Chronique virtuelle : Corps défendant de Baptiste Madamour (Ska)

J’en avais parlé dans un de mes billets d’information du mardi. Eh bien voici mon avis sur ce roman qui laisse augurer le meilleur pour cet auteur, qui, au travers de ses cinq chapitres, me fait penser aux grands auteurs français contemporains.

L’argument :

« UNE BLONDE AVEC une longue mèche et un débardeur lâche tend la main vers moi, je lui donne les bouteilles, elle marmonne un merci et retourne à sa conversation. Sa nuque est fine, sa peau doit être douce. Je me sens triste. Je ne devrais pas rester ici. Je devrais rentrer chez moi. Je ne rentre pas. Je regarde une pile de cd, je fais semblant de m’y intéresser, l’important est de ne pas montrer que personne ne me parle et que je ne parle à personne. Ne jamais faire pitié. »

Dans ce court roman, l’auteur dresse le portrait d’une génération à la dérive, prisonnière de la mort des utopies et empêtrée dans le consumérisme à tout crin. Quand on rajoute les MST et le boulot décérébrant, ça craint ! Demeurent les rapports entre filles et garçons et la pérennité de ses aléas : amour, tromperie, jalousie… qui peuvent vous embringuer malgré vous dans des situations extrêmes.

Mon avis :

Si l’histoire est simple, tout l’intérêt de ce roman tient dans le style de l’auteur et de la peinture des jeunes gens d’aujourd’hui. Nous avons à faire avec un jeune homme, qui a un travail qui ne le passionne pas, mais qui lui permet de se payer ses loisirs. Et ses loisirs, justement, ce sont essentiellement des sorties avec les copains, des soirées arrosées, des repas agrémentés de drogue et du sexe, beaucoup de sexe.

Le narrateur est en couple avec Yasmina, ou du moins, ils passent du temps ensemble. Car ils ont chacun leur appartement. En parallèle, il entretient une relation avec Hélène, la petite amie de Franck. Entre eux, c’est le sexe fusionnel. Un jour, Franck débarque chez lui, et lui demande de l’emmener à une fête. Il refuse, le ton monte et le drame arrive : le narrateur tue Franck. Il va devoir se débarrasser du corps …

C’est un étrange portrait que nous brosse Baptiste Madamour, celui d’une génération où la seule chose qui compte, c’est le plaisir, c’est de ne pas se prendre la tête, vivre au jour le jour, vite, très vite, sans regarder en arrière, sans avoir de regrets, sans notions de responsabilités, de bien ou de mal. En cela, on est proche de ce que montrait Brett Easton Ellis dans ses premiers romans. La vie maintenant avant tout !

Ce qui est aussi marquant dans ce roman, c’est le style haché, à base de phrases courtes, détaillant en détail chaque petite action. Cela donne une impression de vitesse, probablement alimentée par les drogues, et surtout, par la justesse des phrases et de leur succession, cela fait bigrement penser à du Philippe Djian (ce qui est un énorme compliment pour moi).

Alors retenez bien ce nom, Baptiste Madamour, car s’il continue comme cela, il pourrait être un futur talent français qu’il va falloir suivre de très près. En tous cas, je note son nom car je suis bien curieux de le voir aborder d’autres sujets, avec des intrigues plus touffues. Ce roman est une excellente découverte que vous pouvez acquérir pour moins de 3 euros sur la librairie de Ska. Avouez que c’est donné !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s