Archives du mot-clé Vérité

Rafale de Marc Falvo

Editeur : Lajouanie

On connaissait Marc Falvo pour ses romans de Stan Kurtz, de bons polars avec de l’humour à toutes les pages dedans. On le retrouve donc chez un nouvel éditeur et dans un tout autre genre, le polar d’action qui déménage. Accrochez-vous !

Gabriel Sacco, la quarantaine, recouvreur de dettes pour un mafieux de bas-étage, Garbo. Bienvenue dans un décor glauque. Sacco n’a pas inventé la poudre, il pourrait même ne pas avoir existé tant il n’a pas laissé de souvenirs aux gens qu’il rencontre. Il suffit juste d’une mauvaise journée, les emmerdes s’entassent, lui tombent dessus. Et puis, ce qui ne lui arrive jamais arrive : il devient trop curieux pour un détail … mais revenons en arrière, sur cette journée de merde :

Putain de sciatique ! Tout commence comme un lundi, ou un mardi ou n’importe quel jour de la semaine. Sacco doit aller faire peur à un mauvais payeur pour son patron. Le mec est avec une pute, au lit. Alors, Sacco vire la gente demoiselle, et embarque le mec pour un voyage en forêt. Au milieu de ce décor enchanteur, recouvert de neige, Sacco pousse le vice jusqu’à lui donner la pelle pour creuser son propre trou. C’est là que le bât blesse … Le mec fait une crise cardiaque.

Putain de sciatique ! Obligé de revenir à la boite, après avoir difficilement logé le mort dans le coffre, Sacco obtient de Garbo de l’aide : Avec Eddy Belle-Gueule, ils vont devoir emmener le macchabée chez Martineau, l’entrepreneur de pompes funèbres personnel de Garbo. En sortant, il est dérangé par un jeune homme ivre, Alex Vitali, que les videurs s’empressent de faire sortir sans bruit.

Putain de sciatique ! Le lendemain, Sacco est réveillé pr le téléphone : le correspondant s’appelle Francis Doppler et lui annonce que sa femme Laura est à l’hôpital suite à un grave accident de voiture. A priori, Sacco pourrait n’en avoir rien à faire, sauf que Laura est son amante et qu’il l’aime à la folie. Il promet de passer à l’hôpital. Sauf que Garbo lui demande d’aller chercher un ponte à l’aéroport. Et en attendant, accoudé au bar, les informations télévisées montrent un jeune homme qui a disparu, fils de sénateur. C’est l’homme saoul de la veille. Sauf qu’il connait la belle brune en larmes interviewée juste après : c’est sa fille Laura qu’il n’a pas vu depuis trois ans. Pour la première fois de sa vie, Sacco va vouloir comprendre et être obligé de réfléchir.

Commençons par ce qui fâche : tout le livre est écrit à la deuxième personne du singulier, comme si le lecteur devait prendre du recul face au personnage principal. Et franchement, ça m’a gêné. Alors, pourquoi je vous parle de ce livre ? Parce que, à part ça, j’ai trouvé ce roman excellent. Une fois commencé, c’est le début d’un sprint de 250 pages qui ne ramollit jamais.

Au centre, Gabriel Sacco, genre de personnage effacé comme on en voit dans tous les polars mafieux. La nouveauté est que Marc Falvo en a fait un imbécile, un homme qui ne cherche pas à savoir. Habitué à obéir, à ne pas réfléchir, c’est le genre d’homme à plier l’échine … jusqu’à en choper une sciatique ! Mais quand il redresse la tête, quand il fait fonctionner sa mécanique, il va démêler une pelote de laine qu’il aurait mieux fait de laisser à sa place.

Amitié, loyauté, famille, ce roman aborde tous ces thèmes en respectant les codes du Roman Populaire, avec des majuscules. Il bénéficie d’un scénario en béton, qui disperse tout au long du livre des indices et aboutit à une conclusion tout ce qu’il y a de plus logique. Tout cela en fait un divertissement plus que recommandable, conseillé, pourvu que vous vous fassiez au tutoiement continuel de Sacco.

A noter la superbe couverture ainsi que l’avis de mon ami Jean le Belge

Publicités

La dernière couverture de Matthieu Dixon

Editeur : Jigal

Ne me dites pas que ce roman est un premier roman ! Franchement je n’y croyais pas, à tel point que j’ai du poser la question à l’éditeur Jimmy Gallier. Accrochez vous, ce roman, c’est une bombe, du vrai polar, serré comme un ristretto, servi sans sucre ni crème. Amer, quoi !

Raphaël est un jeune homme, photographe indépendant, qui s’apprête à être papa pour la première fois. Passionné par son métier, il délaisse un peu sa vie de famille pour se concentrer sur des photos qu’il pourra vendre aux différents médias. En cela, il est aidé et éduqué par Bernard, un vieux de la vieille dont tout le monde s’arrache les images. Bernard, c’est le mentor, le père en quelque sorte de Raphaël.

Ce soir-là, Bernard fait appel à Raphaël, pour une affaire qui va faire grand bruit. Ils seront tous les deux aux aguets pour la photographie qu’il ne faut pas rater. Raphaël accepte de jouer le jeu et ils s’installent tous les deux à une table différente du Maskirovka, le restaurant à la mode et attendent leurs victimes. Quelle n’est pas la surprise de Raphaël de voir débarquer une journaliste vedette du 20H et le ministre de l’industrie, flirtant comme des adolescents !

A coté de ces photos chocs qui valent une belle position dans un journal, Raphaël s’adonne aussi à des photos de starlettes pour boucler ses fins de mois, quitte à ce que cela se termine par une séance de sexe à l’arrière d’un taxi. Quelques jours après, Raphaël rejoint Bernard qui doit rejoindre Juan-les-Pins dans son hélicoptère personnel, et vient toucher son argent. Mais Raphaël ne fait pas attention aux remarques énigmatiques de Bernard, et il est d’autant plus choqué d’apprendre que son hélicoptère a pris feu le lendemain. De ce jour, il va se croire investi d’une mission : comprendre la mort de son mentor.

On peut dire ce que l’on veut, la multiplication des médias et leur fonctionnement est un thème passionnant ; la façon dont est organisée, distribuée, affichée, cachée l’information aussi. Et quelques polars ont d’ors et déjà choisi ce thème prometteur pour nous offrir des intrigues palpitantes. Il est vrai que la théorie du complot ou de la manipulation des masses a toujours passionné, qu’on l’appelle désinformation ou propagande.

Si au premier degré, ce n’est pas le sujet de ce roman, le fond de l’histoire est là. On est en plein dans la mélasse, dans les photos bien attrayantes ou dégueulasses, qui prennent la place d’autres qui pourraient être beaucoup plus informatives mais aussi dangereuses pour certaines personnes. Il faut s’y faire : nous sommes dans le monde de l’immédiateté, où l’info du jour sera remplacée par une autre dès le soir même ; nous sommes dans un monde où les premières pages sont squattées par les stars, leur mort, leur divorce, leur héritage, les résultats sportifs et les dernières à la pollution, au chômage, aux guerres, aux crises financières créées de toutes pièces … Vous pouvez rayer les mentions inutiles du jour. N’y voyez pas de ma part de la démagogie mais juste un état de fait.

Ce roman est un pur joyau noir, du vrai polar pur et dur, resserré comme il faut en 180 pages, autour d’un personnage qui va centraliser toute l’attention, d’abord parce qu’il est le narrateur, mais aussi parce qu’il est le naïf catalyseur, celui qui va soulever pour nous le tapis, sous lequel sont en train de pourrir quelques rats crevés. Et on y croit à fond parce que c’est simplement fait, simplement écrit, et étayé par des exemples connus ou pas du grand public mais éloquents.

Alors, Jimmy Gallier me dit que c’est le premier roman de Matthieu Dixon. Eh bien, moi je signe d’emblée pour lire le second roman de ce jeune auteur, en espérant y retrouver cette passion pour son sujet, cette fougue dans l’expression, cette rigueur dans le déroulement de l’intrigue, cette véracité dans la construction du personnage. Et peut-être aurons nous aussi un sujet tout aussi passionnant ? En tous cas, chapeau M.Dixon, chapeau bas, et un grand merci pour avoir commis celui-ci.

Ne ratez pas l’avis de Jean le Belge, Yves et 404

Pour services rendus de Iain Levison

Editeur : Liana Levi

Traducteur : Fanchita Gonzalez Batlle

Iain Levison est connu pour ses romans cyniques et lucides sur la situation de la société aux Etats-Unis. Son style direct et ses intrigues sont souvent une charge efficace contre ce qui parait être la meilleure démocratie au monde. Son dernier roman entre complètement dans ce cadre, et je ne peux que vous conseiller de vous accrocher.

1969, Vietnam. Le sergent Mike Fremantle est dans sa deuxième année de bourbier, avec au cœur l’envie de soutenir l’effort de son pays mais aussi de sauver ses hommes. Quand débarque le jeune Billy Drake, il lui apprend les bases de la jungle, comme voir les singes, creuser son abri, et survivre. Et Fremantle ne peut compter que sur lui, puisque son supérieur gage s’arrange pour ne jamais être sur le front.

2016, dans la petite ville de Kearns, Michigan. Mike Fremantle est devenu le chef de la police de Kearns et il se bat pour rendre les clés de la police dans un meilleur état que quand il est arrivé. Mais la délinquance est en hausse, les budgets en baisse et ce sont des équations qui ne vont pas ensemble. Mais il sent qu’il est temps pour lui de passer la main, de profiter de sa retraite et seule sa loyauté envers sa ville et ses habitants le pousse à continuer.

Deux hommes demandent à le voir, venant du Nouveau Mexique. Il est surpris d’apprendre qu’ils ont été envoyés par William Drake, sénateur de cet état. Fremantle le connaissait sous le nom de Billy. En pleine campagne électorale, Billy a raconté une anecdote sur le Vietnam, reprise sur Youtube. Mais l’adversaire de Billy a trouvé un témoin qui dit que Billy s’est lui-même blessé pour être exempté de la suite de son engagement militaire. Fremantle va donc accepter de témoigner à la télévision. Sans le savoir, il vient de mettre le doigt dans un engrenage sans contrôle.

Autant je n’avais pas été enthousiasmé par son précédent roman, autant celui-ci bénéficie d’un scénario concocté aux petits oignons. Iain Levison part d’une situation simple, et nous enfonce petit à petit dans une spirale infernale où les petits mensonges ou omissions finissent par avoir de lourdes conséquences. Mais est-ce que la vérité est importante au bout du compte, ou bien est-ce l’utilisation qu’on en fait, la manipulation des images et des gens ? C’est là toute la problématique soulevée dans ce roman.

Les deux personnages sont particulièrement bien trouvés et leur psychologie à l’avenant. Fremantle est chef de la police, du bon coté de la ligne jaune, d’une loyauté, droiture et honnêteté exemplaires. Billy, pardon, William Drake, doit montrer une image plus blanche que blanche à ses électeurs et ne se formalise pas de petits écarts par rapport à la vérité quand cela va dans son sens, c’est-à-dire quand il gagne des intentions de vote.

Evidemment, ce roman est une violente charge contre la politique, mais aussi contre les média car s’il n’est pas si primordial qu’un élu veuille cacher certains aspects de sa vie passée, c’est bien l’exploitation qui m’a le plus choqué. Car sans être totalement naïf, j’ai trouvé tout ce scénario bigrement réaliste, volontairement loin de toute esbroufe, simple mais bigrement efficace. Et je ne vous parle pas du dernier chapitre qui va forcément vous tirer un sourire jaune puisqu’au long des 200 pages précédentes, vos illusions seront déjà parties en fumée. Du grand Iain Levison, en somme !

Ne ratez pas les avis de Franck, Yan, Joyeux Drille,  Claude, Nyctalopes et Baz-art