Archives du mot-clé Tueur à gages

Rouge parallèle de Stéphane Keller

Editeur : Toucan

J’ai un peu de mal à croire, après avoir tourné la dernière page de ce roman, qu’il s’agit d’un premier roman. Certes, l’auteur est un scénariste chevronné, pour la télévision et le cinéma. Mais de là à écrire un tel roman, il y a un pas. Et vous savez mon aversion vis-à-vis des films contemporains. Nous sommes dans un roman, un vrai roman, un grand roman, qui nous fait revivre les années 60 et en particulier l’année 1963.

3 janvier 1963. Son passeport le désigne comme un Corse, nommé Vincent Cipriani. Ancien di 1er REP, clandestin de l’OAS, il se nomme en réalité Etienne Jourdan. Il est accoudé au comptoir du café de la Tour de Nesle, dans l’anonymat le plus complet et est recherché par toutes polices de France. Son premier meurtre, ce fut un soldat allemand, le jour de ses 17 ans. Entré dans la maquis, il a participé à la libération, puis partit en Indochine, puis passerait par l’Algérie.

En sortant du café, il tombe sur deux jeunes flics. En fuyant, l’un d’eux, Norbert Lentz, glisse sur un toit, se retient à une gouttière. Jourdan va le sauver, mais va se faire arrêter. Après son interrogatoire, il va être transférer par fourgon, et un groupe de soldats va organiser son évasion. Le groupe est dirigé par un américain, le colonel Hollyman, qui fait officiellement partie de la CIA. Hollyman va fuir la France avec Jourdan, après s’être assuré qu’il accomplirait la mission secrète qu’il a à lui confier.

Hollyman est ce qu’on pourrait qualifier de pédophile psychopathe. Il a toujours eu des problèmes avec les femmes. Pour autant, il n’aime pas les hommes non plus. Il a toujours aimé les jeunes filles. Alors qu’il était soldat dans l’armée, détaché en Allemagne, il avait tué et violé une jeune fille de 12 ans, et avait connu sa plus grande jouissance. Mais personne ne connait sa part sombre, et on lui confie toujours des opérations délicates.

Norbert Lentz, le jeune policier, est âgé de 23 ans. Marié, père d’un bébé, il vit une vie tranquille avec sa femme Denise. Lors d’une de leur sortie au cinéma, elle est bousculée par un beau jeune homme, de type italien, et leur complicité est immédiate. Ils s’enferment dans les toilettes et font l’amour debout. Denise aime le sexe avec les inconnus et Norbert ne se rend compte de rien. Mais ce beau jeune homme pourrait changer leur vie à tous les deux.

Ah, les années 60 ! Les années bonheur, les années folles, les années yé-yé. Vu d’aujourd’hui, on peut éprouver de la nostalgie pour une époque où il y avait le plein emploi, où les gens savaient s’amuser et où les seuls souvenirs qui nous arrivent sont peuplés de fleurs et de sourires. Je ne vous cache pas que ce n’est pas complètement ce que Stéphane Keller nous décrit ici. Rouge parallèle, c’est la couleur du sang, qui va servir de trace de deux itinéraires, celui de Jourdan et celui de Lentz.

Dès le début du roman, le ton est donné et le parti-pris de l’auteur clairement affiché. Nous allons avoir la description d’une société qui n’a pas oublié la deuxième guerre mondiale et qui est embringuée dans des conflits locaux qui impliquent les plus grandes puissances mondiales. A travers ces deux personnages, Hollyman étant un peu en retrait comme un catalyseur, Stéphane Keller nous décrit deux pays en proie aux ressentiments et aux alliances de circonstance, aux grandes trahisons et aux grands mensonges.

Avec une belle lucidité, la France est montrée comme une nation dirigée par un personnage omnipotent, régnant sur la politique, la police et la presse, passant au travers d’attentats et ayant construit son pouvoir entre fascisme et communisme, en piochant un peu de ci, un peu de là. Les Etats Unis en sont au même point, ayant mis au pouvoir un homme porté par l’argent de la mafia et tournant le dos aux agences gouvernementales pour afficher son grand sourire devant les médias.

Deux hommes vont traverser cette période charnière, cette année 1963 qui va changer le monde, qui va faire atterrir le peuple et lui rappeler que nous ne vivons pas dans un monde de Bisounours. Ces deux hommes ont perdu leurs illusions et avancent comme des spectres, semant les cadavres comme autant d’appels au secours du monde. Je ne suis pas en train de défendre ces deux figures qui vont tenir le roman au bout de leurs armes, mais juste essayer de vous donner envie de lire ce formidable roman.

Passant de Jourdan à Lentz, sans avoir de schéma établi, Stéphane Keller écrit là un roman qui doit lui tenir à cœur tant il y a mis de la passion, une passion qu’il nous transmet au travers de ces presque 400 pages, sans que l’on n’y ressente une once de lassitude. L’histoire est racontée avec une telle évidence, avec une telle fluidité qu’on ne peut qu’être ébahi devant le talent brut et époustouflé par cette histoire dans l’Histoire. S’il y avait sur Black Novel une palme du meilleur premier roman 2018, Rouge parallèle l’obtiendrait haut la main.

L’ami Claude a donné un coup de cœur à ce roman. Ne ratez pas son avis ici

Publicités

Le Parisien de Jean-François Paillard

Editeur : Asphalte

On a plutôt l’habitude de lire des romans sud-américains chez Asphalte, ou du moins des romans d’origine hispanique. La curiosité et l’attente est donc grande quand Asphalte propose un roman français, qui plus est un premier roman.

Il se fait appeler Narval. Son métier est d’assurer la sécurité de certaines personnes, et parfois de réaliser quelques extras en tant que tueur à gages. Il ne dit pas son âge, mais approche doucement de la cinquantaine. Ancien militaire, il a arpenté le monde, partout où il y a avait des combats, du Congo à l’Irak, de l’Afghanistan à l’ancienne Yougoslavie. Dans le désert, il faisait équipe avec Giorgi.

C’est Giorgi qui l’a recommandé pour ce travail. Narval débarque à Marseille à une semaine du Classico Marseille – PSG. Après avoir pris possession de sa chambre (prépayée), il doit se rendre au Tahiti pour connaitre sa mission. Il est accueilli par le directeur de l’établissement, José Battisti et fait la connaissance du secrétaire particulier du maire, Bertrand Dubreuil, ainsi que des services de police municipale.

On lui présente la photo de Karim Drili, qui règne en maître dans les cités de la Castellane grâce au trafic de drogue. Drili est soupçonné d’avoir tué un jeune mineur et menace le maire de mort car le maire veut abattre les tours de la Castellane. Sa mission s’il l’accepte sera de protéger le maire. Quand il rentre à son hôtel, des hommes lourdement armés sont dans la chambre. Il semblerait que Narval soit tombé dans un beau traquenard.

Sur un thème classique, Jean-François Paillard utilise la rivalité entre Parisiens et Marseillais pour dérouler son intrigue et nous livre donc un roman d’action efficace. Narval se retrouve donc dans une ville qu’il ne connait pas et tout cela est décrit comme s’il se retrouvait au milieu de la jungle, dans un environnement hostile. D’ailleurs l’auteur ajoute des passages qui reviennent sur le passé de Narval, mettant en parallèle la situation actuelle à Marseille avec les combats sur le front de la guerre.

Si le roman laisse penser que Marseille est une ville mafieuse où rien n’est sous contrôle, je pense que l’auteur a surtout voulu mettre en évidence un soldat qui, après être revenu de la guerre, retrouve un contexte identique dans la société dite en situation de paix. La vie à Marseille ressemble au front, du moins c’est comme ça que Narval prend ce qui lui arrive. On se retrouve donc avec un thème plus proche de Premier sang de David Morell (qui a donné Rambo au cinéma) ou L’année du dragon de Robert Daley (roman dispensable mais film génial de Mickael Cimino) que d’une description de la corruption marseillaise à tous les niveaux.

Si je retiendrai une belle visite de la ville de Marseille et une belle efficacité dans les scènes d’action, certaines descriptions ont tendance à être un peu longues et m’ont fait sortir la tête du roman. Par contre, la fin est géniale et laisse à penser qu’il pourrait y avoir une suite … ou pas. Énigmatique fin, qui du coup, m’a fait réaliser que j’aurais eu une attirance envers ce roman, comme une addiction et que j’aimerais bien y retourner, dans ces pages. C’est donc un bon roman, qui a un goût de Reviens-y !

Protocoles fatals de Fabrice Pichon

Editeur : Lajouanie

Décidément, les auteurs que je suis, dont je lis tous les livres ont décidé de me surprendre. C’est une nouvelle fois le cas avec ce nouveau roman de Fabrice Pichon, dont j’avais adoré pludeproblèmes.com en particulier (coup de cœur Black Novel).

Mai 1995, Cannes. Ils sont beaux, ils sont jeunes, ils s’aiment. Ils sortent d’un repas chez des amis. Un homme caché dans l’ombre d’un porche les surveille. L’homme n’aime pas intervenir sans préparation, mais il n’a pas le choix, cela doit se faire aujourd’hui. Les deux jeunes gens s’embrassent, font l’amour sur un banc de la Place de Castres. L’homme les vise de son pistolet, mais le jeune entame une bagarre à main nue. L’homme tire deux balles sur la femme, et décoche un uppercut au jeune qui bascule par-dessus une rambarde. La jeune femme s’appelle Lisbeth Rétif et est emmenée d’urgence à l’hôpital.

Juin 2018, Cannes. Maître Olivier Banette n’en croit pas ses yeux et doit annoncer la nouvelle à Lisbeth, sa cliente : son assassin va être libéré malgré une condamnation de 30 ans. En effet, après quelques mois de coma, Lisbeth s’est réveillée, vivante mais paralysée. Elle avait tout perdu, son amant, son enfant qui n’était qu’un embryon de deux mois. Elle avait bien refait sa vie avec Christophe, mais c’était une autre vie. C’était grâce à la détermination du commissaire Acquatella et à Banette qu’ils avaient mis la main sur Vincent Reître, ancien légionnaire et employé comme tueur à gages. Quand Lisbeth sort, Banette est enclin à aider la jeune femme et amie. Il ressort une carte de visite de la société Dassin Spa, domiciliée à Lugano  en Suisse. Son activité : Se débarrasser sans traces de personnes gênantes.

Moi qui ai lu presque tous les romans de Fabrice Pichon, depuis son premier (Vengeance sans visage) jusqu’à son précédent (Retours amers), je dois bien dire que ce roman s’annonce comme un grand coup de balai dans sa bibliographie. En tous cas, il y a une volonté de faire autre chose, de s’essayer à un nouveau genre, et de surprendre son lectorat. Car il n’y a aucun point commun entre ses romans policiers et ce Protocoles fatals. Aussi surprenant qu’il puisse être, c’est une franche réussite.

Changement de genre d’abord : Nous étions habitués à des romans policiers, pour la plupart ancrés dans la Franche Comté, avec des personnages de flics féminins d’une force dépassant les hommes, des personnages craquants. Nous nous trouvons ici face à de nombreux personnages, chacun évoluant dans un décor différent qui va de Cannes à la Suisse en passant par Dijon, et chacun venant poser sa brique de mystère dans cette intrigue.

Changement de genre ensuite : Alors que nous étions habitués à des romans policiers versant doucement dans le thriller (pour certains), nous sommes ici avec un polar costaud et une intrigue redoutablement retorse. De fait, la longueur du roman s’en ressent, passant de 400 pages à 200 pages. Et cela ressemble bien à un condensé de ce que sait faire Fabrice Pichon.

Changement de style enfin : Qui dit moins de pages, dit style moins littéraire, plus direct. Là encore, l’auteur nous surprend par sa facilité à peindre un décor avec moins de mots, à tailler dans le gras des dialogues pour ne garder que la moelle, et à insérer dans son récit une sorte non pas de rapidité mais d’urgence, de tension, poussant le suspense à son extrême, n’hésitant pas à jouer avec les nerfs du lecteur.

Complètement surprenant, Fabrice Pichon casse nos habitudes avec ce roman de suspense au scénario machiavélique. Il réussit un roman terriblement prenant et suffisamment immersif pour que l’on y croie et que l’on n’ait pas envie de s’arrêter de tourner les pages. Et je reprends d’ailleurs la conclusion de l’Oncle Paul : ce roman à suspense, fait de multiples tiroirs au contenu inattendu, m’a paru être un véritable hommage aux deux grands auteurs de ce genre, à savoir Boileau et Narcejac.