Un mort de trop de Alexandra Appers (Ring)

Un mort de trop est un premier roman, mais ne vous y trompez pas, c’est un premier roman extraordinaire. Il nous plonge dans le monde des tatoueurs, ou du moins nous montre un garçon qui, un jour, se rêve tatoueur dans un petit village français paumé sur la carte.

A Saint Amand La Givray, il n’y a rien à faire. On se fait chier. Otis est un jeune garçon, flanqué de son ami de toujours Marvin, un peu demeuré. Il vit chez sa mère, Nina depuis que son père est parti. D’ailleurs, il ne l’a jamais connu. Sa mère tient un bar, L’Indiana, où tous les paumés du coin viennent noyer leur ennui dans l’alcool. Otis a une sœur aussi, Patti, enceinte jusqu’au cou d’un loubard du coin, et si elle veut garder le bébé, il n’est pas sur que le père reste …

Otis a un rêve de grandeur dans ce paysage si petit qu’il tiendrait dans une bouteille. Il veut devenir tatoueur. Il est doué pour faire des dessins, et à l’idée de reproduire cela sur une peau humaine devient son obsession. Alors il décide avec son pote Marvin de s’entrainer … sur les animaux du voisinage. Que ce soient des chats ou des chiens, il les endort puis les rase et enfin leur fait des tatouages magnifiques. Jusqu’au jour où un des propriétaires s’en aperçoit alors que son chien devait concourir pour un concours de beauté.

Alors, Marvin accepte de se faire tatouer, puis en fait de la publicité. Et tout le monde du coin débarque chez la mère d’Otis pour se faire tatouer. Si sa réputation ne dépasse pas le département, il a quand même droit à un sujet sur la télé locale. Un soir de beuverie, un homme ivre l’énerve, et dans un geste brusque, il bouscule sa petite amie, l’amour de toujours, Ella, qui part à la renverse et se fracasse la tête. Quand il se réveille, il ne se souvient plus des détails mais doit vivre avec un corps enterré dans la cave par sa mère.

Pour un premier roman, pour un coup d’essai, c’est un sacré coup. Alexandra Appers doit être le genre de femme à avoir des couilles (excusez moi l’expression). Car quoi de plus ennuyeux que la vie dans un petit village paumé dans lequel il ne se passe rien. Eh bien, croyez-moi, ce roman psychologique est passionnant. D’ailleurs, ne vous arrêtez pas à ce qui est écrit sur la couverture, ce n’est absolument un thriller mais un vrai roman psychologique.

Le principe du roman, c’est de faire la narration à la place de Otis, un jeune sans grand avenir et qui vit avec une certaine rage. De l’extérieur, c’est un jeune qui ne montre aucune émotion, mais qui laisse transparaitre une rage froide. C’est peut-être la seule mise en garde que je peux faire à ce roman : il faut rentrer dedans, se mettre à la place d’Otis, se laisser entrainer par ses mots froids, ses phrases froides, son style chirurgical qui ne laisse rien transparaitre.

Otis est un jeune qui rêve, qui se rêve le meilleur tatoueur que la Terre ait portée. De ces dessins sur des bouts de peau, malgré qu’ils soient l’image de la personnalité de ses clients, il arrive à sortir de son cauchemar quotidien, de son enfermement. Et c’est redoutablement bien vu de montrer ce jeune homme qui a peur à chaque fois qu’il doit tatouer quelqu’un. Et puis survint ce drame, cette mort involontaire de la seule personne qui aurait pu le sortir de lui-même, de sa prison.

Dès la deuxième partie, le ton change. Si Otis ne se rappelle que difficilement ce qui s’est passé, sa mère prend une place prépondérante dans l’histoire. On voit apparaitre son vrai visage de dominatrice, de mère castratrice. Des pans du passé viennent faire leur apparition, on se demande pourquoi elle a élevé seule ses enfants. La personnalité de Otis évolue aussi avec plus de rage, plus de frustration, et même si le style est toujours aussi froid, la tension monte, monte …

La troisième partie voit apparaitre la grand-mère, ce qui ne peut que dégrader la situation, jusqu’au bouquet final qui est plus subtil qu’il n’y parait. Si on ajoute à cela des titres de chapitres qui font appel à ce qui se fait de mieux en terme de rock ou de blues, je peux vous dire que ce roman là, il vous faut le lire absolument, pour peu que vous appréciiez les romans stylisés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s