rapport au roman précédent est phénoménale. L’auteur a expurgé les descriptions, les décors, les dialogues, pour se concentrer sur les personnages et leurs réactions. Et le fait de laisser le lecteur imaginer et réagir voire créer l’intrigue est d’autant plus efficace que l’histoire est brutale, inhumaine, viscérale.

En suivant les deux itinéraires alternativement, on reste suspendu à la vie de ces deux personnes et aux événements qui vont leur survenir. Ceux concernant Christo vont nous montrer un personnage reclus, renfermé sur lui-même, évitant tout contact étranger et le choc de sa rencontre avec Salomé. Ceux concernant Mathias sont durs, violents, et vont se concentrer sur le ressenti du jeune garçon, en étant rythmé de façon factuelle par le nombre de jours de captivité en tête de chapitre.

Cette forme est remarquable d’efficacité, opposant finalement les deux personnages, l’un étant asocial, proche d’une bête sauvage apeurée, l’autre étant innocent, avide de vivre et devenant une bête sauvage. Plus le roman avance, plus Cédric Cham va nous montrer les transformations en nous donnant petit à petit des clés pour, non pas comprendre, mais pour s’assurer que l’on est toujours au bout de l’hameçon. Car, en évitant le gore, et en centrant son roman sur l’aspect psychologique intime des personnages, c’est bien nous qu’il tient au bout de sa ligne.

C’est d’autant plus remarquable que le style se marie magnifiquement avec l’histoire. Et que je n’ai pas vu venir la chute avec les dernières dizaines de pages. Creusant des thèmes tels que l’humanité, les relations familiales, mais aussi la communication sociale, Cédric Cham nous offre un roman noir, sale, brutal, avec deux personnages que l’on n’est pas prêt d’oublier. Une surprenante et excellente réussite sur un sujet bien casse-gueule.