Archives pour la catégorie Littérature suédoise

Compte à rebours de Martin Holmén

Editeur : Hugo & Cie

Traducteur : Marina Heide

On avait fait connaissance avec Harry Kvist dans le premier tome de ce qui est annoncé comme une trilogie, Corps-à-corps. Dans ce roman glauque et noir, nous étions transporté dans le Stockholm des années 30, en pleine crise économique, avec toute la pauvreté que cela a engendré. Après 1932, voici 1935.

Depuis que nous l’avons laissé, Harry Kvist est en train de terminer un séjour de 18 mois en prison. Et il a rencontré là-bas un jeune homme dont il est tombé amoureux. Il se nomme Gusten et il a réussi à attendrir notre boxeur aux poings d’acier. Harry doit sortir aujourd’hui, et Gusten dans une semaine. Alors, il l’attendra … d’où le compte à rebours du titre, chaque chapitre rythmant les jours qui le séparent de ses retrouvailles avec Gusten.

Harry doit donc attendre une semaine, avant de changer de vie, et se ranger des affaires louches dans lesquelles il était impliqué. Il retrouve évidemment son ami croque-mort, dont les activités sont toujours florissantes. C’est lui qui l’informe que Beda, une vieille dame qu’Harry aimait beaucoup, est morte. Or beda lui avait écrit en prison, lui demandant de prendre soin de son fils Petrus, sourd et muet.

Quand il va aux nouvelles au commissariat, il apprend que Petrus a été accusé du meurtre de sa mère. Cela parait bien peu réaliste. Comme il a été jugé arriéré, il est envoyé dans un asile. Pour rendre justice et respecter la promesse qu’il a faite à Beda, Harry va enquêter …

Alors que le premier tome de cette trilogie nous envoyait en 1932, nous voici en 1935 quand Harry Kvist sort de prison. La vie à Stockholm a un peu évolué et le sujet du roman aussi. Alors que dans Corps-à-corps, Martin Holmén nous décrivait l’état de délabrement de la société suédoise, dans une ambiance glauque où tout le monde cherchait à survivre, vendant ce qu’ils pouvaient pour manger, la situation en 1935 s’est un peu améliorée.

Si les pauvres sont toujours à arpenter les rues, le sujet du roman se recentre sur le personnage de Harry Kvist à propos duquel nous allons en apprendre un peu plus. On découvre un homme amoureux, prêt à se ranger des recouvrements de dettes. Il s’apprête donc à tourner la page, et songe même à se caser en rachetant un marchand de tabac. On le découvre plus humain, on le découvre loyal, cherchant à respecter la parole qu’il a donnée à Beda, une vieille dame qu’il aime beaucoup.

La deuxième évolution de ce roman est la montée du nationalisme. On sent bien dans la rue, la montée des idées nauséabondes, et on sent bien la présence du voisin qui infuse ses théories. Le fait d’avoir choisi un héros homosexuel est aussi une bonne façon d’illustrer cette période, puisque Harry est touché au premier plan. Et une nouvelle fois, le propos n’alourdit pas le roman, mais est abordé par petites touches. C’est vraiment très bien fait.

Enfin, c’est un épisode violent, très violent. Déjà dans le précédent roman, l’ambiance était glauque. Dans celui-ci, la violence est omniprésente et Harry Kvist va prendre cher. L’auteur semble montrer un personnage qui veut s’assagir et qui est malmené par la société. Et pour le coup, il va en prendre, des coups. Quant à la fin, elle est à la fois triste, poétique et cruelle. Voilà de quoi vous décider à lire cette trilogie !

Publicités

Espace Jeunesse : Mystère au camping de Martin Widmark

Editeur : PKJ

Traducteur : Frédéric Fourreau

Illustration : Helena Willis

Je vous avais déjà parlé de Léo et Maya lors de leurs 3 premières enquêtes au cinéma, au terrain de foot et au centre hippique. Eh bien, voici leur quatrième enquête :

Quatrième de couverture :

Le soleil brille sur le camping de Valleby quand Léo et Maya plantent leur tente.

L’étang est tout proche : les vacances vont être belles ! Mais bientôt, des objets disparaissent dans les caravanes et certains campeurs se comportent bizarrement… Le directeur du camping lui-même découvre que son piège à écrevisses s’est volatilisé ! Et avec lui, son précieux contenu.

Fin du repos pour Léo et Maya : le moment est venu d’enquêter…

Mon avis :

Léo et Maya vont faire du camping avec leur copine Miranda et son singe Sylvester. Bien vite, on déplore un vol de girolles, mais surtout plusieurs kilos d’écrevisses que le propriétaire du camping Gunnarsson élève dans le lac tout proche. Les deux apprentis détectives vont devoir mettre tout leur esprit logique pour résoudre cette affaire.

Comme pour les précédents tomes, l’écriture va se révéler simple et agréable à suivre. Par contre, l’intrigue est savamment dosée et va forcément plaire à vos enfants avec ses chapitres courts. Tout d’abord, il y a une présentation en quelques chapitres du camping et des vacanciers qui y séjournent. Puis, vient le mystère. Enfin, Léo et Maya vont récolter des indices, et en les mettant bout à bout découvrir la solution.

Si je trouve que c’est un bon moyen d’initier vos bambins aux romans policiers, je dois dire que la logique de cette affaire et la façon dont c’est écrit fait que tout le monde y prend plaisir. Et puis, cette affaire ne manque pas d’humour, humour destiné aux plus petits bien sur, mais qui vous fera tout de même sourire. En tous cas, voilà un quatrième tome qui ne copie pas les précédents et qui s’avère un bon divertissement pour les petits comme pour les grands.

Les précédentes enquêtes de Léo et Maya sont :

Mystère au cinéma

Mystère au club de foot

Mystère au club hippique

Elles sont toutes chroniquées ici

Espace Jeunesse : Les petits détectives Léo et Maya de Martin Widmark et Helena Willis

Editeur : Pocket Jeunesse

Traduction : Frédéric Fourreau

C’est chez l’ami Claude que j’ai pioché cette idée de lecture, et j’ai acheté les trois premiers romans pour mon fils de 7 ans (bientôt 8 ans !). Cette série est aujourd’hui composée de 3 enquêtes alors qu’une quatrième devrait arriver en 2017 et s’intitulera Mystère au camping.

mystere-au-cinema

Mystère au cinéma :

Qui enlève des chiens à Valleby, la ville de Léo et Maya ?

Les propriétaires sont au désespoir : on leur réclame une rançon de cinq cents euros en échange de leurs petites bêtes adorées. Le temps presse. Léo et Maya décident de mener l’enquête, qui les conduira dans les recoins les plus secrets du cinéma Bio-Rio…

mystere-au-terrain-de-football

Mystère au terrain de football :

Le jour du match le plus important de l’année est arrivé. L’équipe de Valleby, la ville de Léo et Maya, parviendra-t-elle enfi n à gagner ? Le nouvel entraîneur, Franco Bollo, y croit dur comme fer ! La coupe en argent scintille au soleil et attend son vainqueur… Mais alors que le match bat son plein, une série de phénomènes étranges perturbent le jeu.

Quelqu’un aurait-il intérêt à saboter la rencontre ? Pour Léo et Maya, c’est le moment d’entrer dans la partie…

mystere-au-club-hippique

Mystère au club hippique :

C’est jour de course à l’hippodrome de Valleby.

Sara, qui participe pour la première fois, est rapidement distancée par les trois jockeys professionnels. Mais bientôt les chevaux de tête perdent du terrain et se comportent bizarrement. Que se passe-t-il ? Pour Léo et Maya, ça ne fait aucun doute : la course a été truquée !

Mon avis :

Si l’écriture est simple, et les dessins nombreux, la lecture est à mon avis à réserver à des lecteurs de l’âge de 8 ans ou plus. En effet, les personnages sont nombreux, et le livre est plutôt une enquête policière faisant appel au bon sens du lecteur. Donc, ceux qui aiment les romans d’aventures en seront pour leur frais. Ceci dit, je me suis fait avoir sur l’identité du coupable dans certains cas.

L’intrigue y est logique, et les deux petits détectives apparaissent en général vers le milieu de l’histoire, car la mise en place est longue. Il faut dire que l’on a à chaque fois affaire avec 8 à 10 personnages. S’ils sont reconnaissables, leur portrait dessiné en début de livre doit aider les jeunes lecteurs.

Ce sont de véritables petits romans policiers qui vont aborder différentes façons de mener une enquête policière. Dans le premier tome, le but est de trouver comment le coupable a réussi à cacher son forfait. Dans le deuxième, la solution est plutôt à chercher du coté du mobile. Quant à la troisième, c’est une histoire retorse qui fera appel à de la ruse, comme l’aurait fait Colombo.

Bref, voilà une nouvelle série, pas forcément facile à aborder pour des enfants de moins de 8 ans, qui permettra de savoir si vos petites têtes blondes apprécient les enquêtes policières. Et je peux vous dire que les parents passeront une heure de lecture bien agréable. Ma préférence va à Mystère au terrain de football, avec son intrigue retorse.

Metropol : Corps à corps de Martin Holmén

Editeur : Hugo & Cie

Collection : Thriller

Traducteur : Marina Heide

Je vous l’ai probablement dit : l’une de mes passions est d’errer dans les linéaires des libraires, et de feuilleter quelques pages de romans dont je n’ai pas entendu parler. La couverture m’a fait penser à un livre futuriste, à la Blade Runner, alors que la quatrième de couverture situait l’intrigue dans le Stockholm des années 1930. Après avoir lu le premier chapitre, il fallait que je sache si l’atmosphère sombre allait se poursuivre. Ce roman est une vraie belle découverte.

Stockholm, lundi 12 décembre 1932. Harry Kvist est un ancien boxeur qui s’est reconverti dans le recouvrement de dettes, ce qui lui permet d’utiliser son art d’utiliser ses poings. Son travail du jour consiste à récupérer l’argent chez un certain Zetterberg. Celui-ci n’a pas payé une Opel d’occasion à un vieil homme du nom d’Elofsson Ovanaker. Après être entré dans l’immeuble, Harry trouve l’appartement de Zetterberg luxueux, et le passe à tabac en lui donnant une journée pour réunir l’argent.

En ressortant, il rencontre une prostituée, Sonja et discute un peu avec elle. Son travail est difficile, dit-elle, depuis que tout le monde vend son corps pour acheter de quoi se nourrir. Il est vrai qu’il n’est pas rare de voir des garçons ou des filles proposer une passe. C’est en allumant son cigare qu’il rencontre un gamin, et qu’il décide de l’emmener dans un parc. Harry et le garçon font l’amour sur le capot de la voiture, puis pris d’une rage, Harry le dérouille à tel point qu’il le laisse KO.

Harry vit chez Lundin, un croque mort. Lundin sous-loue sa cave à de pauvres hères, et fait aussi du trafic d’alcool, ce qui est le seul moyen pour lui de survivre. Ce matin de mardi 13 décembre, Harry va retourner chez Zetterberg. La police bloque la rue et Harry apprend que Zetterberg a été assassiné. Harry a été vu sur place, il est naturellement suspect et se fait arrêter. Mais faute de preuves, les flics le relâchent. Harry va devoir mener l’enquête pour découvrir la vérité, car il sait bien que sa vie ne tient qu’à un fil.

C’est une vraie surprise que ce roman, qui frappe d’emblée par la description d’une ville en perdition. Nous sommes en effet en 1932 et la crise économique fait rage. Les gens sont en perdition, cherchant avant tout à manger. A travers le personnage de Harry Kvist, Martin Holmén nous décrit des gens qui trainent dans les rues, buvant l’eau du caniveau et vendant tout ce qui leur reste pour s’acheter à manger.

On trouve des gens qui récupèrent le moindre centime de couronne pour s’acheter la seule drogue accessible qui leur fasse oublier leur quotidien : l’alcool. On y voit de jeunes gens, garçons ou filles, prêts à vendre leur corps pour quelque menue monnaie. L’atmosphère est d’un glauque très réussi et aussi assez difficile à supporter. Surtout, Harry Kvist cherche aussi à survivre, et, comme les autres, cherche à s’en sortir, et navigue à vue dans ce monde totalement détruit. Il ne juge pas mais utilise cette situation à son avantage.

Dans ce cadre, Harry Kvist vit toujours avec son cigare vissé au bec, sodomise garçon ou fille quand l’envie lui en prend, car cela lui permet de calmer ses nerfs et d’oublier le quotidien. Je tiens d’ailleurs à souligner que certaines scènes sont crues et peuvent choquer des âmes sensibles. Puis après cette première partie dans les bas-fonds de Stockholm, Harry Kvist va basculer dans le monde des riches.

En effet, ce roman est divisé en deux parties, et son enquête va l’entrainer aux antipodes du monde dans lequel il vit, en rencontrant une actrice, mariée à un homme immensément riche. Et l’atmosphère glauque de la première partie se retrouve changée pour un monde où la boisson de base est le champagne. Et la drogue qui était l’alcool dans la première partie est échangée contre de la morphine que l »on s’injecte consciencieusement dans une veine du pied.

Alors que l’atmosphère devient moins glauque, l’apparence de ce monde de riches, bien séparé des pauvres, s’avère tout aussi malsain. Si l’auteur, comme Harry Kvist, n’est pas du genre à revendiquer, on nous montre quand même une société clivée entre ceux qui bouffent du caviar et ceux qui meurent de faim, tout cela sur un fond d’intrigue qui aboutira à un coupable que l’on aurait eu du mal à deviner.

Martin Holmén signe là avec Corps à corps un premier tome d’une trilogie bien intéressante, tout en laissant des zones d’ombre sur son personnage qui laissent augurer de futurs épisodes bien passionnants. Avec son style direct, il a bien assimilé les codes du roman de détective en y apposant sa patte, et je dois dire que ce premier roman m’a totalement séduit. A suivre donc … j’attends la suite avec impatience.

Espace Jeunesse : Espions et fantômes de Katarina Mazetti (Gaïa-Thierry Magnier)

Ce roman est le premier des aventures des cousins Karlsson. Ce billet a été intégralement écrit par ma fille auquel j’ai ajouté mon avis à la fin.

Auteur :

Katarina Mazetti est née en 1944 à Stockholm. Elle est journaliste et auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes. Elle a rencontré un grand succès avec Le mec de la tombe d’à côté, traduit en de nombreuse langues.

Genre du livre : enquête-suspense-groupe d’amis

Editeur : Editions Thierry Magnier-GaÏa

Illustrateur : Julia Wauters (pour la couverture)

Traducteurs : Marianne Ségol Samoy et Agneta Ségol

Principaux personnages :

Tante Frida est une artiste qui habite seule sur l’île aux Grèbes.

Ses quatre neveux sont :

Julia a douze ans, aime bien être seule pour lire.

Daniella surnommée Bourdon, sœur de Julia, a sept ans, elle est ronde, gourmande bonbons, bavarde et curieuse.

George aime dessiner, il est timide, a de longs cheveux, c’est toujours lui qui mène le groupe et il est fils unique.

Alex a douze ans, il est français, il est passionné de cuisine et veut devenir un Grand Chef de cuisine.

Chatpardeur, au départ, était un tout petit chat des rues tout maigre. Bourdon l’a beaucoup nourri et maintenant il est aussi gros que Bourdon. Quand il miaule on a l’impression qu’il parle.

Mon résumé (Clara) :

Julia, Bourdon, George et Alex se retrouvent sur l’île aux Grèbes où leur tante y habite seule. Pourtant, les cousins entendent des bruits bizarres, voient de la fumée dans la forêt à l’autre bout de l’île, et s’aperçoivent que de la nourriture disparaît.

Ne seraient-ils pas seuls sur l’île ?

Mon avis (Clara) :

J’ai aimé ce livre parce qu’il y avait des mystères et du suspense. L’ambiance est très inquiétante parce qu’ils ne sont pas seuls sur l’île en plus leur tante est obligée de les laisser seuls sur l’île.

J’ai aussi aimé les personnages : Bourdon est très rigolote et j’aime bien quand Chatpardeur parle parce que souvent il dit : « J’ai faim, donner moi à manger »dans sa langue

Mon avis (Le proprio) :

Si j’ai lu ce roman, c’est bien parce que ma fille a insisté … et parce que, depuis, elle a lu les 5 autres aventures. Cela m’impressionne de la voir dévorer ces romans de 200 pages en une semaine. Et effectivement, c’est très bien fait. La tension monte au fur et à mesure du roman, les personnages sont bien dessinés, les dialogues sont pleins d’humour. Bref, toutes les qualités sont là pour passionner aussi les grands que les petits. Quand je dis « petits », je pense que cette lecture est recommandable à partir de 10 ans, car il y a tout de même beaucoup de personnages.

Je me suis surpris à aimer ce roman, à éprouver beaucoup de plaisir à sa lecture parce qu’on n’a pas l’impression de lire un roman pour enfants, mais vraiment un roman pour tous publics. Le début du roman prend son temps pour présenter les personnages. On ressent tout de suite beaucoup de tendresse pour ces gamins qui vont se rencontrer et se connaitre après quelques moments de méfiance. Puis la tension monte doucement, les événements bizarres vont se succéder et le fait que les enfants soient livrés à eux-mêmes va ajouter à l’inquiétude qu’on ressent pour eux.

Mais il n’y a pas que cela. On va y trouver deux intrigues : Une première sur la présence énigmatique de quelqu’un sur cette île, la deuxième concernant un faussaire des sculptures de leur tante. Malgré la complexité de l’intrigue, tout cela passe très bien. Enfin, le sujet abordé vers la fin du livre est grave, mais approché avec suffisamment de délicatesse pour montrer aux enfants des faits de société dont ils n’ont peut-être pas conscience. Bref, je suis conquis et je ne peux que recommander cette lecture.

Hommage : Une main encombrante de Henning Mankell (Points)

Je ne pouvais décemment pas passer sous silence la disparition le mois dernier de ce grand auteur suédois, connu et reconnu dans le monde littéraire et adulé chez les polardeux pour la création de son personnage de Wallander.

L’auteur :

Henning Mankell, né le 3 février 1948 à Stockholm et mort le 5 octobre 2015 à Göteborg, est un romancier et dramaturge suédois, tout particulièrement connu comme auteur d’une série policière ayant pour héros l’inspecteur Kurt Wallander du commissariat d’Ystad, une ville de Scanie, près de Malmö, dans le sud de la Suède.

Henning Mankell grandit à Härjedalen, au centre de la Suède. Ses parents ont divorcé alors qu’il avait un an. Sa mère partie, il est élevé par son père, juge d’instance. À seize ans, il part en stop pour Paris. Il intègre ensuite la marine marchande, vit à Paris puis en Norvège. En 1972, il découvre l’Afrique, d’abord en Guinée-Bissau puis en Zambie.

Il partage ensuite sa vie entre la Suède et le Mozambique où il a monté une troupe de théâtre, le « Teatro Avenida ». Après quelques romans, il développe sa carrière d’écrivain pour « se consacrer au théâtre en signant de nombreuses pièces » pour la scène et pour la radio. Dès 1990, il se lance en parallèle dans l’écriture d’ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse. Selon le spécialiste des littératures nordiques Philippe Bouquet cité par Claude Mesplède dans le Dictionnaire des littératures policières : « Mankell a toujours eu un faible pour les petites gens, […] cela se remarque dès ses premières œuvres romanesques [dans les années 1980 centrés sur des ouvriers] qui se lancent à la poursuite d’un patron indélicat [ou] traitent de la situation de la femme par le biais de la maternité ».

Mankell ne connaît toutefois une renommée internationale que grâce à la série policière des enquêtes de Kurt Wallander, homme en « perpétuelle interrogation sur le pourquoi des souffrances humaines [et dont la devise est] : « Les êtres sont rarement ce qu’on croit qu’ils sont » ». Ce commissaire, qui mène ses enquêtes de façon désabusée, est entouré par une équipe de policiers où chacun possède une personnalité soigneusement décrite. Les meurtres sanglants auxquels il est confronté le plongent au fil des romans dans un état de plus en plus dépressif, car le développement de l’aspect psychologique est tout aussi important pour Mankell que l’intrigue policière elle-même. Toutes les aventures de Wallander se déroulent dans la petite ville d’Ystad, en Scanie, dans le sud de la Suède, même si le détective se déplace une fois en Lettonie (Les Chiens de Riga) et enquête sur un meurtre dont les origines remontent en Afrique du Sud (La Lionne blanche). En outre, le sol du proche Danemark est souvent foulé.

Henning Mankell reçoit le prix Nils Holgersson en 1991. Il devient le premier lauréat du prix Clé de verre en 1992 avec le roman Meurtriers sans visage. En 2000, il reçoit le prix Mystère de la critique pour le roman Le Guerrier solitaire. Mankell est également double lauréat du prix du meilleur roman policier suédois. En 2007, il préside le jury du Prix du Livre européen qui sera remis cette année-là à Guy Verhofstadt pour son livre Les États-Unis d’Europe.

En 2010, il participe à l’expédition organisée par des groupes activistes en faveur de Gaza, qui donne lieu à un abordage israélien qui causa une dizaine de victimes. Il tire de cette expérience un récit publié le 5 juin 2010 dans plusieurs grands journaux dont Libération (France) 6, The Guardian7 (Angleterre), El País (Espagne), Dagbladet (Suède), La Repubblica (Italie) ou The Toronto Star (Canada). En janvier 2010, le classement de plusieurs magazines dédiés à l’édition, dont Livres-Hebdo en France et The Bookseller (en) en Grande-Bretagne, le place à la neuvième place des écrivains de fiction les plus vendus en Europe en 2009.

Le 29 janvier 2014, il révèle publiquement qu’il est touché par un cancer détecté au cou et dans un poumon à un stade avancé. Et il précise « J’ai tout de suite décidé d’écrire à propos de cette maladie, parce que c’est finalement une douleur et une souffrance qui affectent beaucoup de gens. Mais je vais écrire avec la perspective de la vie, pas de la mort.»

(Source Wikipedia)

Quatrième de couverture :

C’est l’automne en Scanie avec son lot de pluie et de vent. Désabusé, Wallander aspire à une retraite paisible et rêve d’avoir une maison à la campagne et un chien. Il visite une ancienne ferme, s’enthousiasme pour les lieux, pense avoir trouvé son bonheur. Pourtant, lors d’une dernière déambulation dans le jardin à l’abandon, il trébuche sur ce qu’il croit être les débris d’un râteau. Ce sont en fait les os d’une main affleurant le sol. Les recherches aboutissent à une découverte encore plus macabre.

Au lieu d’une maison, Wallander récolte une enquête. Jusqu’où devra-t-il remonter le temps, et à quel prix, pour identifier cette main ?

Mon avis :

Le cas de Henning Mankell et de Kurt Wallander est vraiment à part. Et tous ceux qui ont ouvert au moins un des romans de cette série ne peuvent qu’être touchés par la disparition de M.Mankell. Car même si il était annoncé que L’homme Inquiet était la dernière enquête de Wallander, il n’en reste pas moins que les fans espéraient toujours une enquête de plus. C’est assez incroyable que Kurt Wallander ait acquis une telle popularité auprès du public, et si je ne veux pas juger la valeur littéraire de cette série, je vais vous expliquer pourquoi j’ai adoré ce personnage.

Je pense que Henning Mankell a créé un style qui laisse la vie s’écouler, qui prend le temps de regarder les gens, qui prend le temps d’analyser les choses. Il prend le temps de montrer des gens normaux, avec des réactions normales. On n’y trouvera pas de scènes extraordinaires, si ce n’est qu’elles le sont car elles sont ordinaires et tellement vivantes. Et Henning Mankell a su écrire pour parler au plus grand nombre.

Il nous a montré un inspecteur bourru et intelligent, toujours aux manettes de sa vie, essayant toujours de s’adapter aux changements de la vie, aux changements de la société. En cela, le public a tout de suite reconnu un des siens. Dans mon cas, j’avais l’impression de côtoyer un proche, quelqu’un que j’avais toujours connu. Quand j’ai appris la mort de Henning Mankell, je me suis brutalement rendu compte que c’est aussi Kurt Wallander qui venait de mourir.

Henning Mankell aura donc, avec son inspecteur, parlé de sujets graves tels l’assassinat de Olof Palme, la perte de l’innocence de son pays, l’évolution de cette société, mais aussi les dessous cachés d’une démocratie qui veut à tout prix paraitre irréprochable aux yeux du reste du monde. Pour autant, Wallander n’est pas un revendicateur, il ne va pas s’élever contre cette évolution, mais juste servir de témoin et laisser le lecteur à son livre-arbitre. Le principe n’en est que plus marquant pour le lecteur.

A tous ceux qui ne connaissent pas Kurt Wallander, cet ami, je ne peux que vous conseiller de les lire dans l’ordre d’écriture et non de parution en France. Moi-même, je ne les ai pas tous lus, mais je peux vous assurer que les premiers sont fantastiques. Et vous prendrez un livre de temps en temps, comme si vous alliez à la rencontre d’un ami dont vous n’aviez plus de nouvelles depuis longtemps.

Le cycle Wallander se termine avec L’homme inquiet, qui clôt la vie de cet inspecteur, puisque, atteint de la maladie d’Alzheimer, il doit prendre une retraite bien méritée. Une main encombrante se situe juste avant, et c’est un court roman qui prépare le lecteur à la santé fragile de Wallander. Dans Une main encombrante, l’enquête est classique, et on voit un inspecteur confronté à la vieillesse, ou du moins à des personnes âgées. Et il se rend compte que cela va bientôt être son tour … Entre envisager d’acheter une maison pour sa retraite et être confronté à la réalité de la déchéance physique, il y a un pas qui est évoqué avec beaucoup de subtilité ici.

Voilà, Henning Mankell est mort, Kurt Wallander est mort. Le monde littéraire vient de perdre un grand auteur. Et moi, je viens de perdre un ami.

Les noces perdues de Anna Jansson (Toucan)

Il est étonnant de ne pas plus entendre parler de ce roman. Car le début du roman est tout simplement brillant. En ce qui me concerne, j’avais découvert Anna Jansson avec Derrière les remparts, et ce roman m’a surpris car je ne m’attendais pas du tout à cette façon de traiter un tel sujet, à savoir les relations de couple.

En Suède, sur l’île de Gotland, dans la vieille cité de Visby. Maria Wern rentre chez elle après un diner avec Erika et Anders. Erika est une collègue et Anders, son amour du moment, un médecin de district. Sur le chemin du retour qu’elle a décidé de faire à pied, elle entend un appel au secours. Elle aperçoit trois hommes battre à mort un jeune homme. Elle s’interpose et les trois se retournent contre elle. Elle échappe au viol, mais l’un d’eux lui enfonce une aiguille emplie de sang, avant de partir. Et si on l’avait infecté du Sida ?

A l’hôpital, Tomas Hartman, son commissaire, vient prendre de ses nouvelles. Mais elle ne peut lui donner que de maigres indices concernant les agresseurs. Puis, c’est Jonatan Erikson, le spécialiste des maladies infectieuses qui vient la rassurer quant au risque qu’elle court et qu’elle peut faire courir à son amant Per Arvidsson, policier lui aussi. Quand elle se lève à la recherche du jeune homme battu à mort, Linus, elle rencontre son père qui lui annonce sa mort et veut se venger des assassins.

Linn Brogen est infirmière à l’hôpital. Elle rentre chez elle, en pensant à sa fille, Sara, en attente d’une greffe de poumons. Et comme son mari Claes est en mer, elle ne dort pas beaucoup. C’est dans un parking qu’elle se fait agresser par trois hommes ; elle aurait pu être violée si son voisin Harry n’avait pas sorti ses chiens. Ce traumatisme supplémentaire ne va pas arranger ses insomnies, d’autant plus que quelqu’un vient frapper à sa fenêtre en pleine nuit.

Linn va voir Anders pour qu’il lui donne des somnifères. Anders est le genre de médecin à écouter longuement ses patients, ce qui lui fait perdre beaucoup de temps. Mais cela lui permet de les comprendre. Linn ne lui dit rien de son agression, et parle de sa volonté de quitter son mari. Puis c’est Harry qui est hypocondriaque, qui vient consulter et Anders lui prescrit des analyses d’urine.

Un matin, on découvre un corps décapité au sommet d’une colline…

Que ceux qui cherchent des sensations et des romans rythmés passent leur chemin. Il s’agit bien ici d’un roman policier psychologique, où l’auteure prend le temps d’installer ses personnages ainsi que le décor. Le corps de Linn ne sera, en effet découvert qu’après 100 pages, ce qui montre qu’auparavant, on aura eu le temps de se familiariser avec les différents protagonistes.

Le début de ce roman est tout simplement brillant. L’auteure commence par un personnage, lui en fait rencontrer un autre, que le lecteur va à son tour suivre, jusqu’à en rencontrer un troisième que nous allons suivre et ainsi de suite. C’est brillamment fait, et surtout les descriptions sont justes. Certes, l’auteure prend son temps, mais les traits qu’elle dessine sont tous parfaitement placés. A cela s’ajoute le fait que les personnages habitent tous le même quartier, ce qui simplifie les transitions.

Puis arrive le meurtre et l’aspect policier peut se mettre en place. Et même là, l’auteure semble placer l’enquête au deuxième plan, préférant s’attarder sur la vie quotidienne de ces gens qui habitent sur une ile, en presque totale autarcie. Cela permet ainsi de fouiller certains aspects de notre société, et surtout la difficulté des relations humaines, la vie de couple ou bien la difficulté d’être accepté en tant qu’homosexuel. Même si ce roman n’est un pamphlet, chaque personnage incarne un aspect de ces thèmes.

C’est remarquablement fait et c’est psychologiquement passionnant. Il y a bien des passages un peu bavards, surtout vers le milieu du livre, mais ils sont vite effacés au profit d’une fin stressante et surtout inattendue, d’autant plus qu’elle est bien amenée. Ce qui fait que je garderai de ce roman un souvenir particulier, comme un voyage sur cette ile où j’aurais vraiment eu l’impression de vivre auprès de gens simples, engoncés dans leurs problèmes quotidiens. Très bon !