Tous les articles par Pierre FAVEROLLE

Le semeur de mort de Patrick Guillain

Editeur : Editions de l’Aube

C’est un nouveau premier roman que je vous propose édité par les éditions de l’Aube, au titre énigmatique, qui fait penser à un thriller. En fait, il s’agit plutôt d’un roman « catastrophe » centré sur les personnages. Un sacré pari relevé haut la main.

Vendredi 14 mars. Dans un bidonville du Nord de Paris, situé aux abords de l’autoroute A1, Marc, un ambulancier, a été appelé par les gendarmes. Ils viennent emmener le corps d’un homme qui pisse le sang. Il veut emmener le corps au quai de la Rapée et s’aperçoit que plusieurs Roms sont malades. Après avoir examiné le corps, il voit que la peau a une couleur noire : l’homme est mort de la peste noire.

Dimanche 16 mars. Samuel Laveran est un jeune chercheur post doctorant à l’institut Pasteur de Paris. Il est appelé dans le bureau du directeur, Bernard Guidot. Samuel le surnomme « Le Dragon » pour le climat de tension et de harcèlement qu’il entretient à l’institut. Bernard lui signifie qu’ils vont recevoir des échantillons à tester immédiatement. Samuel peut faire une croix sur son week-end … comme souvent.

Mardi 18 mars. Maud Bordet travaille à l’institut de veille sanitaire de Saint Maurice. Son patron lui a demandé d’aller visiter le camp de Roms. En quelques jours, on pouvait compter trois morts et une trentaine de blessés.  Elle y ramasse des rats pour analyse, puisqu’il est confirmé qu’il s’agit de la peste. Puis elle se rend à l’Institut Pasteur où on lui confirme qu’il s’agit du Yersinia Pestis. Maud va avoir les pleins pouvoirs pour gérer ce cas de crise sanitaire nationale, alors que le nombre de contaminés va augmenter de façon exponentielle.

Il y a deux raisons pour lesquelles je n’aurais pas lu ce roman : Le titre me faisait penser à un thriller et le sujet me faisait penser à un roman catastrophe médical comme les Américains savent en sortir des tonnes. Et il y a une raison pour laquelle je me suis penché dessus : c’est un premier roman. Et je dois dire que je me suis laissé entraîner dans cette histoire tout en apprenant beaucoup de choses très intéressantes. Je tiens à faire remarquer que les Editions de l’Aube ont le don de trouver de jeunes auteurs de talent et que cela me pousse ma curiosité dès qu’ils sortent un nouvel auteur.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’auteur ne va pas insister sur l’étendue de la catastrophe annoncée dès le deuxième chapitre. Il va surtout se pencher sur les personnages, rythmant l’intrigue avec un chapitre par jour. Je ne sais pas si le timing est cohérent et réaliste, mais cela donne une forme qui donne envie de poursuivre la lecture, tout en réservant de belles surprises et des rebondissements sur les dessous de la recherche.

Pour bien implanter son intrigue, Patrick Guillain s’appuie sur deux jeunes gens : Samuel qui est présenté comme un garçon motivé par son travail, espérant obtenir un poste fixe de chercheur mais aussi avec un certain manque de maturité. Maud est un personnage atypique, speedé, ayant une apparence gothique et écoutant du Métal. Autour de ces deux personnages forts, on trouve les directeurs de l’institut et la police, bien évidemment.

L’aspect psychologique de ce roman va clairement prendre le dessus sur l’intrigue, et mettre en avant les conditions déplorables des chercheurs, autant d’un point de vue matériel que psychologique. Les chercheurs sont soumis à des pressions énormes, mettant en danger leur vie personnelle et les post-doctorants traités comme des intérimaires qui ne coûtent pas cher. C’est clairement un des aspects importants de ce livre.

Il y a aussi beaucoup d’aspects techniques, qui sont étayés par des notes en bas de page pour ceux qui veulent aller plus loin, ce qui est mon cas. Et c’est réellement passionnant sans être rébarbatif. On sent aussi que l’auteur est de la partie et a envie de faire partager ses connaissances. J’ai juste quelques inquiétudes et doutes sur l’apparente facilité à créer des virus par des personnes isolées.

Pour finir de vous décider à lire ce roman, sachez que l’intrigue est remarquablement bien construite, se permettant même des chapitres où on présente des interrogatoires, comme un vrai roman policier et que même là, c’est une grande réussite. D’ailleurs, Patrick Guillain a un vrai talent pour les dialogues et c’est étonnant de lire une telle maitrise dans un premier roman. Il ne vous reste plus qu’à découvrir ce roman relatant une épidémie mortelle, sachant que vous allez avoir des sueurs froides au fur et à mesure de votre lecture.

Ne ratez pas l’avis de 404

Publicités

La chronique de Suzie : Lola, Cheffe de gang de Melissa Scrivner Love

Editeur : Seuil

Traducteur : Karine Lalechère

Suzie est de retour pour vous parler polar. C’est plutôt une bonne idée avec les fêtes de fin d’année qui approchent … Je lui laisse la parole :

Bonjour amis lecteurs. Me voici de retour à la surface pour vous parler d’un premier roman intitulé « Lola », cheffe de gang.

En lisant la quatrième de couverture, on apprend que l’auteur est aussi scénariste pour des séries policières tels que « CSI Miami » ou « Person of Interest ». J’ai trouvé cela prometteur et je me suis donc lancée dans cette lecture.
Le synopsis est assez simple. Une jeune femme faisant partie d’un gang de latinos de Los Angeles, ne semble pas être autre chose que la compagne du chef. Mais, les apparences sont trompeuses car c’est elle la tête pensante et la personne qui donne les ordres. Lors d’une descente qui aurait pu augmenter la notoriété de son gang, tout foire et Lola va devoir s’investir encore plus pour éviter de perdre sa tête.
L’histoire est racontée du point de vue de Lola, de ses problèmes, de son vécu. On est immergé dans la vie quotidienne d’un « petit » gang de quartier mais aussi des différents codes dans ces quartiers où chacun essaie de survivre à sa façon. Ce sont des zones de non droit où le communautarisme est roi, où tout n’est qu’apparence. Chacun a une place bien définie qu’on soit un homme ou une femme. Une bonne partie des problèmes de la Société est représentée dans ce microcosme que ce soient la drogue, la prostitution, la violence familiale, la pédophilie, … Le décor tel qu’il est planté est déprimant car les personnes ne devraient pas vouloir plus que ce à quoi elles peuvent accéder. Mais, pour certains, cela n’est pas suffisamment et ils feront tout pour se battre.
Au niveau des personnages, celui qui prédomine est celui de Lola. Elle est définie comme une personne que les hommes sous-estiment à cause de plusieurs critères mais surtout parce que c’est une femme et donc considérée comme négligeable. Au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire, l’auteur va nous apprendre un certain nombre de choses sur son passé et son arrivée à la tête du gang.
C’est une personne réfléchie qui essaie d’avoir un certain code de l’honneur au sein de son activité. Elle assume toutes ses décisions bien que, parfois, elle aimerait pouvoir s’appuyer sur quelqu’un. Elle n’hésite pas à se salir les mains si besoin et elle a un énorme problème vis-à-vis de sa mère. Enfin, comme elle est obligée de cacher son rôle de chef, elle donne une apparence lisse qui la ronge de l’intérieur.
Tout au long de l’histoire, c’est la voix de Lola qu’on écoute et qui nous explique les problèmes dans lesquels elle se trouve, les relations qu’elle peut avoir avec son entourage, … Les autres personnages principaux sont composés des membres de son gang, que des hommes, de sa famille proche avec qui elle a une relation très particulière et conflictuelle ainsi qu’une petite fille qui va lui donner le courage de penser à un avenir différent. Parmi les membres du gang, deux protagonistes masculins vont être mis en avant car ils ont des interactions spécifiques avec Lola. Les autres seront plutôt des stéréotypes venus étoffés l’intrigue.
Enfin, l’intrigue ressemble à celle qu’on peut trouver dans un épisode de série. Ce qui est compréhensible lorsqu’on connait le métier de l’auteur. Les informations qui ont permis d’arriver à la situation initiale, vont être distillées au fur et à mesure de l’avancement de cette dernière pour donner plus de poids à la situation dramatique dans laquelle se trouvent les protagonistes. Comme pour montrer que les apparences jouent un rôle important dans cette histoire, l’auteur va jouer avec des voiles qui vont servir à obscurcir ou dévoiler certains pans de vérité. Comme dans un épisode de série, l’intrigue va se précipiter à la fin et éclaircir la situation pour qu’on puisse la comprendre.
Lorsque j’ai commencé à lire cette histoire, bien que je trouvais que le synopsis était prometteur, j’ai eu beaucoup de mal à m’identifier aux personnages. Je ne comprenais pas où l’auteur voulait en venir. Il a fallu que je m’accroche à l’intrigue pour commencer à trouver cela intéressant. Puis au fur et à mesure des chapitres, la personnalité de Lola se dévoile, les problèmes s’amplifient et se complexifient. On ne sait plus où donner de la tête tellement il y a d’informations contradictoires.
Finalement, c’est un roman qui m’a beaucoup intéressée. Qui n’est pas à mettre entre toutes les mains plus pour son contexte sociétal. J’attends d’avoir un deuxième livre de l’auteure pour avoir un avis définitif. Mais, si vous aimez lire les scénarios de série, ce livre devrait vous intéresser. Sur cela, je vous abandonne à vos lectures. Je pense que je vais rester à la surface un petit moment.Il y a des choses intéressantes qui se profilent. A bientôt

Le dictateur qui ne voulait pas mourir de Bogdan Teodorescu

Editeur : Agullo

Traducteur : Jean-Louis Courriol

Revenons sur un roman sorti en début 2018 et que j’ai malencontreusement laissé dormir sur mes étagères. Car en mêlant une situation existante avec du fantastique, l’auteur va détailler les psychologies des personnages qui gravitent autour du dictateur.

Le dictateur de la Roumanie se fait vieillissant et s’est retranché dans sa serre, dont les parois de verre sont sales et fissurées, à l’image de son pouvoir. Il ne reçoit quasiment plus personne, à part son bras droit Yasmine Petrescu, dont il écoute les avis, et à qui il fait passer ses ordres pour gérer le pays. Et ses ordres se contentent de faire régner la terreur, car étant arrivé au sommet, sa seule préoccupation est de rester en place.

Ce jour-là, le Dictateur convoque Yasmine pour lui faire part de son nouveau projet. La Roumanie n’étant connue que pour ses barbares sanguinaires ou le comte Dracula, il envisage de redorer le blason de son pays. Depuis quelques années, il a mis en place un service de recherche scientifique qui doit fabriquer une machine à remonter le temps. Et le moment de la faire fonctionner est arrivé.

Le Dictateur présente son projet : faire venir du passé une grande figure de la Roumanie. Si de nombreux noms sont cités par Yasmine, il a choisi Michel le Brave, grand conquérant du 16ème siècle et sa victoire face à l’empire Ottoman. Le Dictateur décide donc de consulter sa cour, avant de mettre en place ce qui doit être sa grande œuvre. Mais ce qu’il a envisagé ne va pas se dérouler comme il était prévu.

Ce roman que l’on pourrait classer dans le genre fantastique n’en est pas moins une véritable charge virulente envers son pays. Sous la forme d’un roman choral, passant en revue les différents personnages qui comptent en Roumanie, successivement Le Dictateur, Yasmine, le Capitaine, le Président de l’Académie, le Général et le Révolutionnaire, l’auteur nous montre la tête d’un état en perdition totale.

Ce n’est pas le scénario que l’on retiendra dans ce roman mais bien les implications qui en résultent, même si l’histoire se révèle croustillante. Outre le Dictateur dont l’objectif final est bien de devenir immortel en se faisant réapparaitre jeune après sa mort, on y voit sa « cour » qui est totalement à sa merci. Ils sont prêts à tout pour survivre, ou ne pas être emprisonné. Chacun à son niveau cherche à survivre et à rester dans l’ombre. Et si on peut penser que le peuple est con (excusez moi, je ne trouve pas d’autre mot) de se laisser embringuer comme ça, c’est bien parce qu’il y règne dans ce pays un climat de terreur.

Du coup, chacun de ces personnages est présenté en fonction de sa motivation profonde. Il y a ceux qui baissent la tête, ceux qui ont le courage de dire au Dictateur frontalement ce qu’ils pensent, ceux qui suivent le courant, ceux qui influent le courant, et ceux qui veulent agrandir leur sphère d’influence et/ou leur pouvoir. Cela donne un roman qui va bien au-delà de la Roumanie, qui va bien au-delà du cynisme. Cela devient un roman universel, une charge corrosive contre toute dictature et en même temps une prise conscience de qui attend le peuple quand il se laisse mener par le bout du nez. Comprenne qui pourra !

Ne ratez pas les avis de Laulo et Mr K.

 

Les Balais d’Or 2018 à Saint Malo

C’est le 8 décembre à 18H00 que seront remis les prix du Balais d’Or 2018, à Saint Malo au Grand Hôtel de Courtoisville, en collaboration avec la librairie L’étagère, 20 Rue Gustave Flaubert. C’est déjà la 8ème édition de ce prix qui récompense des romans qui, pour la plupart, n’ont jamais reçu aucun prix. Et à chaque fois, ce sont de formidables romans originaux qui ont été désignés par un jury de 13 lecteurs passionnés, autour de l’organisateur Richard Contin.

Malheureusement, je ne pourrais pas être sur place, mais je vous recommande chaudement cette cérémonie, simple et conviviale, qui vous permettra de rencontrer certains lauréats dont Johanna Gustawsson. Les lauréats de cette édition 2018 sont :

Balai d’Or : Mor de Johanna Gustawsson (Bragelonne éditions)

Mör : adj. fém. En suédois, signifie « tendre ». S’emploie pour parler de la viande.  Falkenberg, 16 juillet 2015. Sur les rives d’un lac, on retrouve le cadavre affreusement dépecé d’une femme. Ses seins, ses fesses, ses cuisses et ses hanches ont été amputés de plusieurs kilos de chair. Londres, le lendemain matin. La profileuse Emily Roy est appelée sur les lieux d’une disparition inquiétante : l’actrice Julianne Bell a été enlevée à l’aube, et ses chaussures ont été retrouvées à proximité de chez elle, emballées dans un sac de congélation. Ces deux crimes portent la signature de Richard Hemfield, le « tueur de Tower Hamlets », enfermé à perpétuité à l’hôpital psychiatrique de haute sécurité de Broadmoor. Dix ans plus tôt, il a été reconnu coupable du meurtre de six femmes et de celui de l’ancien compagnon de l’écrivaine Alexis Castells. Comment alors expliquer que ses crimes recommencent ?

Ne ratez pas l’Interview du Concierge Masqué : http://www.concierge-masque.com/2017/03/09/mme-johana-gustawsson-pour-son-roman-mor-chez-bragelonne-thriller/

Balai d’argent : Rouge armé de maxime Gillio (Ombres Noires)

Patricia, journaliste au Spiegel, enquête sur les personnes qui, dans les années soixante, ont fui l’Allemagne de l’Est au péril de leur vie. Inge est passée de l’autre côté du Mur quarante ans plus tôt et accepte de lui raconter son enfance, son arrivée à l’Ouest, son engagement…

Mais certains épisodes de la vie d’Inge confrontent Patricia à ses propres démons, à son errance.

Leur rencontre n’est pas le fruit du hasard.

Dans les méandres de la grande Histoire, victimes et bourreaux souvent se croisent. Ils ont la même discrétion, la même énergie à se faire oublier, mais aspirent rarement au pardon.

Ne ratez pas l’Interview du Concierge Masqué : http://www.concierge-masque.com/2017/02/02/rouge-arme-de-mr-maxime-gillio-chez-ombres-noires-editions/

Balai de bronze : Cyanure de Laurent Loison (Hugo & Cie)

Branle-bas de combat au 36, quai des Orfèvres. Toujours assisté de sa complice Emmanuelle de Quezac et du fi dèle capitaine Loïc Gerbaud, le célèbre et impétueux commissaire Florent Bargamont se trouve plongé dans une enquête explosive bien différente des habituelles scènes macabres qui sont sa spécialité.

Un ministre vient en effet d’être abattu par un sniper à plus de 1200 m. Sachant que seules une vingtaine de personnes au monde sont capables d’un tel exploit, et que le projectile était trempé dans du cyanure, commence alors la traque d’un criminel particulièrement doué et retors.

Les victimes se multiplient, sans aucun lien apparent et n’ayant pas toutes été traitées au cyanure. Balle ou carreau d’arbalète, la précision est inégalée. Ont-ils affaire à un ou plusieurs tueurs ? Un Guillaume Tell diaboliquement efficace se promène-il dans la nature?

Tandis que Barga doit faire face à de perturbantes révélations et se retrouve dans une tourmente personnelle qui le met K.O., les pistes s’entremêlent jusqu’au sommet de l’État, où le président de la République n’est peut-être pas seulement une cible.

Ne ratez pas l’Interview du Concierge Masqué : http://www.concierge-masque.com/2016/12/28/charade-de-mr-laurent-loison-chez-nouvelles-plumes-edition/

Balai de la découverte : Derniers jours à Alep de Guillaume Ramezi (French Pulp)

Mathias est un jeune cancérologue émérite. Cancérologue par vocation. Ce mal a emporté son père lorsqu’il était enfant. Seulement quand 25 ans plus tard, il voit apparaître le visage de son père sur une chaîne info, sa vie bascule. D’autant que l’homme est recherché pour terrorisme… Mathias se lance alors dans une traque hasardeuse pour retrouver son géniteur. Il ne peut se douter des dangers qui l’attendent. Il arrive au moment même où cette organisation s’apprête à semer la terreur sur l’Occident, à le mettre à ses pieds… Mathias aura-t-il le courage d’aller jusqu’au bout ? Saura-t-il affronter les secrets qu’il veut percer ?

Jusqu’où sont-ils prêts à aller pour instaurer la terreur ?

Ne ratez pas l’Interview du Concierge Masqué : http://www.concierge-masque.com/2018/02/13/derniers-jours-a-alep-de-mr-guillaume-ramezi-french-pulp-editions/

Balai de diamant : Phrom Thep de Marc Lasnier (Roman auto-édité)

Quand il s’est envolé pour la Thaïlande, Alain n’imaginait pas rencontrer Wannapa.

Voila peut-être le signe qu’il attendait…

Seulement, la jolie Thaïe semble écrasée par son passé.

Qui est cet inconnu qui la poursuit ?

Pourquoi est-elle en proie à des angoisses, de plus en plus envahissantes ?

Qui est vraiment la femme qu’Alain veut épouser ?

De Phuket aux frontières du Myanmar, il va remonter le fil du passé. Et découvrir, dans toute son horreur, la vérité.

Ne ratez pas l’Interview du Concierge Masqué : http://www.concierge-masque.com/2018/09/26/phrom-thep-de-mr-marc-lasnier-vainqueur-du-prix-du-balai-de-diamant-2018/

DDM THIERRY BORDAS TOULOUSE LE 11MAR2014 PORTRAIT DE CLAUDE MESPLEDE SPECIALISTE ET PAPE DU POLAR

Balai d’Honneur : Mr Claude Mesplède

Que puis-je dire sur Claude Mesplède ? Surnommé le Pape du Polar, il est une encyclopédie vivante. C’est quelqu’un que j’aime beaucoup, que j’adore et qui est toujours prêt à répondre à mes questions. Humble, disponible, bref, un super Monsieur.

Pour plus d’infos, je ne peux que vous conseiller d’aller lire l’article sur wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Mespl%C3%A8de

Pour terminer, je voudrais juste rendre un vibrant hommage à Richard Contin, le chef d’orchestre de ce prix sans qui il n’existerait pas. Richard, j’ai beaucoup de respect pour ce que tu fais. Chapeau Monsieur !

Oldies : Night Train de Nick Tosches

Editeur : Rivages Noir

Traducteur : Julia Dorner

Quand j’ai décidé de consacrer cette année 2018 à la collection Rivages Noir, je m’étais dit que cela me donnerait l’occasion de lire des auteurs que j’adore. Ce roman-là, je l’ai déjà lu une fois, j’en parlerai plus bas, et je l’ai relu dans le cadre de la sélection 2019 du Grand Prix des Balais d’Or (N°630).

L’auteur :

Nick Tosches, né le 23 octobre 1949 à Newark, dans l’État du New Jersey, est un écrivain, romancier, poète, biographe et journaliste rock américain.

Né d’un père italo-albanais et d’une mère irlandaise, Nick Tosches grandit à New York. Après divers petits boulots, il publie ses premiers papiers dans les magazines de rock Creem et Fusion.

Son premier ouvrage, Hellfire, une biographie de Jerry Lee Lewis publiée en 1982, le place d’emblée au rang des écrivains majeurs de la scène musicale. Les biographies qu’il a écrites par la suite retracent les itinéraires de Dean Martin, Michele Sindona, Sonny Liston, Emmett Miller (un des derniers chanteurs de minstrel show) et Arnold Rothstein.

Nick Tosches a également publié un recueil de poésie, Chaldea (Chaldea and I Dig Girls, 1999) et quatre romans policiers : La Religion des ratés (Cut Numbers, 1988), qui remporte en France le prix Calibre 38, Trinités (Trinities, 1994), un roman noir opposant la pègre asiatique et la mafia sicilienne, La Main de Dante (In the Hand of Dante, 2002), dans lequel des mafieux tentent de mettre la main sur un manuscrit de La Divine Comédie que possède le Vatican, et enfin, Moi et le Diable (Me and the Devil, 2012), dont le point de départ est la rencontre entre un écrivain vieillissant et une envoûtante inconnue, une nuit, dans un bar de New York.

Le Roi des Juifs (King of the Jews, 2005) est une biographie romancée du gangster Arnold Rothstein. Des articles et divers textes de Nick Tosches ont en outre été publiés dans les revues Vanity Fair et Esquire. La plupart de ces écrits sont regroupés dans le recueil The Nick Tosches Reader en 2000. En 2009, Nick Tosches fait paraître Never Trust A Loving God, un ouvrage écrit en collaboration avec son ami et peintre Thierry Alonso Gravleur.

(Source Wikipedia)

Quatrième de couverture :

Devenu champion du monde des poids lourds en 1962, Charles Sonny Liston semblait avoir exorcisé son passé de fils d’esclave. Il s’était frayé un chemin jusqu’au sommet, et ceux qu’il affrontait sur le ring disaient que personne ne pouvait l’arrêter. Ses liens avec la pègre en avaient fait un champion craint mais impopulaire. Et lorsqu’il perdit son titre face à Muhammad Ali, presque sans combattre, tout le monde eut l’air de s’en moquer.

On connaît les qualités de Nick Tosches quand il s’agit de rendre le réel aussi passionnant qu’un roman. Il avait déjà percé à jour le mystère Dean Martin et mis en lumière les démons de l’Amérique dans Dino (Rivages/Noir n° 478). On lit avec la même passion son récit de la vie du boxeur Sonny Liston, personnage également énigmatique.

Témoignages, documents officiels, archives privées, tout est matière pour Nick Tosches qui brosse le portrait d’un homme pitoyable et mythique, dans un style expressif et dense qui révèle son immense talent d’écrivain.

Mon avis :

Être ou ne pas être, là est la question. Relire ou ne pas relire des romans que j’ai déjà lus et adorés, là est la question. Et c’est réellement la question que je me pose alors que je viens de relire ce roman. Comme je l’ai dit, ce roman est sélectionné pour le Grand Prix des Balais d’Or 2019 et donc je me suis re-penché sur ce livre sur l’insistance de mon ami Richard. Si on peut le classer dans la catégorie Polar, c’est bel et bien la biographie de Sonny Liston, champion du monde de boxe des Poids Lourds en 1962.

Les biographies ne sont pas ma tasse de thé, mais je dois dire que Nick Toshes, auteur trop méconnu en France, a l’art d’insuffler un rythme rapide, avec son écriture coup de poing. J’attends d’une biographie qu’elle soit documentée, passionnante, et vivante. Pour la documentation, elle est impressionnante puisque l’auteur fait intervenir des extraits de journaux, des interviews et des personnages dont il va résumer leur vie. Ce roman noir biographique est passionnant, oh oui !, car il nous montre et dénonce l’esclavagisme, le racisme, et surtout l’emprise de la mafia ou des mafias sur un sport qui permettait de se faire beaucoup d’argent rapidement et sans risque. Vivante, éloquente, incroyable, cette histoire l’est assurément.

Incroyable de voir comment Sonny Liston n’a jamais ressenti de frontière entre bien et mal, comment il a participé à des meurtres payés par la mafia, comment il était doué, comment il était lié à la religion, comment il adorait les enfants. Incroyable, ce personnage l’est par sa dualité bon / mauvais, et c’est probablement pour cela qu’il a été aussi mal aimé par le peuple américain. Incroyable, ce roman l’est par la passion que Nick Toshes y a mise, s’impliquant dans certains passages en parlant à la première personne, et en restant derrière les faits comme le journaliste génial qu’il est. Incroyable, cette dénonciation l’est, de toutes les magouilles, à tous les niveaux, les corruptions, les contrats faussés et les paris arrangés d’avance. Incroyable, l’itinéraire de cet homme l’est, à qui on n’a voulu donner sa chance que tard dans sa vie, dont la défaite face à Mohamed Ali est empreinte de doute, dont la mort est encore aujourd’hui empreinte de bizarreries et de contradictions.

Que vous dire d’autre ? Il vous faut lire, dévorer, les romans de Nick Toshes, celui-ci, mais aussi Dino, qui retrace la vie de Dean Martin, sans oublier ses premiers polars ou même La main de Dante. Voilà les romans que j’ai adorés de cet auteur et que je vous recommande pour une analyse juste et rageuse de la société américaine.

Le chouchou du mois de novembre 2018

Le mois de novembre a été pour moi le mois des découvertes : découverte de nouvelles maisons d’édition ou bien découvertes de nouveaux auteurs. Ne tenez pas compte de l’ordre d’apparition, j’ai fait l’effort de les classer par ordre alphabétique des auteurs. Jugez-en plutôt :

J’aurais chroniqué les 5 fascicules et 10 nouvelles de la saison 2 de Double Noir, édité par l’association Nèfle Noir. On y trouve beaucoup de pépites parmi celles de Guy de MAUPASSANT, Jack MOFFITT, Alexandre DUMAS, Georges J.ARNAUD, Louis PERGAUD, Marin LEDUN, Prosper MÉRIMÉE, Max OBIONE, Jean-François COATMEUR et Claude MESPLÈDE lui-même. N’hésitez plus, le détail est ici.

L’autre nouveauté pour moi aura été de lire des romans électroniques dont Max de Jérémy Bouquin (Ska), un polar annoncé pour adolescent mais qui peut plaire à toute la famille à partir de 15-16 ans ; et Ma vie sera pire que la tienne de Williams Exbrayat, roman auto-édité, divisé en trois parties toutes différentes les unes des autres, original et décalé, à découvrir.

Je ne savais pas que les éditions In8 publiaient des romans, et encore moins des polars. Amère Méditerranée de Philippe Georget (Editions In8) fut une superbe lecture pour moi, car il correspond tout à fait à l’humanisme qui me porte. Si l’intrigue porte sur la recherche de ce qui s’est passé sur un chalutier qui a pris feu, elle aborde un sujet sensible, placé au niveau de ceux qui subissent ce trafic d’humains.

La disparition d’Adèle Bedeau de Graeme MacRae Burnet (Sonatine) est le premier roman de l’auteur et le premier que je lis de lui. Ce roman à réserver aux amateurs de roman psychologique est à ranger juste à coté des romans de Simenon, et c’est une vraie réussite. Présenté comme un duel à distance entre les deux personnages, c’est fascinant de justesse.

Encore un premier roman avec Dégradation de Benjamin Myers (Seuil), qui est plutôt à classer dans les romans noirs. S’il faut s’habituer au style de l’auteur, et accepter certaines scènes dures, le constat qu’il dévoile est démontré sans concession, d’un groupe d’hommes dépourvu de toute humanité et qui sait se mettre à l’abri des lois grâce aux petits arrangements entre amis. Eloquent et éblouissement.

Les damnés ne meurent jamais de Jim Nisbet (Rivages Noir) aura été l’occasion pour moi de découvrir un extraordinaire auteur de polar, qui déroule son histoire en suivant tous les codes mais en les détournant avec beaucoup d’humour. Nul doute que je vais revenir bientôt fouiller dans sa bibliographie.

Don Winslow, j’adore. L’auteur de La griffe du chien et de Cartel revient avec Corruption de Don Winslow (Harper & Collins), un roman coup de poing qui dénonce la corruption (d’où son titre !) à tous les étages, de la polie en passant par la justice en passant par les politiques. Le roman est inlâchable et le seul bémol que j’y ai trouvé est sa similitude avec la série télévisée The Shield, que j’adore. C’est un roman extraordinaire qui sera sans nul doute au pied de beaucoup de sapins.

Double découverte avec Le loup d’Hiroshima de Yuko Yusuki (Atelier Akatombo), celle d’une toute nouvelle maison d’édition et celle d’un auteur. Yuko Yusuki nous montre l’arrivée d’un jeune policier, coaché par un ancien bien intégré parmi les gangs de Yakuzas. C’est l’occasion de détailler les codes qui régissent ces mafias à travers un scénario fort bien mené. A découvrir pour le dépaysement mais aussi pour la qualité de la narration.

Le titre du chouchou du mois revient donc à Rouge parallèle de Stéphane Keller (Toucan) qui m’a tout simplement envoûté. La plongée dans les années 60, la description des itinéraires de deux personnages forts font de ce roman un moment de lecture et de plaisir intenses, que l’on a bien du mal à lâcher, et que l’on a beaucoup de peine à oublier. C’est le premier roman de l’auteur et je peux vous dire que j’attends le prochain avec grande impatience.

J’espère que ces avis vous seront utiles dans vos choix de lecture. Je vous donne rendez-vous le mois prochain, pour le bilan de cette année 2018. Quant à moi, je vais consacrer mon mois de décembre aux romans que j’ai mis de coté au long de cette année et à la sélection des balais d’or. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Amère Méditerranée de Philippe Georget

Editeur : Editions In8

Alors qu’on avait l »habitude de lire les romans de Philippe Georget chez Jigal, voici que son petit nouveau sort aux éditions In8. Honnêtement, je n’avais pas l’information. Il aura fallu un petit message de Philippe lui-même pour que je sois au courant, et quelques semaines pour que je le lise. Un mot : Ne ratez pas ce roman !

Au large de l’île d’Ostiolum, Ugo et Elena sont en pleine partie de pêche à bord de leur Yacht Aurélia. L’ïle d’Ostiolum est un bout de terre de 83 km² situé entre l’Afrique et l’Europe, comme un lien entre la pauvreté et la richesse. Alors qu’Elena descend vers la petite cuisine, elle entend Ugo et son cousin Javier crier. Mais en guise de grosse prise, il s’agit du corps d’un homme. D’autres flottent autour, et ils en distinguent quelques uns qui bougent encore. Immédiatement, ils lancent un signal d’alarme.

Elle est dans l’eau, accrochée à son espoir, à son désespoir, qui n’est autre qu’une caisse en bois. La caisse lui permet de ne pas couler, et elle bat des jambes de temps en temps pour avancer. Ce qui la tient encore en vie, c’est ce petit corps qui proteste dans la caisse : un petit chat qu’elle a nommé Mouna se met à miauler.

Louka Santoro est résident sur l’île et a fait ses études sur le continentavant de revenir pour exercer le métier de journaliste. Assis à la terrasse du Café de la Gare, il boit son café qui devrait finir de le réveiller. Corto, un pêcheur qui embarque les touristes, vient de recevoir un appel d’Ugo : un chalutier vient de chavirer au large avec des migrants à bord. Louka et Corto se mettent de suite en route pour en sauver le maximum et récupéreront une vingtaine de personnes. Mais pourquoi le chalutier a-t-il sombré ?

Philippe Georget nous a habitué à insérer dans sa bibliographie des romans orphelins, entre deux enquêtes de Gilles Sebag et Jacques Molina, ses inspecteurs récurrents. C’est le cas ici, où il situe l’intrigue de son roman sur une île imaginaire, sorte de pont entre l’Afrique, affamée et déchirée par ses conflits et l’Europe riche et hautaine. Et on sent que cet auteur, que j’adore pour son humanisme, a choisi ce sujet parce qu’il lui tient à cœur.

On y trouve une passion, sous-jacente, qu’il n’a pas voulu mettre au premier plan, optant pour un style grave, solennel, pour bâtir son roman. Il y met aussi beaucoup de recul, se plaçant en retrait par rapport à ce qui arrive à ces pauvres gens qui, en définitive, ne veulent que survivre. Car il y a bien une intrigue policière, puisque Louka va plonger pour observer l’épave du chalutier, et découvrir qu’un couple est menotté à une barre du bateau. Il y a donc bien eu assassinat.

Louka va donc avancer à pas comptés, rencontrant les naufragés survivants, les membres de la police locale, ceux de la métropole et même ceux des services secrets. Pour asseoir son sujet, Philippe Georget va insérer des chapitres consacrés aux migrants, et nous donner quelques clés à propos de l’énigme. Mais surtout, il va nous montrer la complexité des tensions qui se jouent entre les différentes nationalités et les conditions déplorables du voyage, orchestrées par des passeurs marchands de viande !

Et c’est dans ces moments là que le roman décolle et nous place en face de nos responsabilités. Sans vouloir être un brûlot, il nous pose des questions. Car nous sommes responsables. Comment pouvons-nous mettre au pouvoir des dictateurs sanguinaires et fermer les yeux devant le sort de leur peuple ? Comment pouvons-nous ruiner, voler leurs ressources naturelles et fermer les yeux devant le sort de leur peuple ? Comment pouvons-nous nous empiffrer de nourriture et fermer les yeux devant le sort de leur peuple ?

Si ce roman est d’une construction admirable, complexe mais redoutablement bien menée, si on y trouve des scènes d’action et même angoissantes, le fond du sujet, élaboré avec beaucoup de subtilité, rend ce roman un livre important. Et par moments, on y trouve des phrases éloquentes telles celle-ci que j’ai pioché à la page 232 : « On ne peut pas se revendiquer des Droits de l’Homme tout en fermant nos portes à ceux qui fuient l’Enfer. » Voici un des grands romans humanistes de l’année 2018, à ne pas rater.

Ne ratez pas l’avis de l’Oncle Paul