Archives du mot-clé Gallimard

Cabossé de Benoit Philippon

Editeur : Gallimard Série Noire

Auréolé d’avis dithyrambiques, sur la toile entre autres, je me devais de découvrir ce premier roman, écrit par un auteur qui touche à tout. Attendez vous à une belle claque dans la gueule …

Il s’appelle Raymond. Comme ce prénom est moche, il se fait appeler Roy. Comme son prénom, Roy est moche, abimé, cabossé. Il fut boxeur, mais on devrait plutôt dire punching ball amateur. Dur au mal, il encaissait les coups jusqu’à se faire démolir. Avec cette gueule-là, il a bourlingué, fait tous les boulots, même ceux qui consistent à démolir des têtes pour recouvrer de l’argent.

Roy s’essaie à un site de rencontres. Il tombe sur Guillemette, jeune femme frivole qui a de la répartie. Elle a un petit ami, Xavier qui la frappe. Roy n’accepte pas cette attitude et le corrige … définitivement. Guillemette trouve alors en Roy le gentil géant qui va la protéger, avant d’éprouver pour lui le Grand Amour avec un grand A.

Recherché par la police, mais surtout fuyant leur vie abimée, nos deux écorchés vifs vont étrenner les routes de la France profonde sans but ni espoir, si ce n’est celui de passer le plus de temps ensemble possible. Cela va être l’occasion de rencontrer de nombreux personnages hauts en couleurs.

Je comprends les différents avis que j’ai pu lire sur la Toile à propos de ce roman. Avec un parti pris revendiqué de parler vrai, voire d’utiliser un langage parlé, l’auteur nous conte une bluette, une sorte de conte de fée d’aujourd’hui, mais en regardant l’envers du décor. Le héros n’est pas beau mais moche à en faire une caricature. La belle est belle et aveuglée d’amour. Et le décor n’est pas une belle forêt mais des routes départementales boueuses ou des banlieues grises. Le tout est servi chaud, très chaud, à force de coups de poing, de coups de pied et de mandales dans la gueule.

Que ceux qui n’apprécient que peu le langage vulgaire, ou la véracité des mots crus passent leur chemin. Il suffit de lire les premières lignes pour s’en rendre compte. Que ceux qui veulent lire un roman pas tout à fait comme les autres, et qui va vous frapper derrière la carapace, à l’endroit du cœur se jettent dessus. Car derrière cette brutalité, se loge une sorte de petite lueur de poésie noire, une once de gentillesse, de bon sentiment, sur fond d’amoralité, de sang et de sueur.

Pour un premier roman, c’est bluffant, car cela marche du début à la fin. Le seul petit reproche que je ferai, c’est que cela ressemble à un amoncellement de scènes, sans véritable but ni fin. Mais rien que pour quelques personnages rencontrés au fil de ces pages, avec une mention particulière pour Mamie Luger, et pour cette fin en forme de début de tout, je vous conseille d’aller y jeter un coup d’œil pour vous prendre un coup de poing.

Ce roman est qualifié pour le prix du Balai de la découverte 2017, organisé par le Concierge Masqué, et dont vous pourrez lire l’interview ici

Ne ratez pas les avis des amis Yvan et Jean Marc, de Fan2polar et Quatresansquatre

Oldies : Tueurs de flics de Frédéric H.Fajardie

Editeur : Gallimard (La Table Ronde)

C’est tout d’abord Jean Marc Lahérrère qui a attiré mon attention sur cet auteur, dont je ne connaissais que le nom. Puis, la couverture, le titre et la réédition chez La Table Ronde ont fait que je me suis jeté dessus. Quelle claque !

L’auteur :

Il grandit dans la librairie de son père bouquiniste et libertaire, rue de Tolbiac dans le 13e arrondissement de Paris, où il lit de très nombreux romans et nouvelles. Dès l’âge de 16 ans, le marxisme devient le repère idéologique de sa vie. En 1968, acquis aux idées de gauche, il milite à la Gauche prolétarienne, exerce divers petits métiers et, dès le mois de mai 1968, veut devenir le premier militant « engagé » à écrire des romans noirs.

Il publie son premier roman noir Tueurs de flics, en août 1979. Dans cette adaptation très libre de l’Orestie, un mythe de la Grèce antique, un commissaire est chargé d’une enquête qui doit lui permettre «d’arrêter des tueurs qui se plaisent à découper ses collègues». Ce premier roman s’inscrit dans le nouveau genre littéraire du néo-polar. Il est salué, dès cette époque, par les critiques Max-Pol Fouchet et Alain Dugrand.

À partir du milieu des années 1980, il signe des scénarios pour le cinéma et commence en parallèle à publier des romans de facture plus classique, tout en poursuivant son œuvre dans le roman noir. En 1989, le critique Renaud Matignon fait son éloge.

Réfractaire aux étiquettes et aux ghettos, il n’apprécie pas le socialisme mitterrandien, contre lequel il écrit, en 1993, Chronique d’une liquidation politique.

En 1998, avec la bénédiction du critique Bernard Frank, il participe à l’émission littéraire Le Cercle de minuit.

Il a été le parrain du Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d’Arras ; l’édition 2009 de ce salon lui a rendu un grand hommage.

Pour Fajardie, polar et roman noir sont les meilleurs moyens d’explorer l’envers et les travers de la société contemporaine. Dans son œuvre, où l’esprit chevaleresque de ses personnages s’oppose à la médiocrité contemporaine, son gauchisme politique s’allie aux valeurs d’honneur, de fidélité et souvent de fraternisation au-delà des oppositions idéologiques ou historiques.

Ses œuvres, dans leurs versions publiées aux éditions NÉO (reprises ensuite par La Table ronde), portent des couvertures dessinées par Jean-Claude Claeys. Elles restituent à merveille la sombre atmosphère urbaine, la violence et la désillusion qui se mêlent dans l’œuvre de Fajardie.

(Source Wikipedia)

Quatrième de couverture :

 » Tuer les flics, comme ça, c’est déjà bizarre, mais les découper en lamelles, en faux-filets, en fines tranches et finir par les bouffer, ça vous a carrément un coté farce.

Sauf que ces trois types étaient plutôt du genre pince-sans-rire. « 

Mon avis :

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le commissaire Padovani n’a pas la langue dans sa poche. Et ce qu’il raconte va forcément en choquer quelques uns, par le ton cru et l’acuité de ses observations sur notre société. Ecrit en 1975, on pourrait penser qu’il parle d’aujourd’hui, tant rien n’a changé ! Et ça flingue, ça claque et Dieu que c’est bon !

Ne vous arrêtez pas à la quatrième de couverture qui date des années 70 et qui, je trouve dessert quelque peu le roman, car on peut croire à un mélange d’humour glauque et de gore.

Le roman commence par une scène d’anthologie, et je pèse mes mots. Le commissaire Padovani est envoyé en tant que négociateur pour une prise d’otage dans un magasin d’électroménager. Le preneur d’otage est nu, et revêt seulement un gigantesque paquet de lessive Paic. Il n’a pas de revendications et Padovani finit par le descendre. Ses supérieurs apprécient moyennement ce dénouement et lui demandent de démissionner. Mais avant cela, il doit mettre fin à des meurtres en série de flics, à raison d’un par semaine.

Et voilà comment, à partir d’un synopsis simple, on se retrouve avec une pépite de polar noir, avec des vrais gens dedans, et surtout un observateur cynique et parfaitement lucide qui va raconter ce qu’il voit et ce qu’il pense. Quelque soit la situation, il va nous remettre à notre place et montrer le ridicule d’une société de consommation, de communication, et j’en passe qui sont à la fois drôle, grinçant, rebelle et clairvoyant.

Si on assiste au quotidien de la vie de flic, si on voit à quelle (s) pression (s) ils ont affaire, c’est le style de l’auteur qui marque les esprits. Le style est direct comme autant d’uppercuts qu’on prend dans la gueule. Pour autant, il n’y a jamais de vulgarités, mais juste des mots, des phrases qui nous remettent à notre place. L’efficacité littéraire a rarement atteint un tel degré de perfection.

Et si j’ai parlé de la scène d’introduction, je peux vous dire que toutes les scènes sont géniales sans qu’il n’y ait jamais de temps mort. Même la scène de fin, en forme de western apocalyptique, décalé et énorme va vous en mettre plein les yeux.

Depuis, je me suis renseigné : C’est la première aventure du commissaire Antonio  Padovani qui, sur la demande de l’écrivain et journaliste Jean-Paul Kauffmann, reviendra dans La théorie du 1% et deviendra un héros récurrent dans l’œuvre de Fajardie.

Ne ratez pas les billets de Charybde2 et les billets de Jean-Marc sur d’autres romans de Frédéric Fajardie ici et .

Oldies : La bête qui sommeille de Don Tracy

Editeur : Gallimard (1951) ; Folio (Format poche)

Traduction : Marcel Duhamel & Jacques-Laurent Bost

C’est dans le remarquable essai de Jean-Bernard Pouy, Une brève histoire du roman noir que j’ai pioché cette idée de lecture. Ce roman, édité aux Etats Unis en 1937, ne fut publié en France qu’en 1951. Heureusement, il est encore disponible chez Folio et je vous conseille très fortement de le lire !

L’auteur :

Après ses études, en 1926, il collabore un temps au journal local, le New Britain Herald. Il se rend ensuite à Baltimore et exerce divers métiers : garde du corps, agent immobilier, modèle pour des publicités, vendeur. Il revient finalement au journalisme de reportage au Baltimore Post, puis devient rédacteur au Trans Radio News à New York de 1928 à 1934. Après cette date, il est surtout rewriter pour de nombreux quotidiens et, entre 1955 et 1960, il enseigne également pendant la session d’été à l’Université de Syracuse.

Sa première publication date de 1928, une nouvelle dans la revue The Ten-Story Book. Il en écrira plusieurs centaines sous de multiples pseudonymes (Tom Tucker, Tracy Mason, Don Keane, Anne Leggitt, Jeanne Leggitt, Marion Small, Loraine Evans) dans la plupart des « pulps » de l’époque (Thrilling Sports, Popular Sports, Black Book Detective, Exciting Love…).

Son premier roman, Round Trip (Flash!) est publié en 1934, suivi en 1935 de Criss-Cross (Tous des vendus). Dans ce dernier roman, il décrit la descente aux enfers d’un ancien boxeur, devenu convoyeur de fonds, qui se lance dans un cambriolage pour séduire une femme. Criss-Cross sera porté à l’écran en 1949 par Robert Siodmak (titre français : Pour toi j’ai tué) avec Burt Lancaster dans une composition mémorable.

Dans ses récits policiers, Don Tracy explore souvent des zones peu fréquentées. Ainsi, La Bête qui sommeille (How Sleeps The Beast, 1938), l’un de ses romans noirs d’avant la guerre, traite avec acuité du racisme, un thème rarement abordé à cette époque par le genre.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Tracy appartient à un détachement de la Military Police. De cette expérience, il tirera dans les années 1960 une série de romans d’enquête ayant pour héros le sergent-chef Giff Speer.

Démobilisé, et tout en poursuivant la publication de romans noirs, dont les thèmes récurrents demeurent la recherche d’identité, l’alcoolisme et ses dérives, le racisme et la violence qu’il engendre, Don Tracy signe de son nom, ou des pseudonymes Barnaby Ross ou Carolyn Mac Donald, des romans historiques qui lui valent une certaine notoriété. Il emploie aussi sa plume à de nombreux travaux alimentaires : il rédige, sous le pseudonyme de Roger Fuller, plusieurs romans et recueils de nouvelles, ainsi que des novélisations du feuilleton Peyton Place, agit comme nègre littéraire pour Van Wyck Mason et Ellery Queen, et compose sous divers noms des novélisations de films et de séries télévisées, notamment des épisodes des séries Le Fugitif, L’Homme à la Rolls et Les Accusés.

Il meurt d’un cancer en 1976.

(Source Wikipedia)

Quatrième de couverture :

Un petit port avec ses pêcheurs d’huîtres, son débit de boissons, ses marins, sa putain locale, et Jim, le pauvre nègre transi. Et tout à coup la brutalité, le sadisme collectif se déchaînent et l’on assiste – sous couvert de moralisation – à un spectacle abominable, écœurant. Les atermoiements de la police locale, la lâcheté, la veulerie, la sauvagerie des uns, l’impuissance désespérée des autres font de ce livre un témoignage impitoyable.

Mon avis :

Dans un petit port des Etats Unis, tout le monde se retrouve au bar après le travail, pour boire, et oublier son quotidien. Jim, un jeune noir, vient acheter une bouteille d’alcool local. Fin saoul, il va tuer et violer une jeune blanche, avant de perdre connaissance dans une grange. Lors de la battue, on le retrouve et on l’enferme en prison. La population demande justice et va se diriger vers la prison pour un lynchage.

Ce qui frappe d’emblée, c’est bien la modernité de ce texte qui date de 1937 et qui n’a pas pris une ride. Il n’est fait aucune mention de détails qui pourrait placer ce texte à cette époque là, ce qui en fait un roman intemporel important. Et il l’est bien, important par les thèmes évoqués ici. Car au delà de la dénonciation du racisme, on y trouve pêle-mêle une accusation de la police, de la justice, des politiques, et des journalistes. Car Don Tracy va placer des personnages représentant chacun leur métier et montrer leur réaction face à ce drame.

Au milieu de cette cohue, il y a Al, l’adjoint du sheriff, qui représente la bonne conscience de la société, qui est un ami d’enfance de Jim, mais qui va basculer aussi dans l’horreur. Et puis il y a ce déclic, cette étincelle qui va faire éclater tout ce petit monde, qui va créer une folie collective jusqu’à créer une scène d’horreur (non écrite mais que le lecteur peut imaginer) qui va faire réagie le lecteur. Il y a du bruit et de la fureur, de la folie et de l’hystérie, de la passion et de la déraison, il y a surtout le génie d’un auteur qui a su recréer une foule en délire, dénuée de toute morale alors que c’est ce qu’elle demande.

En un peu plus de 200 pages, Don Tracy réussit le challenge de montrer une foule devenue folle demandant justice, là où toutes les instances ont oublié leur rôle, instances qui se dédouanent de leur rôle en essayant de se rassurer sur le fait qu’ils n’y sont pour rien. C’est un grand, roman, un roman important, un roman à lire et à relire … et à faire lire.

Condor de Caryl Ferey

Editeur : Gallimard

Comme beaucoup de lecteurs de polars, j’aime Caryl Ferey. J’aime Caryl Ferey pour ses intrigues. J’aime Caryl Ferey pour ses personnages. J’aime Caryl Ferey pour son humanisme. J’aime Caryl Ferey pour son honnêteté. J’aime Caryl Ferey pour ce qu’il nous montre du monde et de l’état dans lequel il est. Avec Condor, nous faisons étape au Chili.

Santiago du Chili. La manifestation étudiante fait rage Plaza Italia. Gabriela parcourt les rangs, armée de sa camera pour faire un reprortage qu’elle postera sur le Net. Elle y retrouve son amie Camila Araya, la présidente de la Fédération des Etudiants de l’université du Chili. La manifestation défend l’éducation pour tous, depuis que le Chili s’est libéré de la dictature de Pinochet pour plonger dans l’ultralibéralisme et des universités payantes qui coutent le salaire d’un ouvrier.

A 67 ans, Stefano a toujours la passion du cinéma et celle de partager la culture. Il héberge Gabriela depuis quatre ans, et lui propose de venir voir The Getaway de Sam Peckinpah à la Victoria, où ils rejoindront le Père Patricio. En pleine projection, la sœur Maria Inès leur demande venir voir le drame qui se déroule sur un terrain vague tout proche :

Quelques policiers tentent de maitriser la centaine de badauds qui observent le corps d’un jeune adolescent mort. Enrique, le fils de 14 ans du rédacteur en chef de Senal3 est étendu là, mort. Gabriela filme tout, car elle a remarqué des traces de poudre blanche. C’est le quatrième corps d’adolescent que l’on retrouve comme cela. Gabriela sait que la police ne fera rien pour élucider les morts de jeunes pauvres. On lui conseille alors de contacter un jeune avocat spécialiste des causes perdues Esteban.

Après la Nouvelle-Zélande («Haka», 1998, «Utu», 2004), l’Afrique du Sud («Zulu», 2008), et l’Argentine («Mapuche», 2012), Caryl Ferey pose ses valises au Chili. C’est l’occasion pour lui de montrer en 400 pages un pan de l’histoire de ce pays marqué par une dictature adoubée par les plus grands pays économiques, sous prétexte de lutter contre le communisme. Le pendant de cela, c’est que ce pays est tombé dans un ultralibéralisme, qui creuse les écarts entre les pauvres et les riches, et qui foule aux pieds le moindre humanisme. Il était donc logique que Caryl Ferey y installe son intrigue.

Si on peut regretter qu’au fil des pages, le personnage de Stefano disparaisse quelque peu, ce roman est bel et bien porté par ses deux personnages principaux Gabriela et Esteban. Ce sont deux personnages aussi opposés qu’on puisse l’imaginer, Gabriela étant une révoltée sans le sou et Esteban un avocat issu d’une famille immensément riche mais se battant pour les pauvres. Comme d’habitude, Caryl Ferey démontre tout son humanisme à travers ces personnages, et surtout faisant de son roman un reportage sur un pays où le seul leitmotiv est de faire toujours plus d’argent.

Pour autant, l’intrigue n’est pas en reste puisqu’elle se déroule gentiment, jusqu’à dévoiler le sujet véritable du roman dans les dernières pages, sujet que l’on est bien incapable de trouver auparavant. Avant, nous aurons eu droit à un très bon polar, avec des scènes de suspense haletantes, des dialogues formidables et surtout un contexte des plus noirs, choquant, révoltant, scandaleux.

Je dois dire que ce roman m’a passionné mais que j’ai regretté que les personnages soient aussi stéréotypés (les gentils sont très gentils, les méchants sont très méchants) et qu’un peu plus de subtilité m’aurait poussé à mettre un coup de cœur. Et puis, il m’a manqué un peu de folie, un peu de passion, que je n’ai pas ressenti à la lecture, et qui est une des raisons pour lesquelles j’adore cet auteur. Ceci dit, ce roman n’est en aucun cas décevant pour moi, car c’est encore une fois un formidable voyage dans une contrée mal connue, pourrie par le règne de l’argent eu détriment des hommes et des femmes, présenté par des formidables personnages inoubliables.

L’alignement des équinoxes de Sébastien Raizer

Editeur : Gallimard – Folio

J’ai un peu de mal à caractériser ce roman, car c’est un roman qui flirte avec le polar et l’anticipation, tout en penchant par moment vers la philosophie ou l’anticipation. Bref, cela sent le roman original inclassable.

Quatrième de couverture :

Un homme décapité et, à ses côtés, une jeune femme samouraï avec son sabre japonais : par la pureté de son geste, elle vient d’atteindre l’équinoxe de la mystérieuse loi de l’alignement.

Wolf, ancien commando déphasé, et Silver, boxeuse zen laotienne, les deux flics de la Criminelle chargés de l’enquête, sont déroutés par ce meurtre, et plus encore par la suspecte.

Tandis que des liens invisibles et dangereux se tissent entre Wolf et la fille samouraï, des cadavres au front gravé d’une étoile sont retrouvés dans Paris. Silver et Wolf sont alors entraînés dans un univers mutant et, pour essayer de s’en sortir, ils vont devoir redéfinir ce qu’ils tenaient jusque-là pour réel. Pendant ce temps, dans l’ombre, la Vipère poursuit son œuvre démiurgique, en attendant son propre équinoxe…

Mon avis :

Voilà le genre de roman qui vaut le détour, pour peu que l’on soit curieux. Car la quatrième de couverture est opaque, et les premiers chapitres un peu du même genre, même si on a l’impression de lire des descriptions de personnages déjà rencontrés. Puis, arrive le meurtre, un homme décapité à la perfection, par une jeune femme découverte sur les lieux du crime, et nos deux flics vont nager ou du moins se débattre dans un monde mystico-philosophique dont les sources sont à chercher du coté du Japon.

En effet, la tueuse Karen Thilliez leur donne à demi-mot le fait que son meurtre était nécessaire pour se rapprocher de l’alignement des équinoxes, état de sublimation de l’être. Dit comme ça, cela ressemble plus à un roman de science fiction qu’à un polar, et pourtant on y trouve des scènes hallucinantes aux cotés de connotations philosophiques qui m’ont laissé froid.

Cela donne une lecture en dents de scie, atteignant parfois le génie d’un Maurice Dantec (dans les Racines du mal) et nous larguant parfois sur le bord de la route dans des décors ou des considérations métaphysiques. Cela donne aussi une impression d’alterner entre rêve et réalité, à tel point que, par moments, on ne sait plus où on est … et pourtant on continue à lire à il y a comme une sensation d’hypnotisme dans le style de Sébastien Raizer.

Et vous savez quoi ? Sébastien Raizer vient de sortir la suite, qui vient d’être publiée chez Gallimard – Série Noire, et je crois bien que je vais la lire quand même. Dites, je suis fou, non ? C’est grave, docteur ?

Effroyables jardins de Michel Quint

Editeur : Editions Joëlle Losfeld réédité par Folio

Terrible roman de Michel Quint, que je n’aurais jamais lu si l’ami Claude ne m’y avait pas incité dans son excellent billet ici.

Quatrième de couverture :

« Certains témoins mentionnent qu’aux derniers jours du procès de Maurice Papon, la police a empêché un clown de rentrer dans la salle d’audience. Il semble que ce même jour, il ait attendu la sortie de l’accusé et l’ait simplement considéré à distance sans chercher à lui adresser la parole. L’ancien secrétaire général de la préfecture a peut-être remarqué ce clown mais rien n’est moins sûr. Par la suite l’homme est revenu régulièrement sans son déguisement à la fin des audiences et aux plaidoiries. A chaque fois il posait sur ses genoux une mallette dont il caressait le cuir tout éraflé. »

Ce court récit de Michel Quint évoque  l’histoire de Lucien, le narrateur du livre. Adolescent, il ne supportait pas les clowns : «Plus que tout, j’ai détesté les augustes. Plus que l’huile de foie de morue, les bises aux vieilles parentes moustachues et le calcul mental, plus que n’importe quelle torture d’enfance ».

Mon avis :

Voici un petit roman, qui va vous prendre aux tripes. Lucien est un jeune adolescent qui trouve son père ridicule, grimé derrière son déguisement de clown. Jusqu’à ce que son oncle Gaston lui raconte l’histoire de son père, et l’Histoire. Retour en pleine deuxième guerre mondiale, quand les deux jeunes ont fait exploser un hangar et se sont faits arrêter par les nazis.

Toute cette partie va se dérouler sans aucun sentiment, comme on se rappelle des souvenirs, douloureux mais inéluctables. Puis, vers la fin de roman, les pièces du puzzle s’emboitent, et on découvre deux jeunes inconscients qui vont découvrir le monde des grands. Lucien va découvrir la vérité et avec elle la douleur, l’erreur, la cruauté du hasard, la culpabilité, l’héroïsme aussi, celui des petites gens qui resteront anonymes.

Ce qui est extraordinaire, impressionnant, dans ce roman de 70 pages, c’est sa pureté, sa simplicité, sa perfection dans chaque mot choisi, dans chaque phrase posée là comme un pétale de fleur au milieu d’un champ perdu. Michel Quint a dédié ce livre à son grand-père, mineur et combattant à Verdun, et à son père, instituteur et résistant. C’est un bel hommage et un livre à ne pas rater.

Le chouchou du mois d’avril 2016

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au mois d’avril, il y en a eu pour tous les goûts. Que ce soit en grand format ou en format poche, les chroniques que j’ai publiées ont balayé un large panel de genres. Comme dit mon marchand de primeurs sur le marché, faites votre choix. Alors, sur mon étal de ce mois d’avril, vous avez :

Les Oldies : Collabo-song de Jean Mazarin (Zulma). Situé dans le Paris occupé, ce polar de 200 pages nous propose un formidable portrait d’une jeune femme insouciante ou du moins qui veut le rester … jusqu’au final fantastique.

Le roman d’humour cynique : Elvis Cadillac King from Charleroi de Nadine Monfils (Fleuve éditions). Nadine Monfils abandonne Mémé Cornemuse pour un sosie d’Elvis Presley et on n’y perd pas au change.

Le roman d’humour en dessous de la ceinture : Jazz Band de Grégoire Lacroix (Flamant noir). Voilà une sacrée découverte en même temps qu’une sacrée bonne affaire, puisque ce roman est proposé à un prix modique pour deux aventures. Ce roman vous garantit plusieurs éclats de rire par page, c’est vous dire !

Le roman de course poursuite : Les rapaces de Thierry Brun (Le passage). D’une histoire de rédemption et de regrets, ce roman est une histoire poignante de la part d’un auteur dont j’adore le style et que je vous engage à découvrir.

Le roman policier qui flirte avec le fantastique : Le livre des âmes de James Oswald (Bragelonne). Cette deuxième enquête (et deuxième roman de l’auteur) est surprenant par sa maitrise de l’intrigue. J’aurais juste aimé que les aspects « fantastique » soient mieux intégrés dans l’histoire.

Le roman policier basé sur des rebondissements : L’étrange Halloween de M.Leo d’Olivier Kourilsky (Glyphe). Une nouvelle fois, Olivier Kourilsky nous surprend à plusieurs égards. D’une part, tout est maitrisé et en particulier les rebondissements et l’équilibre narration / dialogues. D’autre part, le plaisir de lecture est immense grâce aux nombreux rebondissements.

Le roman policier nordiste du sud : Vendetta chez les Chtis de Elena Piacentini (Ravet Anceau). Le troisième roman d’Elena Piacentini est, à mon avis, celui qui est le plus réussi. On découvre tout le potentiel à venir de cette auteure, en terme de psychologie des personnages et maitrise de l’intrigue.

Le roman policier thriller politique : Chrysalide de Jean Marc Demetz (Abysses éditions). Dans le mélange des genres, ce roman en est un exemple type ; A partir d’une enquête policière, sorte de course poursuite après un tueur en série, le roman s’étoffe et débouche sur des sujets qui font froid dans le dos. Une grande réussite.

Le roman de détective moderne : La ville des brumes de Sara Gran (Editions du Masque). La deuxième enquête de Claire DeWitt nous détaille deux enquêtes en parallèle mais surtout nous montre un personnage à la fois dur et fragile, vivant d’expédients pour oublier son passé et son présent. Extraordinaire.

Le titre de chouchou du mois d’avril 2016 revient donc à Rural noir de Benoit Minville (Gallimard), parce qu’il s’adresse à tout un chacun, à tous ceux qui ont connu une bande de copains, à tous ceux qui sont restés jeunes dans leur tête, et qui regardent leur adolescence avec un petit sourire satisfait ou triste. Et comme c’est très bien fait, il est naturel que ce titre lui revienne.

Je vous donne rendez vous le mois prochain. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !