Archives du mot-clé Information

Les finalistes des Balais d’Or 2017

Ça y est ! les 13 jurés ont rendu leur verdict pour sélectionner les finalistes du Prix du Balais d’Or 2017. Et quelle finale, les amis ! Jugez- en plutôt !

Evidemment, vous trouverez tous les détails sur le site du Concierge Masqué : http://www.concierge-masque.com/2017/06/20/prix-du-balai-dor-2017/

Pour les Balais d’Or :

Lagos Lady de Leye Adenle (Métailié)

Mauvaise idée de sortir seul quand on est blanc et qu’on ne connaît rien ni personne à Lagos ; Guy Collins l’apprend à ses dépens, juste devant le Ronnie’s, où il découvre avec la foule effarée le corps d’une prostituée aux seins coupés. En bon journaliste, il aime les scoops, mais celui-là risque bien de lui coûter cher : la police l’embarque et le boucle dans une cellule surpeuplée, en attendant de statuer sur son sort.

Le sort, c’est Amaka, une splendide Nigériane, ange gardien des filles de la rue, qui, le prenant pour un reporter de la bbc, lui sauve la mise, à condition qu’il enquête sur cette vague d’assassinats. Entraîné dans une sombre histoire de juju, la sorcellerie du cru, notre journaliste à la manque se demande ce qu’il est venu faire dans cette galère, tandis qu’Amaka mène la danse en épatante femme d’action au milieu des notables pervers.

Hôtels chics, bars de seconde zone, jungle, bordels, embouteillages et planques en tout genre, Lagos bouillonne nuit et jour dans la frénésie highlife ; les riches font tinter des coupes de champagne sur Victoria Island pendant que les pauvres s’entretuent à l’arme lourde dans les bas quartiers.

Un polar survolté et drôle qui plonge au cœur de la ville africaine à la vitesse d’un tir de kalachnikov. Le Nigéria n’a jamais été aussi près de Tarantino.

L’interview du Concierge est à lire ici 

Dans Le Silence enterré de Mme Tove Alsterdal (Rouergue)

Katrine Hedstrand, journaliste, vit à Londres. Lorsqu’elle est rappelée à Stockholm au chevet de sa mère qui n’a plus toute sa raison, elle découvre dans les papiers personnels de celle-ci les courriers insistants d’une agence immobilière qui propose des sommes considérables pour une maison située au nord de la Suède, à la frontière avec la Finlande. Katrine, qui n’a jamais entendu parler de cette maison et ne connaît pas même la région natale de sa mère, décide de partir pour Kivikangas. Elle arrive dans une communauté bouleversée par la découverte d’un crime terrible : Lars-Erik Svanberg, un homme âgé qui vit seul depuis des années, a été retrouvé mort, la tête fendue en deux à la hache. Or, Katrine ne va pas tarder à soupçonner que Svanberg en savait long sur l’histoire de Kivikangas et qu’il aurait pu lui apprendre beaucoup sur les jeunes années de sa propre grand-mère, dans une époque bouleversée par la révolution soviétique à laquelle certains, en Suède comme ailleurs, ont cru si passionnément qu’ils ont tout abandonné pour elle.

Au point où les vies intimes rencontrent les événements les plus tragiques de l’Histoire, Tove Alsterdal tisse un roman qui est tout ensemble un récit des années 1930 et le portrait de cette contrée de neige et de glace où les destins d’une poignée de jeunes gens idéalistes se sont séparés à jamais. Dans la maison délabrée de sa grand-mère, Katrine va trouver non seulement des souvenirs mais des désirs encore assez palpables pour lui faire traverser, à son tour, les frontières et le temps.

La Dame de Pierre de Xavier Marie Bonnot (Belfond)

Tous les secrets finissent par ressortir… même ceux qu’on croyait enfouis à jamais au coeur des montagnes…

De la famille Verdier, il ne reste plus qu’eux, Pierre et Claire, le frère et la soeur. Lui, a repris la ferme familiale, dans la vallée de Saint-Vincent, auprès de leur montagne. Elle, vit à Paris. De l’existence de sa soeur, il ne sait rien, ou si peu de choses. Simplement qu’elle lui rendra toujours visite, immanquablement, deux fois l’an, dans cette maison de famille où rien n’a changé.

Mais cette fois-là, c’est différent. Claire a des cauchemars. Toutes les nuits, elle a peur pour une certaine Vicky, et prétend qu’elle-même sera bientôt morte. Pour Pierre, l’homme de la terre, les secrets et les névroses de sa soeur ne sont que des faiblesses.

Un matin d’hiver pourtant, Claire part et ne revient pas. Lorsqu’on retrouve son corps sans vie, étrangement vêtu, c’est Pierre qui est désigné comme le coupable.

Pierre est seul à présent. Lui, le taciturne qui vit reclus depuis le drame qui a brisé sa carrière d’alpiniste, aurait-il pu commettre l’irréparable ? Tant il est vrai que dans la famille Verdier les mystères et les secrets sont légions. Et qui est cette Vicky dont personne dans l’entourage de Claire ne semble connaître l’existence ? Pierre comprendra bien tard qu’elle était le secret le mieux caché de sa sœur…

L’interview du Concierge est à lire ici

Sur les hauteurs du Mont Crève-Cœur de Thomas H Cook (Seuil)

« Une évocation obsédante qui gagne en puissance et en résonance avec chaque revirement de son intrigue en spirale. » Publishers Weekly

« Qu’allait faire Kelli sur le mont Crève-Cœur ce jour-là ? Qu’allait-elle chercher, seule dans la profondeur de ces bois ? »

Trente ans après le drame, Ben demeure obsédé par l’image du corps de Kelli tel qu’il a été découvert sur la hauteur de ce mont où, jadis, l’on organisait une course de Noirs avant les enchères du marché aux esclaves.

Dans un de ces flash-back troublants que Thomas H. Cook maîtrise à merveille, le lecteur revisite avec Ben, ancien condisciple de la victime devenu médecin de campagne, les événements qui ont bouleversé la petite communauté blanche et conservatrice de Choctaw, Alabama, au mois de mai 1962.

Le meilleur ami de Ben le soupçonne toujours d’en savoir plus qu’il ne l’admet sur l’agression de la jeune beauté venue de Baltimore : Kelli a-t-elle été tuée parce que Todd, le bourreau des cœurs local, avait plaqué sa petite amie pour elle ou parce qu’elle soutenait la cause des Noirs dans le journal du lycée ?

Né en 1947 en Alabama, Thomas H. Cook a quitté à 17 ans sa petite ville pour New York, qui le fascinait. Devenu professeur d’histoire, et secrétaire de rédaction au magazine Atlanta, il a écrit plus de vingt romans policiers ténébreux, dont Au lieu-dit Noir-Étang, lauréat d’un Edgar Award. Il partage son temps entre Cape Cod et Culver City.

Là où les lumières se perdent de David Joy (Sonatine)

Caroline du Nord. Dans cette région perdue des Appalaches, McNeely est un nom qui ne laisse pas indifférent, un nom qui fait peur, un nom qui fait baisser les yeux. Plus qu’un nom, c’est presque une malédiction pour Jacob, dix-huit ans, fils de Charly McNeely, baron de la drogue local, narcissique, violent et impitoyable. Amoureux de son amie d’enfance, Maggie Jenkins, Jacob n’a guère l’occasion de se montrer romantique. Il est le dauphin, il doit se faire craindre et respecter, régler les affaires de son père de la façon la plus expéditive qui soit. Après un passage à tabac qui tourne mal, Jacob se trouve confronté à un dilemme : doit-il prendre ses responsabilités et payer pour ses actes afin d’aller vers la lumière, ou bien s’enfoncer encore dans les ténèbres en suivant la voie paternelle ? Alors que le filet judiciaire se resserre autour de lui, Jacob a encore l’espoir de sauver son âme pour mener une vie normale avec Maggie. Mais cela ne pourra se faire sans qu’il affronte son père, bien décidé à le retenir près de lui.

Avec ce premier roman aussi sombre que déchirant, qui évoque tout autant la série Top of the Lake que Seul le silence de R.J. Ellory, David Joy nous conte l’histoire d’un jeune homme qui tente par tous les moyens d’échapper à l’héritage de la violence et aux péchés de sa famille. Cette quête inoubliable de rédemption, où les frontières entre le bien et le mal, la vie et la mort sont aussi fragiles qu’invisibles, est transcendée par la puissance de l’écriture. C’est en effet dans une prose à vif, lyrique et haletante que David Joy restitue l’infinie complexité des sentiments de son héros dans ce livre à la beauté désespérée, aux allures de chef-d’œuvre.

Une mort qui en vaut la peine de Donald Ray Pollock (Albin Michel)

Après Le Diable, tout le temps, couronné par de nombreux prix, Donald Ray Pollock revient avec une fresque grinçante à l’humour très noir.

1917. Quelque part entre la Géorgie et l’Alabama. Le vieux Jewett, veuf et récemment exproprié de sa ferme, mène une existence de misère avec ses fils Cane, Cob et Chimney, à qui il promet le paradis en échange de leur labeur. À sa mort, inspirés par le héros d’un roman à quatre sous, les trois frères enfourchent leurs chevaux, décidés à troquer leur condition d’ouvriers agricoles contre celle de braqueurs de banque. Mais rien ne se passe comme prévu et ils se retrouvent avec toute la région lancée à leurs trousses. Et si la belle vie à laquelle ils aspiraient tant se révélait pire que l’enfer auquel ils viennent d’échapper ?

Fidèle au sens du grotesque sudiste de Flannery O’Connor, avec une bonne dose de violence à la Sam Peckinpah mâtiné de Tarantino, cette odyssée sauvage confirme le talent hors norme de Donald Ray Pollock.

Balais de la découverte (Premiers romans) :

La Toile aux alouettes de Lou Vernet (Éditions Border Line)

Il était une fois deux enquêteurs interlopes, une jeune fille en recherche de sens, un voisin bruyant, un gourou du web, une chef de service peau de vache, et une maman névrosée… C’est comme cela qu’elle nous la joue, Lou Vernet, avec une myriade de personnages qu’elle cisèle de sa plume efficace. Tous semblent évoluer dans des mondes parallèles jusqu’au moment où le récit bascule dans l’insondable noirceur de l’âme, entraînant le lecteur dans ses rêts. Dans La Toile aux alouettes, son premier polar, Lou Vernet manie en virtuose, l’art de la mystification. En attendant que l’Inclus et la Virgule reviennent défaire un nouvel écheveau, frissonnez avec ce premier opus, tout en ombres et lumières !

L’interview du Concierge est ici

Charade de Laurent Loison (Nouvelles Plumes Edition)

Spécialiste des crimes les plus sordides, le commissaire Florent Bargamont fait face à une série de meurtres au machiavélisme sans précédent.

Entamant un jeu pervers avec la police, le tueur sème les cadavres avec pour seul indice des morceaux de Charade que l’équipe de Florent, récemment complétée par la sublime Emmanuelle de Quezac, se doit de résoudre malgré la rude compétition avec le commissaire Daniel Cholle, avide de gloire et rival de toujours.

Torturé par un passé douloureux, Florent devra-t-il accepter, pour résoudre cette énigme , d’être englouti par l’abîme de noirceur et de déchéance humaine qui se dresse devant lui?

L’interview du Concierge est ici

Jeux de dames de Philippe Beutin (Cairn Edition)

Qui mène le jeu ?

Mon premier est un homme d’affaires américain implacable et triste, que le Sud-Ouest ramène à la vie.

Mon second est une veuve secrète et désinvolte, en quête de bonheur, que le destin accable.

Mon troisième est une brillante avocate, prête à pardonner les blessures du passé.

Mon quatrième est une beauté rebelle imprévisible, rongée par ses rancœurs.

Mon cinquième est un jeune policier passionné, inexpérimenté et maladroit, dont les intuitions font mouche.

Mon sixième est une brigade hétéroclite, avec ses qualités et ses faiblesses, menée par un capitaine au bout du rouleau.

Mon tout est une enquête entre Toulouse et l’aéroport de Blagnac, où les morts tombent comme des pions.

L’interview du concierge est ici

Derrière les Portes de B.A Paris (Hugo et Cie)

En apparence, Jack et Grace ont tout pour eux. L’amour, l’aisance financière, le charme, une superbe maison.

Le bonheur.

Vous connaissez tous un couple comme celui qu’ils forment, le genre de couple que vous aimeriez connaître mieux.

Vous adoreriez passer davantage de temps avec Grace, par exemple. L’inviter à déjeuner, seule.

Et pourtant, cela s’avère difficile. Vous réalisez que vous ne voyez jamais Jack et Grace l’un sans l’autre.

Est-ce cela que l’on appelle le grand amour ?

À moins que les apparences ne soient trompeuses.

Et que ce mariage parfait ne dissimule un mensonge parfait.

Car pourquoi Grace ne répond-elle jamais au téléphone ?

Et pourquoi les fenêtres de la chambre sont-elles pourvues de barreaux ?

UN PIÈGE CRUEL ET DIABOLIQUE

UN LIVRE BRILLANT ET TERRIFIANT

L’interview du concierge est ici

 

Balais de diamant (Livres en auto-édition):

 

Mille Morts d’Olivier Bal

Fuir est impossible. Se cacher est illusoire. Il n’y a pas d’autre issue que la souffrance. Entre 2005 et 2016, Paul Klein va traquer sans relâche Frank Lombardo à travers les États-Unis. Paul a mis en place un jeu terrible qui ne laisse aucun répit à Frank. À chaque fois, il lui permet de s’installer dans une région, reconstruire sa vie. Puis, avec un machiavélisme toujours plus dément, il le piège et le brise. Pendant onze ans, Paul va faire connaître à Frank mille morts. Pourquoi un tel acharnement ? Qui est le chasseur et qui est la proie ? Dans ce jeu diabolique, y a-t-il un monstre, y a-t-il un innocent ? Découvrez Mille Morts, une chasse à l’homme impitoyable, un thriller implacable.

L’interview du Concierge est ici

N’y descendez jamais ! de Fabrice Liegeois

Dans chaque histoire, il y a un début, un milieu et une fin. Cette dernière, personne ne la maîtrise véritablement, ni même l’auteur qui offre en lecture un parcours initiatique dans l’univers new-yorkais d’un quartier, celui de Harlem la noire et d’un personnage, une petite fille prénommée Abigail et qui embrassa un invraisemblable destin. Sur soixante dix ans d’Histoire, sa vie est retracée. De petite fille négroïde exclue et tiraillée entre deux communautés, de ses choix d’adolescente réclamant une justice qui l’a fuie et plus tard, de sa vie de femme, celle d’une matrone tenant de tous ses pouvoirs, une rue, la sienne, celle de la 129ème rue Ouest, au-delà de ce récit, découvrez une facette de la peur, celle à laquelle vous n’êtes pas préparés. Celle-là même qui se cache loin, par là-bas, quelque-part dans les recoins de votre âme et venez l’affronter au travers de cette vie qui ne vous quittera plus jamais. Bon spectacle…

L’interview du Concierge est ici

Syndrome de Stockholm de Philémon Le Bellégard

De Stockholm à Los Angeles, Stendriëk Börgen, artiste suédois génial et mystérieux, entretient une relation occulte avec Enstenov Khalinek, puissant homme d’affaires aux méthodes discutables. A l’apogée de sa carrière, Börgen dévoile son grand ?uvre, un ensemble monumental de plus de 3 000 toiles occupant la gigantesque Gallery of the Immortality du Titanium Palace de Los Angeles.  Börgen et Khalinek jubilent, mais aussitôt surviennent de nombreuses questions : quels liens unissent vraiment les deux hommes ? Comment une telle entente, aussi inattendue que suspecte, est-elle possible ? Quelle est cette étrange matière dont les ?uvres sont faites… ? Anna James, journaliste et critique d’art de haute renommée, se retrouve malgré elle au centre d’une histoire qui dépasse le monde de l’art. Elle va en effet découvrir que, derrière la création et le travail de Stendriëk Börgen, se cachent de sombres vérités…

L’interview du Concierge est ici

IVM tome 1 de Katia Campagne

L’histoire commence au Canada. Eléane six ans, fuit les violences de son père : Son seul tort : être née fille. Sa mère pour se sortir de cet enfer s’enfuit avec elle, en abandonnant son frère Allan au main de ce père violent et embrigadé dans une secte masochiste, pensant que son statut de mâle le protégera. Eléane et sa mère commence une nouvelle vie en France, mais Eléane n’a pas oublié son frère déclaré mort dans un incendie, et survit difficilement. Un jour, un garçon prénommé Andrew l’aborde. De là, va naître entre eux une relation au-delà de ce qu’ils imaginaient. Au-delà de l’extraordinaire.

L’interview du Concierge est ici

Un cru 2017 qui fait voyager et qui fera parler de lui, ce prix du Balai d’or ! D’ailleurs, nous démarrerons le mois de juillet par des chroniques de quelques romans sélectionnés.

Avis aux amateurs : prenez votre plume !

Selon Victor Hugo “La vie, le malheur, l’isolement, l’abandon, la pauvreté, sont des champs de bataille qui ont leurs héros ; héros obscurs plus grands parfois que les héros illustres.”. À votre tour, glissez-vous dans la peau de votre antihéros préféré !
Les éditions Publibook sont heureuses de proposer pour la première fois un concours de nouvelles dont le thème est l’antihéros. Les exemples sont nombreux et ne se limitent pas qu’à la Bande dessinée ou la Science-Fiction. En effet, la littérature classique regorge d’antihéros : madame Bovary, la marquise de Merteuil ; le vicomte de Valmont ou encore Sherlock Holmes font partie des plus connus.
Nous invitons tous les amateurs d’écriture et d’aventure à se glisser dans la peau de leurs antihéros préféré, et à devenir le temps d’une nouvelle Don Quichotte, Deadpool, ou encore Gatsby.
Le jury de ce premier concours sera composé d’auteurs déjà édités. Ils auront donc la lourde tâche d’élire le prochain auteur de la maison. En effet, Publibook offrira au grand gagnant la publication de sa nouvelle dans la mesure où l’auteur souhaite publier celle-ci
dans un recueil.
Les participants auront entre le 1er et le 15 juin prochain pour nous envoyer leur texte. Nous laisserons l’été aux membres du jury pour élire leur auteur préféré. Nous communiquerons les résultats à la rentrée de septembre.

Les règlement complet est à lire ici : Lien 

Les libraires se meurent. Les petits éditeurs aussi …

En cette période d’élections, les libraires souffrent, les petits éditeurs aussi. Et sans les libraires, il n’y a plus d’accès à la culture. Sans les petits éditeurs, nous nous dirigerons vers une société où on vous dira les livres que vous devez lire.

Olivier Le Corbac est libraire à la librairie Humeurs Noires à Lille. Il a écrit un texte qui, personnellement m’a touché. Par son honnêteté, par son cri d’alarme. Alors je lui ai demandé la permission de le reproduire. Le voici :

Le Cogolin en chie.
Fleur Sauvage aussi.
Les éditions du caïman encore…
Et moi je survis…

Aujourd’hui on a accueilli un 3eme chien parce que ma femme est gentille et mes filles aussi…
J ai lancé une cagnotte pour une librairie défendue par René et Fabio qui me bouffe ma marge.
J’attends pour soutenir Fleur Sauvage…
Je reçois plein d’auteurs parce qu’ils sont funs
Je fidélise mes amis et habitués. ..
Aujourd’hui mes filles ont eu des cadeaux des Cloches et ma femme de sa Cloche…
Elles sont parties voir des chevaux avec le chien d’un ami qu’on a pris en pension et moi je me fais le dernier Damien Saez….
Demain ou dans deux mois je peux moi aussi fermer…mais tu sais quoi?
Je m’en tamponne le coquillard. 
La vie c’est un western où celui qui dégaine et tire le plus vite il a gagné. 
Je m’use et heureux te fatigue mais c’est pas pour moi…c’est pour toi, tes amis, ta famille et qui tu veux …
Je passe plus de temps à regarder mes comptes que ma femme (et pourtant elle est canon)
Pourquoi ? 
Parce que je suis un gentil….
Fais pareil aujourd’hui, tape toi l’agneau si tu veux mais pense aux autres.
Pense à l’édition 
Pense aux libraires 
Pense à ce que tu voudrais qu’on fasse pour toi 
Ma femme mes filles sont au poney, moi j écoute à donc le dernier Saez…taxe moi encore une fois de mec d extrême droite, de vendeur de merde, de propagandeur d’idées de merde et parole de Corbac je te péte les rotules et je saurai utiliser mon canapé de chez Mamy.
Sinon…je t aime…
Et tu sais quoi?
Plus on est de fous plus on rit…

https://www.leetchi.com/c/cagnotte-de-la-librairie-de-cogol…
https://fr.ulule.com/sauver-les-editions-fleur-sauvage/
https://fr.ulule.com/editions-caiman/

L’information du mardi : Les balais d’or 2016

Samedi dernier a eu lieu la remise des Balais d’or, à laquelle je n’ai pu assister … malheureusement.  Vous trouverez tous les détails sur l’excellent site du Concierge Masqué.  Cette année encore, ce sont encore des romans d’exception qui ont été récompensés et je vous en livre les lauréats :

Balai D’Or : Roger Jon Ellory avec Papillon de nuit (Sonatine), dont vous trouverez mon avis ici.

Papillon de nuit

Balai D’Argent : Sonja Delzongle avec Dust (Denoël)

dust

Balai de Bronze : Laurent Scalèse avec La Voie des âmes (Belfond)  dont vous trouverez mon avis ici.

La voie des âmes

Balai de la Découverte : Johana Gustawsson avec Block46 (Bragelonne) dont vous trouverez mon avis ici.

Block 46

Voici la photo des vainqueurs empruntée sur le site du concierge:

balais-2016

La sélection pour les Balais d’Or 2017 a déjà été faite, et les jurés sont en cours de lecture afin de choisir leurs favoris. Encore une fois, ce seront des romans passionnants venant des quatre coins du monde et dont vous devriez entendre parler sous peu.

Pour Noel, offrez des livres !

Pour faire suite à mon billet de la semaine dernière, voici quelques nouvelles idées de cadeaux. Je vous rappelle donc mes coups de cœur de l’année :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plusdeproblème.com de Fabrice Pichon (Lajouanie)

Fausse piste de James Crumley (Gallmeister)

Le condor de Stieg Holmas (Sonatine +)

Antonia de Gildas Girodeau (Au delà du raisonnable)

Rien ne se perd de Cloe Mehdi (Jigal)

Cartel de Don Winslow (Seuil)

Un avant-gout des anges de Philippe Setbon (Editions du Caïman)

Et n’oubliez pas le principal, lisez !

Offrez un livre pour Noel !

La fin de l’année approche et forcément, vous vous posez la question de ce que vous pourriez offrir à vos proches. Ne cherchez plus, cette année, offrez intelligent, offrez un livre !

Ça, c’est de l’entame, n’est-ce pas ? Je vous propose donc quelques idées de romans qui me tiennent à cœur et qui vont balayer différents styles :

scintillements

Scintillements d’Ayerdhal (Au diable vauvert)

Ce livre est un véritable recueil, puisqu’il regroupe toutes les nouvelles de l’auteur, soit une quarantaine, dont 10 inédites et 9 interviews.

On y trouve ainsi son premier texte coécrit avec son frère en 1986 pour un concours, jusqu’à sa dernière nouvelle écrite en 2015. Les thèmes de ces textes de science-fiction sont variés : écologie, politique, antiracisme, démocratie, féminisme, etc.

Note de l’éditeur :

Au total, c’est plus trente ans d’écriture qui témoignent de façon bouleversante d’une oeuvre définitive, d’un génie français d’une créativité inouïe, d’une énergie et d’une curiosité inépuisable, d’un engagement et de valeurs exemplaires.

Trente ans, le destin d’une étoile, comme Jacques Baudou l’avait qualifié dès son apparition, d’une comète qui changea tout si vite dans la SF française.

Dans toutes les époques et tous les genres, il brille : polar, SF de toute inspiration, contemporain… ces nouvelles de toutes les couleurs sont impressionnantes d’intelligence, de profondeur et de sense of wonder !

On y retrouvera les univers ou personnages de ses romans et ses grands thèmes, écologie, politique, antiracisme, démocratie, féminisme, et autant de personnages inoubliables que de textes.

Né en 1959 à Lyon, Ayerdhal a prématurément disparu au sommet de son art le 27 octobre 2015. Précurseur, il apparaît comme une comète dans la science-fiction française des années quatre-vingt, avec de somptueux space-operas qui marient génie du récit d’aventure et personnages inoubliables, intelligence bondissante et esprit libertaire. Ses lecteurs ne cesseront plus de le suivre. Au total, une œuvre fulgurante, vingt-cinq ans de fictions habitées de grandes questions : politique, écologie, racisme, féminisme, genre… Distingué par les prix Tour Eiffel de SF, Polar Michel Lebrun, Rosny aîné, Ozone, Bob Morane et, à titre posthume, du roman Gay, Ayerdhal a été lauréat à deux reprises du prix de l’Imaginaire et a reçu le prix Cyrano pour l’ensemble de son œuvre.

mortelles-primaires

Mortelles Primaires (Arcanes 17)

Dans le style humour noir, et pour ceux qui en ont marre des conneries qu’on nous raconte à la télé, voici un recueil de nouvelles collectives ayant pour cadre les primaires à gauche. Et si comme dans Le couperet de Donald Westlake, les candidats aux primaires étaient éliminés ? Moi, ça me fait rire !

Note de l’éditeur :

La gauche a disparu. Comme si un tueur en série effaçait systématiquement tous ses chefs et cheftaines ; en fait, tous ceux qui, peu ou prou, pourraient faire figure de présidentiables : Aubry, Autain, Cazeneuve, Chevènement, Cohn-Bendit, Duflot, El Khomri, Fabius, Filoche, Hamon, Hollande, Jospin, Laurent, Le Foll, Macron, Mélenchon, Poutou, Royal, Taubira, Touraine, Valls….

Le malfaisant signe ses forfaits d’un mystérieux 49-3. Que signifie cette hécatombe ? Une primaire sauvage ? Pourquoi ? Comment ? À lire avant le premier tour…

Vingt-deux auteur-e-s de polar mènent l’enquête : Eva ALMASSY, Diego ARRABAL, Laurence BIBERFELD, Antoine BLOCIER, Didier DAENINCKX, Dominique DELAHAYE, Gilles DEL PAPPAS, Jeanne DESAUBRY, Pierre DHARRÉVILLE, Pierre DOMENGES, Patrick FORT, Gildas GIRODEAU, Maurice GOUIRAN, Philippe MASSELOT, Jacques MONDOLONI, Chantal MONTELLIER, Max OBIONE, Philippe PATERNOLLI, Valerie DE SAINT DO, Gérard STREIFF, Marie-Pierre VIEU, Arnaud VIVIANT….

un jardin a la cour.indd

Un jardin à la cour de Abdel Hafed Benotman (Rivages)

D’un auteur que je regrette, voici un livre posthume que je ne peux que vous conseiller.

Note de l’éditeur :

Dans la veine de Eboueur sur échafaud, une autofiction décapante, drôle, et parfois poignante sur le milieu carcéral et les conditions dans lesquelles la justice est rendue. Dans ce livre posthume, Hafed Benotman s’affirme comme un polémiste au mauvais esprit salutaire et comme un créateur de langage aux intuitions fulgurantes.

Abdel Hafed Benotman est né en 1960. Il est de nationalité algérienne mais a toujours vécu en France. Il a fait un certain nombre de séjours en prison pour braquages. Il joue des petits rôles au cinéma et se consacre à l’écriture.

06

Terminus Elicius de Karine Giebel (Belfond)

Pour les fans de Karine Giebel et ils sont nombreux, Les éditions Belfond ressortent à bas prix son premier thriller que j’ai lu il y a bien longtemps. A l’époque, il était sorti aux éditions La vie du rail. Cette réédition est agrémentée d’une nouvelle inédite Aurore.

Note de l’éditeur :

Lettres d’amour d’un assassin…

« Ma chère Jeanne,

J’aimerais que vous m’aimiez comme je vous aime.

Mais, pour m’aimer, il vous faut me connaître.

Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre.

D’autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé.

Beaucoup jugeront, condamneront.

Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l’espère.

Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous.

Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle.

Juste le temps de la tuer… »

Mon petit commentaire :

Je vous souhaite à tous un joyeux Noel. Et je vous souhaite de recevoir pleins de livres. Et vous, si vous les offriez tous ? En tous cas, n’oubliez pas le principal, lisez !