Archives du mot-clé vengeance

L’aigle des tourbières de Gérard Coquet

Editeur : Jigal

Je suis passé au travers de Connemara Black, son précédent roman, alors la lecture de ce roman fait office de session de rattrapage. Je vous propose de partir à la découverte d’un nouvel auteur : Gérard Coquet.

L’action débute en 1981, en Albanie. La dictature d’Enver Hoxha est en bout de course. Les prétendants à la prise du pouvoir sont nombreux. Il n’empêche que ce dictateur, au pouvoir depuis la fin de la deuxième guerre mondiale fait des envieux. Susan Guivarch, membre du PCOF, débarque là-bas pour faire une interview du chef suprême, accompagnée de son fils Robert, dit Bobby.

Cela fait un an qu’elle attend son entrevue : on lui explique qu’elle doit s’imprégner de la culture albanaise. Elle obtient enfin un rendez-vous avec le ministre Carçani. Il lui annonce que le Numéro 2 du régime vient de se suicider et que dorénavant, c’est lui qui lui servira d’intermédiaire. Mais le guide et amant de Susan, Bessian Barjami, sait que l’on ne se suicide pas d’une balle dans le dos. Ils doivent fuir l’Albanie au plus vite, aidés par un contrebandier Zlatko.

Irlande, 2015. Ciara McMurphy est convoquée dans le bureau de son chef. Elle pense qu’elle va se faire renvoyer, mais elle est accueillie par des représentants du MI6 et d’Interpol. On lui demande de mettre la main sur un terroriste international, Bobby le Fou, dit Bobby McGrath, dit Robert Guivarch. La première piste est un corps retrouvé dans une tourbière, sans mains, et broyée par une pelleteuse. Ce n’est que le début d’une macabre série.

Ce roman est surprenant dans sa forme, puisque divisé en deux parties. D’aucuns auraient fait des allers-retours entre le passé et le présent. Gérard Coquet préfère placer sa première partie de 90 pages en Albanie avant d’installer l’intrigue de son polar en 2015. Et autant dans la première partie, on a plusieurs personnages à suivre (Susan, Bobby, les militaires du gouvernement), autant la deuxième partie se concentre sur Ciara.

Et les deux parties sont déroulées selon deux modes de narration différentes : une course poursuite tout d’abord en Albanie, puis une enquête sous couvert de complot, d’espionnage en Irlande. Cela peut donner l’impression d’avoir deux livres pour le prix d’un, ce qui est le cas. Ce qui est sûr, c’est que Gérard Coquet réussit le pari de nous plonger dans deux espaces temps différents, deux lieux géographiques différents et deux genres différents avec à chaque fois la même facilité. Car dans les deux cas, on retrouve la même sécheresse de ton avec un style rêche, âpre.

On ne peut s’empêcher de comparer aussi les ambiances des deux parties : l’air est étouffant, l’ambiance est menaçante, la loi du Kanun albanais (œil pour œil, dent pour dent) fait qu’on ne peut se fier à personne ; en Irlande, le climat est humide et froid, le rythme de la narration y est plus élevé, mais le mystère entourant cette enquête est pesant. On a la sensation que l’on ne nous dit pas tout, qu’on se fait manipuler pendant que le nombre de cadavres augmente sérieusement.

Tout ceci donne un roman au style indéniablement irlandais, et un polar costaud, réussi dans la forme, même si j’ai plus apprécié la deuxième partie, parce que j’ai pu me reposer sur un personnage central fort. C’est un polar qui insiste sur les lois ancestrales implicites, dures, violents et sanglantes, que nous, européens ne pouvons que difficilement appréhender. Et c’est un excellent sujet pour un polar, empli de trahisons, de vengeances et de sang. Après cette lecture, je sais qu’il ne me reste qu’une chose à faire : lire Connemara Black pour retrouver Ciara dans sa première enquête.

Ne ratez pas les avis de Psycho-Pat et de mon ami Jean le Belge

Publicités

Espace Bob Morane : Le cycle de l’Ombre Jaune 4

Le châtiment de l’Ombre Jaune d’Henri Vernes

Editeur : Marabout – 1959

J’ai lu beaucoup d’aventures de Bob Morane quand j’étais au collège, peut-être une centaine, et j’en ai gardé un souvenir extraordinaire. Il fallait bien que je me limite dans les centaines de romans publiés et donc j’ai choisi le cycle de l’Ombre Jaune tel qu’il est décrit dans Wikipedia, soit 23 romans.

Suite à la disparition de Bob Morane dans la précédente aventure, Bill Ballantine a décidé de traquer l’Ombre Jaune. Jack Star, un ami journaliste, lui a confié une énigme juste avant de mourir. Le voici donc à Rangoon, en Birmanie, pays en proie à la guerre civile entre les troupes gouvernementales, les brigands et les Drapeaux Verts, sorte de milice qui veut rétablir l’ordre.

Dans le salon du Strand Hotel, un serveur annonce un message pour Bill Ballantine, alors que personne n’est sensé être au courant de sa présence. Le message lui donne rendez-vous le soir même sur l’escalier de la pagode des Nats, dans un quartier malfamé. Effectivement, ce sont des dacoïts qui l’attendent. Heureusement, un personnage mystérieux, un lépreux aveugle, vient lui porter main forte avant de disparaître. Au niveau de la dixième statue, une vois lui propose de se rendre à Mandalay, dans les terres, pour poursuivre son aventure.

Ce roman-là, je l’avais lu. Le relire m’a comblé de joie. C’est une aventure où Bill Ballantine est le personnage principal et le seul héros. Et dans cette aventure, qui se déroule dans un pays en guerre, Bill va poursuivre sa quête envers et contre tous. Ce qui fait que l’on ne sait jamais qui est gentil et qui est méchant dans cette histoire. A chaque fois qu’il se croit sauvé, et qu’il peut prendre la route sereinement, il retombe dans un nouveau piège.

C’est donc une aventure en forme de jeu de piste, avec de nombreux rebondissements, des retournements de situation et des scènes d’action écrites de façon très littéraires. Si on peut penser que le style a quelque peu vieilli, je dois dire que je me suis surpris à me dire que certains passages, dans la jungle en particulier, était bien écrits. Et puis, je suis étonné de l’imagination d’Henri Vernes pour créer les décors. Une excellente aventure en somme.

Dans le livre que j’ai lu, édité par Marabout Junior, l’accent est mis sur les serpents, puisque Bill Ballantine  va en rencontrer beaucoup au cours de son aventure. On nous détaille donc les quatre grands groupes de serpents, avant de se concentrer sur les races venimeuses, à savoir le cobra, la vipère et le crotale et les mocassins. De quoi enrichir sa culture en s’amusant !

Les romans chroniqués sur le duel entre Bob Morane et L’Ombre Jaune sont :

La couronne de Golconde

L’Ombre Jaune

La revanche de l’Ombre Jaune

Si je meurs avant mon réveil … de Philippe Setbon

Editeur : AO éditions

C’est totalement par hasard que je suis tombé sur le dernier polar de Philippe Setbon. Depuis que je l’ai découvert grâce aux éditions du Caïman, je ne peux qu’être fervent de ses scénarii tordus et vicieux. C’est encore le cas ici.

Josée Vallée dit Jo débarque à Biarritz auréolée de sa chevelure de feu. La première chose qu’elle fait est d’enlever sa doudoune et d’aller prendre une bière au bar en face de la gare. John Fitzsimmons, Fitzie pour les intimes, la remarque aussitôt et lui paie un verre. Son plan drague est un peu trop voyant et elle le plante là, alors qu’il lui proposait de l’aider et de l’héberger en tout bien tout honneur. A force de se côtoyer, Fitzie va proposer à Jo un travail de serveuse chez des amis, Lucille et Louis « le gros loulou » qui tiennent un restaurant près des halles.

C’est dans un vieux grenier que l’on a retrouvé la pince du grand-père Victor. De la forme d’un sécateur, avec un grand clou à son extrémité, cet outil forgé des mains du « vieux » servait à tuer les animaux et à les dépecer. Victor, avant de mourir, a raconté pour la seule et unique fois à son petit-fils comment il a inventé et réalisé son outil, comment il l’a utilisé pendant la deuxième guerre mondiale contre les Allemands et tous ceux qui les ont aidés. Victor appelait cela « aller aux champignons ».

C’était un an plus tôt. Un an avant la dégringolade. Une année avant la chute libre jusqu’au fond des abysses. Elvire Gallia était alors capitaine des forces de police. Ce matin-là, elle reçoit un coup de fil de son jeune lieutenant, Rodolphe Noro. Il lui annonce que le corps d’Alice Julienne vient d’être atrocement découpé dans une forêt proche de Biarritz. Alice était la meilleur amie d’Elvire, sa seule amie.

Autre temps, autre lieu. Il y a la petite Marie, 10 ans. En ce 31 décembre 2000, alors que tout le monde craint et attend le bug, elle attend sa mère. Elle a prévenu qu’elle allait arriver plus tard. Elle s’endort tard, et est réveillée par des voix : celle de sa mère et celle d’un homme. Elle se cache sous le lit de sa mère et malheureusement pour elle, elle va entendre sa mère se faire tuer et découper. Elle sera ensuite élevée par son oncle.

On a l’habitude de lire des scénario diaboliques de la part de Philippe Setbon, celui-ci n’échappe par à la règle. Menant son intrigue sur quatre fronts, il nous malmène et nous emmène des années 40 à nos jours, passant d’un personnage à l’autre, d’une époque à l’autre. C’est fait avec une maestria remarquable puisque, malgré la complexité de sa construction, cela se lit très facilement.

Et quand je dis que cela se lit très facilement, je devrais dire qu’on ne peut pas s’arrêter. Une fois que l’on a compris à quelle sauce Philippe Setbon va nous cuisiner, une fois qu’on a intégré chaque personnage, chaque lieu, chaque tems, et chaque psychologie, on en redemande, en se demandant où il va bien nous emmener. Et je suis sur que vous mourez d’envie de savoir … eh bien, je ne vous dirai pas !

J’adore les chapitres courts, j’adore la fluidité du style et j’adore ce scénario diabolique, à la limite vicieux sans description macabre ou sanguinolente qui ne soit nécessaire, j’adore ces dialogues remarquablement bien faits, et le visuel de chaque scène qui me fait dire que cela devrait faire un bon film ou une bonne série. J’adore ce roman pour ce qu’il est : un excellent divertissement.

Le fruit de mes entrailles de Cédric Cham

Editeur : Jigal

Je sors d’une période où mes choix de lecture ont été peu judicieux (et je suis gentil). Ne comptez pas sur moi pour donner des titres ou des auteurs, ces romans n’étaient pas en adéquation avec mes goûts. Entre parenthèses, mes amis m’ont dit que j’étais trop exigent. Alors, je me suis tourné vers Jigal. Il y avait un roman que je n’avais pas lu de sa production 2018, le voici.

Simon Vrinks purge sa lourde peine de prison en toute solitude. Spécialiste des attaques à main (s) armée (s) de fourgons, il a été dénoncé par un collègue. Ce matin-là, on lui annonce une visite : sa femme Héléna vient lui annoncer que sa fille a été retrouvée morte. Les mutilations que comporte le corps indique qu’elle a été torturée avec d’être jetée à l’eau. Pour lui, c’est une évidence, il doit s’évader pour retrouver le coupable.

Amia a quitté sa famille et s’est retrouvée dans les griffes de la prostitution. Dimitri, son proxénète, est un homme sans pitié. Elle n’ose même pas lui dire qu’elle est malade, se retrouve à vomir sans explication. En en parlant avec la jeune femme avec qui elle partage une minuscule chambre, elle se rend compte qu’elle est fort probablement enceinte. Elle gardera le bébé. Il ne lui reste plus qu’à fuir.

Alice Krieg est capitaine de police. Elle sait se faire respecter dans ce monde d’hommes. Elle aussi porte ses cicatrices qu’elle sait fort bien cacher. En particulier, le fait de ne pas avoir connu son père lui a permis de se forger une carapace, à l’abri des émotions. C’est elle qui prendra en charge la traque de Vrinks. Quand elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer, son travail va constituer sa fuite de la réalité.

Si vous avez lu mon résumé, vous vous rendez compte que l’on est dans un domaine très largement traité dans le monde du polar. La fuite, la traque, le remords, les liens familiaux, la loyauté, ce sont autant de thèmes que l’on a déjà lu et relu. Je ne vais donc pas vous faire croire que le sujet est nouveau, mais plutôt en quoi ce roman s’avère un roman intéressant et en quoi il vaut le détour.

Le parti pris de l’auteur est de partir d’une situation simple, limpide et sans équivoque. Un truand décide de venger la mort de sa fille. Une prostituée se retrouve enceinte. Une policière doit traquer le truand. Mais ce roman ne fonctionnerait pas sans la force insufflée aux personnages, sans la psychologie simple mais tellement efficace qui est juste esquissée lors de scènes remarquablement bien faites. Et c’est bien parce qu’ils ne sont jamais totalement bons ou totalement méchants qu’on y croit. Ces personnages-là, on y croit parce qu’ils sont vrais, parce qu’ils sont beaux, parce qu’ils sont humains.

Le deuxième argument tient au respect des codes du polar. On y trouve un héros, une femme, une course poursuite, le copain de toujours ami jusqu’à la mort. Tous ces codes sont réactualisés, remis dans un contexte actuel, et tout se tient très bien. Ce roman se lit très bien, les situations se suivent fort logiquement, et la fluidité du style en fait une lecture très agréable. Il est à noter tout de même que la fin est remarquablement bien réussie, et noire bien entendu, avec une toute petite lueur d’espoir.

Et ce que j’ai apprécié par-dessus tout, c’est ce style direct, rapide, construit autour de chapitres courts, qui donnent une belle célérité au roman. La prose de Cédric Cham répond à un besoin d’urgence qui me faisait défaut lors de mes lectures précédentes. Les émotions passent à travers les actions et attitudes des personnages. Ce n’est pas bien nouveau mais c’est remarquablement bien fait. En fait, ce roman remplit ses objectifs : offrir un très bon divertissement noir, dans la pure tradition du polar.

Ne ratez pas les avis d’Yves, Delph; Sonia; Annick; Laulo; et Psycho-Pat

La chronique de Suzie : Les 7 jours du Talion de Patrick Senécal

Editeur : Fleuve Noir

Bonjour amis lecteurs. Me voici de retour à la surface. Je suis remontée car une drôle de musique est parvenue jusqu’à moi. L’entendez-vous.? Elle est plus forte à ce niveau. Ça fait « Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, … »

Mais, bien sur. Aujourd’hui est un jour important dans la vie de notre hôte. C’est le jour de son anniversaire.

Donc permettez-moi de souhaiter un joyeux anniversaire à Pierre. Que cette nouvelle année lui propose de nombreux bonheurs littéraires et surtout des coups de cœur extraordinaires.

Du coup, je vais profiter de cette sortie inopinée pour vous parler de ma dernière lecture : « les 7 jours du talion » de Patrick Senécal.

Patrick Senécal, pour ceux qui ne le connaissent pas, est un auteur québécois qui possède une vingtaine de livres à son actif. Celui-ci est le cinquième à être publié en France (semblerait-il). Mais, ce roman a été publié en 2002, puis réédité en 2010 au Canada. La réédition correspond à l’adaptation du livre en film, scénarisé par l’auteur, sous le même titre avec quelques différences entre les deux supports.

Mais, retournons au livre, et en particulier vers la couverture. La couverture canadienne du format poche est très explicite. On y découvre un jeune homme blond, tête penchée, attaché à des chaines, au plafond par les poignets et un homme, de coté, dont on n’aperçoit qu’une jambe et un bras portant une masse. La couverture française est beaucoup plus sombre et plus sobre. Elle va jouer sur l’implicite au niveau des couleurs. Le titre est mis en avant avec une police orangé sur un fond sombre représentant une forêt et une maison. L’ensemble projette une ambiance de terreur et d’horreur. Les deux couvertures font leur effet et atteignent leur objectif.

Au niveau du synopsis, celui-ci est simple. Ce sont les implications et les conséquences qui vont se révéler complexes.

Lorsqu’il constate l’assassinat de sa fille unique Jasmine, à la sortie de l’école, Bruno Hamel, quadragénaire, chirurgien, voit son monde basculer. Incapable de pleurer, il essaie de faire son deuil. Jusqu’au moment où il apprend que son assassin a été arrêté. A partir de ce moment, Bruno Hamel va tout mettre en œuvre pour kidnapper ce « monstre ». Il va l’emprisonner et le torturer pendant sept jours jusqu’à sa mort, le dernier jour. Ira-t-il jusqu’au bout?

L’histoire va être structurée en huit parties. La première qui détaille la cause, le plan et l’enlèvement. Les sept autres correspondront à chacun des jours du décompte. Le synopsis va tourner autour de Bruno Hamel mais également d’un autre personnage qui est le sergent-détective Mercure. Ce dernier peut être considéré comme son alter-ego. A tour de rôle, ces deux personnages vont exprimer leurs pensées ainsi que leurs doutes. Ils ont un point commun qui les rapproche mais ils ont pris des directions différentes. Enfin, le fait de kidnapper et de torturer un « monstre » va engendrer des problèmes sociétaux. Faut-il considérer ce personnage comme une victime et déployer toutes les forces possibles ou laisser la justice personnelle s’en charger. Dans quel camp, vous rangeriez-vous? Et, si on laisse dériver, est-il encore possible de parler de justice?

Le personnage de Bruno Hamel est un personnage troublant car il ressemble à monsieur tout le monde, avec certes, plus de moyens. Mais, il est un père aimant qui ferait tout pour sa fille unique, ayant des émotions et pas aussi calme que l’on pourrait l’envisager. Il a également un coté impulsif qui apparaît sous certaines conditions. Après avoir appris le nom du meurtrier, il va se conditionner pour pouvoir accomplir ce qu’il pense devoir être fait. On a l’impression d’être face à un robot méthodique, sans émotion, qui suit le programme qui a été prévu pour lui.

Des failles vont apparaître lors de l’humanisation du « monstre ». C’est pour cela qu’il ne veut connaitre aucun renseignement sur sa victime. Enfin, bien que son plan soit axé sur la torture physique, il va découvrir que la torture psychologique est tout aussi gratifiante et synonyme d’horreur. L’espoir peut vous entraîner en enfer.

L’autre figure forte de ce roman est le sergent-détective Mercure. Celui-ci a tendance à compiler les informations qu’il récolte et à tomber juste, assez souvent. Il est calme et prend son temps pour comprendre. Il ne se précipite pas. Il a un profil similaire à celui de Bruno Hamel mais en restant humain. D’autres protagonistes secondaires vont faire avancer l’histoire dans un sens ou dans un autre, prendre parti pour un camp ou l’autre. Rien n’est blanc ou noir. On a juste une sélection de gris. Enfin, il y a une œuvre artistique qui va jouer un rôle important dans cette histoire et expliquer certains points. Laquelle? Je peux juste vous dire qu’elle est immense et que le fait de la voir est impressionnant et déconcertant.

Lorsque j’ai commencé à lire ce livre, bizarrement, l’histoire d’un film est apparue à mon esprit : « Prisoners » de Denis Villeneuve qui est également un film québécois. Quelle attitude adopterions-nous dans ce cas de figure? Je ne sais pas. Il y a une phrase dite par un personnage qui expose les différents types de monstres. Je vous laisse le plaisir de la découvrir dans son contexte original.

La question que se pose ce livre est de savoir si le personnage de Bruno va aller au bout de ses convictions ou s’il va s’arrêter avant, pris de remords ? Qu’est ce que la culpabilité, comment l’assumer? Comment vivre après un tel traumatisme? Un deuxième point va être également traité : la déshumanisation du monstre. Dans les différents films ou épisodes de séries ainsi que les livres que j’ai vu ou lu (dans la réalité, je ne sais pas si c’est le cas), on vous explique que le fait d’appeler une personne par son nom, sa qualité permet de l’ancrer dans un contexte précis et de ne pas la considérer comme une chose. Dans le cas de ce livre, le protagoniste principal fait l’inverse. Pourquoi à votre avis? Enfin, une des clés qui permet de comprendre le comportement de Bruno est représentée par un autre personnage … Je n’en dis pas plus.

C’est un livre que j’ai lu d’une traite. Le personnage de Bruno est une personne lambda qui pourrait être n’importe quel quidam. Mais, le cerveau humain peut entraîner des comportements erratiques lorsque celui-ci est soumis à un très fort traumatisme. On n’est pas égaux devant les traumatismes et la psyché se protège comme elle peut, quitte à accomplir des actes ignobles. Que feriez-vous à sa place?

Sur cette conclusion, je retourne à mon antre en souhaitant de nouveau un joyeux anniversaire à mon cher hôte. Je reviendrai prochainement avec une nouvelle lecture. A bientôt.

Artifices de Didier Fossey

Editeur : Flamant Noir

Après le choc du précédent roman de Didier Fossey, Burn-out, son petit dernier faisait office de lecture obligatoire pour moi. Nous retrouvons donc Boris Le Guenn et son équipe pour une nouvelle enquête compliquée à souhait.

Ce roman s’appuie sur trois piliers, trois histoires qui petit à petit vont se rejoindre. La première concerne un tueur qui a été jugé non responsable de ses actes et qui se retrouve enfermé dans un asile psychiatrique. De 2013 à 2015, il va fomenter sa sortie en montrant aux docteurs qu’il est guéri, alors qu’il ne prend plus les pilules qu’on lui prescrit. Mais son objectif reste toujours le même : se venger.

La deuxième histoire concerne une jeune fille de 8 ans de la DDASS, qui est placée dans une famille qui habite un petit village. Plusieurs fois par semaine, elle doit aller chercher des œufs et du lait à la ferme d’à coté. Le propriétaire de la ferme voit bien l’intérêt de recevoir cette gamine et il l’emmène rapidement dans sa grange où il va abuser d’elle, et ce durant plusieurs années sans que personne ne dise rien.

Boris Le Guenn est appelé sur une scène de meurtre bien particulière. En plein milieu d’une forêt, un jogger découvre une voiture carbonisée et un corps explosé (au premier sens du terme). L’homme a été attaché à un arbre à l’aide d’un film plastique et on a déposé des explosifs entre ses jambes. Bien vite, Boris Le Guenn va diriger son enquête dans le domaine des artificiers, d’autant plus que les cadavres continuent de s’accumuler.

On ne peut pas dire que Didier Fossey ait choisi la facilité dans la construction de son histoire. A défaut de prendre une structure inédite, il alterne les chapitres entre les différentes histoires pour nous narrer trois histoires sans lien apparent. Heureusement, il y a des repères qui nous guident, soit des dates en tête de chapitre, soit la fonte du texte qui est différente. Et on a hâte de savoir de quoi il retourne.

Là aussi, on est surpris par le parti-pris de l’auteur de nous en dire beaucoup dès le début de l’histoire. Nous savons dès le début que l’assassin est une femme, et qu’elle maîtrise les feux d’artifice. L’auteur nous fait apparaître une experte en explosifs qui vient semer le trouble, mais le fait qu’il y ait des zones d’ombres interpelle. En fait, on continue la lecture voracement pour connaitre le fin mot de l’histoire, c’est-à-dire dans notre cas : comment Boris Le Guenn et son équipe vont-ils pouvoir démêler cette pelote de laine ?

C’est bien la fluidité de l’écriture et cette alternance de chapitres courts qui rendent cette lecture addictive. Certes, on a déjà lu des polars avec cette structure, on a déjà lu des histoires de vengeance, mais quand c’est bien fait, c’est passionnant. Et avec ce roman, qui peut se lire indépendamment des précédents opus, Didier Fossey nous offre là un roman policier costaud sans tomber dans une empathie facile envers la vraie victime de cette histoire. Chapeau !

Ne ratez pas les avis de Val et Lord Arsenik

Place à l’originalité !

Parfois cela fait du bien de sortir des codes du polar, et de lire des romans en marge. L’avantage, c’est que cela nous laisse des traces, des souvenirs justement parce qu’ils se démarquent de nos lectures. Je vous propose deux romans entrant dans cette catégorie des romans inclassables.

Ciel de traîne de Gilles Vidal

Editeur : Editions Zinedi

Quand on commence un roman de Gilles Vidal, il faut s’attendre à être surpris. Car bien souvent, la forme c’est-à-dire la façon de raconter une histoire s’avère chez cet auteur bigrement originale. C’est une nouvelle fois le cas avec ce roman qui nous présente plusieurs personnages habitant la région de Virelay, une ville française imaginaire. Et il s’y passe d’étranges choses.

Antoine Rouvier a bien déclaré à la police la disparition de sa compagne Josy Gellert, mais cela n’intéresse personne. Puis des coups de téléphone anonymes lui promettent de retrouver la jeune femme. Il est guidé dans un entrepôt dans lequel, évidemment, il ne trouve rien. Désespérant.

Dans les bois autour de Virelay, on y chasse les truffes. Le corps d’un homme égorgé est retrouvé dans les bois, avec dans la main, un os d’oiseau. Le policier Franck Kamensky est en charge de l’enquête et va se retourner vers un ornithologue.

Vincent Appert revient à Virelay, la ville où il y a passé son enfance. Romancier raté, il emménage dans la maison des Sauvard et tombe sur une petite annonce proposant un secrétaire ressemblant à celui qu’il a entrevu dans son enfance.

Voici une petite galerie des personnages que l’on va rencontrer dans ce roman. On va passer d’un personnage à l’autre avec une facilité déconcertante. Chaque chapitre se retrouve donc isolé comme si on lisait des nouvelles. Et on ne peut s’empêcher de penser que le talent de l’auteur rend chaque scène fascinante car redoutable de précision et de justesse.

Surtout, chaque personnage n’a aucun lien avec le suivant, ce qui fait qu’on se demande lors de la lecture où l’auteur veut en venir. Je peux vous dire que c’est déstabilisant, et il faudra attendre le dernier chapitre pour comprendre de quoi il retourne. Plus qu’un exercice de style, ce roman s’avère donc un sacré tour de force et relève un beau défi. Original, je vous dis !

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

Les retournants de Michel Moatti

Editeur : HC éditions

C’est en aout 1918 que Michel Moatti situe l’action de son dernier roman en date. Et on n’est pas surpris de ce « retournement », lui qui a l’habitude de passer d’un genre à l’autre, d’une époque à l’autre : En aout 1918, la dernière offensive va être lancée contre les troupes allemandes. Mais il n’y a bien que les généraux pour croire encore que ce sera la dernière, car les soldats, eux, qui ont vécu la boucherie de quatre années horribles ont bien du mal à y croire.

Adrien Jansen et Pierre Vasseur ont pris leur décision. Quand les troupes avancent, eux partent à contre-sens. Ils ont choisi la vie de lâche à la mort en héros. Comme tous les déserteurs, ils vont prendre la direction exactement opposée de l’armée. Les deux hommes se connaissent peu, et quand ils rencontrent un gendarme, Jansen va se rendre compte que Vasseur prend du plaisir à tuer : il fait équipe avec un psychopathe.

Je n’ai pas été surpris par le talent de Michel Moatti à peindre les ambiances. Nous quittons donc le bruit des canons et les gémissements des hommes qui meurent pour le silence de la campagne. Malgré un sujet pareil, qui rappelle un peu le Prix Goncourt de Pierre Lemaitre, Michel Moatti met l’accent sur ce qui se passe loin du front, le manque de nourriture, le marché noir, l’ignorance des gens, l’importance de la propagande … et surtout la vie de ces gens qui, après quatre ans, commencent aussi à douter du bien-fondé de cette guerre.

Puis nos deux hommes arrivent dans un château, après être passés par quelques villages et s’être créés une nouvelle identité de médecins. A partir de là, l’ambiance devient étrange entre le patriarche malade, la fille malade de la tête et la bonne qui aimerait bien que ces hommes restent. C’est probablement à partir de ce moment là que j’ai ressenti un manque. Je m’explique :

Michel Moatti nous propose plein de thèmes, pleins de possibilités avec son histoire et ses événements mais il n’en creuse aucun. Il se place avec beaucoup de recul en tant que conteur. Il en est de même avec le Chien de Sang, ce lieutenant chargé de poursuivre les déserteurs. Quel personnage génial ! Michel Moatti va l’évoquer pendant quelques chapitres (3 ou 4) alors qu’il aurait pu en faire un facteur de stress supplémentaire dans une histoire finalement bien calme.

Il m’aura fallu attendre les dernières pages et les remerciements et explications de l’auteur pour comprendre pourquoi il avait écrit ce livre. Et ce passage-là, très personnel, est très émouvant. Et si je l’avais lu avant, j’aurais apprécié différemment le roman. Car au bout du compte, je le trouve bigrement attachant. Je pense que la mention Thriller de la couverture dessert aussi le contenu. Donc mon conseil est de lire les explications de l’auteur avant d’attaquer le livre, et vous serez transporté par ce conte.

Ne ratez pas l’avis de Jean le Belge