Archives du mot-clé Politique

American Requiem de Jean-Christophe Buchot

Editeur : Editions La Renverse

Illustrations : Hélène Balcer et Yann Voracek

C’est un tout petit roman, mais quand on le tient en main, on sent que ce que l’on va lire va être grand. Ce n’est pas un polar, ce n’est pas un essai, mais plutôt une confession. Imaginez que JFK nous parle du royaume des morts …

Quatrième de couverture :

« Aujourd’hui ça commence. Aujourd’hui je suis mort. »

Depuis l’autre côté, la voix de JFK nous parvient par éclats, esquilles, fragments de souvenirs se réunissant telles les pièces d’un puzzle onirique et pourtant parfaitement documenté.

Il a fallu sept ans à Jean-Christophe Buchot pour écrire ce roman noir qui tient tout autant de la poésie que de l’essai.

« Coincé à l’arrière de ma Lincoln Continental, je rêve d’un avion qui m’emporterait au-delà de la vérité », nous confie le président assassiné… Et si les faits, seuls, ne suffisaient pas à faire émerger la vérité ? S’il fallait les soumettre à l’épreuve de la littérature pour qu’éclate enfin toute la lumière ?

Mon avis :

Le premier plaisir démarre quand on tient le livre entre les mains. Avec sa couverture cartonnée toute noire et cette écriture comme un tag sur un mur, ou une épitaphe sur une tombe, la découpe du roman non rectangulaire (de travers) nous prépare à un voyage pas comme les autres. Puis, on découvre, juste après le titre, une illustration, une sorte de peinture d’un homme qui regarde une famille devant une tombe. C’est juste magnifique !

Agrémentée de peintures qui intègrent des photos et de nombreuses citations issues de poètes du 19ème et 20ème siècle, ce court roman prend le parti d’imaginer ce que dirait John Fitzgerald Kennedy d’entre les morts. JFK passe en revue sa famille qui, en quatre générations, est arrivée au sommet de l’état, presque au sommet du monde. JFK parle de son frère ainé, qui était destiné aux plus hautes fonctions et qui est mort en héros pendant la deuxième guerre mondiale. JFK parle de son complexe vis-à-vis de lui, du drame de se voir dénigré par son père, de ses regrets à propos de son amour de jeunesse, des morts qui ont parsemé son parcours, de ses erreurs avant, pendant et après son règne. JFK parle aussi de sa vision du monde, de ses rêves, de sa mort voulue, pressentie, pour se poser en tant que martyr de la guerre.

Plein de bons sentiments, accusant les lobbys de la guerre, ce roman s’avère par moments un peu naïf, simple par rapport à la situation géopolitique de l’époque. Et il est surtout le portrait d’un homme avec ses rêves, ses envies, ses cicatrices, ses regrets, et ses messages qui sont autant de phrases à garder en mémoire. Finalement, c’est un roman poignant, attachant, plein d’espoir, que tous les fans de la famille Kennedy et tous les autres doivent lire pour le portrait d’un homme seul qui a tous les pouvoirs en main, tant d’actions à réaliser et si peu de temps pour le faire.

Ce roman étant édité par une petite maison d’édition, Les éditions La Renverse, il vaut mieux le commander directement chez eux. C’est ici .

Week-end Piacentini : Carrières noires d’Elena Piacentini

Editeur : Au-delà du raisonnable ; Pocket (Format poche)

Ça y est, je suis à jour à propos des enquêtes de Pierre Arsène Leoni ! Vous les trouverez donc toutes chroniquées et je vous les rappelle dans l’ordre :

Un corse à Lille

Art brut

Vendetta chez les Ch’tis

Carrières Noires

Le cimetière des chimères

Des forêts et des âmes – Coup de cœur Black Novel

Aux vents mauvais (Paru le 5 janvier 2017)

Joséphine Flament, que tout le monde appelle Josy, est une soixantenaire bonne enfant. Elle n’est pas le genre à se prendre la tête, ni avec le quotidien, ni avec des hommes. C’est pour cela qu’elle vit avec ses amies d’enfance Chantal et Marie-Claude, dans sa petite maison. Alors qu’elle faisait le ménage chez la sénatrice Justine Maes, Josy découvre une forte somme d’argent qu’elle rend à sa propriétaire.

Mais elle a l’occasion de découvrir où se situe le coffre fort. Elle imagine alors un plan, qui consisterait à vider le coffre pour offrir à ses amies une maison à La Panne. Comme elle connait Angelo, un petit braqueur, elle lui demande de l’aide. Celui-ci lui apprend comment ouvrir le coffre et Josy arrive à mettre la main sur son contenu : de l’argent, des bijoux et des documents.

Pierre-Arsène Leoni s’est mis en disponibilité de la police suite à la mort de Marie, sa femme et mère de sa fille. Il envisage de retourner dans son île natale, la Corse, avec sa grand-mère Mémé Angèle. Alors qu’il attend le début d’un concert avec Eliane Ducatel, son amie médecin légiste, la sénatrice qui doit faire un discours se fait attendre. Quand ils se rendent chez elle, juste à coté, ils s’aperçoivent qu’elle est morte. Et quand le téléphone sonne, Eliane prend le combiné et tombe sur un maître chanteur qui demande de l’argent contre les documents. Il semblerait bien que ce soit un meurtre …

carrieres-noires-2

Je trouve qu’avec ce roman, Elena Piacentini a franchi un cap. Elle garde ce talent de peindre des personnages à la psychologie si fouillée, mais je trouve qu’elle a acquis une sorte d’efficacité qui fait que ce roman policier est impossible à laisser tomber. Car si l’intrigue peut sembler simple au premier abord, il nous réserve bien des surprises tout au long de ces pages si bien écrites.

La première partie est consacrée à Josy et à la sénatrice Justine Maes. On y plonge dans le monde des petites gens d’une part, puis dans le monde des magouilles politiques d’autre part. Et ce n’est qu’après un peu moins de 100 pages que Pierre-Arsène Leoni fait son entrée avec une Eliane plus dégourdie et craquante que jamais. Et c’est tout l’art des dialogues d’Elena Piacentini qui apparait, car Eliane et Pierre-Arsène forment un couple à la fois excitant et drôle ! La dernière partie va se dérouler dans les carrières de craie de Lezennes, qui forment un véritable labyrinthe, dans lequel les policiers vont chercher des enfants disparus. Mais c’est aussi un endroit montré sombre et stressant par l’auteure, et ces pages m’ont crispé au livre !

Ce roman tient à la fois sur l’intrigue et sur la façon dont Pierre-Arsène et Eliane vont démêler la pelote, mais aussi sur ces formidables personnages dont on est toujours triste de quitter à la fin. Avec ce roman, Elena Piacentini nous démontre de belle façon qu’elle est une grande du roman policier et qu’avec ce roman, elle semble entamer un deuxième cycle, chez un nouvel éditeur (Au-delà du raisonnable) après avoir sorti trois tomes chez Ravet-Anceau.

Espace Jeunesse : Bleu Blanc Sang tome 3 de Bertrand Puard

Editeur : Hachette

Si vous lisez ce billet, c’est que vous avez déjà lu les deux premiers tomes. Si ce n’est pas le cas, je vais essayer de ne pas spolier les événements qui ont eu lieu dans les 2 précédents romans.

Quatrième de couverture :

Un mois et demi a passé depuis les terribles évènements qui ont clôturé la chasse aux tableaux de Justine Latour-Maupaz et qui ont fait vaciller le pouvoir en place. Retirée dans un manoir à la campagne, Eva Brunante se remet peu à peu de ses traumatismes en retrouvant les joies de la création, et en jurant qu’on ne l’y reprendra plus à jouer les héroïnes de thriller.

Pourtant, lors du vernissage de l’exposition-événement consacrée à l’artiste, au Louvre, un jeune homme venu des États-Unis surgit et confie à Eva posséder de quoi bouleverser à nouveau la donne autour de Justine Latour-Maupaz mais surtout autour de l’histoire de l’art tout entière.

Dans l’ultime tome de cette trilogie, Eva ira de surprise en surprise et apprendra que tous ces évènements autour de l’artiste n’étaient que les premiers soubresauts d’une rude bataille à venir.

Mon avis :

Avec un tel suspense à la fin du deuxième tome, je pensais que nous allions redémarrer dans la foulée … eh bien non ! Nous voilà transportés 6 mois après la fin du 2ème tome. Du coup, on se retrouve projeté en novembre 2018.

De nouveaux personnages font leur apparition, dont Caïssa, une jeune femme qu’un vieux monsieur va initier aux échecs, et un chef d’entreprise américain, christophe LAMBERT qui va hériter de l’entreprise de son père à la mort de ce dernier. Sauf qu’au même moment, il apprend que son père n’est pas son père biologique. Cela va l’amener à rejoindre la France alors qu’une exposition sur Justine Latour-Maupaz va être inaugurée.

Alors que les deux premiers tomes laissaient à beaucoup d’action, ce n’est plus le cas ici. On se retrouve avec une intrigue qui passe d’un camp à l’autre (voir mes précédents avis) mais cela ressemble plus à une résolution d’une énigme liée aux racines de chaque famille.

Si le style s’affirme, je trouve que ce roman s’adresse à des personnes plus âgées que les 15-16 ans visées initialement. Ou alors, l’auteur considère-t-il que son lectorat a grandi avec la lecture de ses romans ? Ce en quoi il n’aurait peut-être pas tort. Car je l’ai déjà dit et je le répète, il y a dans ces romans une initiation à la vie politique, les relations entre l’économie et la politique, les influences des lobbyistes, qui doivent permettre d’ouvrir les yeux aux plus jeunes.

Reste que la conclusion me laisse un peu perplexe : Je suis d’accord sur le fait que le monde de demain sera construit par les jeunes d’aujourd’hui. Pour autant, la destruction totale est-elle nécessaire ? Il m’a manqué un message plus positif, plus fédérateur dans cette fin qui laisse certes le lecteur réfléchir, mais qui sous-entend des solutions violentes qui n’en sont pas. Ceci dit, si un livre fait réagir, c’est qu’il est très bon … Et puis, le dernier chapitre est peut-être le premier pas vers un quatrième tome ?

Mon avis sur le tome 1 est ici

Mon avis sur le tome 2 est ici

Oldies : Zig Zag de Ross Thomas

Editeur : Sonatine

Collection : Sonatine +

Traducteur : Patrick Raynal

J’aurais tendance à dire que dès que vous voyez un roman de cette collection Sonatine +, il faut que vous vous jetiez dessus. Encore une fois, ils nous proposent de lire un roman qui est un pur régal de lecture, à mi-chemin entre roman d’aventures et roman politique.

L’auteur :

Ross Thomas (né le 19 février 1926 à Oklahoma City – décédé le 18 décembre 1995 à Santa Monica) est un auteur américain de romans policiers, qui publie aussi sous le pseudonyme de Oliver Bleeck.

Avant de publier des romans, Ross Thomas est journaliste au Daily Oklahoman, puis combat durant la Seconde Guerre mondiale aux Philippines. Démobilisé, il travaille dans les relations publiques (pour un syndicat agricole américain puis pour un chef nigérian), le journalisme (correspondant à Bonn) et la politique : il est même conseiller pour la présidence des États-Unis de 1964 à 1966.

Les romans de Ross Thomas ont un style aussi énergique que lapidaire, des dialogues pleins de punch, des intrigues solides et des personnages hauts en couleur. Spécialiste du thriller politique à ses débuts, son style s’affirme sur le tard. Ses personnages se font alors grinçants, ses intrigues se concentrent sur l’arnaque, ce qui emporte notamment l’adhésion de Jean-Patrick Manchette, qui traduira en français plusieurs de ses dernières œuvres.

(Source Wikipedia)

Quatrième de couverture :

Artie Wu et Quincy Durant se sont rencontrés enfants dans un orphelinat. Depuis, Artie le rusé et Quincy le colérique forment un duo de choc, passé maître dans les jeux de dupes, auquel le gouvernement américain fait parfois appel pour des missions loin d’être officielles.

Installés dans une luxueuse maison sur la côte californienne, nos deux hommes auraient peut-être pu prétendre à une existence tranquille si Artie ne s’était pas vautré un beau matin sur un pélican mort. Secouru par leur voisin, « l’homme aux six lévriers », un richissime homme d’affaires, Artie en profite pour lui faire une étonnante proposition qui pourrait leur permettre à tous de gagner beaucoup d’argent. Bien sûr, avec Artie et Quincy, le hasard n’en est jamais vraiment un. Et ce qui commençait comme une escroquerie savamment élaborée va bientôt prendre un tournant totalement inattendu et devenir une enquête entêtante sur le meurtre d’un sénateur américain.

Zigzag est un pur plaisir de lecture : des dialogues désopilants, une intrigue palpitante et aussi tordue que ses protagonistes, des héros férocement attachants et une ambiance délicieusement 70’s. Auteur culte du roman noir au même titre que Donald Westlake ou Elmore Leonard, la signature de Ross Thomas reste reconnaissable entre toutes.

Mon avis :

Si cette rubrique existe, c’est bien pour me permettre de découvrir des auteurs d’antan … bien qu’antan ne veuille pas dire d’une autre époque. Car cette lecture s’avère toute aussi géniale et intemporelle que les romans de Donald Westlake, Elmore Leonard ou James Ellroy. Si la structure de ce roman est classique, c’est-à-dire que chaque chapitre décrit une scène qui, en général, se déroule dans un lieu, on ne peut qu’être charmé devant les dialogues, qui sont tout le temps percutants et pleins d’humour.

De même, chaque personnage qui apparait dans l’histoire aura droit à sa biographie plus ou moins longue, de quelques paragraphes à quelques pages selon l’importance qu’il aura dans la suite de l’intrigue. C’est dans ces moments là que je me dis que les grands auteurs se reconnaissent à leur faculté à laisser aller leur imagination et leur créativité pour inventer des personnages virtuels à l’aide de scènes tantôt amusantes tantôt abracadabrantes, mais qui nous paraissent à nous lecteurs vraies.

Si on peut par moments trouver le roman un peu bavard, il n’en reste pas moins que l’intrigue est bien tortueuse et qu’elle aboutit à une fin surprenante et malgré tout fort bien trouvée. Et puis, on aura eu lieu à notre lot d’arnaqueurs, de beaux pourris, de politiques véreux, de mafieux manipulateurs, et Wu et Durant sauront tirer leur épingle du jeu comme des grands princes, sans être ni tous blancs ni tous noirs, le monde étant un gigantesque plateau de jeu où seuls les tricheurs et les arnaqueurs s’en sortent. Et on referme le roman en se disant qu’on vient de terminer un polar costaud, un putain de bon roman que l’on aura eu plaisir à lire.

Espace jeunesse : Bleu Blanc Sang Tome 2 de Bertrand Puard

Editeur : Hachette

Après un premier tome passionnant, voici donc mon avis sur le deuxième tome de cette trilogie, qui se révèle tout aussi épatant, et qui fait monter la pression.

Quatrième de couverture :

Eva Brunante a promis au patriarche de la riche et puissante famille Tourre de l’aider à retrouver les cinq toiles de Justine Latour-Maupaz encore dispersées à travers le monde et dont on ignore tout. À la clef, ni plus ni moins que la survie de l’empire Tourre. Car une seule œuvre sur les douze de l’artiste est à même de sauver la vie de Clarissa, la petite-fille du patriarche, atteinte d’une maladie orpheline.

Mais chaque seconde compte car en plus de l’état critique de Clarissa, son oncle, qui vient de conquérir l’Elysée, se lance lui-aussi dans la bataille pour priver sa nièce du remède et rafler l’intégralité de l’empire.

La quête des tableaux manquants de l’artiste fait entrer Eva dans une saga familiale haletante, traversée d’amours intenses et de haines féroces. Une quête qui poussera Eva à assumer son rôle, se révélant plein de ressources insoupçonnées, et à faire éclater la vérité contre ces hommes de pouvoir n’hésitant pas à salir la République dans le but de servir leur seul intérêt.

Mon avis :

Clairement, il vaut mieux avoir lu le premier tome avant de lire celui-ci. Ceci dit, c’est une trilogie, donc c’est un peu normal ; nous ne sommes pas là dans une série récurrente. Autre petite remarque, la quatrième de couverture parle de cinq toiles, alors qu’il s’agit en fait de quatre (Les juments de Diomède, Le lion de Némée, Le géant Géryon à trois têtes et Délivrer Thésée des enfers et vaincre Cerbère). Mais peu importe, on retrouve donc avec plaisir Eva, Hugo et Tiphaine dans la poursuite de leur quête.

D’un roman d’action, on passe ici à un roman d’aventures si je dois le définir en un mot. Eva en est le personnage central, et on va la suivre tout au long du livre. Elle va faire équipe avec Hugo et ils vont à nouveau faire face à des scènes qui vont les mettre en danger. Ils vont trouver les indices et découvrir un certain nombre de toiles … vous ne croyez tout de même pas que je vais tout vous révéler ! Il est à noter certaines scènes d’actions qui sont remarquablement réussies comme celle de Venise ou les visites d’une cave d’un château, et qui relancent à chaque fois l’intérêt de l’intrigue.

Enfin, si Eva, Tiphaine et Hugo font office de gentils dans cette histoire, les autres protagonistes sont toujours aussi troubles, alors que l’on voit apparaitre une nouvelle famille richissime, qui à la fois complexifie l’intrigue et à la fois relance une part de mystère à l’ensemble. Bref, on sent que l’auteur s’est amusé à construire son livre, et il sait nous le faire sentir. Et puis, la fin, loin d’être énigmatique comme celle du premier tome, nous laisse en plan avec des héros meurtris. Du coup, Bertrand Puard maintient le suspense pour un troisième tome que l’on attend avec impatience … et une certaine fébrilité.

A noter que les 3 tomes sont disponibles en librairie.

Espace Jeunesse : Bleu Blanc Sang de Bertrand Puard

Editeur : Hachette Jeunesse

Il y a plein de raisons pour lesquelles je vous présente ce roman. Et ce n’est pas parce qu’il est estampillé Jeunesse que vous devez passer votre chemin. D’ailleurs, la raison pour laquelle il est arrivé dans mes mains est presqu’une histoire à elle-seule. Les éditions Hachette me contactent pour me signaler leur sortie. J’aurais pu n’y jeter qu’un œil distrait. Sauf que le titre m’a attiré, a éveillé ma curiosité. Quel titre ! Et puis, la couverture, à la fois sobre mais énigmatique m’a beaucoup plu. Ensuite j’ai lu le résumé et cela rentrait bien dans mes critères … alors allons y !

5 juin 2018, 15H50, Paris. Dans la cathédrale Notre Dame, l’enterrement du Président de la République Jean-Baptiste Tourre va démarrer. Il a succombé à une tumeur au cerveau. C’est son frère et ministre Patrice Tourre qui va faire son éloge.

5 juin 2018, 16H05, Châteauroux. Deux hommes arrivent au musée Bertrand de Châteauroux, pour assurer le transport d’un tableau de Justine Latour-Maupaz vers New York. Le Métropolitan Muséum a en effet demandé son prêt pour une exposition sur les artistes femmes. Lors du trajet sur l’autoroute, la camionnette se fait attaquer au lance-roquette.

5 juin 2018, 10H10, New York. Dans la salle des enchères de Christie’s, Andrew Jackson le commissaire priseur s’apprête à passer une journée ennuyeuse. En effet, rien de ce qu’il propose ne va enflammer les foules a priori. Sa surprise est énorme quand il propose un tableau de Justine Latour-Maupaz, qui atteint la somme de 53 millions de dollars alors que la mise à prix n’était que de 10 000 dollars.

17 juillet 2018. Patrice Tourre a obtenu ce qu’il voulait : il est devenu Président de la République à la place de son maudit frère. Il doit faire face à une grave crise économique : la possible faillite de l’Italie. Eva Brunante, conseillère de banque, reçoit en rendez vous M .Collet. Il Actionveut soi-disant ouvrir un compte pour une tierce personne. Il aligne un chèque de 100 000 euros au nom d’Eva Brunante. Le client de M.Collet veut rencontrer Eva au sujet de Justine Latour-Maupaz. En effet, son père Richard et elle ont longuement étudié cette jeune peintre française. Eva refuse … mais décide d’appeler son père, avec qui elle n’a plus de contact depuis 10 ans, qui ne répond pas. Alors elle va aller le voir.

Je vais vous dire : Les adolescents ont de la chance !

Voici commence démarre ce roman, puisque je viens de vous résumer les 50 premières pages de ce premier tome d’une trilogie. Vous l’aurez compris, cela va vite, très vite, et il y a beaucoup de rebondissements. En fait, nous avons là un roman à suspense, qui va multiplier les personnages et les situations.

Pour résumer, il y a Patrice Tourre le Président de la République issu d’une famille immensément riche. Son père, le patriarche Jean Christophe ne voit que par Jean Baptiste et déteste son autre fils. Patrice avait une fille Clarissa qui est atteinte d’une maladie orpheline et à qui on ne prédit que quelques mois à vivre. Voilà pour le clan politique.

Du coté des Brunante, nous avons Eva, banquière, qui s’est brouillée avec son père Richard. La belle-mère d’Eva, puisque Richard est veuf et remarié, est un personnage que l’on verra peu, contrairement à Tiphaine, sa demi-sœur. Mais je ne vous en dis pas plus.

Enfin, on va voir apparaitre un groupuscule, nommé Riposte, qui a des tendances anarchistes, et qui veut faire tomber le gouvernement, tout détruire pour tout reconstruire ! Hugo en est un des fondateurs avec Charlotte Dugain. Il va être plongé dans ce maelstrom et se retrouver à enquêter avec Eva et Tiphaine.

Si je passe si longtemps à vous parler des personnages, et il y en a encore quelques autres, c’est bien parce qu’ils sont au centre de l’intrigue, qu’ils ont droit chacun à des chapitres, et surtout parce qu’ils sont très bien décrits, vivants. Si bien que le lecteur que je suis n’a pas eu de mal à reconnaitre. C’est un des gros points forts de ce livre. C’est aussi leur nombre qui me fait dire que ce livre s’adresse plutôt à des adolescents de 16 ans.

Si le style est fluide et simple, je n’ai pas eu l’impression que l’on prenait les jeunes pour des imbéciles. On y parle politique, business, argent, lutte de pouvoirs, mais aussi famille, quête et Histoire. Et pour tout vous dire, je pense que cela va ouvrir beaucoup de jeunes cerveaux à la complexité du monde tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Car l’autre grande force de ce roman, c’est le nombre de rebondissements, et cette faculté, après avoir planté le décor, de montrer que personne n’est ni blanc, ni noir, ou pour reprendre le titre, ni bleu, ni blanc ni rouge sang. Et comme c’est le premier tome d’une trilogie, j’ai hâte de lire la suite car il y a bien une explication à la fin, mais tant de questions en suspens.

Avis aux adolescents : courez acheter ce livre. Ça bouge, c’est prenant, et les personnages sont fantastiquement humains. Avis à leurs parents : N’hésitez pas à emprunter ce livre à vos enfants, car vous allez y prendre du plaisir. Pour ma part, je l’ai lu en 2 jours. C’est un signe, non ?

Cartel de Don Winslow

Editeur : Seuil

Traduction : Jean Esch

Attention, coup de cœur, gros coup de cœur, énorme coup de cœur !

J’ai bien peur que ce billet s’adresse à ceux qui ont lu La griffe du chien. Pour les autres, dépêchez vous de rattraper votre retard, car Cartel en est la suite, et c’est un MONUMENT ! La griffe du chien fait partie de mon Top 10 de tous les livres que j’ai pu lire, et c’est forcément avec un peu d’appréhension, de crainte, que j’ai commencé cette lecture. Je dois dire qu’il y avait aussi un peu de peur, celle de trouver ce roman bien, mais sans plus, de ternir ce fantastique livre qu’est La griffe du chien.

Il n’en est rien. Cartel se révèle au niveau de son prédécesseur, sans se répéter ou paraphraser l’épopée précédente. Alors que La griffe du chien racontait l’ascension inéluctable du trafic de drogue, approuvé par les Etats Unis, à travers un duel devenu personnel entre Art Keller et la famille Barrera, entre 1975 et 2000, Cartel raconte la guerre civile (ou presque parce que non reconnue comme telle) qui a ravagé le Mexique. Il balaie donc la période qui va de 2004 à 2012.

Le livre s’ouvre sur une liste plus de 200 personnes, 200 journalistes qui sont morts pour avoir enquêté ou parlé des événements qui se sont passés au Mexique pendant son écriture. Comme entrée en matière, ça plombe l’ambiance et après avoir lu Cartel, on comprend que Don Winslow a voulu rendre hommage à tous ces gens qui luttent pour informer, qui veulent faire éclater la vérité, en relatant les faits.

2004, au Nouveau Mexique. Art Keller a quitté la DEA et s’est reconverti en apiculteur dans un monastère. Pour tenter d’oublier son passé, sa vie, mais aussi pour fuir.

2004, San Diego. Adan Barrera, l’ancien roi de la drogue, passe 23 heures par jour dans sa cellule. Son avocat vient lui annoncer la mort de sa fille Gloria, atteinte de Lymphangiome kystique qui engendre une malformation de la tête. Adan veut assister aux obsèques à tout prix. Il demande à son avocat de négocier sa présence contre des informations sur les cartels mexicains. Au retour de l’enterrement, Adan Barrera promet la tête d’Hugo Garza, le leader du cartel du Golfe, à la condition d’être extradé dans une prison au Mexique.

Dans la prison de Puente Grande, Adan organise sa cellule avec un coin bureau et a même droit à une cuisine individuelle avec cuisinier. Il reprend le métier, organisant les transports et recevant toutes les informations sur ses ordinateurs personnels. Il met la tête d’Art Keller à prix, pour deux millions de dollars, car il veut avant tout éliminer son pire ennemi. Dans la nuit de réveillon, il organise une rébellion et en profite pour s’échapper.

Art Keller a été prévenu par deux agents de la DEA. Sa tête est mise à prix. Alors, il reprend la fuite, changeant tous les jours d’hôtel, abattant de jeunes drogués qui lui courent après. Mais la fuite n’a qu’un temps. Il se résigne à retourner voir Taylor, son ancien chef à la DEA, et lui propose ses services pour arrêter Adan Barrera. Car c’est avant tout une question d’honneur et de survie.

Après quelques dizaines de pages pour introduire l’histoire, Don Winslow entre dans le vif du sujet, ou plutôt il nous plonge brutalement dans le Mexique des années 2000, un pays livré aux cartels de la drogue, qui se font la guerre entre eux, engendrant un massacre (et je pèse mes mots !) qui s’apparente plus à un génocide qu’à une guerre civile. Chaque région étant détenue par un cartel, les combats deviennent une guerre de territoire, chaque camp se construisant une véritable armée de milliers de tueurs sanguinaires, chaque camp étant soutenu soit par la police municipale, soit la police fédérale, soit par l’armée. Bref, chaque événement est l’occasion d’engendrer une vague de crimes dont les innocents sont plus nombreux au sol que les coupables eux-mêmes.

Cartel, c’est un livre de fou, qui réussit à nous faire vivre de l’intérieur cette situation inédite d’un pays qui a perdu le pouvoir face au crime organisé comme des armées de mercenaires, des soldats sans aucune humanité.

Cartel, c’est un livre qui vous montre que derrière les horreurs, derrière les compromissions, derrière les corruptions, derrière les hypocrisies des grands pays industrialisés, il y a des hommes et des femmes qui se battent pour vivre, car ils veulent vivre honnêtement.

Cartel, c’est un livre qui démonte tous les mécanismes, toutes les décisions prises si haut au sommet de tous les états (de la Maison Blanche à l’Europe) qui soit disant font tout pour lutter contre la drogue, mais qui en sous-main facilitent le trafic par l’ouverture des frontières pour laisser passer des camions ou des bateaux remplis de cocaïne.

Cartel, c’est un gigantesque roman de guerre politique et économique, comme un énorme jeu de plateau où chacun avance ses pions, fait des alliances avec ses ennemis d’hier pour mieux récupérer une région ou mieux trahir un ami d’hier, tout cela au nom du pouvoir et non de l’argent, puisqu’ils sont immensément riches et ont placé leur argent dans les entreprises industrielles mondiales.

Cartel, c’est un livre qui prend votre tête pour la plonger dans le sable du désert, où sont enterrés des milliers de personnes ; pour vous emmener dans un trajet de bus quand une bande armée débarque et tire dans le tas, qui vous montre que l’on peut élever des enfants de 11 ans et en faire des machines à tuer.

Cartel, au-delà du souffle épique et de son incroyable densité, c’est aussi des personnages, tous plus sublimes les uns que les autres ; qu’ils soient du bon coté ou du mauvais, ils sont tous à vos cotés, ils vous montreront leur vie, leur logique. Au premier rang d’eux, il y aura des femmes, formidables de courage (Marisol en particulier) qui vont reconstruire un village ; il y aura des journalistes grandis par leur courage et à l’espérance de vie si courte ; il y aura des policiers corrompus, des paysans, des barmen, des caïds, des mercenaires, des enfants, et tant de morts.

Cartel, c’est avant tout un grand, un énorme roman, qui se base sur une documentation impressionnante, qui arrange les faits pour faire avancer son intrigue et qui débouche sur une scène finale de feu d’artifice. D’ailleurs, je remercie Damien Ruzé pour m’avoir signalé ce site qui lui relate la situation du Mexique : http://www.borderlandbeat.com/. Parce que, ne croyez pas que c’est fini. La guerre de la drogue est d’ors et déjà perdue. Et les responsables de la situation mexicaine sont aussi à chercher de l’autre coté de la frontière.

Cartel, c’est tout simplement ma meilleure lecture de 2016.

Coup de cœur !

Ne ratez pas les avis des amis Jean-Marc et Yan.